Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce  Lebrun

 

Le terrorisme

 

 

En ce 21 siècle nous vivons dans un monde de fous, où tous les coups diplomatiques sont servis, mensonges manipulations des masses...

 

...et dans ce tableau peu réjouissant les Occidentaux  sont en pôle position , avec deux nations qui se détachent, Les Etats Unis d’Amérique et la FRANCE de l'Europe

 

Car voici venu le temps des commémorations de tous genres, 11 Septembre 2001, les Etats Unis, 13  Novembre 2015 la  France avec un procès  à grand  renfort  de publicité  et  des médias très actifs.

 

Qu’à travers ces démonstrations hypocrites les Occidentaux veulent passer ce message au Monde, qu’ils ont eu un comportement exemplaire dans leur politique et leur diplomatie, alors que ce sont des lâches mécréants qui les   ont attaqués.

 

Qu’en cette nouvelle forme de guerre peu de moyens sans troupes, qu' ils  ont transformé par dérision en terrorisme, plus facile pour tromper les peuples, alors qu'ils pratiquent des frappes aeriennes, peu recommandables pour la morale et la philosiphe militaire.

 

Allons bon qu’au cours des 20   30 annes écoulés  notre monde a vu passer  entre autres  le massacre du Rwanda Afrique Avri 1 994  avec des interférences plus ou moins directes de Nations européennes,

 

Sans oublier le crise Yougoslave des années 1990 avec une jeune  Nation en pleine prospérité  que j’ai visité, mais que malheureusement des Ets européens  démangaient, ce qui a acconduit à le destruction  de l’oeuvre du Maréchal TITO et la dispersion des populations Serbes, Croates etc, demain l’Histoire nous dira plus.

 

Que les Etas unis ont multiplié les méfais en Amérique du Sud et dans la Caraïbe

 

S’agissant de la FRANCE dont elle occupe une partie de l’Afrique sous prétexte de terrorisme malgré la forte opposition deS populations concernées.

 

Et nous sommes en Mars 2011 avec une France  rongée par une forte affaire de financement libyen dans la campagne présidentielle de 2007 .

Une affaire gênante pour une des partis dans ce pays, alors il n’y a qu’une solution  de faire disparaître un témoin gênant,

 

Et d’ailleurs sans vergogne et suivantLL les excitation d'un pseudo philosophe, la France a décidé d’écraser la Lybie avec le soutien de certains membres de l'OTAN...

 

...dont l’Allemagre et  La Grande Bretagne malgré les recommandations du Conseil de Sécurité e l’ONU portant sur la non utilisation des armes lourdes, au titre d’une opération limitée dans le temps et l’espace.

 

 

Cette offensive de plus de 6 mois a laisser sur le terrain des milliers de victimes et d’orphelins dont personnes ne s’en  soucis, et pour moi tous les Officiers généraux ayant pris part à la campagnes libyenne...

 

...et certains membres du Conseil de sécutité et de l'OTAN que vous les connaissez, auraient dû être arrêtés et traduits pour être juger par la CPI

 

Il est évident que si la Libye avait disposé de l’Arme nucléaire, elle n’aurait pas subi un tel sort, d'où  ma préoccupation que toutes les Nations membres de l'ONU DEVRAIENT DISPOSER DE  CETTE HAUTES TECNOLOGIE POUR ËTRE EN PAIX

 

Et  nous voici  en cette  soirée du  13 Novembre 1915 à Paris, face à un étrange commando, composé de pieds nickelés, embarqués  sans stratégie ni connaissance des combats de rue...

 

...dans une opération qui  a tourné en jus de boudin, tous les assaillants ayant été tués, sauf un qui dan un procès fleuve dira  sa vérité alors que personne n’a en mémoire des victimes  Libyennes

 

Mais un tel spectacle fait le bonheur des charlatans politiens de tous poils

 

Enfin la nouvelle Administration américaine a  décidé de déclassifier des documents top secret à propos du crash du 11 Setembre établi par le FBI ...

 

..où l’on apprend que l’Afghanistan n’avait  aucun  rôle dans ce drame  dont le donneur d’ordre était l’Arabie Saoudite

 

Enfin j’ajoute, q' aussi  spectaculaire que fut les crash du 11  Septembre il n'a en rien apporter des solutions aux problèmes de fond que sont l’arrogance des Occidentaux ...

