MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun  

 

Race es  tu là …

 

Incroyable, sous la poussée de groupuscules frustrés, le Pouvoir a cédé en soustrayant de la Constitution française de 1958, le mot…RACE…une "bien "belle victoire sociétale"", qui fera disparaître toutes les expressions à connotation raciale….

Mais dans leur immense majorité, les citoyens de ce pays se moquent de ces réformes à zéro centime d’euro, ce qui n’empêchera  pas l’homme de la rue peu ou pas informé, de voir dans l’Africain ou l’Afro descendant qui passe…

 

 « Un  Noir », faisant partie des «  gens de couleur » , au journaliste sportif, de désigner dans son reportage, «  le Noir de l’équipe », « le Noir du barreau » chez les  avocats, cette belle « chanteuse Noire » dans le monde artistique  la ou le Ministre noir(e) au Gouvernement ,une présentation non exhaustive.

 

Bref, un besoin morbide de bien mettre en relief la différence entre l’Africain et l’Afro descendant, en lui « collant » une couleur de peau « imaginaire» marquant la différence et son infériorité supposée, par rapport à monsieur tout le monde de race indo européenne

 

…circulez, le compte est bon, il n’y a plus rien à voir…

 

… et moi je dis NON, à cet enfumage racial, une escroquerie intellectuelle de haut niveau…

 

… car en vertu de quel pouvoir, un pays peut modifier unilatéralement un marqueur de l’espèce humaine, remontant à la nuit des temps…

 

… en fait ce retrait de mot ,intéresse t-il l’Asiatique (jaune) et l’Amérindien (rouge)  qui font partie intégrante de notre Humanité mais dont l’appellation a disparu dans la mémoire commune, ne restent plus en lice que l’Indo européen et le  gre

 

 … c’est précisément à cette mouvance que s’adresse la réforme à deux balles, pour lui donner l’illusion de la fin des différences...

 

... que voici  venu le nouveau monde avec son partage de l’Egalité et la Fraternité

 

…oui, vraiment une drôle d'illusion…

 

…et pour un rappel utile de l’Histoire, la France en tant que Nation, a  fortement utilisé le concept de race pour justifier la Traite négrière et l’Esclavage, dans un contexte d’infériorité de l’Homme africain

 

...alors la fin du mot «  race » relève de la mystification pure et simple, dont Africains et afro descendants, devraient prendre garde, afin de ne pas sombrer dans la même naïveté que nos ancêtres....

 

...Que comme Césaire Aimé, nous pourrons dire avec  fièrté...

 

...Le Nègre vous emmerde...

La situation à la haïtienne

 

Un observateur nous faisait remarquer à juste titre qu’aucun dirigeant de haut niveau de l’ex puissance coloniale ( chef d’état ou de gouvernement, premier ministre en exercice) n’avait foulé le sol hïtien depuis 1804, et pour cause…

Dans la période tourmentée des années 1790, les révolutionnaires n’avaient pas pour autant abandonné l’idéal impérialiste en mettant en œuvre à l’intention notamment des colonisés d’alors et pour l’avenir, le concept de la république une et indivisible

Ce fut donc un crime de lèse-majesté relevé à l’encontre de ces habitants de Saint Domingue qui avaient défié ce concept en arrachant les armes à la main leur souveraineté au prix de lourds sacrifices humains, après avoir vaincu un puissant corps expéditionnaire napoléonien.

Du reste l’Etat colonial devait faire payer lourdement ce revers à la jeune nation haïtienne en lui imposant pendant plus des trois quart du 19 me siècle le remboursement d’une dette équivalant chaque année au tiers du budget de cet Etat, pour prix de son indépendance.

Chacun aura compris les causes du défit actuel de Haïti dans différents domaines dont tout a été mis en œuvre par les Occidentaux pour apporter la preuve que l’homme noir en général était incapable de s’assumer sans l’aide des autres.

Ainsi donc la situation africaine actuelle est en tous points identique à celle de Haïti, à la différence que trop de pays de ce continent ont bénéficié d’indépendance octroyée, assortie d’accords bilatéraux en matière de défense notamment, les plaçant dans l’impossibilité de prendre en charge le destin collectif de l’Afrique.( lire dans Dossier Le temps de l’Action, Au nom de tous les miens

Les exemples sont d’actualité, inutile d’en faire état.

Et pourtant ce contexte ne doit pas et ne devra pas perdurer, au nom de tous nos miens pour l’avenir et la dignité du Monde Nègre.

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires