Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce  Lebrun

 

Colonisation, immigration, terrorisme

 

Colonisation, immigration, terrorisme, s’adresse à la même mouvance des minorités ethniques, victime de l’exploitation de l’homme par l’Homme

La colonisation

 

On sait par définition que le Français indo- européen n’est pas très porté par la connaissance de l’Histoire, pas plus que la géographie constituée par la connaissance de l’espace terrien où chacun vit.

 

Demandez à l’homme de la rue de situer la position de Melbourne ( Australie) il vous enverra  en Suède.

 

Au touriste français  indoeuropéen de passage sur un territoire de la Caraïbe, il vous fera état de nos colonie, toujours ce critère de possession, ignorant qu’une loi de 1946 a modifié la donne.

 

En tout cas  dans son subconscient il n’a pas oublié quel était le rôle de la possession de territoires acquis par la ruse la force, que les autochtones étaient privés de liberté d’aller et venir, alors que les richesses du pays occupé étaient pillées au service de l‘économie de l’occupant.

 

Et nous avons un immense espace africain, des zones du Pacifique (Tahiti, Knaki) des territoires de la Caraibe( Martinique  Guadeloupe, Haïti jus qu’en 1804,  de l’Amérique du Sud (Guyane) de l’Océan indien ( Réunion Mayotte)

 

Toute cette politique était axée sur le pillage des richesses minières et autres, et la domination des hommes au service du colonisateur (guerres 1914 -1918, 1940-1945, guerres coloniales d’Indochine  et d’Algérie

 

L’immigration

 

C’est le fait de se déplacer individuellement ou collectivement d’un pays ou continent pour des raisons multiples.

 

D’aucuns feront état de motifs économiques alors que d’autres avanceront des motifs politiques d’insécurité, de non respect des droits de l’Homme.

 

Cette problématique est très sensible en France et donne lieu à des débats et des propos incongrus

 

Quoi qu’il en-soit, l’immigration qui touche particulièrement les ressortissants africains de L’Ouest du Continent, doit être considérée comme un échec totale de la colonisation, mis à la charge de la France.

 

Car pour bien comprendre ce drame, il convient de revenir sur le mode de colonisation française basée sur l’assimilation de masses colonisées

 

A ces masses rien n’a été inculqué, comme des notions de responsabilité, du goût de l’entreprise, du rôle de la vie politique et donc des choix.

 

C’était  pour l’Administration française une bande de demeurés assignés à la servitude du  maître sans espoir  d’évolution vers plus de Dignité.

 

Et donc en  1960, année de début des indépendantes octroyées à certains territoires du Continent , la France régnait sur une tutelle de 110 millions d’indigènes

 

Pas mal comme Nation des droits de l’Homme, on a la force et la mitraille pour imposer sa loi en terre étrangère.

 

Et donc avec ces indépendances octroyées nous avons trouvé à la tête des affaires, des hommes corrompus, incompétents mais faisant tout pour plaire au maitre européen

 

Ces populations sans repère; débousolées n'ont qu’une solution fuir leur pays pour grossir la masse des sans papiers en France et ailleurs.

 

https://www.youtube.com/watch?v=9AjkUyX0rVw

 

Prochainement... Le terrorisme

Brasilia

 

Brasilia est la capitale du Brésil  Elle est située dans la région Centre-Ouest, et contrairement aux autres villes de ce pays, Brasilia ne fait pas partie d'un État mais du District fédéral -DF, pour Distrito Federal-
Brasilia est membre de l'Organisation des villes du patrimoine mondial.

Administration

Brasilia est la seule ville du Brésil qui ne soit pas gouvernée par un maire . La ville est administrée par un gouverneur et son administration, le GDF -Governo do Distrito Federal-.

Histoire

Brasilia est une des plus récentes capitales du monde. Ses premières infrastructures et bâtiments furent construits en seulement 1 000 jours avant son inauguration le 21 avril 1960, sous l'impulsion du Président Juscelino Kubitschek.

Le but du projet était d'attirer vers l'intérieur des terres la population et l'activité économique, alors essentiellement concentrée dans les grandes villes côtières, afin de mieux répartir les richesses. Brasilia fut aussi bâtie pour apaiser l'affrontement existant entre les deux autres capitales du pays, Rio de Janeiro et São Paulo.

Véritable capitale politique et administrative, elle compte maintenant un peu plus de deux millions d'habitants.