 

...et une  un économie ultra florissante  sans partage, acquise grâce à l’exploitation des Esclaves africains par les Etats unis,la France et la Grande Bretagne

 

Rome fut grand mais Rome sombra à vous d’ en juger

Prochainement Le Séparatisme

 

https://www.youtube.com/watch?v=U3yFpG2E7JE&list=RDU3yFpG2E7JE&start_radio=1

La Barbade

 

La Barbade,  Barbados en anglais,  est un État insulaire située à la frontière de la mer de  la Caraïbe et l'océan Atlantique. Pendant plus de trois siècles, la Barbade a été sous la domination britannique et le Souverain du Royaume Uni en est encore le chef de l'État.

 Situé à environ 13° nord de l'équateur et 59° ouest du méridien de Greenwich, la Barbade est considérée comme faisant partie de la Caraïbe.

Les îles les plus proches sont l'île Saint-Vincent-et-les Grenadines et Sainte-Lucie, à l'ouest. Au sud, se trouve Trinité-et-Tobago - avec qui la Barbade partage désormais une frontière maritime fixe et officielle et la côte sud-américaine.

 La superficie totale de la Barbade est d'environ 430 kilomètres carrés , 166 miles carrés, et est principalement de faible altitude, avec les pics les plus élevés à l'intérieur du pays. Le point le plus élevé de la Barbade est le mont Hillaby dans la paroisse de Saint Andrew.

 La composition géologique de la Barbade est d'une origine non-volcanique et est principalement de calcaire et de coraux formés par la subduction de la plaque sud-américaine en collision avec la plaque caraïbe.

L'île a un climat tropical, avec des alizés de l'océan Atlantique servant à maintenir des températures douces.

 Certaines régions moins développées du pays contiennent des forêts tropicales et des mangroves. D'autres parties de l'intérieur du pays, qui contribuent à l'industrie de l'agriculture, sont dédiés à la production de cannes à sucre.

En 2006, l'indice de développement humain de la Barbade était le 37e plus élevé au monde , 0,889 .

Histoire

La Barbade a joué le rôle d'une chaudière politique, économique et sociale dans la Caraïbe, dont elle concentre, sur une surface minuscule, 80% de la population blanche dès les années 1640, à la fin desquelles le succès de quelques grandes exploitations sucrières créé les premières fortunes rapide de l'histoire.

Refuge des aristocrates pendant la gestion Cromwell des années 1650, l'île devient à la restauration monarchique de 1660 le point de départ d'un essaimage de l'économie de plantation dans tout le Nouveau-Monde,  Surinam, Sainte-Lucie, Montserrat, Jamaïque, Caroline, New-Jersey Virgine et Maryland.

Étymologie

D'après certaines tribus autochtones, la Barbade avait pour nom Ichirouganaim. Le nom , Barbade,  a été donné par les premiers Européens arrivés à l'île, en l'occurrence les Portugais , le mot en portugais signifiant , barbe. Cependant, il existe une certaine ambiguïté autour du mot

En effet, certains historiens pensent que ce nom a été donné à cause des barbes que portaient les habitants de l'île, d'autres pensent que c'est la forme même de l'île qui est telle.

 Une chose est sûre, du moins, dès 1519 un explorateur génois d'Italie , Visconte Maggiolo,  avait déjà dessiné l'île sur une carte avec exactitude dans le lieu où elle se situe actuellement et lui attribua le même nom qu'elle porte aujourd'hui.

Peuplement

L’île de Barbade pourrait avoir été habitée dès le XVIIe siècle avant J.-C. Les migrations de populations amérindiennes venues du Venezuela sont mieux connues. Les Arawak débarquèrent aux alentours de -400. Des traces de leur présence ont été retrouvées à Silver Sands, Chancery Land et Pie Corner.

 Ils furent ensuite envahis par les Caraïbes vers 1200 et leur population décrut rapidement. Les Caraïbes disparurent également de l’île, victimes de famines, de maladies et de l’enlèvement par les colons espagnols vers des îles plus grandes pour servir d’esclaves.

