Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce  Lebrun

 

Colonisation, immigration, terrorisme

 

Colonisation, immigration, terrorisme, s’adresse à la même mouvance des minorités ethniques, victime de l’exploitation de l’homme par l’Homme

La colonisation

 

On sait par définition que le Français indo- européen n’est pas très porté par la connaissance de l’Histoire, pas plus que la géographie constituée par la connaissance de l’espace terrien où chacun vit.

 

Demandez à l’homme de la rue de situer la position de Melbourne ( Australie) il vous enverra  en Suède.

 

Au touriste français  indoeuropéen de passage sur un territoire de la Caraïbe, il vous fera état de nos colonie, toujours ce critère de possession, ignorant qu’une loi de 1946 a modifié la donne.

 

En tout cas  dans son subconscient il n’a pas oublié quel était le rôle de la possession de territoires acquis par la ruse la force, que les autochtones étaient privés de liberté d’aller et venir, alors que les richesses du pays occupé étaient pillées au service de l‘économie de l’occupant.

 

Et nous avons un immense espace africain, des zones du Pacifique (Tahiti, Knaki) des territoires de la Caraibe( Martinique  Guadeloupe, Haïti jus qu’en 1804,  de l’Amérique du Sud (Guyane) de l’Océan indien ( Réunion Mayotte)

 

Toute cette politique était axée sur le pillage des richesses minières et autres, et la domination des hommes au service du colonisateur (guerres 1914 -1918, 1940-1945, guerres coloniales d’Indochine  et d’Algérie

 

L’immigration

 

C’est le fait de se déplacer individuellement ou collectivement d’un pays ou continent pour des raisons multiples.

 

D’aucuns feront état de motifs économiques alors que d’autres avanceront des motifs politiques d’insécurité, de non respect des droits de l’Homme.

 

Cette problématique est très sensible en France et donne lieu à des débats et des propos incongrus

 

Quoi qu’il en-soit, l’immigration qui touche particulièrement les ressortissants africains de L’Ouest du Continent, doit être considérée comme un échec totale de la colonisation, mis à la charge de la France.

 

Car pour bien comprendre ce drame, il convient de revenir sur le mode de colonisation française basée sur l’assimilation de masses colonisées

 

A ces masses rien n’a été inculqué, comme des notions de responsabilité, du goût de l’entreprise, du rôle de la vie politique et donc des choix.

 

C’était  pour l’Administration française une bande de demeurés assignés à la servitude du  maître sans espoir  d’évolution vers plus de Dignité.

 

Et donc en  1960, année de début des indépendantes octroyées à certains territoires du Continent , la France régnait sur une tutelle de 110 millions d’indigènes

 

Pas mal comme Nation des droits de l’Homme, on a la force et la mitraille pour imposer sa loi en terre étrangère.

 

Et donc avec ces indépendances octroyées nous avons trouvé à la tête des affaires, des hommes corrompus, incompétents mais faisant tout pour plaire au maitre européen

 

Ces populations sans repère; débousolées n'ont qu’une solution fuir leur pays pour grossir la masse des sans papiers en France et ailleurs.

 

https://www.youtube.com/watch?v=9AjkUyX0rVw

 

Prochainement... Le terrorisme

Idriss Déby Itno

 

Idriss Déby Itno né en 1952 à Berdoba au sud-est de Fada est un homme politique tchadien.

Le 2 décembre 1990, avec l'appui de la France, il chasse du pouvoir son ancien compagnon d'armes Hissène Habré après une période de lutte armée menée à partir du Soudan et le remplace le 4 décembre avec le titre de président du Conseil d'État.

Il est ensuite désigné président de la République du Tchad le 28 février 1991 après l'adoption de la Charte nationale.

Musulman, fils d'un berger de l'ethnie zaghawa, il est plus précisément bilieda habitants de la région de Bilia, un sous-groupe des Bideyat, lui-même sous-groupe de la grande ethnie des Zaghawas que l’on trouve des deux côtés de la frontière tchado-soudanaise. Elle est proche de l'ethnie toubou.

Après avoir passé son baccalauréat, il entre à l'école d'officiers de N'Djamena puis obtient en 1979 une licence de pilote professionnel en France ,spécialité transport des troupes à l'Institut Aéronautique Amaury la Grange

De retour au Tchad, il collabore avec Hissène Habré, entré en rébellion en mars 1980 contre Goukouni Oueddei après l’éclatement du Gouvernement national de transition ,GUNT, formé cinq mois plus tôt. Habré nomme alors Déby comme commandant en chef des Forces armées du nord FAN

Le juin 1982, Habré entre dans N'Djamena avec Déby à ses côtés, poussant le président Goukouni Oueddei à s'exiler en Algérie. Promu comme colonel il se rend en France où il suit les cours de l'École de guerre inter-armées

De retour au Tchad, il est nommé conseiller d'Habré pour la défense et la sécurité

En 1989, rien ne va plus entre Déby et Habré mais aussi son propre cousin, Hassan Djamous, qui l'a remplacé au poste de commandant en chef et son cousin Ibrahim Mahamat Itno, ministre de l'intérieur.

