Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce  Lebrun

 

Colonisation, immigration, terrorisme

 

Colonisation, immigration, terrorisme, s’adresse à la même mouvance des minorités ethniques, victime de l’exploitation de l’homme par l’Homme

La colonisation

 

On sait par définition que le Français indo- européen n’est pas très porté par la connaissance de l’Histoire, pas plus que la géographie constituée par la connaissance de l’espace terrien où chacun vit.

 

Demandez à l’homme de la rue de situer la position de Melbourne ( Australie) il vous enverra  en Suède.

 

Au touriste français  indoeuropéen de passage sur un territoire de la Caraïbe, il vous fera état de nos colonie, toujours ce critère de possession, ignorant qu’une loi de 1946 a modifié la donne.

 

En tout cas  dans son subconscient il n’a pas oublié quel était le rôle de la possession de territoires acquis par la ruse la force, que les autochtones étaient privés de liberté d’aller et venir, alors que les richesses du pays occupé étaient pillées au service de l‘économie de l’occupant.

 

Et nous avons un immense espace africain, des zones du Pacifique (Tahiti, Knaki) des territoires de la Caraibe( Martinique  Guadeloupe, Haïti jus qu’en 1804,  de l’Amérique du Sud (Guyane) de l’Océan indien ( Réunion Mayotte)

 

Toute cette politique était axée sur le pillage des richesses minières et autres, et la domination des hommes au service du colonisateur (guerres 1914 -1918, 1940-1945, guerres coloniales d’Indochine  et d’Algérie

 

L’immigration

 

C’est le fait de se déplacer individuellement ou collectivement d’un pays ou continent pour des raisons multiples.

 

D’aucuns feront état de motifs économiques alors que d’autres avanceront des motifs politiques d’insécurité, de non respect des droits de l’Homme.

 

Cette problématique est très sensible en France et donne lieu à des débats et des propos incongrus

 

Quoi qu’il en-soit, l’immigration qui touche particulièrement les ressortissants africains de L’Ouest du Continent, doit être considérée comme un échec totale de la colonisation, mis à la charge de la France.

 

Car pour bien comprendre ce drame, il convient de revenir sur le mode de colonisation française basée sur l’assimilation de masses colonisées

 

A ces masses rien n’a été inculqué, comme des notions de responsabilité, du goût de l’entreprise, du rôle de la vie politique et donc des choix.

 

C’était  pour l’Administration française une bande de demeurés assignés à la servitude du  maître sans espoir  d’évolution vers plus de Dignité.

 

Et donc en  1960, année de début des indépendantes octroyées à certains territoires du Continent , la France régnait sur une tutelle de 110 millions d’indigènes

 

Pas mal comme Nation des droits de l’Homme, on a la force et la mitraille pour imposer sa loi en terre étrangère.

 

Et donc avec ces indépendances octroyées nous avons trouvé à la tête des affaires, des hommes corrompus, incompétents mais faisant tout pour plaire au maitre européen

 

Ces populations sans repère; débousolées n'ont qu’une solution fuir leur pays pour grossir la masse des sans papiers en France et ailleurs.

 

https://www.youtube.com/watch?v=9AjkUyX0rVw

 

Prochainement... Le terrorisme

Théorie de la participation criminelle

 

Considérant que le droit international admet la responsabilité de celui qui inspire, encourage, facilite la commission d'un Crime contre l'Humanité ou incite à le commettre.

Considérant que la provocation ou la sollicitation directe au crime, l'entente préalable ou le plan concerté en vue de commettre le Crime, sont des formes de participation particulièrement dangereuses pour le prix et la sécurité de l'Humanité et que leur incrimination internationale est donc nécessaire.

Considérant que le fait pour un supérieur hiérarchique de laisser sciemment, s'accomplir ou tolérer, un Crime contre l'Humanité, est punissable, l'omission, assimilée à la commission, constituant une forme de complicité.

Considérant que le droit français fait application du même principe et incrimine la participation à un groupement formé ou à une entente établie en vue de la préparation d'un ou plusieurs Crimes contre l'Humanité (art. 212-3 NCP) et admet que des personnes morales puissent être déclarées responsables pénalement de ces Crimes (art. 213-3 NCP).

Imprescriptibilité

Considérant que le droit international déclare imprescriptible le Crime contre l'Humanité (cf. Convention ONU du 26 décembre 1968 - Convention du Conseil de l'Europe du 25 janvier 1974), et concerne aussi bien l'imprescriptibilité de l'action publique que celle de la peine elle-même.

Considérant que le droit français fait application du même principe aux termes de la loi du 26 décembre 1964 s'agissant de l'imprescriptibilité de l'action publique.

Considérant que la jurisprudence de la Cour de Cassation française considère que l'autorité de la chose déjà jugée et la règle " non bis in idem ", de même que la confusion des peines, ne peuvent être utilement invoquées pour paralyser la répression des Crimes contre l'Humanité, " dès lors qu'aucune peine n'a été subie " (cf. 3ème arrêt BARBIE).

Entraide répressive

Considérant que la répression des Crimes contre l'Humanité se fonde sur l'existence d'un " ordre répressif international auquel la notion de frontière et les règles extraditionnelles qui en découlent sont fondamentalement étrangères " (cf. 1er arrêt BARBIE).

Considérant en conséquence que la question de la validité des modes de livraison parallèles à l'extradition, dite " extradition déguisée " en raison des circonstances de la livraison au Tribunal du ou des accusés de Crime contre l'Humanité, est insusceptible de pouvoir entraîner la nullité des procédures de poursuites (cf. 1er arrêt BARBIE).

Action civile

Considérant qu'il n'est ni anormal, ni illicite de la part d'associations habilitées, ou de plaignants individuels, de provoquer ou de solliciter des dépôts de plaintes ou des témoignages, du moment qu'ils sont sincères, afin de demander à des Etats membres de l'Assemblée Générale de l'O.N.U. de signer la présente Requête et d'apporter leurs contributions respectives à la présentation des éléments de faits et de droit concernant les pratiques esclavagistes ayant été perpétrées sur leurs propres sols (cf. 3ème arrêt TOUVIER).

Constitution d'archives audiovisuelles de la justice

Considérant que la présente procédure ayant un caractère historique, il convient de constituer un fonds d'archives à l'usage des générations futures et de permettre l'enregistrement sonore et audio-visuel des audiences relatives à cette procédure.

Les peines applicables

Additional information

viagra bitcoin buy