Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce  Lebrun

 

Colonisation, immigration, terrorisme

 

Colonisation, immigration, terrorisme, s’adresse à la même mouvance des minorités ethniques, victime de l’exploitation de l’homme par l’Homme

La colonisation

 

On sait par définition que le Français indo- européen n’est pas très porté par la connaissance de l’Histoire, pas plus que la géographie constituée par la connaissance de l’espace terrien où chacun vit.

 

Demandez à l’homme de la rue de situer la position de Melbourne ( Australie) il vous enverra  en Suède.

 

Au touriste français  indoeuropéen de passage sur un territoire de la Caraïbe, il vous fera état de nos colonie, toujours ce critère de possession, ignorant qu’une loi de 1946 a modifié la donne.

 

En tout cas  dans son subconscient il n’a pas oublié quel était le rôle de la possession de territoires acquis par la ruse la force, que les autochtones étaient privés de liberté d’aller et venir, alors que les richesses du pays occupé étaient pillées au service de l‘économie de l’occupant.

 

Et nous avons un immense espace africain, des zones du Pacifique (Tahiti, Knaki) des territoires de la Caraibe( Martinique  Guadeloupe, Haïti jus qu’en 1804,  de l’Amérique du Sud (Guyane) de l’Océan indien ( Réunion Mayotte)

 

Toute cette politique était axée sur le pillage des richesses minières et autres, et la domination des hommes au service du colonisateur (guerres 1914 -1918, 1940-1945, guerres coloniales d’Indochine  et d’Algérie

 

L’immigration

 

C’est le fait de se déplacer individuellement ou collectivement d’un pays ou continent pour des raisons multiples.

 

D’aucuns feront état de motifs économiques alors que d’autres avanceront des motifs politiques d’insécurité, de non respect des droits de l’Homme.

 

Cette problématique est très sensible en France et donne lieu à des débats et des propos incongrus

 

Quoi qu’il en-soit, l’immigration qui touche particulièrement les ressortissants africains de L’Ouest du Continent, doit être considérée comme un échec totale de la colonisation, mis à la charge de la France.

 

Car pour bien comprendre ce drame, il convient de revenir sur le mode de colonisation française basée sur l’assimilation de masses colonisées

 

A ces masses rien n’a été inculqué, comme des notions de responsabilité, du goût de l’entreprise, du rôle de la vie politique et donc des choix.

 

C’était  pour l’Administration française une bande de demeurés assignés à la servitude du  maître sans espoir  d’évolution vers plus de Dignité.

 

Et donc en  1960, année de début des indépendantes octroyées à certains territoires du Continent , la France régnait sur une tutelle de 110 millions d’indigènes

 

Pas mal comme Nation des droits de l’Homme, on a la force et la mitraille pour imposer sa loi en terre étrangère.

 

Et donc avec ces indépendances octroyées nous avons trouvé à la tête des affaires, des hommes corrompus, incompétents mais faisant tout pour plaire au maitre européen

 

Ces populations sans repère; débousolées n'ont qu’une solution fuir leur pays pour grossir la masse des sans papiers en France et ailleurs.

 

https://www.youtube.com/watch?v=9AjkUyX0rVw

 

Prochainement... Le terrorisme

l'Appel de Nantes

 

Mémorial pour l'abolition de l'esclavage / L'appel de Nantes

A l’initiative du mouvement national EQUITE qui a rassemblé à Nantes le 24 mars 2012, les organisations dont les noms suivent :

Mouvement Equité (Association militant pour la diversité au sein de la gauche),

Le Centre d’Information, Formation, Recherche et Développement pour les Originaires d’Outre-Mer -CIFORDOM-,

Le Centre Louis Delgrès de Nantes, et les Citoyens français , militants politiques, élus, Présidents d’Associations ci-dessous désignés, présents à Nantes le 25 mars dernier à l’occasion de l’Inauguration du Mémorial de l’abolition de l’esclavage,

Octave CESTOR conseiller municipal de Nantes, membre fondateur des Associations : « les Anneaux de la Mémoire », «Mémoire de l’Outre- Mer», la Maison de l’Outre-Mer de Nantes, l’Espace Louis Delgrès, du Mouvement Citoyen pour la Diversité et l’Egalité des Chances, de « 1905 et Plus » et à l’Initiative du Mémorial de l’abolition de l’esclavage à Nantes,

