Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce  Lebrun

 

Le Sahel

 

 Bizarre la vie, durant mon service militaire légal, ma meilleure relation était un Officier d’active, brillant saint-cyrien, de Famille aristocrate, Capitaine à 29 ans. 

et qui a quitté l’Armée avec le grade de Général de Division (3 étoiles) alors que pour moi à terme, il avait l'étoffe de Gouverneur d’une Région militaire...

 

...avec bien entendu les attributs de Général d’Armée (5 étoiles) mais voilà, le destin en a décidé autrement.

 

L’Homme, "superviseur" des champs de tir  durant les périodes de classe, avait été frappé par mes techniques de combat vis à vis des autres appelés...

 

...normal, j'avais derrière moi 3 années de préparation militaire volontaire( PME, PMS)  ouvert aux étudiants bénéficiaires d’un sursis, et il me voyait déja un brillant Officier d’avenir…

 

…. Oui, mais ce n’était pas mon goût, ni la vocation , voire même dans mon choix de carrière professionnelle, et quand est venu pour moi le temps de lever l’ancre, le Capitaine m'avance en substance…

 

… « « Léonce tu vas retrouver la vie civile, ne changes rien de ton comportement, face à des gens prétentieux orgueilleux...

...qui n’arrivent pas à ta cheville, mais nourrissent toujours des sentiments de race supérieure » »…

 

Venant de la part d’un futur Général de l’Armée française, c’était un Conseil qui valait son poids de diamant, et que j’ai utilisé à bon escient si je voulais m’en sortir de ce bassin de requins...

 

...grâce à ma stratégie intitulée l'Ecrevisse et le caïman qui consiste à laisser croire à l'autre (indo européen) qu'il a toujours raison, le laissant mijoter dans son ignorance...

 

...ce gui m’autorise à parler et prendre positon fort et clair…Il est gonflé ce Nègre

 

En effet contrairement à ce que j’ai avancé dans un précédant message, la troisième guerre mondiale m’aurait pas lieu à cause du cluster "sahelien" , de guerre et pour cause.

 

Quand on connait son Histoire, limitons nous au terme des 19è en partie ,20è er 21è siècle, la France a été au cœur ou partie prenante de toutes les crises qui ont traversé notre Monde.

 

Passons rapidement en revue...

 

… 1870  conflit avec la Prusse, défaite cuisante et perte des Régions de l'Alsace et la Lorraine cédées à l'ennemi...

 

...1914, conflit avec l’Allemagne (première guerre mondiale)...

 

...1940  nouvelle crise avec l’Allemagne (deuxième guerre mondiale) pour ces deux conflits le pays est sauvé de justesse...

 

...grâce à la participation active des forces alliées sous la conduite des Etats Unis d’Amérique...

 

A ce propos on relève que le 8 Mai  est récupéré chaquue année sans vergogne en commémoration de l'Armistice du 8 Mai 1945

 

...il s'en suit une certaine confusion bien entretenue qui ferait croire à certains que la France est la seule vainqueur du conflit en cause...

 

.... une confusion qui relève de l'escroquerie intellectuelle, car les seuls vainqueurs de l'Allemegne à savoir ,les Américains, les Britanniques les Russes de l'ex- URSS et les Canadiens...

 

....qui peuvent commémorer légitimement cet évènement historique...

 

... que du reste la France qui était le centre de cette tragédie, son dispositif de défense ayant volé en éclat en Juin 1940 face à la déferlante des forces armées du 3è Reich allemand...

 

...  n'a pas été invitée à cette grande Conférence de Yalta de Février 1945, réunissant les représentants de l'Union Soviétique, les Etats unis d'Amérique et la Grande Bretagne...

 

... avec pour principale mission de régler la situation et l'avenir de l'Allemagne à la fin de cette guerre...                                                                                                 

 

...de 1945 à 1962, guerres de décolonisation engagées contre l’Indochine et l’Algérie....

 

... de Mars à Novembre 2011 destruction de la Nation libyenne avec le concours de l’OTAN...

