MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme

 

Pour qui sonne le glas, ce titre  de l’excellent roman de feu Ernest Emilegay,brillant écrivain  américano -cubain qui nous a projeté dans l’enfer de le guerre civile espagnole -1936-1939, gagnée par les nationaliste, que le 20ème siècle a connue depuis la guerre de cessession américaine de 1860 à1865 remportée par les yankee du Nord…

 

et si nous ne prenons pas garde  ,un tel scénario catastrophe n’est pas exclu à terme en terre française de l’Europe…

 

…car depuis quelque temps nous assistons à un déchainent de comportements  et de propos qui frisent l’intolérance, rapportés sans discernement par des média affidés au Pouvoir en place…

 

… des adversaires politiques sont traités comme des ennemis de la République…

 

… bref, silence dans les rangs, on ne veut voir qu’une seule tête, aucune opposition n’est tolérée…

 

…les races n’existent pas (version française) mais dans les médias on insiste particulièrement sur l’aspect physique de certaines personnes, l’écrivain « noir » l’avocat « noir » l’artiste « noir » pour sans doute marquer la différence, une supériorité supposée de l’indo européen …pitoyable…

 

…allons donc, que l’on cesse  de considérer  les Africains et autres afrodescendants comme des zombis …

 

… et voilà  qu’après avoir dénié aux masses le droit de contester la gouvernance de minorités privilégiées, en les refoulant dans une opposition insultante dite populiste…

 

… on ne reconnait pas  le droit à certaines minorités ethniques de se regrouper pour échapper dans ce pays, avec un climat d’arrogance et d’intolérance, en les cantonnant dans le concept de communautarisme

 

mais au fait de quoi s’agit-il….

 

 …immigration, communautarisme insécurité …

 

 …un triptyque  inconcevable et inacceptable dans une Société, une  Nation de civilisation...

 

wwwxxxwwwxxxwwwxxx la suite , prochainement 

 

 L'addition, s'il vous plaît

 

-Plus jamais ça- combien de fois n’a t-on pas entendu ce refrain suranné, et dont  la crédibilité ne concerne que ceux qui le professent…

…ces naïfs.. Lire dans Forum -message- -Un certain 6 Aout 1945 suite et fin-


De la Nouvelle Orléans , USA, à Paris et banlieue, France , que constatons nous…

…Des calamités ont frappé les hommes, d’un côté la nature a accompli son action de destruction massive et imparable…

… De l’autre, des mains criminelles ont contribué à la disparition de dizaines de personnes dans d’atroces souffrances

En second lieu nous relevons que la grande majorité des victimes sont des Africains…

… Certains avanceront que c’est un hasard en dégageant bien entendu toute responsabilité humaine, administrative et politique.

 Mais ce point de vue ne peut être partagé, dès lors que le hasard n’est pas une fatalité …

…Si même il doit pas être retenu vis à vis des tragédie humaines que nous évoquons

Dès lors, nous sommes fondés à affirmer avec force que ce soit en Afrique en Caraïbe en Amérique où partout ailleurs, que…

…Le Monde Noir est placé sous tutelle, une réalité inacceptable au regard de laquelle, adolescent, femme homme…

… Nous devrions être pleinement conscients ,  lire dans archives croisades ---Avant-propos

Car, que ce soit dans le sud des Etats-Unis d’Amérique ravagé par un cyclone, ou des maisons délabrées occupées par des immigrés originaires pour la plupart du Continent africain…

… En plein centre de la Capitale, -ville lumière- France, les autorités à tous les niveaux, ne pouvaient ignorer les dangers potentiels qui étaient bien prévisibles…

… Du fait pour la Louisiane,  USA, entre autres, des constructions élevées au dessous du niveau de la mer, et exposées aux vagues exceptionnellement déchaînées…

… Ou pour Paris, l’existence d’immeubles ne répondant dans plus aux normes de sécurité et d’hygiène en vigueur dans le pays où nous résidons…

…Seulement, elles étaient des personnes d’origine africaine, sans fortune par définition…

… Alors qui pourrait présenter pour elles l’addition de l’horreur…s'il vous plaît...

Mais viendra le jour où nous déposerons collectivement sur la table, la facture de notre Dignité, alors…

…L'addition s'il vous plaît.

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires