Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce  Lebrun

 

Colonisation, immigration, terrorisme

 

Colonisation, immigration, terrorisme, s’adresse à la même mouvance des minorités ethniques, victime de l’exploitation de l’homme par l’Homme

La colonisation

 

On sait par définition que le Français indo- européen n’est pas très porté par la connaissance de l’Histoire, pas plus que la géographie constituée par la connaissance de l’espace terrien où chacun vit.

 

Demandez à l’homme de la rue de situer la position de Melbourne ( Australie) il vous enverra  en Suède.

 

Au touriste français  indoeuropéen de passage sur un territoire de la Caraïbe, il vous fera état de nos colonie, toujours ce critère de possession, ignorant qu’une loi de 1946 a modifié la donne.

 

En tout cas  dans son subconscient il n’a pas oublié quel était le rôle de la possession de territoires acquis par la ruse la force, que les autochtones étaient privés de liberté d’aller et venir, alors que les richesses du pays occupé étaient pillées au service de l‘économie de l’occupant.

 

Et nous avons un immense espace africain, des zones du Pacifique (Tahiti, Knaki) des territoires de la Caraibe( Martinique  Guadeloupe, Haïti jus qu’en 1804,  de l’Amérique du Sud (Guyane) de l’Océan indien ( Réunion Mayotte)

 

Toute cette politique était axée sur le pillage des richesses minières et autres, et la domination des hommes au service du colonisateur (guerres 1914 -1918, 1940-1945, guerres coloniales d’Indochine  et d’Algérie

 

L’immigration

 

C’est le fait de se déplacer individuellement ou collectivement d’un pays ou continent pour des raisons multiples.

 

D’aucuns feront état de motifs économiques alors que d’autres avanceront des motifs politiques d’insécurité, de non respect des droits de l’Homme.

 

Cette problématique est très sensible en France et donne lieu à des débats et des propos incongrus

 

Quoi qu’il en-soit, l’immigration qui touche particulièrement les ressortissants africains de L’Ouest du Continent, doit être considérée comme un échec totale de la colonisation, mis à la charge de la France.

 

Car pour bien comprendre ce drame, il convient de revenir sur le mode de colonisation française basée sur l’assimilation de masses colonisées

 

A ces masses rien n’a été inculqué, comme des notions de responsabilité, du goût de l’entreprise, du rôle de la vie politique et donc des choix.

 

C’était  pour l’Administration française une bande de demeurés assignés à la servitude du  maître sans espoir  d’évolution vers plus de Dignité.

 

Et donc en  1960, année de début des indépendantes octroyées à certains territoires du Continent , la France régnait sur une tutelle de 110 millions d’indigènes

 

Pas mal comme Nation des droits de l’Homme, on a la force et la mitraille pour imposer sa loi en terre étrangère.

 

Et donc avec ces indépendances octroyées nous avons trouvé à la tête des affaires, des hommes corrompus, incompétents mais faisant tout pour plaire au maitre européen

 

Ces populations sans repère; débousolées n'ont qu’une solution fuir leur pays pour grossir la masse des sans papiers en France et ailleurs.

 

https://www.youtube.com/watch?v=9AjkUyX0rVw

 

Prochainement... Le terrorisme

 

Toussaint Louverture
Biographie
Essais sciences humaines et politiques
Traduit de l'américain
Pierre Girard(Traducteur)

novembre2007 /14,5 x 24 / 400 pages
ISBN 978-2-7427-7156-1
prix indicatif : 25,00 €

 

 
Le point de vue des éditeurs

 

Né dans l’esclavage, artisan de la première – et de la seule – révolution d’esclaves de toute l’Histoire, contemporain de la Révolution française puis de Napoléon Ier, Toussaint Louverture, personnalité complexe, fut assurément l’une des plus fascinantes figures de l’Histoire du Nouveau Monde.

Madison Smartt Bell rend justice à ce personnage trop peu connu dans cette magistrale biographie où le talent du romancier s’allie à une érudition sans faille.

En 1791, l’île de Saint-Domingue était la plus riche des colonies de tout l’hémisphère occidental. Elle était, aussi, celle qui était régentée de la manière la plus cruelle : plus d’un tiers des esclaves en provenance d’Afrique trépassaient dans les quelques années qui suivaient leur arrivée.

Treize ans plus tard, les rebelles haïtiens proclamaient leur indépendance vis-à-vis de la France après la première – et la seule – révolution d’esclaves de toute l’Histoire.

 Le succès de ce soulèvement peut en grande partie être attribué à un homme, Toussaint Louverture – dont il est surprenant que le destin soit à ce point encore méconnu.

Dans cette fascinante biographie, Madison Smartt Bell combine à sa passion pour un territoire et un sujet qui ont nourri une partie importante de son œuvre romanesque (cf. sa magistrale trilogie :

Le Soulèvement des âmes, Le Maître des carrefours ; La Pierre du bâtisseur , tous trois parus chez Actes Sud) une profonde connaissance des circonstances historiques qui ont donné naissance à une personnalité telle que celle de Toussaint.

 Ce dernier a été perçu tantôt comme le martyr de la Révolution tantôt comme l’instigateur de l’un des épisodes les plus brutaux et les plus violents de l’Histoire : Smartt Bell bouscule la dichotomie réductrice d’une telle approche en parvenant à brosser en toute lucidité le portrait d’une figure éminemment complexe.


Né dans l’esclavage, Toussaint était lui-même devenu gardien d’esclaves et, à ce titre, il se trouvait associé à la classe des planteurs Blancs. Smartt Bell démontre comment cette position privilégiée lui apporta le crédit suffisant pour se gagner l’attachement des mulâtres comme des Noirs (qui l’avaient baptisé  Papa Toussaint ) tout en semant chez les mêmes les germes de la défiance.

L’une des réussites les plus remarquables du biographe est d’avoir réussi à démontrer la manière dont les mouvements, souvent surprenants, de Toussaint – ainsi du soutien qu’il apporta au roi de France alors même que la Révolution française avait mis à l’ordre du jour l’abolition de l’esclavage, pour ne rien dire de la manière dont il accepta de trahir une révolte d’esclaves prévue à la Jamaïque – peuvent être expliqués par son désir d’aboutir à la libération des Noirs de Saint-Domingue.

Cette magistrale biographie du  Napoléon Noir  – ou encore, comme l’écrit un critique du New York Sun Review :  d’un surhomme nietzschéen pressé  – constitue une véritable révélation quant à l’une des plus fascinantes figures de l’histoire du Nouveau Monde.

 Encore une fois, Madison Smartt Bell offre de la société haïtienne une approche superbe. Sa biographie de Toussaint Louverture allie les magies de la fiction à une érudition sans faille.
 

 

Informations supplémentaires

viagra bitcoin buy