Louis Mohamed SEYE adjoint au Maire de Fontenay-sous- Bois, Secrétaire général du Mouvement Equité, membre du Bureau national de la FNESR Délégué aux Services publics, chargé du codéveloppement dans l’équipe de campagne de François HOLLANDE ,

José PENTOSCROPE Ancien Délégué National à l’Outre-Mer du Parti Socialiste, Président de la Fédération des Associations et Organisations d’Intérêt pour les Originaires des Antilles-Guyane -F.A.A.G-, Président du Centre d’Information, Formation, Recherche et Développement pour les Originaires d’Outre-Mer -CIFORDOM-, Initiateur du Prix Littéraire FETKANN !, Mémoire des Pays du Sud, Mémoire de l’Humanité, Initiateur du « Concept dédiscriminer »

Amadou BA Ancien conseiller municipal d’arrondissement du 19ème arrondissement de Paris, membre d’Equité et de France Républicaine et Citoyenne (Paris 19ème),

Béatricre GEMIEUX conseillère municipale de Saint-Herblain (44)

Alex ADINARAYANIN conseiller municipal de Pellerin (44)

Plilippe MILIA, conseiller à la mairie d’Aubervilliers (93)

Emmanuel BIANG conseiller municipal de Saint-Herblain (44)

Michel COCOTIER Président de Mémoire de l’Outre-Mer

Christian VAGAO Administrateur de Mémoire de l’Outre-Mer

Léonce LEBRUN Président du "Relais de Goree" ;

Michel ROSE membre d’Equité,

Rédigent et présentent l’appel suivant :

«Appel de Nantes aux dirigeants des partis politiques de France»

Depuis la proclamation des droits de l’homme en 1789, la France se veut un modèle universel de justice et de démocratie. L’article 6 de la Constitution proclame que « Tous les Citoyens étant égaux aux yeux de la loi, sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents ».

Fidèle à cet esprit, malgré de longues hésitations, la France s’est montrée capable de reconnaître les pages sombres de son histoire, tant celles qui relèvent de la période de Vichy, que celles qui renvoient à l’esclavage, dénoncé comme crime contre l’Humanité par la loi Taubira promulguée en 2001.

Il reste à extirper de l’oubli et de l’occultation les crimes commis sous la colonisation qui ne furent pas « positifs » mais, dans la même veine que l’esclavage, des freins pour le développement et l’émancipation des peuples colonisés. Ces prises en compte sont nécessaires pour que les Français issus de l’immigration et des DOM-TOM trouvent leur place dans le récit du roman national.

L’édification à Nantes d’un Mémorial de l’Abolition de l’esclavage (mars 2012) est une nouvelle étape importante sur cette voie.

Mais encore faudrait-il désormais aller plus loin dans le processus d’une reconnaissance, qui ne doit pas en rester au seul stade symbolique et institutionnel.

C’est pourquoi nous attendons des dirigeants des partis républicains qu’ils s’engagent à mettre en œuvre, y compris dans leurs propres rangs, une politique de « dédiscrimination », mettant fin aux mises à l’écart systématiques des Français de toutes origines et de toutes appartenances, issus de la colonisation, mises à l’écart oubliant la part que leurs parents ont prise dans l’édification et dans les luttes de notre pays, notamment pour la période de la Libération.

N’est-il pas temps de prendre en compte le fait que la France du XXI ème siècle est une France métissée et multiculturelle, dont toutes les composantes aspirent à son égal développement ? Les citoyens dit de « la diversité » construisent, façonnent et participent au rayonnement culturel et économique de notre pays dans le monde.

Le moment est venu pour notre peuple de se voir, se regarder et s’accepter dans la réalité de sa composante pour marquer son unité et son attachement aux valeurs de la République.

Les élections présidentielles en cours, et toutes celles à venir, sont l’occasion de reconnaitre la pleine citoyenneté et l’égalité de tous les français, qu’ils soient ou non issus de l’immigration.

L’existence et le travail militant des citoyens «  issus de la diversité » doivent-être enfin reconnus. Leur présence en nombre sur les listes électorales en position éligible s’impose aujourd’hui dans notre pays dont le caractère métissé et multiculturel ne peut plus être contesté.

Mesdames, Messieurs les candidats à la Présidence de la République, Mesdames, Messieurs les Responsables de Partis politiques, La République de demain se doit d’être dans tous les domaines la République du : « A compétences égales, chances égales ».

Informations supplémentaires

viagra bitcoin buy