Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce  Lebrun

 

Colonisation, immigration, terrorisme

 

Colonisation, immigration, terrorisme, s’adresse à la même mouvance des minorités ethniques, victime de l’exploitation de l’homme par l’Homme

La colonisation

 

On sait par définition que le Français indo- européen n’est pas très porté par la connaissance de l’Histoire, pas plus que la géographie constituée par la connaissance de l’espace terrien où chacun vit.

 

Demandez à l’homme de la rue de situer la position de Melbourne ( Australie) il vous enverra  en Suède.

 

Au touriste français  indoeuropéen de passage sur un territoire de la Caraïbe, il vous fera état de nos colonie, toujours ce critère de possession, ignorant qu’une loi de 1946 a modifié la donne.

 

En tout cas  dans son subconscient il n’a pas oublié quel était le rôle de la possession de territoires acquis par la ruse la force, que les autochtones étaient privés de liberté d’aller et venir, alors que les richesses du pays occupé étaient pillées au service de l‘économie de l’occupant.

 

Et nous avons un immense espace africain, des zones du Pacifique (Tahiti, Knaki) des territoires de la Caraibe( Martinique  Guadeloupe, Haïti jus qu’en 1804,  de l’Amérique du Sud (Guyane) de l’Océan indien ( Réunion Mayotte)

 

Toute cette politique était axée sur le pillage des richesses minières et autres, et la domination des hommes au service du colonisateur (guerres 1914 -1918, 1940-1945, guerres coloniales d’Indochine  et d’Algérie

 

L’immigration

 

C’est le fait de se déplacer individuellement ou collectivement d’un pays ou continent pour des raisons multiples.

 

D’aucuns feront état de motifs économiques alors que d’autres avanceront des motifs politiques d’insécurité, de non respect des droits de l’Homme.

 

Cette problématique est très sensible en France et donne lieu à des débats et des propos incongrus

 

Quoi qu’il en-soit, l’immigration qui touche particulièrement les ressortissants africains de L’Ouest du Continent, doit être considérée comme un échec totale de la colonisation, mis à la charge de la France.

 

Car pour bien comprendre ce drame, il convient de revenir sur le mode de colonisation française basée sur l’assimilation de masses colonisées

 

A ces masses rien n’a été inculqué, comme des notions de responsabilité, du goût de l’entreprise, du rôle de la vie politique et donc des choix.

 

C’était  pour l’Administration française une bande de demeurés assignés à la servitude du  maître sans espoir  d’évolution vers plus de Dignité.

 

Et donc en  1960, année de début des indépendantes octroyées à certains territoires du Continent , la France régnait sur une tutelle de 110 millions d’indigènes

 

Pas mal comme Nation des droits de l’Homme, on a la force et la mitraille pour imposer sa loi en terre étrangère.

 

Et donc avec ces indépendances octroyées nous avons trouvé à la tête des affaires, des hommes corrompus, incompétents mais faisant tout pour plaire au maitre européen

 

Ces populations sans repère; débousolées n'ont qu’une solution fuir leur pays pour grossir la masse des sans papiers en France et ailleurs.

 

https://www.youtube.com/watch?v=9AjkUyX0rVw

 

Prochainement... Le terrorisme

La Guadeloupe, capitale Basse Terre, est à la fois une région d'outre-mer ayant également un statut de département

Ce petit archipelde la Caraïbe se trouve à environ 7 000 km de la France, 600 km au nord des côtes de l'Amérique du Sud, à 600 km à l'est de la République dominicaine et à 950 km au sud-est des États-Unis.

Autrefois appelée calaou çaera, puis Karukera- île aux belles eaux -, Guadeloupe tient son nom actuel du Monastère royal de Santa María, situé dans la ville espagnole de Guadalupe, dans la province de Cáceres en Estrémadure, dont la statue de la Vierge -la Virgen de Guadalupe-, était vénérée par Christophe Colomb qui vint la remercier pour son aide lors de la découverte du Nouveau monde .