Des navigateurs portugais en route vers le Brésil visitèrent brièvement l’île, laissant derrière eux des cochons sauvages qui allaient faire le bonheur des premiers colons britanniques. Ils nommèrent l’île Os Barbudos, qui signifie les barbus en portugais, peut-être en raison de l’apparence des figuiers dont elle était couverte.

Colonisation britannique

Le premier navigateur britannique débarqué le 14 mai 1625 tomba par hasard sur l’île, qu'il juge inhabitée et la revendique au nom du roi Jacques Ier. Il revient deux ans après avec 80 hommes pour l'occuper.

 Entre-temps, la première colonie fut établie le 17 février 1627 près de l’actuelle Holetown par Sir William Courteen, un commerçant londonien fils de protestants wallons, qui possédait le titre de la Barbade et de plusieurs autres îles non revendiquées.

 Courteen perdit ensuite son titre au profit du compte de Carlisle Bay, envoyé par le roi catholique mais qui se heurte assez vite aux habitants de l'île.

Ce dernier nomma le gouverneur Henry Hawley, qui fonda la Maison de l’Assemblée en 1639 dans un effort de pacification à l’intention des planteurs qui voyaient sa nomination d’un mauvais œil.

La population était alors en grande majorité composée d'européens, et de quelques esclaves africains. La culture du tabac, du coton, du gingembre et de l’indigo était principalement assurée par des travailleurs Européens sous contrat jusqu’au développement de l’industrie de la canne à sucre.

La population de l'île connait une très forte croissance de 1627 jusqu'à l'année 1645, où elle culmine à plus de 40.000 habitants. Mais dès cette date, elle diminue. Elle est même divisée par quatre en soixante ans, à 20.000 en 1685 et 12.000 en 1705.

 La population noire de l'île passe au contraire de quelques centaines en 1640 , cent fois moins que les européens, essentiellement des esclaves libérés lors de l'attaque de bateaux espagnols, à 4.000 en 1645 et 12.000 en 1705 Pidgins and Creoles De John A. Holm.

Cette baisse de la population s'explique par le succès des premières plantations de sucre, une denrée ont le prix est alors très élevé et qui nécessite de grandes surfaces de culture, ce qui entraîne une énorme spéculation immobilière, ce qui amène les petits planteurs de tabacs à s'exiler vers la Caroline, où ils s'installent en 1661.

Ou vers les Les 13 paradis des frères de la côte, dont la Jamaïque implantations des boucaniers trafiquant le bois de teinture, l'acajou, l'eau douces et la viande séchée, sur les îles de Guanaja et Roatan tout près de côtes du Honduras, la côte du Campeche, et la côte des Mosquitos en face des îles de la Providence, au large du Nicaragua.

L'impact des conflits religieux en Angleterre et au Portugal

L'essentiel de l'immigration européenne à la Barbade s'est fait avant 1645, lors des guerres entre le parlement et le roi catholique Charles 1er Stuart d'Angleterre.

 À la mise à mort de ce dernier et l'avènement d'Oliver Cromwell, la population européenne de la Barbade décline déjà, et ce déclin s'accélère ensuite, beaucoup d'engagés volontaires fuyant à la Jamaïque lorsque elle est conquise en 1655.

 Cromwell a exilé des soldats irlandais, avant son arrivée au pouvoir, essentiellement dans les autres pays d'Europe après son avènement, selon l'historien John A. Holm. À la Barbade, il n'a fait qu'installer 150 anglais protestants non-conformistes en 1650.

 L'île était alors déjà majoritairement peuplée d'irlandais catholiques et royalistes, et n'en voulait pas plus, à la différence de Saint-Christophe, autre île anglophone, qui a déporté ses catholiques irlandais royalistes, des jacobites, à Montserrat.

Le parlement anglais, qui rêve d'exproprier les planteurs catholiques de Barbade, n'envoie finalement que 700 prisonniers irlandais de guerre dans le Nouveau-Monde.

L'immense majorité des prisonniers irlandais, soit 35.000 hommes, sont envoyés en Espagne et en France, où ils forment les bases des communautés jacobites, par exemple à Nantes et Saint- Malo, selon l'enquête de l'historien Robin Blackburn, dans The Making of New World Slavery.

Avec le Navigation Act Oliver Cromwell se dote en même temps d'une flotte capable de protéger l'Angleterre de l'Espagne, posant le premier jalon du développement futur de la Royal Navy.

