Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce  Lebrun

 

Colonisation, immigration, terrorisme

 

Colonisation, immigration, terrorisme, s’adresse à la même mouvance des minorités ethniques, victime de l’exploitation de l’homme par l’Homme

La colonisation

 

On sait par définition que le Français indo- européen n’est pas très porté par la connaissance de l’Histoire, pas plus que la géographie constituée par la connaissance de l’espace terrien où chacun vit.

 

Demandez à l’homme de la rue de situer la position de Melbourne ( Australie) il vous enverra  en Suède.

 

Au touriste français  indoeuropéen de passage sur un territoire de la Caraïbe, il vous fera état de nos colonie, toujours ce critère de possession, ignorant qu’une loi de 1946 a modifié la donne.

 

En tout cas  dans son subconscient il n’a pas oublié quel était le rôle de la possession de territoires acquis par la ruse la force, que les autochtones étaient privés de liberté d’aller et venir, alors que les richesses du pays occupé étaient pillées au service de l‘économie de l’occupant.

 

Et nous avons un immense espace africain, des zones du Pacifique (Tahiti, Knaki) des territoires de la Caraibe( Martinique  Guadeloupe, Haïti jus qu’en 1804,  de l’Amérique du Sud (Guyane) de l’Océan indien ( Réunion Mayotte)

 

Toute cette politique était axée sur le pillage des richesses minières et autres, et la domination des hommes au service du colonisateur (guerres 1914 -1918, 1940-1945, guerres coloniales d’Indochine  et d’Algérie

 

L’immigration

 

C’est le fait de se déplacer individuellement ou collectivement d’un pays ou continent pour des raisons multiples.

 

D’aucuns feront état de motifs économiques alors que d’autres avanceront des motifs politiques d’insécurité, de non respect des droits de l’Homme.

 

Cette problématique est très sensible en France et donne lieu à des débats et des propos incongrus

 

Quoi qu’il en-soit, l’immigration qui touche particulièrement les ressortissants africains de L’Ouest du Continent, doit être considérée comme un échec totale de la colonisation, mis à la charge de la France.

 

Car pour bien comprendre ce drame, il convient de revenir sur le mode de colonisation française basée sur l’assimilation de masses colonisées

 

A ces masses rien n’a été inculqué, comme des notions de responsabilité, du goût de l’entreprise, du rôle de la vie politique et donc des choix.

 

C’était  pour l’Administration française une bande de demeurés assignés à la servitude du  maître sans espoir  d’évolution vers plus de Dignité.

 

Et donc en  1960, année de début des indépendantes octroyées à certains territoires du Continent , la France régnait sur une tutelle de 110 millions d’indigènes

 

Pas mal comme Nation des droits de l’Homme, on a la force et la mitraille pour imposer sa loi en terre étrangère.

 

Et donc avec ces indépendances octroyées nous avons trouvé à la tête des affaires, des hommes corrompus, incompétents mais faisant tout pour plaire au maitre européen

 

Ces populations sans repère; débousolées n'ont qu’une solution fuir leur pays pour grossir la masse des sans papiers en France et ailleurs.

 

https://www.youtube.com/watch?v=9AjkUyX0rVw

 

Prochainement... Le terrorisme

Dès le 10 décembre 1520 à Wittemberg où la bulle papale fût brûlée par la main du frère Martin, le protestantisme prit corps, et quelque chose de plus avait entamé l’autorité déjà vacillante du pape.

Avec l’établissement du calvinisme dans les pays nordiques  , Danemark, Suède, du luthérianisme en Prusse avec Luther et de l’anglicanisme en Angleterre où  l’Acte de Suprématie  fit du roi le vrai pape  de l’Église anglaise, le pape avait en effet perdu une partie de son aire de rayonnement, moral et spirituel. Le monde occidental chrétien avait éclaté.

La guerre sans merci déclenchée entre les partisans du pape et les antipapistes, considérés comme des hérétiques indésirables et dangereux pour la chrétienté, va se manifester dans les rapports avec le Nouveau Monde dont le moteur économique est le commerce négrier.

Au XVIe siècle, ce sont encore les pays catholiques , Portugal et Espagne, qui dominent la traite. Il leur sera de plus en plus interdit de faire des contrats avec des commerçants et des navigateurs protestants pour ne pas exposer les esclavagistes et les esclaves à la conta­gion de l’hérésie.

De leur côté, les ressortissants des pays passés à la Réforme comme le Danemark, la Suède, la Hollande et surtout l’Angleterre n’avaient plus aucune raison de prêter attention aux injonctions des souverains pontifes.

Leur préoccupation majeure était de se tailler une place dans un commerce qui prenait une place de plus en plus prépondérante dans le circuit commercial européen.

La mise en garde contre tout commerce avec les hérétiques répondait, sans nul doute, à un souci d’orthodoxie et d’ostracisme imposé aux catholiques par les autorités religieuses depuis le concile de Trente et qui dura jusqu’à une époque récente.

Cela avait aussi l’avantage d’assurer aux pays catholiques un monopole qui leur échappait du fait de l’affaiblissement de leur puissance maritime. Car le commerce de l’or, des esclaves et du sucre avait suscité des convoitises dans presque toutes les nations qui attaquaient les navires portugais..

On ne saurait oublier que les guerres auxquelles firent face les puissances ibériques opposées aux puissances européennes du Nord avaient trois buts principaux /

- supplanter le Portugal dans son commerce avec l’Orient, 

- se rendre maître des plantations de sucre du Brésil ,

- et, par voie de conséquence, s’approprier les sources de main-d’oeuvre africaines.

A partir de la deuxième moitié du XVIe siècle, les problèmes de la traite se présentèrent avec les conséquences des guerres de religion, qui sévissaient entre les États européens, c’est-à-dire sous un jour nou­veau.

Car l’adhésion aux doctrines de la Réforme des États où la traite se faisait avec le plus d’intensité, l’Angleterre et la Hollande, fit naître un souci de plus. Il fallait éviter que, par ce canal, les erreurs hérétiques viennent infester les colonies , il fallait une police sanitaire pour les croyances comme pour les maladies.

Il y eut même là un cas de conscience, car les canonistes déclaraient nettement qu’on ne pouvait ni vendre des nègres aux hérétiques, ni en acheter d’eux.

L'autorité pontificale

Informations supplémentaires

viagra bitcoin buy