Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce  Lebrun

 

Le terrorisme

 

 

En ce 21 siècle nous vivons dans un monde de fous, où tous les coups diplomatiques sont servis, mensonges manipulations des masses...

 

...et dans ce tableau peu réjouissant les Occidentaux  sont en pôle position , avec deux nations qui se détachent, Les Etats Unis d’Amérique et la FRANCE de l'Europe

 

Car voici venu le temps des commémorations de tous genres, 11 Septembre 2001, les Etats Unis, 13  Novembre 2015 la  France avec un procès  à grand  renfort  de publicité  et  des médias très actifs.

 

Qu’à travers ces démonstrations hypocrites les Occidentaux veulent passer ce message au Monde, qu’ils ont eu un comportement exemplaire dans leur politique et leur diplomatie, alors que ce sont des lâches mécréants qui les   ont attaqués.

 

Qu’en cette nouvelle forme de guerre peu de moyens sans troupes, qu' ils  ont transformé par dérision en terrorisme, plus facile pour tromper les peuples, alors qu'ils pratiquent des frappes aeriennes, peu recommandables pour la morale et la philosiphe militaire.

 

Allons bon qu’au cours des 20   30 annes écoulés  notre monde a vu passer  entre autres  le massacre du Rwanda Afrique Avri 1 994  avec des interférences plus ou moins directes de Nations européennes,

 

Sans oublier le crise Yougoslave des années 1990 avec une jeune  Nation en pleine prospérité  que j’ai visité, mais que malheureusement des Ets européens  démangaient, ce qui a acconduit à le destruction  de l’oeuvre du Maréchal TITO et la dispersion des populations Serbes, Croates etc, demain l’Histoire nous dira plus.

 

Que les Etas unis ont multiplié les méfais en Amérique du Sud et dans la Caraïbe

 

S’agissant de la FRANCE dont elle occupe une partie de l’Afrique sous prétexte de terrorisme malgré la forte opposition deS populations concernées.

 

Et nous sommes en Mars 2011 avec une France  rongée par une forte affaire de financement libyen dans la campagne présidentielle de 2007 .

Une affaire gênante pour une des partis dans ce pays, alors il n’y a qu’une solution  de faire disparaître un témoin gênant,

 

Et d’ailleurs sans vergogne et suivantLL les excitation d'un pseudo philosophe, la France a décidé d’écraser la Lybie avec le soutien de certains membres de l'OTAN...

 

...dont l’Allemagre et  La Grande Bretagne malgré les recommandations du Conseil de Sécurité e l’ONU portant sur la non utilisation des armes lourdes, au titre d’une opération limitée dans le temps et l’espace.

 

 

Cette offensive de plus de 6 mois a laisser sur le terrain des milliers de victimes et d’orphelins dont personnes ne s’en  soucis, et pour moi tous les Officiers généraux ayant pris part à la campagnes libyenne...

 

...et certains membres du Conseil de sécutité et de l'OTAN que vous les connaissez, auraient dû être arrêtés et traduits pour être juger par la CPI

 

Il est évident que si la Libye avait disposé de l’Arme nucléaire, elle n’aurait pas subi un tel sort, d'où  ma préoccupation que toutes les Nations membres de l'ONU DEVRAIENT DISPOSER DE  CETTE HAUTES TECNOLOGIE POUR ËTRE EN PAIX

 

Et  nous voici  en cette  soirée du  13 Novembre 1915 à Paris, face à un étrange commando, composé de pieds nickelés, embarqués  sans stratégie ni connaissance des combats de rue...

 

...dans une opération qui  a tourné en jus de boudin, tous les assaillants ayant été tués, sauf un qui dan un procès fleuve dira  sa vérité alors que personne n’a en mémoire des victimes  Libyennes

 

Mais un tel spectacle fait le bonheur des charlatans politiens de tous poils

 

Enfin la nouvelle Administration américaine a  décidé de déclassifier des documents top secret à propos du crash du 11 Setembre établi par le FBI ...

 

..où l’on apprend que l’Afghanistan n’avait  aucun  rôle dans ce drame  dont le donneur d’ordre était l’Arabie Saoudite

 

Enfin j’ajoute, q' aussi  spectaculaire que fut les crash du 11  Septembre il n'a en rien apporter des solutions aux problèmes de fond que sont l’arrogance des Occidentaux ...

 

...et une  un économie ultra florissante  sans partage, acquise grâce à l’exploitation des Esclaves africains par les Etats unis,la France et la Grande Bretagne

 

Rome fut grand mais Rome sombra à vous d’ en juger

Prochainement Le Séparatisme

 

https://www.youtube.com/watch?v=U3yFpG2E7JE&list=RDU3yFpG2E7JE&start_radio=1

Gbagbo : "Ma vision pour l'Afrique"

 

Un gouvernement pour l'Afrique

 

Une intervention intéressante du Président de la Côte d'Ivoire à propos de l'avenir de l'Afrique dans LE COURRIER D'ABIDJAN

Gbagbo : "Ma vision pour l'Afrique" C'est une interview du président Laurent Gbagbo qui est presque passée inaperçue dans la sphère francophone.

Et pour cause : elle a été publiée début avril dans un (très pertinent) mensuel panafricain basé à Londres, New African . Pourtant, le numéro un ivoirien a dit des choses intéressantes face au dictaphone de la journaliste Ruth Tete.

S'il a martelé ses positions à propos des origines de la crise « un coup d'Etat qui a échoué et non un problème identitaire de fond », à propos des concepteurs de Marcoussis, dont l'objectif était de « dépouiller Gbagbo de tous les pouvoirs nécessaires pour gouverner effectivement », à propos de son plan de sortie de crise (qui n'était pas encore bouclé au moment de l'entretien), il a aussi évoqué des questions de fond liées au destin de l'Afrique et à ses relations avec le monde extérieur.

