Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce  Lebrun

 

Colonisation, immigration, terrorisme

 

Colonisation, immigration, terrorisme, s’adresse à la même mouvance des minorités ethniques, victime de l’exploitation de l’homme par l’Homme

La colonisation

 

On sait par définition que le Français indo- européen n’est pas très porté par la connaissance de l’Histoire, pas plus que la géographie constituée par la connaissance de l’espace terrien où chacun vit.

 

Demandez à l’homme de la rue de situer la position de Melbourne ( Australie) il vous enverra  en Suède.

 

Au touriste français  indoeuropéen de passage sur un territoire de la Caraïbe, il vous fera état de nos colonie, toujours ce critère de possession, ignorant qu’une loi de 1946 a modifié la donne.

 

En tout cas  dans son subconscient il n’a pas oublié quel était le rôle de la possession de territoires acquis par la ruse la force, que les autochtones étaient privés de liberté d’aller et venir, alors que les richesses du pays occupé étaient pillées au service de l‘économie de l’occupant.

 

Et nous avons un immense espace africain, des zones du Pacifique (Tahiti, Knaki) des territoires de la Caraibe( Martinique  Guadeloupe, Haïti jus qu’en 1804,  de l’Amérique du Sud (Guyane) de l’Océan indien ( Réunion Mayotte)

 

Toute cette politique était axée sur le pillage des richesses minières et autres, et la domination des hommes au service du colonisateur (guerres 1914 -1918, 1940-1945, guerres coloniales d’Indochine  et d’Algérie

 

L’immigration

 

C’est le fait de se déplacer individuellement ou collectivement d’un pays ou continent pour des raisons multiples.

 

D’aucuns feront état de motifs économiques alors que d’autres avanceront des motifs politiques d’insécurité, de non respect des droits de l’Homme.

 

Cette problématique est très sensible en France et donne lieu à des débats et des propos incongrus

 

Quoi qu’il en-soit, l’immigration qui touche particulièrement les ressortissants africains de L’Ouest du Continent, doit être considérée comme un échec totale de la colonisation, mis à la charge de la France.

 

Car pour bien comprendre ce drame, il convient de revenir sur le mode de colonisation française basée sur l’assimilation de masses colonisées

 

A ces masses rien n’a été inculqué, comme des notions de responsabilité, du goût de l’entreprise, du rôle de la vie politique et donc des choix.

 

C’était  pour l’Administration française une bande de demeurés assignés à la servitude du  maître sans espoir  d’évolution vers plus de Dignité.

 

Et donc en  1960, année de début des indépendantes octroyées à certains territoires du Continent , la France régnait sur une tutelle de 110 millions d’indigènes

 

Pas mal comme Nation des droits de l’Homme, on a la force et la mitraille pour imposer sa loi en terre étrangère.

 

Et donc avec ces indépendances octroyées nous avons trouvé à la tête des affaires, des hommes corrompus, incompétents mais faisant tout pour plaire au maitre européen

 

Ces populations sans repère; débousolées n'ont qu’une solution fuir leur pays pour grossir la masse des sans papiers en France et ailleurs.

 

https://www.youtube.com/watch?v=9AjkUyX0rVw

 

Prochainement... Le terrorisme

Luanda

 

Luanda  anciennement São Paulo da Assunção de Loanda , est une ville d'Afrique, capitale de l’Angola
Située sur la côte africaine de l'océan Atlantique, Luanda est le principal port du pays.

En 1995, la population de son agglomération était estimée à 3 millions d’habitants.
Luanda est également la capitale de la province du même nom.

Démographie

Les habitants de Luanda sont principalement d’origine ethnique bantou, comme les tribus Ovimbundu, Kimbundu ou Bakongo. Il subsiste aussi une communauté métis importante et une petite communauté d'origine portugaise.

La démographie de la ville a substantiellement évolué à partir des années 1930, d'abord favorisée par la colonisation du territoire par les Portugais sous le régime de l'Estado Novo, puis par les réfugiés de la guerre civile à partir de 1975.

1815 , Luanda compte 18 000 habitants,

1900 , 20 000

1934 ,18 000

1940 , 61 000

1950 , 137 000

1987 , 1 136 000

1975 , 600 000 , année de l'indépendance de l'Angola

1991 , 2 000 000 , fin de la guerre civile

2005 , 2 776 000

2008 , +6 000 000 d'habitants.

La langue officielle, qui est également la plus parlée, est le portugais, bien que plusieurs langues reliées au bantou soient répandues. Il existe une toute petite minorité d’habitants d’origine européenne.

Histoire

La ville fut fondée en 1575 par les Portugais sous le nom de São Paulo de Luanda et fut le centre administratif de la colonie d’Angola depuis 1627, sauf de 1640 à 1648.

Depuis les années 1550 jusqu’à vers 1850, Luanda fut un centre important pour le trafic d’esclaves vers le Brésil. Quand l'Angola devient colonie portugaise l'administration de la ville est divisée en quartier pour indo europens et quartier pour les Nègres

Les Blancs vivent dans des villas avec domestique tandis que les Africains vivent dans des huttes. Les Nègres sont en majorité Kimbundu ou Bakongo. L'armée coloniale surveille les entrées sorties des Africains dans les quartier européens.

En 1961 éclata une insurrection anti-coloniale, les guérilléros du MPLA massacrèrent 2000 colons portugais en un jour, ce qui déclencha la guerre d´indépendance.

Les Portugais réprimèrent l'insurrection dans le sang , environ 10 000 morts et 40 000 réfugiés pour une ville de 800 000 habitants.

Après l’indépendance du pays en 1975, la plupart de la population portugaise de la ville partit et fut remplacée par de nombreux cubains, principalement des soldats.

Lors de la guerre civile qui suivit l'accession du pays à l'indépendance, la ville fut attaquée par les forces du FNLA et des mercenaires portugais qui furent repoussées par l'armée gouvernementale et les Cubains à la bataille de Kifangondo.

La guerre civile entre MPLA et UNITA amena de nombreux paysans notamment Ovimbundu à se réfugier en ville.


Les élections législatives de septembre 2008 sont remportées par le MPLA avec 74,93% de voix, suivi de l'UNITA avec 18,25 %, le PRS avec 1,94% et le ND-Coalition avec 1,67% des voix.

Géographie

Luanda se divise en deux zones principales comprenant d'une part la baie de Luanda comprenant la vieille ville colonial, le fort et le port et d'autre part la haute ville , quartier moderne.

Luanda est le siège de l'archevêché catholique, de l'université catholique de l'Angola et de l'université Agostinho Neto.
Luanda est située dans une zone tropicale, la température moyenne y est de 24,4°C.

L'hiver angolais s'appelle le Cacimbo et il est présent durant la période de l'été européen et par la suite, d'environ septembre à juin de l'année suivante, cela reste l'été. Au cacimbo, il fait environ 21°C et en été jusqu'à 36°C.

Transport

Le plus grand aéroport international du pays, nommé Aeroporto Quatro de Fevereiro, est situé dans la ville. C'est l'un des aéroports les plus difficiles à l'atterrissage au monde.

En effet, il n'a pas été modifié depuis l'indépendance. La piste reste donc petite pour les très gros porteurs et ne pourra par exemple pas accueillir le nouvel A380 avant plusieurs années.

Informations supplémentaires

viagra bitcoin buy