Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce  Lebrun

 

Colonisation, immigration, terrorisme

 

Colonisation, immigration, terrorisme, s’adresse à la même mouvance des minorités ethniques, victime de l’exploitation de l’homme par l’Homme

La colonisation

 

On sait par définition que le Français indo- européen n’est pas très porté par la connaissance de l’Histoire, pas plus que la géographie constituée par la connaissance de l’espace terrien où chacun vit.

 

Demandez à l’homme de la rue de situer la position de Melbourne ( Australie) il vous enverra  en Suède.

 

Au touriste français  indoeuropéen de passage sur un territoire de la Caraïbe, il vous fera état de nos colonie, toujours ce critère de possession, ignorant qu’une loi de 1946 a modifié la donne.

 

En tout cas  dans son subconscient il n’a pas oublié quel était le rôle de la possession de territoires acquis par la ruse la force, que les autochtones étaient privés de liberté d’aller et venir, alors que les richesses du pays occupé étaient pillées au service de l‘économie de l’occupant.

 

Et nous avons un immense espace africain, des zones du Pacifique (Tahiti, Knaki) des territoires de la Caraibe( Martinique  Guadeloupe, Haïti jus qu’en 1804,  de l’Amérique du Sud (Guyane) de l’Océan indien ( Réunion Mayotte)

 

Toute cette politique était axée sur le pillage des richesses minières et autres, et la domination des hommes au service du colonisateur (guerres 1914 -1918, 1940-1945, guerres coloniales d’Indochine  et d’Algérie

 

L’immigration

 

C’est le fait de se déplacer individuellement ou collectivement d’un pays ou continent pour des raisons multiples.

 

D’aucuns feront état de motifs économiques alors que d’autres avanceront des motifs politiques d’insécurité, de non respect des droits de l’Homme.

 

Cette problématique est très sensible en France et donne lieu à des débats et des propos incongrus

 

Quoi qu’il en-soit, l’immigration qui touche particulièrement les ressortissants africains de L’Ouest du Continent, doit être considérée comme un échec totale de la colonisation, mis à la charge de la France.

 

Car pour bien comprendre ce drame, il convient de revenir sur le mode de colonisation française basée sur l’assimilation de masses colonisées

 

A ces masses rien n’a été inculqué, comme des notions de responsabilité, du goût de l’entreprise, du rôle de la vie politique et donc des choix.

 

C’était  pour l’Administration française une bande de demeurés assignés à la servitude du  maître sans espoir  d’évolution vers plus de Dignité.

 

Et donc en  1960, année de début des indépendantes octroyées à certains territoires du Continent , la France régnait sur une tutelle de 110 millions d’indigènes

 

Pas mal comme Nation des droits de l’Homme, on a la force et la mitraille pour imposer sa loi en terre étrangère.

 

Et donc avec ces indépendances octroyées nous avons trouvé à la tête des affaires, des hommes corrompus, incompétents mais faisant tout pour plaire au maitre européen

 

Ces populations sans repère; débousolées n'ont qu’une solution fuir leur pays pour grossir la masse des sans papiers en France et ailleurs.

 

https://www.youtube.com/watch?v=9AjkUyX0rVw

 

Prochainement... Le terrorisme

Je hais le système colonial qui a pu laisser croire à mes compatriotes que leur avenir se bâtirait autour d'un zouk, d'un punch ou d'un bout de boudin...

 ...Sans imagination, ni esprit de Solidarité, dans un Monde de plus en plus difficile, où il est requis de chacun, intelligence et vigilance, à défaut d'une participation active, où d'un engagement déclaré.Léonce Lebrun … Chronique…Premier anniversaire…sur AFCAM

Et voilà qu’un coup de tonnerre résonne dans le ciel de la Caraïbe, un cri de guerre qui donne le tournis à tous les observateurs…LA GUADELOUPE PA TA YO 

Que veulent dire ces gens, eux qu’on avait crû, insouciant sous ce chaud soleil, indifférent au temps qui passe, attendant patiemment que de la lointaine mère patrie leur vienne la manne de la subvention, car il faut bien vivre n’est pas…

De fait, tous les médias que j’ai rencontrés  la semaine écoulée sont terrorisés par cette éternelle question…voudront-ils leur indépendance…l’indépendanceune perspective qui rend fou… on veut bien tout leur donner y compris notre réserve d’or de la Banque Centrale… pourvu que notre drapeau continue à flotter dans le ciel de la Caraïbe.

Je renvoie toujours mes interlocuteur au sacro saint principe du droit des peuples à disposer d’eux mêmes arguments à l’appui, mais dans l’immédiat, la souveraineté nationale de ces territoires n’est pas à l’ordre du jour, nous avons beaucoup d’autres priorités à assumer, maîtriser et dominer

A commencer tout d’abord par notre capacité à être solidaires par delà les océans, car pour ce Samedi 21 Février , le compte n’y était pas sur l’ensemble du pays en terme de mobilisation, pour soutenir nos frères en lutte en vue de meilleures conditions de vie et un autre destin...

...Et comme me faisait remarquer à juste titre un manifestant… nous eûmes joué à guichet fermé , s’il c’était agi d’un boudin  punch accra zouk, gratuit…la remarque est pertinente et ne va pas dans le sens de notre crédibilité.

 Il est vrai, en ce qui me concerne que j’ai observé depuis longtemps que trop de cerveaux étant envahi par cemirage de notre descendance du Gaulois.

Ceci étant, nous devons admettre que la situation de crise que connaît actuellement la Caraïbe est le résultat d’une somme de causes accumulées depuis des années connues par le Pouvoir politique, qui n’a pas voulu s’engager en raison des règles du Système colonialiste.

Pour ma part, je dis que depuis 1848, il était indispensable de procéder à une redistribution des terres, et moyens économiques pour permettre aux anciens esclaves, d’assumer leur liberté juridique, or en laissant le système en l’état, l’apartheid s’est trouvé conforté, grâce à l’action coupable de l’Etat républicain de l’époque.

J’ajoute que la loi du 19 Mars 1946 dite loi d’assimilation  a donné il faut se rendre à l’évidence, un cadre juridique à l’apartheid qui aura autorisé sans contre partie...
... Une ultra minorité de la population, évaluée à 1 pour 100 représentée par les européens descendants des négriers d’antan, désignées par le vocable local de béké, à disposer de tous les lévriers économiques de nos pays

Mais voilà ça a eu payé , mais nos peuples ont décidé que ça ne paierait plus.

Ainsi donc le fameuxYES WE CAN a trouvé son pendant en Caraïbe,LA GUADELOUPE PA TA YO… LA MARTINIQUE PAS TA ZOT… PAIS YA SE TA NOU …

Traduction… la GUADELOUPE, laMARTINIQUE ce n’est pas à vous, ces pays nous appartiennent...

 ...Oui de la CARAIBE, nous vient un souffle nouveau, plein de courage  de dignité, dont je voudrais que toute notre diaspora en soit consciente.

Léonce LEBRUN

http://planetantilles.com/index.php5?IdPage=1105795394

Additional information

viagra bitcoin buy