Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

  

La Race( suite)

 

Ce grand défi est de comparer sur la toile le sort réservé en France  à deux sœurs jumelles, Race etReligion...dont l’une, La Race a été placée au banc des accusés comme responsable des « coup de sang raciaux «  périodiques que connait ce pays depuis quelques années

 

Oui mais s’agissant de la mouvance musulmane, on ne peut exclure la politique française  partisane, au Moyen orient, les coups bas de l’Etat hébreu au regard de la Palestine en devenir, la destruction de la Libye en 2011 dont la France était en pôle position, une ingérence manifeste depuis 2012 en Syrie dont on voit mal la fin de ce conflit.

 

Bref, dans toute manifestation violente au sein de  la Société il  faut  établir les causes consécutives à une diplomatie de la petite semaine  et dénoncer avec force les vrais responsables.

 

Cela  dit pourquoi la problématique raciale a pris une telle proportion en France alors qu’en Europe les pays à démocratie comparable bénéficient d’une paix sociale apaisée.

 

Et nous sommes en ce jour historique du 7 Janvier 2015 …

 

…un attentat est un acte de guerre à carctère politique, conduit par des militants cultivés, motivés.

 

… l’opération est préparée longtemps à l’avance, et au jour convenu les choses se passent sans bavure, et les hommes  disparaissent ne laissant aucune trace de leur mission.

 

Or en ce 7 Janvier avec l’attaque de l’imprimerie « Charly Bebdo » nous avons eu affaire à une petite bande de  dégénénés, choisis au hasard  pour un mauvais coup, sans doute drogués, qui restent dans les parages proches, pour être « logés » rapidement et tués par les forces de police…

 

….qu’un jour l’Histoire nous révelera les commanditaires.

 

 Car ces hommes n’avaiet pas le profil de soldat, d’homme de guerre, mais manipulés pour tuer.

 

Et du reste les politiciens au Pouvoir sont tombés dans le piège par naïveté ou imcompétence pour hurler au Monde entier que « la France était victime d’un   odieux attentat »…

 

…invitant tous « les grands de la Planète »  à une marche à Paris le 11 Janvier 2015, pour la défense de la «  liberté d’expression »,un abus  de la vision des réalités, car seuls quelques rares médias non affidés usesnt avec parcimonie de ce privilège.

 

Par contre l’ancien Président améridain a décliné cette invitation ne voulant sans doute pa s’acssocier à cette  mascarde.

 

Mais des dirigeants africains étaient bien présents en nombre une bonne quinzaine en tête du cortège, venus remercier «  buana » l’impérialiste de l'Occident pour son soutien à ces 3èmes mandats, ou à la modification permanente de leur constitution à des fins  de mauvaises gouvernance. ces crétins de négrillons…

 

…ah la bonne affaire qui politiquement ine finé , na pas payé.

 

Mais les premières personnes visées par ces évènements tragiques furent les communautés musulmanes, affublées de tous les péchés d’Israel.

 

En fait ce n’est pas le seul but recherché par ces despérados, car le mode opératoire par la suite, des citoyens agressés mortellement tout à fait anonymes, indique sans doute que certains veulent installer dans la pays un climat de peur et de terreur pour renversr les institutions de la République.

 

Sur cette dernière hypothèse on peut avancer que ces ennemis invisibles ont gagné, face à un peuple déjà plongé dans la peur qui a accepté sans résistance une décision illégales, autoritaire d'un long confinement sanitaire …

 

… et en sas d’une guerre civile ou un coup d’Etat  militaire je ne pense pas que les citoyens seraient traversés par un sentiment de révolte face à l’adversité …

 

…l’avenir nous le dira…

 

 

Et voila q’un groupe  du nom « des identitaires », jette le masque en faisant état de concepts, « racisme anti blanc  anti francais » et « privilège blanc »inconnus jusqu’alors dans les échanges de la société civile.

 

La suite prochainement

 

 Déja 10 ans Patrick est parti vers d'autres cieux...

https://www.youtube.com/watch?v=abw9sBMFBdM&list=RDabw9sBMFBdM&start_radio=1

 

Modibo Keita  1915-1977

 

Fils de Daba Keita et Hatouma Camara, Modibo Keita, est né le 4 juin 1915 à Bamako-Coura, un quartier de Bamako Mali

De1925 à 1931, il fréquentera l'école primaire de Bamako.

A partir de 1931 il entre au lycée ,Terrason de Fougère , aujourd'hui , lycée Askia Mohamed, où trois ans plus tard il part pour l'école normale supérieure William Ponty de Dakar, il y passera deux ans.

 Modibo Keita sortira major de cette école et deviendra instituteur en septembre 1938.

En fait, Modibo Keita, qui était profondément ulcéré par la situation de l'Afrique sous domination coloniale, a mené depuis 1937 des activités dans plusieurs mouvements et associations.

Contournant l'interdiction faite aux Africains de faire de la politique, il fondera avec Mamadou Konaté , une autre grande figure de la décolonisation, l'Association des lettrés du Soudan qui deviendra par la suite le Foyer du Soudan.

Une association officiellement apolitique mais qui abordait des sujets qui l'étaient moins.

Dans une publication qu'il créera en 1943, l'œil de Kénédougou, il critique ouvertement la société féodale et le pouvoir colonial.

Toujours avec son compagnon et ancien maître, Mamadou Konaté, Modibo Keita créera la fédération des syndicats des enseignants.

Son nationalisme déterminé, ses activités politiques et syndicales le conduiront en prison.   Considéré comme un dangereux opposant par les Français, il sera interné en 1946 à la Centrale de la santé à Paris,France.

C'est en 1947 que Modibo Keita deviendra le secrétaire général du premier bureau de l'USRDA
L’année plus tard il obtiendra un siège à l'assemblée de l'Union Française.

Le 10 octobre 1953, il est élu membre de l'Assemblée Nationale française dont il occupera le mandat de premier vice-président africain.

Deux fois ministre à Paris, Modibo Keita sera également maire de Bamako.

Le 20 juillet 1960, Modibo Keita devient le chef de gouvernement de la Fédération du Mali rassemblant le Soudan , ancien nom de l'actuel Mali et le Sénégal.

Le 22 septembre 1960, après l'éclatement de la fédération, Modibo Keita deviendra le premier président de la jeune république du Mali.

Le 13 mai 1964, Modibo Keita est réélu, à la présidence de la république, mais
le 19 novembre 1968, il sera renversé par un coup d'état militaire, l'homme
moura en détention le 16 mai 1977dans des conditions jamais élucidées.
 

Amilcar Cabral

Informations supplémentaires

viagra bitcoin buy