Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce  Lebrun

 

Colonisation, immigration, terrorisme

 

Colonisation, immigration, terrorisme, s’adresse à la même mouvance des minorités ethniques, victime de l’exploitation de l’homme par l’Homme

La colonisation

 

On sait par définition que le Français indo- européen n’est pas très porté par la connaissance de l’Histoire, pas plus que la géographie constituée par la connaissance de l’espace terrien où chacun vit.

 

Demandez à l’homme de la rue de situer la position de Melbourne ( Australie) il vous enverra  en Suède.

 

Au touriste français  indoeuropéen de passage sur un territoire de la Caraïbe, il vous fera état de nos colonie, toujours ce critère de possession, ignorant qu’une loi de 1946 a modifié la donne.

 

En tout cas  dans son subconscient il n’a pas oublié quel était le rôle de la possession de territoires acquis par la ruse la force, que les autochtones étaient privés de liberté d’aller et venir, alors que les richesses du pays occupé étaient pillées au service de l‘économie de l’occupant.

 

Et nous avons un immense espace africain, des zones du Pacifique (Tahiti, Knaki) des territoires de la Caraibe( Martinique  Guadeloupe, Haïti jus qu’en 1804,  de l’Amérique du Sud (Guyane) de l’Océan indien ( Réunion Mayotte)

 

Toute cette politique était axée sur le pillage des richesses minières et autres, et la domination des hommes au service du colonisateur (guerres 1914 -1918, 1940-1945, guerres coloniales d’Indochine  et d’Algérie

 

L’immigration

 

C’est le fait de se déplacer individuellement ou collectivement d’un pays ou continent pour des raisons multiples.

 

D’aucuns feront état de motifs économiques alors que d’autres avanceront des motifs politiques d’insécurité, de non respect des droits de l’Homme.

 

Cette problématique est très sensible en France et donne lieu à des débats et des propos incongrus

 

Quoi qu’il en-soit, l’immigration qui touche particulièrement les ressortissants africains de L’Ouest du Continent, doit être considérée comme un échec totale de la colonisation, mis à la charge de la France.

 

Car pour bien comprendre ce drame, il convient de revenir sur le mode de colonisation française basée sur l’assimilation de masses colonisées

 

A ces masses rien n’a été inculqué, comme des notions de responsabilité, du goût de l’entreprise, du rôle de la vie politique et donc des choix.

 

C’était  pour l’Administration française une bande de demeurés assignés à la servitude du  maître sans espoir  d’évolution vers plus de Dignité.

 

Et donc en  1960, année de début des indépendantes octroyées à certains territoires du Continent , la France régnait sur une tutelle de 110 millions d’indigènes

 

Pas mal comme Nation des droits de l’Homme, on a la force et la mitraille pour imposer sa loi en terre étrangère.

 

Et donc avec ces indépendances octroyées nous avons trouvé à la tête des affaires, des hommes corrompus, incompétents mais faisant tout pour plaire au maitre européen

 

Ces populations sans repère; débousolées n'ont qu’une solution fuir leur pays pour grossir la masse des sans papiers en France et ailleurs.

 

https://www.youtube.com/watch?v=9AjkUyX0rVw

 

Prochainement... Le terrorisme

Liberia

 

 

Géographie

 
État d’Afrique occidentale bordé par l’Atlantique, d’une superficie de 111369 km², le Liberia est formé d’un plateau de roches anciennes, qui culmine à 1768 m au mont Nimba. Le littoral est bordé de lagons et de mangroves forêts de palétuviers des côtes marécageuses. La capitale du Liberia est Monrovia 

Le climat équatorial est très chaud et très humide.

Population   

Particularité du Liberia, sa population se compose d’Américano-Libériens, les Congos, mais également de Bassas, de Kissis, de Krous, de Mandès.