 

...dont en 2012 le même sort était réservé à la Syrie, mais le barrage ferme des Américains a freiné toute dérive en ce sens

 

Et comme il faut absolument trouver des terrains de conflits, l’Afrique est bien dans la ligne de tir, grâce au concours imbécile de dirigeants corrompus et incompétents.

 

Car le choix du Sahel n’est pas un hasard avec ses 5 territoires, autour du  Mali en pôle position...

 

...bien pourvus de matières premières indispensables à l’économie de l’Occupant occidental...

 

...et il constitue un excellent socle de départ pour la future conquête du Continent dont le plan a été minutieusement établi à Paris...

 

...sous couvert  d’un discours de mensonges et de manipulations des masse, avec pour pilier le terrorisme et le jhadisme islamiste comme instruments idélogiques de combat.

 

Mais voilà si les dirigeants africains sont des incapables, par contre les peuples ne sont pas endormis comme jadis...

 

...et dès qu’ils auront cerné la supercherie, ils demanderont à la France de quitter le Continent, qu’elle refusera d'obtempérer  animée de son bon droit d’occupant...

 

Face à une colère grandissante, l’Exécutif français donnerait l’ordre à ses mercenaires de tirer sur les foules ,faisant des milliers de victimes.

 

A  ce stade, Russes et Chinois appelés en renfort vont délivrer un ultimatum à la France  lui sommant de quitter le territoire africain sous peine de guerre sur son territoire en Europe

 

Et comme la France ne dispose d’aucun soutien occidental, dans cette folle entreprise impérialiste...

 

...elle devra s’exécuter comme en 1954 sur le Canal se Suez (Egypte) sous la pression d'une coalition ponctuelle soviéto-américaine...

 

...ordonnant à la Grande Bretagne et la France de retirer leurs forces armées en ces lieux sous peine de gros dégâts militaires imminents.

 

Ces deux Nations ont respecté l'ultimatum.

 

Ainsi aura pris fin une nouvelle tentative  de recolonisation insidieuse de l’Afrique...

 

...et surtout l’emballement d’un conflit mondial dont la France aurait tout à perdre pour son peuple.

 

https://www.youtube.com/watch?v=gXZVhKvvMVU

 

PME... préparation miltaire élémentaire

PMS...préparation militaire supérieure

 

La Conférence de Brazzaville

 

La conférence de Brazzaville a été organisée durant la Seconde Guerre mondiale, du 30 janvier au 8 février 1944, par le Comité français de la Libération nationale, afin de déterminer le rôle et l'avenir de l'Empire colonial français.

À l'issue de cette conférence, l'abolition du code de l'indigénat est décidée. Au cours de la conférence, est notamment retenue la proposition, faite par Félix Éboué, d'une politique d'assimilation en faveur des colonies.

Durant le conflit, l'Empire colonial a joué un rôle essentiel, par son basculement progressif dans le camp de la France libre.

Après la fin de la campagne de Tunisie, l'intégralité de l'Empire colonial est réunifié au profit des forces de la résistance, à l'exception cependant de l'Indochine française, géographiquement très éloignée et toujours administrée par le gouverneur Jean Decoux, fidèle au gouvernement de Vichy.

Du fait du rôle propre de l'Empire, le CFLN se pose la question de son statut, alors que l'idée fédérale a fait des progrès. Le conflit, facteur de nombreuses difficultés pour les populations locales, a vu en Afrique française du Nord se développer les aspirations nationalistes et les tensions entre communautés, notamment en Algérie et en Tunisie.

En outre, les Français doivent composer avec les États-Unis, qui ne font pas mystère de leur opposition au colonialisme. À Madagascar, les mois d'occupation de la colonie par le Royaume-Uni après l'invasion de l'île ont affaibli l'autorité des Français. René Pleven, commissaire aux Colonies au sein du CFLN, a à cœur d'éviter l'arbitrage d'un organisme international quant à l'avenir de l'Empire français.