En 1652, il fait le blocus de la Barbade pour y imposer des taxes et un monopole empêchant l'île d'exporter son sucre vers d'autres pays. En janvier 1652, la milice de l'île est mobilisée, mais un compromis est trouvé par Thomas Modyford, exilé royaliste et chef des planteurs et Edward Monck, le duc d'Albermale.

 Modyford va convaincre Cromwell de s'attaquer plutôt aux îles espagnoles, ce qu'il fait en 1655, et promet d'instituer une réglementation à la Barbade, pour éviter que les riches planteurs s'installent ailleurs dans la Caraïbe.

 Les Navigation act prévoient que le trafic de sucre passera à 100% par des bateaux anglais. L'esclavage fait l'objet de débats chez les puritains anglais de Londres, en particulier au parlement, où l'on rappelle que l'auteur Sir Thomas Brown critique l'esclavage dans son ouvrage Enquiries into vulgar and common errors. Certains d'entre eux, qui utilisent des esclaves, font du lobbying pour éviter toute réglementation trop spectaculaire

Après cette expédition, un premier contingent de royalistes irlandais de Barbade fuient avec leurs esclaves, dans ce qui n'est pas encore la Province de Caroline, et qui formera plus tard deux états des USA.

 En 1652 la Charte de la Barbade assure qu'une assemblée est élue par tous les colons, dans l'espoir de freiner l'émigration des blancs pauvres, producteurs de tabac, mais sans y parvenir.

 Après 1660, la spéculation immobilière accélère le départ de milliers d'européens pauvres qui vivaient du tabac et qui s'installent un peu partout dans les 13 paradis des frères de la côte.

Selon l'historien John A. Holm, spécialiste de l'étude des dialectes créoles, l'importance de la population européenne en Barbade en fait le point de départ de la plupart des créoles anglais parlés par les indiens, les européens et les afrocaribéens un peu partout en Caraïbe et Caroline

La canne à sucre et l'esclavage évincent les petits producteurs de tabac

La Barbade fut l'incubateur de la culture de la canne à sucre dans la Caraïbe, introduite en 1637 par Pieter Blower, un hollandais venu du Brésil avec ses secrets de fabrication. Le rhum est produit dès 1642 et l'essor du sucre est manifeste dès 1643.

L'île cultivait jusque là le tabac. Dans les années 1620, les contrebandiers du Venezuela et de Guyane avaient donné le goût du tabac en Europe, assurant un marché pour la Barbade et les nombreuses îles de la Caraïbe où il est cultivé. Mais le prix du tabac ne cessera ensuite de baisser, pénalisant ses milliers de petits producteurs.

 Le sucre séduit en Europe du Nord, où il sert pour le rhum, via la mélasse, puis pour l'alimentation une fois raffiné, ce qui fait flamber son prix, tandis que la croissance de la production sucrière à la Barbade le rend peu à peu abordable.

Comme la Virginie, la Barbade profite dans les années 1640 de l'afflux de catholiques anglais jacobites, exilés en raison du conflit entre la Royauté et le Parlement qui se termine en 1649 par la première révolution anglaise. Les riches cultivent le sucre, les pauvres le tabac.

 Peu à peu, les grandes plantations remplacent les petites et des esclaves sont massivement importés d’Afrique. La spéculation immobilière sucrière bat son plein à la fin des années 1640.

Le colonel Hilliard, qui avait payé 400 livres pour sa plantation en revend la moitié à Thomas Modyford pour 7000 sterling, raconte Paul Butel, dans La Caraïbe au temps des flibustiers. Les européens pauvres fuient vers d'autres îles, et leurs repères de boucaniers.

En 1652, des familles juives quittent les colonies portugaises du Brésil pour se réfugier à la Barbade, puis en Martinique et Guadeloupe, ou la production sucrière prend son essor en 1654.

 Les taxes imposées par Oliver Cromwell vers 1555 freinent la croissance du sucre à la Barbade, mais dès le début des années 1660, Londres importe pour 240.000 sterling de sucre contre 69.000 sterling de tabac, soit 4 fois plus.

 Le sucre représente 20% des réexportations 0,9 millions de sterling sur 4,5 millions,  contre seulement 3% en 1640 , sur 3 millions de réexportations , selon Robin Blackburn.