Le Président Ivoirien

En résumé, il explique que la crise ivoirienne lui a révélé un continent qui doute de lui-même et a peur d'avancer sur la route de la liberté ; mais qui est en pleine mutation et pourrait même devenir un recours pour un monde déchiré par diverses confrontations.

Abandonner les accords de défense avec la France pour créer des formules de sécurité collective africaine

Interrogé par Ruth Tete à propos de la France, dont certains disent qu'elle est le problème en Côte d'Ivoire et non la solution, Gbagbo répond diplomatiquement mais clairement : « Nous sommes une ancienne colonie française. A l'aube des indépendances, la France a signé des accords de défense avec ses anciennes colonies, mais aussi des accords de coopération militaire.

 J'étais dans la droite ligne de ces accords quand j'ai demandé à Paris, en tant que chef d'Etat ivoirien, de nous aider à repousser les rebelles en 2002. Mais la France n'a jamais accepté notre requête. Mais l'année dernière, comme nous l'avons vu au Tchad et en République centrafricaine, la France a accepté d'intervenir en faveur de certains gouvernements dans la ligne de ces mêmes accords de défense et de coopération militaire. A vous de juger. Cela ne nécessite aucun commentaire. »

Mais Gbagbo ne s'arrête pas à la dénonciation de ce « deux poids deux mesures ». Le chemin initiatique qu'a été la crise ivoirienne lui a visiblement permis de faire des constats et d'imaginer des solutions.

« Je pense que les Africains ont trop peur d'être libres. Ils ont la capacité d'être libres mais ils ignorent leur potentiel. Chaque pays africain francophone, par exemple, a des accords de défense avec la métropole (France), alors que nous pouvons signer les mêmes accords entre nous-mêmes, nous pouvons mettre en place des mécanismes de résolution de conflit nous-mêmes.

 La crise ivoirienne m'a révélé que les Africains se sous-estiment et n'ont pas confiance en eux. Le temps est venu pour les Africains d'avoir confiance en eux, de prendre leur destinée en main. Le temps est venu pour l'Afrique d'avoir des partenaires et non des maîtres. Et cela est possible ! »

Économie : comment l'Afrique peut se développer par elle-même Comment l'Afrique peut-elle sortir du piège qui fait d'elle uniquement une pourvoyeuse de matières premières pour les autres ? Gbagbo évoque des pistes de solution fondées sur la solidarité continentale .

« La Côte d'Ivoire est, par exemple, le premier producteur de cacao, mais nous contrôlons pas le marché du cacao. Ce n'est pas normal. Si l'Afrique introduisait une taxe sur la production de pétrole et de gaz pour créer un fonds de solidarité, nous pouvons réaliser beaucoup de grands projets. Mais les Africains préfèrent aller chercher de l'argent à la Banque mondiale et au FMI.

 Sur chaque baril de pétrole, nous pouvons mettre de côté 5 ou 10 dollars. Sur chaque tonne de cacao, café, sur le diamant, l'or, nous pouvons déduire des taxes pour créer une banque dédiée au développement de l'Afrique.

 Nous ne l'avons pas encore fait parce que nous n'avons pas confiance en nous, alors que dans les grandes institutions de financement dans le monde, ce sont les jeunes Africains qui sont à des postes de responsabilités. Ils sont bons pour gérer les fonds des autres mais quand vous leur demandez de mettre sur pied et de gérer un tel fonds pour les Africains, pour nous-mêmes, ils ne seront pas assez en confiance pour le faire. C'est la raison pour laquelle j'appelle les Africains à se réveiller . »

Le réveil de l'Afrique ? Dans dix ou quinze ans

Malgré ces constats, Gbagbo est visiblement assez optimiste pour le continent. Un continent qu'il voit en transition.

« Nous, Africains, souffrons aujourd'hui parce que nous sommes à la croisée des chemins. La première génération de leaders africains est sur la route de sortie. Ce sont les pères fondateurs des indépendances et leurs successeurs immédiats.

Mais la nouvelle génération de leaders n'est pas encore totalement arrivée au pouvoir, et donc nous sommes à un carrefour. Cela explique pourquoi nous avons souvent des frictions entre nous. Mais donnez à l'Afrique dix ou quinze ans, et vous verrez qu'avec le temps, l'Afrique parle d'une seule voix harmonieuse. »

Gbagbo imagine même l'Afrique, dans un futur plus ou moins proche, dans un rôle de stabilisatrice d'un monde fragmenté par des conflits de tout genre. « Quand je regarde devant, je vois des dangereuses confrontations entre les Etats-Unis et la Chine.

 Pour le moment, il s'agit de problèmes commerciaux et j'espère que ces antagonismes resteront commerciaux. Mais j'ai peur que demain ils se transforment en quelque chose d'autre. Je crois que les Africains pourraient jouer un rôle stabilisateur dans le monde au lieu d'être relégués dans un rôle de colonies. Les Africains ne sont pas suffisamment conscients de l'importance de leur rôle dans le monde . »

Certains observateurs affirment que, s'il est réélu, le président Gbagbo se donnera les moyens d'avoir une voix diplomatique forte, dans la droite ligne de la renaissance africaine . Est-il déjà en train de préparer cette inflexion, après être passé par le feu d'une guerre qui a duré près de cinq ans ? Le débat est ouvert.

Source : Théophile Koumao, Le Courrier d'Abidjan

Le NEPAD

Additional information

viagra bitcoin buy