C'est donc pour prendre les devants et préparer l'après-guerre qu'est organisée la conférence de Brazzaville, au Congo, en Afrique-Équatoriale française.

La conférence

Le CFLN avait initialement envisagé de réunir tous les gouverneurs de tous les territoires libres, mais doit y renoncer du fait des difficultés de communication liées à la guerre.

La conférence réunit finalement les représentants administratifs des territoires français d'Afrique, autour du général de Gaulle et de René Pleven.

Un programme a été envoyé deux mois à l'avance aux participants. Ceux-ci comptent 21 gouverneurs, 9 membres de l'Assemblée consultative, et six observateurs envoyés par le Gouvernement général de l'Algérie, et les Résidences générales de Tunisie et du Maroc.

Aucun indigène africain n'y prend part, six envoyant cependant des rapports qui sont lus au cours d'une séance consacrée au problème de la coutume familiale et sociale.

Dans son discours d'ouverture, de Gaulle affirme la nécessité d'engager les colonies  sur la route des temps nouveaux  et semble également poser les fondements de l'Union française de 1946.

De Gaulle déclare , - en Afrique française, comme dans tous les autres territoires où des hommes vivent sous notre drapeau, il n'y aurait aucun progrès qui soit un progrès, si les hommes, sur leur terre natale, n'en profitaient pas moralement et matériellement, s'ils ne pouvaient s'élever peu à peu jusqu'au niveau où ils seront capables de participer chez eux à la gestion de leurs propres affaires. C'est le devoir de la France de faire en sorte qu'il en soit ainsi. »

Un ensemble de propositions est fait, concernant les questions sociales, économiques et administratives d'une part, et l'organisation politique d'autre part. Concernant les premières questions, les participants envisagent des transformations notables, il est décidé d'une ouverture de plus en plus large des emplois aux Indigènes, en réservant cependant pour l'instant les cadres de direction aux citoyens français , une rémunération égale à compétence égale entre Européens et Indigènes est proposée , ainsi que la notion de la liberté de mariage, pour faire progresser la liberté de la femme.

Le développement de l'enseignement, la fin du travail forcé, et la création d'un système convenable d'assistance sociale figurent parmi les propositions les plus notables sur le plan social. Sur le plan économique, la nécessité d'encourager l'industrialisation des territoires coloniaux est soulignée.

Dans le domaine administratif, diverses mesures de réorganisation sont envisagées, mais il n'est pas question de limiter le pouvoir des chefs de colonie, dont l'extension est au contraire proposée.

Sur le plan politique, la conférence est nettement plus conservatrice s'agissant de l'organisation politique de l'Empire français, si les termes de - Fédération française -, de , personnalité politique , ou de , responsabilité politique ,apparaissent leur sens demeure ambigu.

Le texte final, rédigé conformément aux souhaits du général de Gaulle, écarte cependant l'idée d'émancipation des colonies en repoussant, avant même de préciser ses recommandations

toute idée d'autonomie, toute possibilité d'évolution hors du bloc français de l’Empire, la constitution éventuelle, même lointaine, de self-government dans les colonies est à écarter.

Le texte impose que les colonies jouissent d'une grande liberté administrative et économique. On veut également que les peuples coloniaux éprouvent par eux-mêmes cette liberté et que leur responsabilité soit peu à peu formée et élevée afin qu'ils se trouvent associés à la gestion de la chose publique de leur pays. 

Est également préconisée la création d'un organisme nouveau, une assemblée fédérale qui devra, tout en respectant la liberté locale des territoires, affirmer et garantir l'unité politique infrangible du monde français.

Si la conférence de Brazzaville est vue comme l'un des signes annonciateurs de la décolonisation, elle constitue également, selon Pierre Montagnon, un faux départ  de celle-ci.

Pour l'historien Xavier Yacono, la conférence, tout en préconisant de réelles réformes, se situe encore dans un contexte où la décolonisation demeure impensable  et où l'idéal demeurait toujours qu'un Africain français devînt un Français africain.

Informations supplémentaires

viagra bitcoin buy