Accusés de complot, les trois hommes prennent la fuite le 1er avril 1989 ,cette action est communément appelée l'action du premier avril.

Tandis que le colonel Hassan Djamous est blessé et capturé par les hommes de Hissène Habré[, et son cousin Ibrahim Mahamat Itno tué, Idriss Déby réussit à gagner la Libye, puis le Soudan où il crée en mars 1990 le mouvement rebelle du Mouvement patriotique du Salut ,MPS.

Le 1er décembre 1990, avec l'aide des services de renseignement français ses forces s'emparent de N'Djamena et chassent Habré qui se réfugie au Sénégal.

Déby est alors porté à la présidence du Conseil d'État dès le 4 décembre puis désigné président de la République par son mouvement, désormais transformé en parti politique.

Lors de son investiture, il promet la tenue d'une conférence nationale ayant pour tâche principale l'élaboration d'une nouvelle constitution .

Il est élu président pour un premier mandat en 1996 puis pour un second mandat en 2001. Le 21 décembre 1999, treize mouvements politico-militaires et partis politiques s'unissent dans le but de renverser le régime qui se centralise progressivement sur le président.

En 2000, on estime à 25 000 morts le bilan du régime.

Le 26 mai 2004, les députés adoptent une modification constitutionnelle qui lève la limitation des mandats présidentiels auparavant fixée à deux.

En mai 2005, les rebelles sont sur le point de renverser le régime mais les forces françaises présentes sur place permettent le retour précipité d'Idriss Déby qui se trouvait en visite en Guinée équatoriale pour un sommet de la CEMAC.

Le 13 avril 2006, les rebelles du FUC ,Front Uni pour le Changement, entrent dans N'Djamena et manquent de peu de renverser le régime soutenu par les Français qui tireront sur les éléments du FUC .

Il est réélu pour un troisième mandat le 3 mai 2006 avec 64,67 % des suffrages exprimés, un mois après l'attaque manquée menée par le Front uni pour le changement ,FUC, du capitaine Mahamat Nour sur N'Djamena le 13 avril.

Le 3 février, l'un de ses principaux opposants, Ibni Oumar Mahamat Saleh est enlevé à son domicile par les militaires tchadiens. Le gouvernement français, embarassé, appelle à une clarification.

En février 2012, deux des fils de l'opposant disparu déposent plainte en France, et en 2013, un juge d'instruction français a décidé d'enquêter sur sa disparition.

C'est contre l'avis du parquet de Paris que ce juge d'instruction avait décidé de le mener. Le ministère public avait donc fait appel de cette décision.

Mais finalement la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris a donné raison au juge et considéré que les critères juridiques étaient réunis pour autoriser son enquête sur cette disparition.

En février 2008, les rebelles tchadiens du Commandement militaire unifié ,CMU, qui est composé du RFC de Timan Erdimi, de l'UFDD de Mahamat Nouri et du CNT de Hassan Al Djineidi lancent une seconde offensive pour prendre N’Djamena.

Début février 2008, il a donc de nouveau à faire avec des attaques rebelles sur N'Djamena qui entraînent le rapatriement des expatriés français vers le Gabon et la France.

Il subit un revers à la bataille de Massaguet le 1er février et doit repousser l'assaut sur la capitale du 2 au 4 février.

Trois fois plus nombreux à s’élancer du Soudan, une fois en ville, les rebelles cernent le palais présidentiel le 2 février.

Encerclé dans son palais, le président tchadien appelle plusieurs fois dans la journée le président français à l’aide. Celui-ci lui propose l'exil en territoire français

Le 7 février 2008, il échappe de justesse à une tentative de renversement dans la capitale, il reçoit le soutien de la France qui accuse le Soudan. Il exhorte l'Union européenne de dépêcher au plus tôt la force de paix EUFOR, dont le contingent principal est français.

Son parti remporte 133 sièges sur 188 aux élections législatives du 13 février 2011

Le 25 avril 2011, il est réélu pour un quatrième mandat dès le premier tour de l'élection présidentielle par 88,7 % des voix, face à Albert Pahimi Padacké ,6 %, et Madou Nadji ,5,3 %.

Il s'oppose a l'intervention militaire occidentale et soutient le colonel Mouammar Kadhafi durant la guerre civile libyenne de 2011.

Idriss Déby aurait envoyé des éléments de la garde tchadienne en Libye. En janvier 2013, le Tchad envoie des troupes au nord du Mali pour participer à l'opération Serval

Idriss Déby considère le nord de la Centrafrique comme stratégique du fait de ses ressources pétrolières.

Il contribue à la prise de pouvoir du président Francois Bozizé en Centrafrique avant de s'opposer à lui et de soutenir le mouvement rebelle de la Seleka

Informations supplémentaires

viagra bitcoin buy