Géographie

Située dans le Centre-Est du Brésil sur un plateau à 1 100 m d'altitude en plein cœur du cerrado, son climat est de type tropical d'altitude, avec 22°C de température moyenne, marqué par un taux d'humidité très bas en hiver ,25%.

Distance , par route de Rio de Janeiro , 1 148 km, São Paulo ,  1 015 km, Salvador ,  1 531 km, Fortaleza ,2 285 km, Recife ,  2 220 km, Manaus , 3 430 km.

Sa population était de 2 455 903 habitants au recensement de 2007 La municipalité s'étend sur 5 802 km².

Population

Les habitants de Brasilia sont appelés Brasilienses. Les ouvriers, venus de tout le pays mais principalement du Minas Gerais et surtout du Nordeste pour travailler à la construction de la ville ont été appelés Candangos féminin Candangas, terme qui n'a pas de signification particulière mais trouve son origine de mots issus de l'esclavage.

Les travailleurs des classes moyenne et supérieure -ingénieurs, médecins-, furent, eux, désignés comme Pioneiros.

Les Brésiliens de la nouvelle génération nés à Brasilia, par similitude et amusement, s'appellent entre eux Calangos, terme qui désigne une espèce de lézard de la région.

Économie

Brasilia centralise l'administration , le pouvoir législatif, le pouvoir exécutif et le pouvoir judiciaire, ainsi que l'armée.

 Les entreprises privées ne représentent qu'une petite partie de l'activité locale, d'autant plus que les industries lourdes et polluantes y sont interdites par loi. Les services représentent plus de 90% de l'activité du District féderal.

Urbanisme

Véritable chef d'œuvre d'architecture moderne, Brasilia a été déclarée Patrimoine mondial de l'humanité en 1987 par l'UNESCO. L'urbaniste Lúcio Costa a dessiné la ville en forme d'avion, inscrit dans un lac artificiel.

 Les quartiers résidentiels sont fonctionnels et s'auto-suffisent , centres commerciaux, écoles et parcs sont à proximité.

Les bâtiments principaux ont été conçus par l'architecte Oscar Niemeyer , la cathédrale -4 000 places-, le Congrès national -Chambre des députés et Sénat- le Ministère des Affaires étrangères, le Tribunal suprême et le Palais de la présidence.

La ville s'organise autour de deux axes perpendiculaires , l’Eixo monumental et l’Eixo Rodoviário ou Eixāo.

L'Eixo monumental, orienté est-ouest, coupe la ville en deux parties symétriques. Il est considéré par les Brésiliens comme la plus large avenue du monde, avec 250 m séparant ses deux fois six voies au point le plus large.

Vu du ciel, il représente la flèche, le fuselage de l'avion. À sa pointe est se situe la place des trois pouvoirs ainsi que l'esplanade des ministères.

L'Eixāo, courbe, traverse de nord à sud le plano piloto, le cœur résidentiel de la ville. Vu du ciel, il représente les ailes de l'avion. L'aile sud et l'aile nord, organisées en superquadras le long de l'axe, regroupent environ 300 000 habitants.

 Il est constitué d'un piste principale de deux fois trois voies, accessibles à partir des axes secondaires eixinhos en portugais, -littéralement petits axes-.

Les axes secondaires se trouvent de part et d'autre de l'Eixao, chacun étant constitué de deux fois deux voies.

L'Eixāo permet de traverser l'Eixo monumental sous un tunnel. L'Eixão est exclusivement réservé à la circulation des véhicules, des passages souterrains sont aménagés pour la traversée des piétons.

Deux autres axes traversent de nord à sud le Plano Piloto, respectivement à l'ouest et à l'est de l'Eixão ,W3 et L2. Ces axes sont bordés de commerces et de résidences.

Au croisement des deux axes se trouve la rodoviária, station centrale de réseau autobus et terminal du métro.

Transport

Brasilia est desservie par un aéroport international -Brasilia Internacional ou Aéroport international Presidente Juscelino Kubitschek-

Les transports en commun sont assurés par un réseau de bus. La construction du métro a débuté en 1992, il dessert les villes satellites de Taguatinga, Guará, Ceilândia, Aguas claras, Samambaia et une partie du Plano Piloto.

Le tracé des routes et des espaces de stationnement, qui fut planifiée dans les années 1950, projetait que chaque famille possèderait un seul véhicule.

Aujourd'hui bien des familles du Plano Piloto, aisées, en possèdent plusieurs, parfois une par personne. Les axes s'en trouvent congestionnés aux heures de pointe, et les zones de stationnement des superquadras sont souvent pleines.

Additional information

viagra bitcoin buy