MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme

 

Pour qui sonne le glas, ce titre  de l’excellent roman de feu Ernest Emilegay,brillant écrivain  américano -cubain qui nous a projeté dans l’enfer de le guerre civile espagnole -1936-1939, gagnée par les nationaliste, que le 20ème siècle a connue depuis la guerre de cessession américaine de 1860 à1865 remportée par les yankee du Nord…

 

et si nous ne prenons pas garde  ,un tel scénario catastrophe n’est pas exclu à terme en terre française de l’Europe…

 

…car depuis quelque temps nous assistons à un déchainent de comportements  et de propos qui frisent l’intolérance, rapportés sans discernement par des média affidés au Pouvoir en place…

 

… des adversaires politiques sont traités comme des ennemis de la République…

 

… bref, silence dans les rangs, on ne veut voir qu’une seule tête, aucune opposition n’est tolérée…

 

…les races n’existent pas (version française) mais dans les médias on insiste particulièrement sur l’aspect physique de certaines personnes, l’écrivain « noir » l’avocat « noir » l’artiste « noir » pour sans doute marquer la différence, une supériorité supposée de l’indo européen …pitoyable…

 

…allons donc, que l’on cesse  de considérer  les Africains et autres afrodescendants comme des zombis …

 

… et voilà  qu’après avoir dénié aux masses le droit de contester la gouvernance de minorités privilégiées, en les refoulant dans une opposition insultante dite populiste…

 

… on ne reconnait pas  le droit à certaines minorités ethniques de se regrouper pour échapper dans ce pays, avec un climat d’arrogance et d’intolérance, en les cantonnant dans le concept de communautarisme

 

mais au fait de quoi s’agit-il….

 

 …immigration, communautarisme insécurité …

 

 …un triptyque  inconcevable et inacceptable dans une Société, une  Nation de civilisation...

 

wwwxxxwwwxxxwwwxxx la suite , prochainement 

 

Nelson Mandela 1918- 2013-

 

Nelson Mandela est né dans la Province de l'Umtata , Afrique du Sud  en 1918

Il étudie à Fort Hare, où il se fait renvoyer après avoir participé à une manifestation d'étudiants, et à l'Université de Witwatersrand, en obtenant un diplôme de droit en 1942.

En 1944, Mandela adhère au Congrès national africain ANC et lorsque le Parti national arrive au pouvoir en 1948, et introduit l'apartheid, le militant et l'ANC opposèrent une résistance farouche à la politique raciste du gouvernement en place.

Mandela est arrêté en 1956 et jugé pour trahison, mais acquitté en 1961

A la suite du massacre de Sharpeville le 21 mars 1960 à l'occasion duquel, la police sud africaine ouvrit le feu sur la foule des manifestants, faisant 69 tués et 180 blessés, l'ANC sera interdit, dès lors Mandela abandonnera la stratégie non-violente de ce Mouvement, en fondant l'Umkhonto we Stizwe, une organisation militaire.

En 1962, Mandela est condamné à cinq ans de travaux forcés, et en 1963 il sera inculpé de sabotage de trahison et complot, et emprisonné à vie en 1964

Après 28 ans de détention pour cause politique, en 1990, le Président de Klerk supprima l'interdiction de l'ANC, et libéra Mandela, qui fut élu président du Congrès africain en 1991.

Les deux hommes conduisirent des négociations en vue de mettre fin à l'apartheid, ce qui leur vaudra le prix Nobel de la Paix en 1993

En 1994 à l'occasion des premières élections libres de l'Histoire de l'Afrique du Sud, Nelson Mandela sera élu Président de la République, mandat qu'il exercera jusqu'en 1999.

Patrice Lumumba

Informations supplémentaires