MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun  

 

Race es  tu là …

 

Incroyable, sous la poussée de groupuscules frustrés, le Pouvoir a cédé en soustrayant de la Constitution française de 1958, le mot…RACE…une "bien "belle victoire sociétale"", qui fera disparaître toutes les expressions à connotation raciale….

Mais dans leur immense majorité, les citoyens de ce pays se moquent de ces réformes à zéro centime d’euro, ce qui n’empêchera  pas l’homme de la rue peu ou pas informé, de voir dans l’Africain ou l’Afro descendant qui passe…

 

 « Un  Noir », faisant partie des «  gens de couleur » , au journaliste sportif, de désigner dans son reportage, «  le Noir de l’équipe », « le Noir du barreau » chez les  avocats, cette belle « chanteuse Noire » dans le monde artistique  la ou le Ministre noir(e) au Gouvernement ,une présentation non exhaustive.

 

Bref, un besoin morbide de bien mettre en relief la différence entre l’Africain et l’Afro descendant, en lui « collant » une couleur de peau « imaginaire» marquant la différence et son infériorité supposée, par rapport à monsieur tout le monde de race indo européenne

 

…circulez, le compte est bon, il n’y a plus rien à voir…

 

… et moi je dis NON, à cet enfumage racial, une escroquerie intellectuelle de haut niveau…

 

… car en vertu de quel pouvoir, un pays peut modifier unilatéralement un marqueur de l’espèce humaine, remontant à la nuit des temps…

 

… en fait ce retrait de mot ,intéresse t-il l’Asiatique (jaune) et l’Amérindien (rouge)  qui font partie intégrante de notre Humanité mais dont l’appellation a disparu dans la mémoire commune, ne restent plus en lice que l’Indo européen et le  gre

 

 … c’est précisément à cette mouvance que s’adresse la réforme à deux balles, pour lui donner l’illusion de la fin des différences...

 

... que voici  venu le nouveau monde avec son partage de l’Egalité et la Fraternité

 

…oui, vraiment une drôle d'illusion…

 

…et pour un rappel utile de l’Histoire, la France en tant que Nation, a  fortement utilisé le concept de race pour justifier la Traite négrière et l’Esclavage, dans un contexte d’infériorité de l’Homme africain

 

...alors la fin du mot «  race » relève de la mystification pure et simple, dont Africains et afro descendants, devraient prendre garde, afin de ne pas sombrer dans la même naïveté que nos ancêtres....

 

...Que comme Césaire Aimé, nous pourrons dire avec  fièrté...

 

...Le Nègre vous emmerde...

Léopold Sédar Senghor, 1906-2001

 

Né en 1906 à Joal, près de Dakar, décédé le 20 décembre 2001 à Verson, France .

Homme d'Etat et poète sénégalais, Senghor  est membre de l'ethnie Sévère, agrégé de grammaire, il a d'abord été professeur en France, puis représentant du Sénégal à l'Assemblée constituante en 1945.
En 1948, Senghor quitte la SFIO , Section française de l'internationale ouvrière,  pour fonder le Bloc démocratique sénégalais et est à la Chambre française des députés, le chef des indépendants d'outre-mer.
Père de l'indépendance du Sénégal, tout en souhaitant maintenir des liens avec l'ancienne puissance coloniale, il est en 1960, élu président de la République de son pays.
Après l'élimination de son ancien allié Mamadou Dia en 1962, exerce tous les pouvoirs, et instaure un régime de parti unique socialiste, amendé dans un sens plus libéral en 1976.
Réélu en 1963, 1968, 1973 et 1978, le Président Senghor renonce volontairement à ses fonctions à la fin de l'année 1980.
 Chantre de la négritude Senghor a publié d'importantes études sur la poésie de l'Afrique noire et des recueils de poèmes  Chants d'ombre, 1945, Hosties noires , 1948, Nocturnes, 1961, Elégies majeures 1979.

Le Président Senghor , élu à l'Académie française en 1983, a publié un essai autobiographiqu e , Ce que je crois.

Martin Luther King

Informations supplémentaires