 Les produits tropicaux expliquent l'essentiel de la croissance du commerce anglais sur ces 20 ans. À la Barbade, leur succès aggrave la spéculation immobilière au début des années 1660, à la restauration de la monarchie Stuart, lorsque est créée la compagnie des aventuriers d'Afrique, pour l'importation des esclaves. Ses grands clients quittent la Barbade pour la Jamaïque en 1664 et pour la Caroline en 1665, deux territoires presque vierges.

Les planteurs essaiment après 1660,  Surinam, Sainte-Lucie, Jamaïque, Caroline, Montserrat

En 1661 le roi Charles II revenu sur le trône légalise, par des lettres patentes, la colonie qu'Anthony Rowse avait été chargé de fonder en 1650, avec 300 planteurs de Bridgetown et 2 000 esclaves un fort Willoughby et Willoughbyland le long des rivières de Surinam et Para après avoir négocié avec les chefs amérindiens et que le parlement avait rendue illégale

En juin 1664 le gouverneur de la Barbade Francis Willoughby envoie 1 200 hommes s'emparer des possessions françaises de Sainte-Lucie,  L'ex-gouverneur Thomas Modyford, planteur de sucre et resté très influent, débarque lui le 4 juin 1664 à la Jamaïque, avec 700 de ses esclaves et un mandat royal de gouverneur.

 L'île ne compte alors que 500 esclaves, volés sur des navires espagnols. Repère de pirates depuis 1655, elle reste leur domaine pendant encore une dizaine d'années. La canne à sucre n'y prend son essor que vers 1672 à la création de la Compagnie Royale d'Afrique.

Son fondateur, le duc d'York Jacques Stuart, cerveau du jacobitisme, tisse aussi son réseau en Amérique du Nord.

 Trois des plus riches planteurs de sucre de la Barbade, Sir John Yeamans, Sir John Colleton et le Colonel Benjamin Berringer partirent vers 1665 avec plusieurs centaines d'esclaves dans la Province de Caroline, pour acquérir des terres nouvelles à meilleur prix et fonder la ville de Charlestown, marquant ainsi le début de l'expansion vers le Sud des grandes plantations de tabac de la Virginie, gouvernée par un autre jacobite William Berkeley.

 Au Nord de celle-ci, le duc d'York rachète en 1664 la Nouvelle-Amsterdam aux Hollandais, après avoir offert en 1663 le territoire du New-Jersey à son fidèle lieutenant George de Carteret.

En 1669, c'est un autre militaire de la Barbade, l'irlandais William Stapleton, qui s'installe à l'île Niévès et Montserrat, où il implante des plantations de sucre et devient gouverneur.

 Cette stratégie d'essaimage des maîtres de la Barbade permet d'alléger la pression démographique et immobilière dans l'île, où les planteurs qui restent agrandissent leur territoire et importent de la main d'œuvre noire à plus grande échelle avec la création en 1672 de la Compagnie royale d'Afrique par le Duc d'York et futur roi, Jacques II.

À partir de 1679, 61% des esclaves de la Barbade travaillent dans des plantations de plus de 102 travailleurs et certaines en ont en plus de 300.

La Barbade restera leader de l’industrie sucrière jusqu’en 1700, année où la Jamaïque, plus grande, prend la première place avant d'être à son tour dépassée par Saint-Domingue en 1720.

 Dès 1685, sur les 18 000 tonnes de sucre produites par les îles britanniques, 10 000 viennent de Barbade et 5 000 de Jamaïque.

Développement politique de l'île après 1800 et abolition de l'esclavage

De 1800 à 1885, la Barbade fut le siège du gouvernement des colonies britanniques des Îles du Vent dont son gouverneur était également le chef colonial. Lorsque le gouvernement de la Barbade quitta officiellement l’Union des Îles du Vent en 1885, le siège fut déplacé de Bridgetown à Saint-Georges, où il subsista jusqu’à la dissolution de l’union.

Peu après, il fut question d’une union entre Tobago et un autre territoire en vue de constituer un seul État. La Barbade demanda officiellement au gouvernement britannique de considérer une union politique avec Tobago, mais c’est l’île de Trinité qui lui fut préférée.

