Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce  Lebrun

 

Colonisation, immigration, terrorisme

 

Colonisation, immigration, terrorisme, s’adresse à la même mouvance des minorités ethniques, victime de l’exploitation de l’homme par l’Homme

La colonisation

 

On sait par définition que le Français indo- européen n’est pas très porté par la connaissance de l’Histoire, pas plus que la géographie constituée par la connaissance de l’espace terrien où chacun vit.

 

Demandez à l’homme de la rue de situer la position de Melbourne ( Australie) il vous enverra  en Suède.

 

Au touriste français  indoeuropéen de passage sur un territoire de la Caraïbe, il vous fera état de nos colonie, toujours ce critère de possession, ignorant qu’une loi de 1946 a modifié la donne.

 

En tout cas  dans son subconscient il n’a pas oublié quel était le rôle de la possession de territoires acquis par la ruse la force, que les autochtones étaient privés de liberté d’aller et venir, alors que les richesses du pays occupé étaient pillées au service de l‘économie de l’occupant.

 

Et nous avons un immense espace africain, des zones du Pacifique (Tahiti, Knaki) des territoires de la Caraibe( Martinique  Guadeloupe, Haïti jus qu’en 1804,  de l’Amérique du Sud (Guyane) de l’Océan indien ( Réunion Mayotte)

 

Toute cette politique était axée sur le pillage des richesses minières et autres, et la domination des hommes au service du colonisateur (guerres 1914 -1918, 1940-1945, guerres coloniales d’Indochine  et d’Algérie

 

L’immigration

 

C’est le fait de se déplacer individuellement ou collectivement d’un pays ou continent pour des raisons multiples.

 

D’aucuns feront état de motifs économiques alors que d’autres avanceront des motifs politiques d’insécurité, de non respect des droits de l’Homme.

 

Cette problématique est très sensible en France et donne lieu à des débats et des propos incongrus

 

Quoi qu’il en-soit, l’immigration qui touche particulièrement les ressortissants africains de L’Ouest du Continent, doit être considérée comme un échec totale de la colonisation, mis à la charge de la France.

 

Car pour bien comprendre ce drame, il convient de revenir sur le mode de colonisation française basée sur l’assimilation de masses colonisées

 

A ces masses rien n’a été inculqué, comme des notions de responsabilité, du goût de l’entreprise, du rôle de la vie politique et donc des choix.

 

C’était  pour l’Administration française une bande de demeurés assignés à la servitude du  maître sans espoir  d’évolution vers plus de Dignité.

 

Et donc en  1960, année de début des indépendantes octroyées à certains territoires du Continent , la France régnait sur une tutelle de 110 millions d’indigènes

 

Pas mal comme Nation des droits de l’Homme, on a la force et la mitraille pour imposer sa loi en terre étrangère.

 

Et donc avec ces indépendances octroyées nous avons trouvé à la tête des affaires, des hommes corrompus, incompétents mais faisant tout pour plaire au maitre européen

 

Ces populations sans repère; débousolées n'ont qu’une solution fuir leur pays pour grossir la masse des sans papiers en France et ailleurs.

 

https://www.youtube.com/watch?v=9AjkUyX0rVw

 

Prochainement... Le terrorisme

Fondement

 

1/- Déclaration publiée le 18 mai 1915 par la France, la Grande- Bretagne et l'U.R.S.S. dénonçant " les nouveaux crimes de la Turquie contre l'Humanité et la civilisation " en Arménie.

 2/- Article 227 du Traité de Versailles du 28 juin 1919.

3/- Convention internationale sur l'Esclavage du 25 septembre 1926.

4/- Articles 6c, 9, 27 et 28 du Statut du Tribunal Militaire International de Nuremberg annexé à l'Accord International de Londres du 8 août 1945 signé et ratifié par l'Etat Français et publié au Journal Officiel par décret du 6 octobre 1945 (J.O. 7 octobre 1945, p. 6314 à 6316), ayant valeur de Traité International (Chambre Criminelle, Cour de Cassation, 3 août 1950, Bull. Crim. n° 227).

5/- Résolutions de l'Assemblée Générale de l'O.N.U. des 13 février et 11 décembre 1946 confirmant les principes du droit international reconnus par le Statut du Tribunal de Nuremberg.

6/- Articles 1,2 et ss de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide approuvée par l'Assemblée Générale de l'O.N.U. le 9 décembre 1948 signée et ratifiée par l'Etat Français, et publiée au Journal Officiel par décret du 24 novembre 1950 (J.O. 26 novembre 1950, p. 12006).

7/- Article 4 de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme de 1948 confirmée par Convention de 1956.

8/- Convention de l'O.N.U. du 26 décembre 1968 sur l'imprescriptibilité des crimes de guerre et des Crimes contre l'Humanité non signée par l'Etat Français.

9/- Articles 1 et 2 de la Convention de l'O.N.U. du 3 novembre 1973, non signée par l'Etat Français, assimilant l'apartheid à un Crime contre l'Humanité et élargissant ce Crime aux restrictions de droits et aux discriminations raciales.

10/- Convention du Conseil de l'Europe du 25 janvier 1974 sur l'imprescriptibilité des crimes de guerre et des Crimes contre l'Humanité, signée mais non ratifiée par l'Etat Français.

11/- Convention de l'O.N.U. contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants du 10 décembre 1984 signée et ratifiée par l'Etat Français (L. n° 85-1173 du 12 novembre 1985, publication D. n° 87-916 du 9 novembre 1987 J.O. 14 novembre 1987 p. 13.267).

12/- Articles 6, 7 alinéa 2 et 60 de la Convention Européenne des Droits de l'Homme et des Libertés Fondamentales.

13/- Résolution n° 47 -33 du 25 novembre 1992 et 48/31 du 9 décembre 1993 de l'Assemblée Générale de l'O.N.U. chargeant la Commission du Droit International d'élaborer un projet de statut pour une Cour Criminelle Internationale et Résolution du 23 novembre 1994 de l'Assemblée Générale de l'O.N.U. décidant d'inscrire à l'ordre du jour de sa 50ème Session la " création d'une Cour Criminelle Internationale ".

14/- Article unique L. n° 64-1326 du 26 Décembre 1964 tendant à constater l'imprescriptibilité des Crimes contre l'Humanité (J.O. 29 décembre 1964).

15/- Articles 211-1 à 213-5 du Nouveau Code Pénal Français (L. n° 92-684 du 22 juillet 1992).

16/- Résolution n° 827 du 25 mai 1993 du Conseil de Sécurité de l'O.N.U. décidant l'institution d'un Tribunal International pour juger les actes de génocide perpétrés au Rwanda et sur le Territoire d'Etats voisins par les membres de la Communauté Hutue à l'encontre des citoyens Rwandais appartenant à la communauté Tutsie entre le 1er janvier 1994 et 31 décembre 1994.

 

17/- Loi n° 96-432 du 22 mai 1996 organisant la coopération avec la juridiction ci-dessus et portant adaptation de la législation française aux dispositions de la Résolution n° 955 ci-dessus.

Doctrines

Additional information

viagra bitcoin buy