MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun  

 

De l’état du Monde….Rétrospective

 

Avec un peu de retard, circonstance atténuante oblige, je reviens sur ce qui s’est dit, prédit, il y quelques semainesà Pittsburgh (Etats-Unis, à l’occasion de la réunion du désormais G 20…

 

…  Par définition je garde une grande méfiance au regard de ces institutions qui n’ont pas reçu de mandat explicite de  l’ ONU , mais s’arrogent le droit d’imposer leurs conclusions à toute la Planète…

 

… sous la futile prétention que certaines nations invitées seraient les  plus riches… pour les autres, circulez, il n’y a rien pour vous.

 

Pour la petite histoire, rappelons que ce forum ponctuel qui n’est pas d’initiative américaine et s’est tenu pour la première fois à Paris ( France) dans les années 1976, était composé de six nations…

 

… dont trois membres permanents du Conseil de Sécurité, détenteurs de l’arme atomique, quatre de l’ Alliance Atlantique,( OTAN) sauf le Japon , une simple observation donne une idée de leur puissance de feu…

 

Donc, de six chargés de se pencher sur l’état de l’économie mondiale, nous sommes  passés à 7 puis 8 à l’occasion desquels au repas des « grands » entre la poire et le formage…

 

… étaient invités des dirigeants africains, dont certains s’y pressaient, leur donnant l’illusion d’une certaine  importance. Mais le Continent na pas avancé d’un iota sur tous les plans

 

…Et depuis Septembre de cette année, la « crise » aidant ils se sont retrouvés à 20 à Pittsburg pour dialoguer entre autre sur la régulation du marché monétaire

 

…et la limitation des bonus dus aux traders, ces sorciers de la manipulation boursière, autant de sujets qui intéressent l’immense armée « d’hommes de la rue »

 

Mais la grande nouveauté de Pittburg fut l’entrée en lice de la nouvelle administration américaine avec son chef de file…

 

… dont certains «  ces va en guerre ces Max la menace »  se  berçaient déjà d’illusion sur son amateurisme, son manque d’expérience, bref par des arguties, on allait avaler tout cru l’ex Sénateur de l’Illinois.

 

 Mais catastrophe pour eux, ce fut du brio du brillant, une parfaite connaissance des dossiers, une certaine vision de l’avenir de notre Planète…

 

…que le jury d’Oslo ( Norvège) a sanctionné sans appel, par un prix Nobel de la Paix… je m’en dispense  de tout commentaire sur l’évènement.

 

A ce sujet et à propos de l’Iran au regard de l’arme atomique il est intéressant de remonter l’Histoire…

 

Nous sommes dans les années 1960, le locataire de l’Elysée qui a décidé de retirer son pays du commandement intégré de l’OTAN

 

… se lance dans l’aventure nucléaire sur la base du concept de la « dissuasion » c'est-à-dire qu’avec une ogive on peut mettre dans l’embarras tout adversaire  potentiel hautement nucléarisé…

 

Le Chef de l’Etat de l’époque en cause, n’a jamais eu l’intention d’utiliser cet arme redoutable, un remake des 6 et 8 Août 1945, mais il en connaissait parfaitement la force diplomatique dans le concert des Nations…

 

Plus de 40 ans après nous sommes  dans le même contexte, qui pourrait croire intellectuellement que l’Iran serait  disposé à porter le fer et le sang au Moyen Orient sur un ennemi potentiel…

 

… (disposant de son stock ) sachant qu’une bombe thermonucléaire de centaines de fois plus puissante que celle larguer sur le Japon en Août 1945…

 

…détruirait et contaminerait toute la région, y compris l’Iran qui serait victime «  d’un vent nucléaire qui n’a pas de frontière ».

 

 Mais alors de qui se moque-ton, quand on veut interdire à cette Nation ou tout autre pays...

 

...de se doter de moyens diplomatiques adéquats, sachant que cet Etat en cause est entouré de voisins puissamment armés..

 

L’Administration américaine qui a rapidement assimilé ces subtiles et hypocrites oppositions  diplomatiques…

 

… laisse désormais aux autres « Max la menace », le soin des gesticulations puériles et stériles...

Louis Delgrès,1766-1802

 

 Delgrès

Louis Delgrès est né le 2 août 1766, à Saint-Pierre , Martinique et décédé le 28 mai 1802, Grand Parc - Saint-Claude , Guadeloupe

Juridiquement il est né Libre

 Il est, selon l'hypothèse la plus probable, le fils naturel de la mulâtresse Elisabeth Morin dite Guiby et de Louis Delgrès indoeuropéen martiniquais de Saint-Pierre qui fut receveur du Roi et directeur des Domaines du Roi à Tobago.