À l’abolition de l’esclavage en 1838, la minorité constituée par les planteurs resta au pouvoir grâce à un cens élevé qui excluait 70% de la population de la vie politique. Les années 1930 voient l’amorce d’un mouvement formé de descendants d’esclaves libérés et la formation de syndicats.

 L’un des leaders du mouvement, Sir Grantley Adams, fonda la Ligue progressiste de la Barbade, ancêtre du Parti travailliste de la Barbade, en 1938. La Grande dépression avait mis un nombre important de travailleurs au chômage, et malgré sa loyauté envers la couronne britannique, Adams voulait davantage pour le peuple.

Le revenu minimal donnant accès au droit de vote fut abaissé en 1942, puis le suffrage universel fit son apparition en 1951. Adams fut élu Premier ministre en 1958.

La Barbade fut membre de la Fédération des Indes occidentales de 1958 à 1962, organisation qui ne devait pas faire long feu en raison de bisbilles nationalistes et d’un pouvoir législatif limité.

 Ses membres étaient encore tous des colonies britanniques, et malgré son titre de Premier ministre, Adams n’avait qu’une faible autonomie. Toujours attaché à la monarchie, il tenta de former d’autres entités fédérales, avec les Îles du Vent et les Îles sous le Vent.

Indépendance

Errol Walton Barrow succéda à Grantley Adams en tant que porte-parole du peuple et ce fut à travers lui que se développa la volonté d’indépendance. Fervent réformateur et ancien membre du LPB, il avait quitté le parti pour fonder le Parti travailliste démocratique, alternative progressiste au gouvernement conservateur d’Adams.

 Il succéda à ce dernier au poste de Premier ministre en 1961 et le PTD prit le contrôle du gouvernement. Il fut à l’origine d’importantes réformes sociales, en particulier l’introduction de la gratuité scolaire pour tous les Barbadiens.

Après plusieurs années d’autonomie croissante, la Barbade fut en mesure de négocier son indépendance dans le cadre d’une conférence constitutionnelle avec la Grande- Bretagne en juin 1966. Le territoire devint officiellement membre indépendant du Commonwealth le 30 novembre de la même année, avec Errol Barrow comme Premier ministre.

Politique

La Barbade est une monarchie parlementaire multipartite. Le gouverneur général représente la Reine d’Angleterre et le Premier ministre est le chef du gouvernement. Les deux chambres du Parlement exercent le pouvoir législatif. Le pouvoir judiciaire est indépendant de l’exécutif et du législatif.

Pouvoir exécutif

Le gouverneur général est nommé par le monarque sur conseil du Premier ministre. Son mandat n’est pas limité dans le temps. Il nomme le Premier ministre après les élections législatives, généralement le leader du parti majoritaire au parlement, ainsi que les membres du gouvernement, sur conseil du Premier ministre,

du gouvernement, sur conseil du Premier ministre.

Pouvoir législatif

Le parlement de la Barbade est composé de deux chambres. L’Assemblée compte 30 membres élus pour cinq ans dans des circonscriptions à siège unique. Le Sénat compte 21 membres nommés par la reine sur conseil du gouverneur général, dont 12 sur conseil du Premier ministre, 2 sur conseil du leader de l’opposition et 7 à la discrétion du gouverneur.

Partis politiques et élections

Deux partis se partagent traditionnellement l’essentiel des sièges au parlement, le Parti travailliste de la Barbade , socialiste,  et le Parti travailliste démocratique , social-démocrate.

Le Parti travailliste a remporté 23 des 30 sièges de l’Assemblée aux élections du 21 mai 2003.

Pouvoir judiciaire

La Cour suprême, composée de la Haute cour et de la Cour d’appel, est la plus haute instance judiciaire nationale. Ses juges, quatre pour chaque cour, sont nommés par le gouverneur sur recommandation du Premier ministre.

La Cour de justice des Caraïbes, sise à Trinité-et-Tobago, offre une dernière possibilité de recours dont les décisions ont force obligatoire pour les parties.

Subdivisions

La Barbade est divisée en 11 paroisses /

  • Christ Church

  • Saint Andrew

  • Saint George

  • Saint James

  • Saint John

  • Saint Joseph

  • Saint Lucy

  • Saint Michael

  • Saint Peter

  • Saint Philip

  • Saint Thomas

Géographie

.La Barbade est une île relativement plate, se relevant doucement dans la région centrale montagneuse, le point le plus élevé est le mont Hillaby à 336 m.