Les ¾ de la population sont animistes. Le pays compte également 15 % de musulmans et 10 % de chrétiens. La population a cru au rythme régulier de 8,2 % par an, entre 1995 et 2000.

Du fait de la guerre civile qui déchire le pays depuis 1991, le taux de croissance est désormais négatif , -2,3 % en 1997.

 L’indice de fécondité reste cependant élevé 6,3 enfants par femme. 44 % des Libériens vivent dans les villes. Monrovia, la capitale, accueille diverses activités industrielles conserveries, ébénisteries, briqueteries.

En 1981, la population du Liberia s’éleve à 1,2 million d’habitants.

 

Entre 1990 et 1995, les combats font plus de 200 000 morts et 800 000 Libériens trouvent refuge à l’étranger, Côte d’Ivoire et Guinée, s’ajoutant au million de personnes déplacées à l’intérieur du pays. En raison de la guerre, le Libéria connaît un taux de mortalité infantile très élevé ,32 pour 1 000.

 

En 2001, la population du Libéria est estimée à 3 230 000 habitants et à 3,32 millions en 2003, ce qui représente une densité faible de 33 habitants au km2.

 

Elle tombe à environ 2 800 000 habitants, à la suite de la guerre civile opposant les troupes du président Charles Taylor au L.U.R.D., Libériens unis pour la réconciliation et la démocratie, soutenu par les États-Unis et le régime de la Guinée,

 

Les Américano-Libériens sont au nombre de 20 000 et la communauté libanaise est forte de 10 000 représentants.

 

La population autochtone se compose d'une quinzaine de communautés. Le sud du pays est dominé par les Krous, le reste de la population appartient à des groupes rattachés à la famille mandingue ,Mendé, Koniaque,Kpelle, Vaïs.

 

La population de Monrovia, capitale et principal port du pays, a considérablement augmenté du fait de l’exode des populations civiles fuyant les combats , 720 000 habitants en 1994 contre 425 000 en 1984.

 

Le second port, Buchanan ,24 000 habitants en 1984, est relié par voie ferrée aux mines de fer du mont Nimba, dont la production a été arrêtée pendant le conflit.

Histoire

Les Portugais abordent les côtes du pays en 1461. La création des Monrovia , du nom du président américain Monroe daté de 1821.

 Des esclaves d'origine africaine, libérés commencent à s’y installer à partir de 1822, à l’initiative de la société américaine de colonisation.

La colonie devient une république indépendante en 1847. La population afro-américaine domine la vie politique et économique du pays. Elle tisse des relations étroites avec la Sierra Leone et les Etats-Unis 

Sous la présidence deWilliam Tubman, de 1944 à 1971, le Liberia connaît une relative stabilité. Il tire sa richesse de l’exploitation et l’exportation du caoutchouc et du fer, mais reste fortement dépendant desEtats-Unis, son bailleur de fonds.

Une guerre civile éclate en 1990, à l’initiative des troupes du Front national patriotique du Liberia, dirigées par Charles Taylor.

L’Ecomog, force d’interposition del’Afrique occidentale, a tenté d’y mettre un terme. Des accords de paix ont été signés mais les factions rebelles continuent à entretenir des guérillas. Charles Taylora été élu président de la République en 1997.

Après le départ de Charles Taylor en 2003, une transition politique sous contrôle étroit de l’ONU est organisée. Le 23 novembre 2005, après deux tours, Ellen Johnson  Sirleaf   est déclarée vainqueur à l’élection présidentielle avec 59,4%, contre 40,6% pourGeorge Weah.

Le Liberia est présidé depuis le 16janvier2006 par Ellen Johnson-Sirleaf, co-récipiendaire du prix Nobel de la paix 2011, première femme du continent africain à être élue à la tête d'un État.

Le pays, qui compte parmi les 10 pays les moins développés du monde avec un indice de développement humain de 0,329 en 2011, fait partie de la CEDEAO

Madagascar

 

Additional information

viagra bitcoin buy