Le territoire de la Guadeloupe regroupe administrativement cinq îles et de nombreux îlets. L'île de la Basse-Terre et l'île de la Grande-Terre constituent la Guadeloupe
En dépendent administrativement /

Marie-Galante , au sud, comprenant Grand Bourg, Saint Louis et Capesterre de Marie Galante

les îles des Saintes , Terre-de-Haut et Terre-de-Bas, , au sud ,

la Désirade , à l'est, comprenant l'île de la Petite Terre ,

Peuplement

Selon les connaissances actuelles, les Arawaks furent les premiers à coloniser l'île. À cette population indigène se sont ajoutés successivement des apports venant de l'immigration de peuples amérindiens notamment le Peuple Caraïbe, puis des européens colonisateurs avec leurs esclaves africains en grand nombre.

Histoire

L'histoire moderne de la Guadeloupe commence en novembre 1493, lorsque Christophe Colomb arrive dans l'île lors de son deuxième voyage. Il la nomme Santa Maria de Guadalupe de Estremadura en hommage à un monastère espagnol.

À l'époque, la Guadeloupe est peuplée par les Caraïbes, peuple amérindien présent sur l'île depuis le VIIIe siècle. Elle était habitée auparavant par les Arawaks, qui selon une thèse aujourd'hui sujette à controverse, furent massacrés à l'arrivée des indiens Caraïbes, en dehors des femmes qui transmirent leur langue.

À partir de 1635, Charles Liènard de l'Olive et Jean du Plessis d'Ossonville en prennent possession au nom de la Compagnie française des îles de l'Amérique. C'est le début de la colonisation de l'île.

En 1641, se termine la guerre entre colons et caraïbes. Ces derniers, déjà diminués par les maladies et les massacres depuis les premiers colons espagnols, sont envoyés sur l'île de la Dominique.

Les débuts de la colonisation sont difficiles, c'est ainsi que quatre Compagnies commerciales font faillite en tentant de coloniser l'île. La population augmente cependant rapidement et l'esclavage arrive, mais en petites quantités. En 1656, les esclaves sont déjà 3000 à travailler sur l'île sur une population de 15000 personnes

En 1674, la Guadeloupe passe sous l'autorité directe de la couronne du roi de France et devient par la suite une dépendance de la Martinique.

L'augmentation du nombre d'esclaves en Martinique correspond à la création en 1673 par Louis XIV de la Compagnie du Sénégal et à l'arrivée massive de négriers français et anglais sur les côtes d'Afrique, qui fait flamber le prix des esclaves mais abaisse le coût de leur transport et satisfait les planteurs de sucre de Martinique.

En 1671 encore, l'île avait de nombreux petits colons blancs qui cultivaient du tabac, sur des plantations nécessitant moins de capitaux.

En Guadeloupe, la population d'esclaves avait reculé entre 1664 et 1671, passant de 6323 à 4627 en sept ans. La création en 167 de la nouvelle Compagnie du Sénégal ramène le nombre d'esclaves à 6076 dès 1700. Cet essor de l'esclavage est moins rapide qu'à la Martinique, à qui on réserve les esclaves les plus jeunes et les plus résistants, et où Louis XIV a installé plusieurs planteurs annoblis..

Cette présence moindre des proches de Louis XIV explique aussi qu'en 1794, Victor Hugues ait pû se rendre maître de l'île pour le compte de la Révolution française alors que la Martinique est restée sous la domination des grands planteurs alliés aux anglais dans le cadre du Traité de Withehall.

Après des tentatives infructueuses des Anglais en 1666, 1691 et 1703, les Britanniques s'emparèrent de la Guadeloupe en 1759 et la conserveront jusqu'en 1763 , traité de Paris. À partir de 1775, la Guadeloupe, n'est plus rattachée à la Martinique mais reste sous l'autorité du gouverneur des îles du Vent.