 

 L'île est située sur une position légèrement excentrée dans l'océan Atlantique comparée aux autres îles de la Caraïbe. Le climat est tropical, avec une saison des pluies à partir de juin jusqu'à octobre. La capitale est Bridgetown. D'autres villes à signaler sont Holetown et Speightstown.

Géologie

La Barbade est la partie émergée d'un prisme d'accrétion, en effet la partie océanique de la plaque nord-américaine se trouvant sous l'Atlantique est en subduction sous la plaque caraïbe, ce qui entraîne au niveau de la fosse océanique l'obduction des sédiments océanique .

 Ils s'accumulent et atteignent parfois la surface, c'est ce qui se passe à Barbade, elle est donc une île constituée de roches sédimentaires contrairement à la majorité des îles de la Caraïbe qui ont pris naissance grâce au volcanisme de subduction.

Faune

La faune de la Barbade est moins diverse que celle des autres îles de la Caraïbe. Les activités humaines sont responsables du changement de composition de la faune, en particulier, le remplacement des espèces natives. Les espèces qui sont capables de s'adapter à la présence humaine ont survécu.

Origine de la faune barbadienne

L’île de la Barbade a été formée suite à un mouvement tectonique, et est plus jeune que les îles voisines de petite taille, qui sont principalement d’origine volcanique.

 En conséquence, par rapport à l’âge géologique de l’île, la colonisation avienne s’est effectuée récemment, ce qui explique en partie la paucité des espèces endémiques par comparaison aux îles limitrophes.

 Les espèces capables de traverser la mer en vol ont profité d’un avantage comparatif, ce qui aide à expliquer pourquoi les oiseaux sont plus nombreux que les autres groupes animaux, tels que les mammifères.

 Outre la colonisation naturelle de l’île par les animaux, les humains ont contribué à la composition de la faune dans l’île Barbadienne, à travers l’introduction , intentionnelle et accidentelle,  d’espèces étrangères.

Mammifères

La plupart des mammifères barbadiens ne sont pas natifs du pays.. La Souris commune , Mus musculus, , le Rat brun , Rattus norvegicus, le Lièvre d'Europe , Lepus europaeus, la Petite mangouste indienne , Herpestes javanicus, et le Vervet , Cercopithecus aethiops sabaeus,  en sont des exemples.

Le Raton laveur de la Barbade , Procyon gloveralleni , est éteint et les seules espèces autochtones sont des espèces de chiroptères

Oiseaux

Les oiseaux sont assez communs sur l’Isle, la plupart des espèces des oiseaux sont autochtones, Ils représentent la plupart des espèces à sang chaud qui se trouvent sur l’Isle.

Des exemples de la famille Icterinae sont le Quiscale merle , Quiscalus lugubris et le Vacher luisant , Molothrus bonariensis. Comme les autres membres de cette famille, le Vacher luisant est un parasite, qui remplace les oeufs dans le nid d'une autre espèce d'oiseau, principalement Quiscale merle.

Quelques passereaux granivores présents sont le Tiaris à face noire , Tiaris bicolor. Il y a une espèce endémique de la famille Emberizinae, La Sporophile de Barbade Loxigilla barbadensis,  la couleur des mâles de cette espèce ressemble celle des femelles. Introduit en Barbade, le Sicale des savanes , Sicalis luteola, est désormais menacé, à cause des activités humaines comme la destruction de son habitat.

En Barbade, il y a deux espèces qui se trouvent dans la famille Tyrannidae, Le Tyran gris , Tyrannus dominicensis,  et L’Élénie siffleuse , Elaenia martinica,  tous les deux chassent les insectes en volant.

Il y a plusieurs membres de la famille des columbidés. Le pigeon à cou rouge , Patagioenas squamosa,  est le membre le plus grand.

 La Tourterelle à queue carrée , Zenaida aurita,  est l’espèce la plus commune, par rapport avec la Tourterelle oreillarde , Zenaida auriculata, qui se trouve seulement dans certains endroits Isolées , cette espèce a récemment colonisé l’Isle.

