MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme

 

Pour qui sonne le glas, ce titre  de l’excellent roman de feu Ernest Emilegay,brillant écrivain  américano -cubain qui nous a projeté dans l’enfer de le guerre civile espagnole -1936-1939, gagnée par les nationaliste, que le 20ème siècle a connue depuis la guerre de cessession américaine de 1860 à1865 remportée par les yankee du Nord…

 

et si nous ne prenons pas garde  ,un tel scénario catastrophe n’est pas exclu à terme en terre française de l’Europe…

 

…car depuis quelque temps nous assistons à un déchainent de comportements  et de propos qui frisent l’intolérance, rapportés sans discernement par des média affidés au Pouvoir en place…

 

… des adversaires politiques sont traités comme des ennemis de la République…

 

… bref, silence dans les rangs, on ne veut voir qu’une seule tête, aucune opposition n’est tolérée…

 

…les races n’existent pas (version française) mais dans les médias on insiste particulièrement sur l’aspect physique de certaines personnes, l’écrivain « noir » l’avocat « noir » l’artiste « noir » pour sans doute marquer la différence, une supériorité supposée de l’indo européen …pitoyable…

 

…allons donc, que l’on cesse  de considérer  les Africains et autres afrodescendants comme des zombis …

 

… et voilà  qu’après avoir dénié aux masses le droit de contester la gouvernance de minorités privilégiées, en les refoulant dans une opposition insultante dite populiste…

 

… on ne reconnait pas  le droit à certaines minorités ethniques de se regrouper pour échapper dans ce pays, avec un climat d’arrogance et d’intolérance, en les cantonnant dans le concept de communautarisme

 

mais au fait de quoi s’agit-il….

 

 …immigration, communautarisme insécurité …

 

 …un triptyque  inconcevable et inacceptable dans une Société, une  Nation de civilisation...

 

wwwxxxwwwxxxwwwxxx la suite , prochainement 

 

Un transfert approprié

 

Mes textes diffusés sont toujours suivis de moult message de soutien qu’en général je ne diffuse pas .

Qu’à titre exceptionnel je transfère une réflexion circonstanciée de Christophe Lokossou, originaire du Togo,  enseignant à Lyon, en poste à l’étranger actuellement.

Ce message de circonstance ne pouvait mieux tombé.

Il y a exactement 10 ans, alors que la Guadeloupe et la Martinique étaient en proie à une grève dure, ayant sa genèse de la Guyane… …

...à Lyon nous entreprîmes d’organiser la résistance et un soutien aux grévistes avec la participation massive des partis dits de gauche et des organisations syndicale dont la CGT à la pointe du combat.

Dans ce bras de fer avec l’Etat, Christophe fut à mes côtes un précieux Lieutenant, et pendant deux semaines nous bâttîmes le pavés lyonnais avec des slogans très anticolonialistes.

Mais ces manifestations furent marquées par une absente totale des Caraïbéens de le Région, ce que ne manquaient de relever nos soutiens indoeuropéens.

Les auditeurs ont compris les causes de cette absence de solidarité à l’écoute du débat télévisé organisé par la Chaine TLM, m’opposant à une compatriote (Mardi 3 Mars 2009 19eures)

Alors que je rendais totalement responsable le Pouvoir colonialiste qui à conduit à toutes des dérives politiques économiques et sociales depuis de longues années, exemples précis à l’appui,…

…mon interlocutrice, adversaire a semblé défendre les bienfaits du statut départemental, loin des préoccupations des femmes et des hommes en lutte pour une amélioration de leur vie au quotidien.

On comprend mieux pourquoi la fenêtre de sortie proposée par le Gouvernement en Janvier 2010, ouvrant de nouvelles responsabilités pour les élus de nos territoires, ait été brutalement fermée.

Mais viendra le temps...

Léonce Lebrun

-----Message d'origine-----

De : Christophe LOKOSSOU Envoyé : mercredi 20 février 2019 16 h 13 À : Lebrun Objet : engagement partagé

Salut Combattant Léonce

Je viens de te lire.

Deux fléaux majeurs ont frappé le Monde Noir successivement: d’abord l’esclavage et ensuite la colonisation.

Nous sommes nombreux à commettre des erreurs d’analyse de ces fléaux. En réalité, il n’y a pas 2 fléaux. Il y a qu’un seul fléau en mutation tant que les solutions pour l’éradiquer ne sont pas encore trouvées.

C’est le prédateur qui a pris l’initiative de mettre fin à l’esclavage. C’était trop beau pour être vraie cette fin de l’esclavage.

Dans sa ruse, il a fait muter l’esclavage en colonisation. L’esclave et le colonisé (qui n’est que le même) ont en vain tenté de mettre fin à colonisation, notamment au lendemain de la seconde guerre mondiale.

Quelques résultats encourageants. Pour la première fois, le prédateur colon faisait l’expérience du combat irréversible du colonisé. Plus que quiconque, il en a mesuré la force et pris acte du caractère irréversible et de la victoire certaine de ce combat du colonisé.

Dans sa manoeuvre macabre de prédation, le prédateur colon change de stratégie, reprend la main et invente, sans la nommer, la nouvelle colonisation, le néo colonialisme.

Dans cette grande mutation, le prédateur colon est toujours resté égal à lui-même, fidèle à ses convictions et barbaries; seul l’esclave a changé de statut, mutant de l’esclave au statut de néo colonisé en passant par celui du colonisé.

La nouveauté de la néo colonisation est de faire du néo colonisé un complice de son propre assassinat. C’est ce que vit aujourd’hui le Monde Noir sur la base des accords de coopération, de développement et de co développement.

Ces multiples pseudo accords dont les textes sont à l’initiative du seul prédateur et par lui seul rédigés, constituent la base de la légitimation et la feuille de route de la néo colonisation, comme hier le code noir pour l’esclavage, le code de l’indigénat, le travail forcé pour la colonisation.

En clair, la décolonisation est toujours en cours, elle n’est pas terminée comme nous le dit le prédateur colon. Notre liberté reste toujours confisquée .

Chaque néo colonisée, chaque néo colonisé demeure un aliéné et l’aliénation du Monde Noir actuellement est sans conteste tant que nous n’aurons pas arraché notre liberté du filet du prédateur colon.

Ta vie, Léonce, ton oeuvre, est au crédit de l’unique combat sine qua non, le combat pour la liberté du Monde Noir. Préparons nous à rédiger le code de la décolonisation pour un Ordre Mondial Nouveau.

Mais demain, quel monde voulons-nous? La prédation changera-t-elle de camp ou le Monde Noir reviendra-t-il prendre possession de sa Terre natale et s’y « bunkariser »?

En avant, Combattant!

Ton frère d’arme Christophe LOKOSSOU

Informations supplémentaires