En avril 1794, profitant des troubles provoqués par la Révolution française, les Britanniques prennent à nouveau possession de l'île. Ils en seront chassés l'été suivant par Victor Hugues, un commissaire de la République, aidé par les esclaves auxquels il avait promis la liberté. Ce dernier annonce, le 7 juin 1794, l'abolition de l'esclavage adopté par la convention au mois de février par la loi du 16 pluviôse an II. Victor Hugues, dit le terrible , met en place les lois de la Convention et par conséquent le tribunal révolutionnaire.

Les planteurs , dont certains soutenaient l'Angleterre, ne se soumettant pas au nouveau régime, sont traduits devant ce tribunal. La répression du commissaire de la Convention sera étendue aux anciens esclaves qui se révoltèrent pour ne pas avoir été payé. En 1798, le directoire le rappela en France. Il a été remplacé par le Général Desfourneaux. Malgré sa volonté de réforme de la gestion locale, ce dernier est également remis en cause par la population et par une partie de l'armée.

Le premier Consul Bonaparte nomme Lacrosse gouverneur. Ce dernier tente de renvoyer de l'armée les officiers noirs, intégrés après l'abolition de l'esclavage. Une révolte de ces officiers monte. Le propre aide de camps de Lacrosse, Louis Delgrès, métis, deviendra un des chefs de cette rébellion avec Joseph Ignace.

Le premier consul dépêche une expédition de 4 000 hommes dirigés par le général Richepance pour mater la rébellion. Après une défense héroïque, beaucoup de révoltés préfèrent se suicider plutôt que de se rendre. Vivre libre ou mourir , dernières paroles de Louis Delgres. La loi du 16 pluviôse an II qui avait abolit l'esclavage est annulée le 16 juillet 1802 par Bonaparte.

En 1808, les Anglais mènent une nouvelle campagne d'invasion de ces îles de la Caraïbe. Il conquiert cette année là, Marie-Galante et La Désirade puis en 1809 les Saintes. En 1810, la Guadeloupe est à nouveau anglaise

 Après une première tentative d’invasion en 1814 , Saint-Barthélemy avait été cédée à la Suède par le traité de 1784. Les Britanniques ne restituèrent la Guadeloupe à la France qu'en 1816 ,suite au Congrès de Vienne . Depuis, elle est restée sous souveraineté de la France jusqu’à nos jours.

Entre 1816 et 1825 une série de lois propre à l'île sont promulguées. Les institutions municipales voient le jour en 1837 et en 1848, sous la Deuxième République, l'esclavage est finalement aboli. Et Saint-Barthélemy est recédée par le Royaume de Suède à la France qui l’incorpore dans l’Empire français au sein de la Guadeloupe

La Guadeloupe a participé à la seconde guerre mondiale en fournissant des hommes au FFL Forces françaises libres pour participer à la résistance.

Le 19 mars 1946, les anciennes colonies de l’Empire font place à l’Union française, mais celle de cette partie de la Caraïbe se rapprochent du statut de la France et deviennent des départements d’outre-mer , la Guadeloupe et la Martinique , la Guadeloupe intégrera aussi Saint-Barthélemy et Saint-Martin dans un arrondissement spécial.

Le 14 février 1952, dans la ville du Moule, est organisée une grève par les ouvriers de l'usine Gardel pour une hausse de leurs salaires, des barrages avaient été érigés par les grévistes sur le piquet de grève.

Finalement, les militaires français sur place reçurent l'ordre de tirer sur la foule, le bilan est de 4 morts et 14 blessés.Selon certains témoignages, certaines victimes n'avaient pas de lien direct avec la grève.Localement ces événements sont appelés -Massacre de la St-Valentin-.

Des faits similaires eurent lieu les 25, 26 et 27 mai 1967 où ont lieu des manifestions ouvrières à Pointe à Pître en vue d'obtenir une augmentation salariale de 2,5 %. Ces manifestations seront réprimées par les CRS arrivés sur place qui tirent sur la foule de façon arbitraire, entraînant la mort de 5 à 87 personnes, selon les sources, dont Jacques Nestor, un célèbre militant du GONG et plusieurs blessés. Les personnes arrêtées seront relaxés par la cour.

Le 7 décembre 2003, les électeurs de Guadeloupe ont rejeté à 73 %, le projet de création d'une collectivité unique se substituant au département et à la région qui coexistent sur le même territoire.

Le même jour, les électeurs de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin ont voté en faveur de l'autonomie de leurs communes, devenues par la loi organique du 21 février 2007, deux Collectivités d'outre-mer , COM, distinctes de la Guadeloupe.

Administration

Depuis la réforme constitutionnelle du 28 mars 2003, qui a supprimé les appellations DOM et TOM, la Guadeloupe est un DROM  Départements et Régions d'Outre- Mer.

Elle est donc à la fois une région administrative et un département  l'expression DOM reste utilisée aujourd'hui) dont la préfecture est Basse-Terre. Elle constitue avec la Martinique, située à environ 150 km plus au sud, et la Guyane située au nord de l'Amérique du Sud, les départements d'Amérique -DA-

Aujourd'hui, la Guadeloupe fait partie de l'Union européenne au sein de laquelle elle constitue une région ultrapériphérique, ce qui lui permet de bénéficier de mesures spécifiques , consistant à faire des adaptations du droit communautaire en tenant compte des caractéristiques et contraintes particulières de la région.

Le référendum du 7 décembre 2003 où le non l'a emporté , proposait , sous l'impulsion du congrès parlementaire) de mettre en place une nouvelle collectivité territoriale, gérée par une Assemblée Unique regroupant les compétences de la région et du département. Cette nouvelle collectivité devait rester dans le cadre de l'article 73 de la constitution avec un régime d'assimilation législative

Politique

La politique de la Guadeloupe s'organise comme celle de la France, les pouvoirs sont attribués par la population aux maires, élus par vote, de chaque commune de la Basse-Terre et de la Grande-Terre. Les citoyens votent aussi pour leurs conseillers généraux et leurs conseillers régionaux

Ce sont les députés qui seront chargés de les représenter en France et de porter les doléances du territoire au chef de l'État. Si une construction doit être remise aux normes après un cyclone, par exemple, on regardera dans les fonds du conseil régional et si on manque de revenus, la requête sera conduite vers Paris.

Géographie

L'archipel est positionné à 16° 20' de latitude Nord, soit la même latitude que la Thaïlande ou le Honduras, et sa longitude est à peu près celle du Labrador et des îles Malouines.

L'archipel de la Guadeloupe se compose des îles suivantes /

-La Guadeloupe proprement dite qui est composée de deux îles distinctes, séparées par un bras de mer n'excédant pas 200 mètres de large, appelé la rivière salée  mais connectées entre elles par deux ponts.

-Ces deux îles sont la Basse-Terre 848 km², la plus grande est la plus montagneuse des deux qui est d'origine volcanique dont le point culminant est le volcan en activité de la Soufrière , 1 467 m et la seconde, la Grande-Terre , 588 km²  dont le substrat est calcaire et se compose d'une plaine bordée d'une mangrove au sud-ouest, d’une succession irrégulière de mornes  appelée les grands fonds au centre et au nord, d’un plateau aride dentelé de côtes rocheuses et sauvages.

-C'est sur le littoral sud de la Grande-terre que se situent les zones les plus touristiques , hôtels et plages de sable blanc à l'abri des récifs coralliens. Ce littoral est appelé la Riviera .

La Désirade

Marie-Galante

Les Saintes , 9 îlets dont deux habités, Terre-de-Haut et Terre-de-Bas

Petite Terre

L'île de Saint-Barthélemy, ainsi que la partie nord de l'île de Saint-Martin, qui dépendaient administrativement de la Guadeloupe sont situées plus au nord et séparées du reste de la Guadeloupe par Saint-Christophe-et-Niévès, Montserrat, Antigua-et-Barbuda Guyane

Additional information

viagra bitcoin buy