 La Colombe à queue noire , Columbina passerina,  est l’espèce le plus petite. Le Pigeon biset , Columba livia est commun, et il se trouve principalement près des humaines.

Reptiles

L’Iguane Verte , Iguana iguana,  a autrefois vécu dans l’île avant d’être extirpé. Une espèce de Lézard Anolis, , Anolis extremus,  et une espèce de gecko, , Hemidactylus mabouia,  sont toutes les deux des espèces communes, alors que Gymnophthalmus underwoodi, ainsi qu’une espèce provenant du Lézard Kentropyx , Kentropyx borckiana, sont plus rares dans l’île

La tortue charbonnière à patte rouge , Geochelone carbonaria,  est largement gardée en captivité dans l’île. Il est toutefois probable qu’elle provienne d’ailleurs, étant donné que les explorateurs Européens n’en ont fait aucune mention ultérieurement

Les populations d’une espèce endémique, Liophis perfuscus ont été dévastées suite à l’introduction d’une espèce prédatrice appelée La Petite mangouste indienne; bien que depuis 1961, il n’y eut plus preuve que l’espèce ait été aperçue.

 Une autre espèce de serpent, Mastigodryas bruesi, ainsi que le plus petit serpent du monde, Leptotyphlops bilineata, ont été retrouvées dans l’île. Il y a actuellement deux espèces de tortues de mer qui nichent en Barbades ,  la tortue imbriquée , Eretmochelys imbricata, et la tortue luth , Dermochelys coriacea .

 Bien qu’elle ne niche pas dans l’île, la tortue verte , Chelonia mydas,  fourrage dans les nids du végétation marine côtier. Les infrastructures côtières telles que les hôtels ont empiété sur les nids des tortues de mers ,  la lumière provenant des côtes est également nuisible aux femelles qui préparent leurs nids.

Amphibiens

Le crapaud buffle , Bufo marinus,  d’Amérique du Sud ainsi qu’une espèce de grenouille du genre Eleutherodactylus constituent la communauté amphibienne de l’île.

 L’introduction du Crapaud buffle a été faite par un contrôle biologique visé contre les insectes empestant la Canne à sucre. Comme il a été le cas ailleurs, le manque de prédateurs pour contrôler le Crapaud buffle a conduit en retour à la présence de populations non-maîtrisées dans certaines régions.

Poissons d'eau douce

La forme sauvage du Guppy , Poecilia reticulata,  est originaire de la Barbade, du Trinidad, ainsi que du Nord de L’Amérique du Sud. A l’ origine destinées à l’aquaculture, les espèces de Tilapias telles que Oreochromis mossambicus, et Tilapia zilli sont devenues vastement répandues à travers l’île, dans les étangs et les cours d’eau.

 Les introductions de différentes variétés d’aquarium du Guppy dans le milieu sauvage signifient qu’il serait possible de faire une distinction entre les variétés originales et celles élaborées.

Poisson d’eau saumâtre

Les espèces d’eau saumâtre sont également présentes, particulièrement dans les marécages côtiers tels que le Marais Graeme Hall,  Rivulus marmoratus en est un exemple, une espèce notable pour son unique capacité à se fertiliser elle-même. Une population résidente et isolée de tarpon d’Atlantique , Megalops atlanticus, a été établie dans le Marais Graeme Hall.

Économie

La Barbade est le 31e pays au niveau de l'IDH, selon le Rapport mondial pour le développement humain 2002 , Programme des Nations unies pour le Développement.

La côte sud attire la classe moyenne avec ses bars, ses restaurants et ses hôtels au forfait, tandis que les rivages de l'est accueillent les passionnés de surf sur les flots tumultueux de l'Atlantique, spécialement en novembre.

 Sur la côte ouest, aux eaux limpides de la mer de la Caraïbe, se situent notamment les deux golfs de luxe Sandy Lane et Royal Westmoreland. La Barbade fait partie des pavillons de complaisance.

Culture

La culture de la Barbade ou bajan, comme elle est appelée dans le dialecte local, est un mélange de traditions britanniques et de joie de vivre caribéenne.

 L'île a produit l'un des écrivains les plus reconnus de l'espace caraïbe, Edward Brathwaite.

Additional information

viagra bitcoin buy