 

C'est donc un métis. Aux archives nationales il existe deux dossiers , celui de Louis Delgrès père le receveur et celui de Louis Delgrès fils , le chef de bataillon.

 

Ces documents établissent quasi formellement la filiation entre les deux hommes. Le métis Louis Delgrès vit avec ses parents en Martinique puis à Tobago.

 

Delgres entre dans la milice, le 10 novembre 1783. Il en est nommé sergent.

 

 

Le 8 septembre 1791. Patriote, l'homme s'exile en Dominique après la prise du pouvoir par les royalistes en Martinique.

 

Le 28 octobre 1792 il participe à l'élection des députés des Iles du vent à la Convention nationale.

 

En décembre 1792, il rejoint les rangs des républicains et monte à bord de la Félicité, le navire de Lacrosse. Il est alors élu provisoirement lieutenant par ses concitoyens.

 

 

Delgres sert sous les ordres de Rochambeau et est nommé capitaine à titre provisoire.

 

Capturé par les Anglais lors de la prise de la colonie en mars 1794, il est déporté en France. Arrivé à Brest, il reçoit son brevet de lieutenant, lors de la formation du Bataillon de la Caraïbe le 27 novembre 1794.

 

Le 6 janvier 1795 Delgres arrive en Guadeloupe, en compagnie des commissaires de la Convention Goyraud et Lebas.

 

Le 21 mars 1795, il quitte la Guadeloupe pour partir à la reconquête de Sainte-Lucie. Delgres se distingue dans cette campagne. Il est grièvement blessé, le 22 avril 1795. Il hisse le drapeau tricolore au morne Rabot, le 19 juin suivant. Il est nommé capitaine par Goyraud, le 25 juin.

 

Le lendemain, Delgres embarque pour Saint-Vincent, où il combat aux côtés des Garifunas , métis amérindiens Caraïbes .

 

Il est fait prisonnier par les Anglais, le 16 juin 1796. Conduit dans les prisons britanniques, il est échangé et après être parti de Portchester il débarque au Havre le 21 septembre 1797.

 

En janvier 1798, il est en garnison avec Palerme dans les casernes Martinville à Rouen. Puis, il est envoyé à l'île d'Aix où il retrouve Magloire Pélage.

 

Un document de septembre 1799, indique qu'il est un excellent militaire et qu'il sait très bien lire, écrire et calculer. Ces indications révèlent la qualité de l'éducation que lui a donnée son père naturel européen.

 

En septembre 1799, il est en congé à Paris. Le 1er octobre, il est nommé chef de bataillon. Destiné à accompagner les agents de la Convention Jeannet, Laveaux et Baco en Guadeloupe, il refuse cette nouvelle affectation car il lui est dû des arriérés de sa solde. Finalement, Victor Hugues lui fait une avance et il part le 16 novembre 1799.

 

Il y arrive en Guadeloupe le 11 décembre 1799. Il est aide de camp de Baco.

 

En octobre 1801, il est aide de camp du Capitaine général Jean-Baptiste Raymond de Lacrosse. Ce dernier le qualifie de sans-culotte, ce qui indique son profond engagement révolutionnaire.

 

A Basse-Terre, lors de l'insurrection du 21 octobre, Delgres accompagne Lacrosse à Pointe-à-Pitre

 

Mais le 24 octobre, lorsque Lacrosse est emprisonné, il se rallie aux officiers rebelles .

 

 

Il est nommé chef de la place de Basse-Terre par le Général Magloire Pélage.

 

Le 5 janvier 1802, il destitue les fonctionnaires européens accusés de correspondre avec le Général Lacrosse en exil. Deux jours plus tard, il devient chef de l'arrondissement de Basse-Terre.

 

Les 15-16 février, en collaboration avec le Capitaine Massoteau, il fait arrêter des officiers européens

 

À partir du 10 mai 1802, dans la région de Basse-Terre Delgres est le chef de la résistance contre les troupes Consulaires du Général Richepance,  envoyé par Bonaparte pour rétablir L'Esclavage .

 

Le 20 Mai, obligé de se replier au Fort de Basse-Terre qu’il doit ensuite abandonner le 22 Mai et se réfugier au pied de la Soufrière à Matouba vers Saint-Claude.

 

Le 28 Mai 1802, se voyant perdu, Delgrès et ses 300 compagnons se suicident à l'explosif dans leur refuge de l' habitation Danglemont à Matouba, respectant ainsi la devise révolutionnaire  Vivre libre ou mourir

 

En 2002, son sacrifice a été commémoré par la création d’un timbre à son effigie et par la mise en place d’une stèle au Fort qui porte dorénavant le nom de Fort Delgrès. Nous pouvons actuellement lire sa proclamation au Champ d’Arbaud à Basse-Terre.

 

Delgrès avait fait afficher sur les murs de Basse-Terre une proclamation adressée à...  L’univers entier , dans laquelle il poussait , le cri de l’innocence et du désespoir -


La proclamation de Delgrès signée le 10 mai 1802

Colonel d’infanterie des forces Armées de la Basse Terre...

 

 

A L'UNIVERS ENTIER LE DERNIER CRI DE L'INNOCENCE ET

DU DESESPOIR.

 

C'est dans les plus beaux jours d'un siècle à jamais célèbre par le triomphe des lumières et de la philosophie, qu'une classe d'infortunés qu'on veut anéantir se voit obligée d'élever sa voix vers la postérité pour lui faire connaître, lorsqu'elle aura disparu, son innocence et ses malheurs.

 

 

Victime de quelques individus altérés de sang, qui ont osé tromper le Gouvernement français, une foule de citoyens, toujours fidèle. la patrie, se voit enveloppée dans une proscription méditée par l'auteur de tous ses maux.

 

Le général Richepance, dont nous ne connaissons pas l'étendue des pouvoirs, puisqu'il ne s'annonce que comme général d'armée, ne nous a encore fait connaître son arrivée que par une proclamation, dont les expressions sont si bien mesurées, que, lors même qu'il promet protection, il pourrait nous donner la mort, sans s'écarter des termes dont il se sert.

 

 A ce style, nous avons reconnu l'influence du contre-amiral Lacrosse, qui nous a juré une haine éternelle

 

Oui, nous aimons croire que le général Richepance, lui aussi, a été trompé par cet homme perfide, qui sait employer également les poignards et la calomnie.

 

Quels sont les coups d'autorité dont on nous menace ?

Veut-on diriger contre nous les baïonnettes de ces braves militaires, dont nous aimions calculer le moment de l'arrivée, et qui naguère ne les dirigeaient que contre les ennemis de la République...

 

Ah ,  plutôt, si nous en croyons les coups d'autorité déjà frappés au Port-de-la-Liberté, le système d'une mort lente dans les cachots continue à être suivi. Eh bien ... nous choisissons de mourir plus promptement.

 

Osons le dire, les maximes de la tyrannie la plus atroce sont surpassées aujourd'hui. Nos anciens tyrans permettaient a un maître d'affranchir son esclave, et tout nous annonce que, dans le siècle de la philosophie, il existe des hommes, malheureusement trop puissants par leur éloignement de , l'autorité dont ils émanent, qui ne veulent voir d'hommes noirs ou tirant leur origine de cette couleur, que dans les fers de l'esclavage.

Et vous, Premier Consul de la République, vous guerrier philosophe de qui nous attendions la justice qui nous était due pourquoi faut-il que nous ayons à déplorer notre éloignement du foyer d'où partent les a conceptions sublimes que vous nous avez si souvent fait admirer !

Ah ! sans doute un jour vous connaîtrez notre innocence , mais il ne sera plus temps, et des pervers auront déjà profité des calomnies qu'ils ont prodiguées contre nous pour consommer notre ruine.

Citoyens de la Guadeloupe, vous dont la différence de l'épiderme est un titre suffisant pour ne point craindre les vengeances dont on nous menace, â moins qu'on ne veuille vous faire un crime de n'avoir pas dirigé vos armes contre nous,  vous avez entendu les motifs qui ont excité notre indignation

 

 

 La résistance â l'oppression est un droit naturel. La divinité même ne peut être offensée que nous défendions notre cause , elle est celle de la justice et de l'humanité , nous ne la souillerons pas par l'ombre même du crime. Oui, nous sommes résolus à nous tenir sur une juste défensive , mais nous ne deviendrons jamais les agresseurs.

 

Pour vous, restez dans vos foyers , ne craignez rien de notre part. Nous vous jurons solennellement de respecter vos femmes, vos enfants, vos propriétés, et d'employer tous nos moyens à les faire respecter par tous. Et toi, postérité ! accorde une larme à nos malheurs et nous mourrons satisfaits.

 

Le commandant de la Basse-Terre
Louis DELGRES.

Informations supplémentaires