MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun  

 

Race es  tu là …

 

Incroyable, sous la poussée de groupuscules frustrés, le Pouvoir a cédé en soustrayant de la Constitution française de 1958, le mot…RACE…une "bien "belle victoire sociétale"", qui fera disparaître toutes les expressions à connotation raciale….

Mais dans leur immense majorité, les citoyens de ce pays se moquent de ces réformes à zéro centime d’euro, ce qui n’empêchera  pas l’homme de la rue peu ou pas informé, de voir dans l’Africain ou l’Afro descendant qui passe…

 

 « Un  Noir », faisant partie des «  gens de couleur » , au journaliste sportif, de désigner dans son reportage, «  le Noir de l’équipe », «  le Noir du barreau » chez les  avocats, cette belle « chanteuse Noire » dans le monde artistique  la ou le Ministre noir(e) au Gouvernement ,une présentation non exhaustive.

 

Bref, un besoin morbide de bien mettre en relief la différence entre l’Africain et l’Afro descendant, en lui « collant » une couleur de peau « imaginaire » marquant la différence et son infériorité supposée, par rapport à monsieur tout le monde de race indo européenne

 

…circulez, le compte est bon, il n’y a plus rien à voir…

 

… et moi je dis NON, à cet enfumage racial, une escroquerie intellectuelle de haut niveau…

 

… car en vertu de quel pouvoir, un pays peut modifier unilatéralement un marqueur de l’espèce humaine, remontant à la nuit des temps…

 

… en fait ce retrait de mot ,intéresse t-il l’Asiatique (jaune) et l’Amérindien (rouge)  qui font partie intégrante de notre Humanité mais dont l’appellation a disparu dans la mémoire commune, ne restent plus en lice que l’Indo européen et le  gre

 

 … c’est précisément à cette mouvance que s’adresse la réforme à deux balles, pour lui donner l’illusion de la fin des différences...

 

... que voici  venu le nouveau monde avec son partage de l’Egalité et la Fraternité

 

…oui, vraiment une drôle d'illusion…

 

…et pour un rappel utile de l’Histoire, la France en tant que Nation, a  fortement utilisé le concept de race pour justifier la Traite négrière et l’Esclavage, dans un contexte d’infériorité de l’Homme africain

 

...alors la fin du mot «  race » relève de la mystification pure et simple, dont Africains et afro descendants, devraient prendre garde, afin de ne pas sombrer dans la même naïveté que nos ancêtres....

 

...Que comme Césaire Aimé, nous pourrons dire avec  fièrté...

 

...Le Nègre vous emmerde...

Ben Bella Ahmed

 

Ben Bella Ahmed, l’un des artisans de l’indépendance de l’Algérie, est né à Marnia dans la région de Oran le 25 Décembre 1916 dans une famille de commerçant, et engagé sous drapeau français pendant la seconde mondiale.

Il participe à la campagne d’Italie et de France, et devient par la suite, l’un des membres dirigeants de l’Organisation spéciale créée pour le triomphe des libertés démocratiques ...

...Après les évènements de Sétif en Mai 1945 , MTLD Mouvement pour le triomphe des libertés démocrtiques

Ben Bella est arrêté en Mai 1950, mais il s’évade en Mars 1952, et vit clandestinement en France et en Egypte où il participe à la préparation du soulèvement du 1è Novembre 1954.

En sa qualité de chef historique du Front de libération nationale FLN l’homme est influencé par Nasser le dirigeant égyptien, dont il gagne l’appui, ce qui lui vaudra l’hostilité de certains membres du mouvement indépendantiste.

Le 22 Octobre 1956, son avion est intercepté en vol par l’aviation française au dessus d’Alger, il sera détenu en France jusqu’aux accords d’Evian de Mars 1962, et entre en conflit après sa libération, avec le Gouvernement provisoire de la république algérienneGPRA.

A la suite de l’élection d’une assemblée constituante en Septembre 1962 il préside le gouvernement avant d’être élu Président de la république algérienne le 15 Septembre 1963.

Deux ans plus tard Ben Bella est renversé en Juin 1965 par un coup d’état dirigé par le Colonel Boumédienne, emprisonné jusqu’en Juillet 1979, et assigné à résidence, puis libéré en Octobre 1980.

Exilé en Europe, Ben Bella reviendra en Algérie en 1990

Habib Bourguiba

Informations supplémentaires