MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme

 

Pour qui sonne le glas, ce titre  de l’excellent roman de feu Ernest Emilegay,brillant écrivain  américano -cubain qui nous a projeté dans l’enfer de le guerre civile espagnole -1936-1939, gagnée par les nationaliste, que le 20ème siècle a connue depuis la guerre de cessession américaine de 1860 à1865 remportée par les yankee du Nord…

 

et si nous ne prenons pas garde  ,un tel scénario catastrophe n’est pas exclu à terme en terre française de l’Europe…

 

…car depuis quelque temps nous assistons à un déchainent de comportements  et de propos qui frisent l’intolérance, rapportés sans discernement par des média affidés au Pouvoir en place…

 

… des adversaires politiques sont traités comme des ennemis de la République…

 

… bref, silence dans les rangs, on ne veut voir qu’une seule tête, aucune opposition n’est tolérée…

 

…les races n’existent pas (version française) mais dans les médias on insiste particulièrement sur l’aspect physique de certaines personnes, l’écrivain « noir » l’avocat « noir » l’artiste « noir » pour sans doute marquer la différence, une supériorité supposée de l’indo européen …pitoyable…

 

…allons donc, que l’on cesse  de considérer  les Africains et autres afrodescendants comme des zombis …

 

… et voilà  qu’après avoir dénié aux masses le droit de contester la gouvernance de minorités privilégiées, en les refoulant dans une opposition insultante dite populiste…

 

… on ne reconnait pas  le droit à certaines minorités ethniques de se regrouper pour échapper dans ce pays, avec un climat d’arrogance et d’intolérance, en les cantonnant dans le concept de communautarisme

 

mais au fait de quoi s’agit-il….

 

 …immigration, communautarisme insécurité …

 

 …un triptyque  inconcevable et inacceptable dans une Société, une  Nation de civilisation...

 

wwwxxxwwwxxxwwwxxx la suite , prochainement 

 

Message à nos communautés

 

Il a été observé que nos communautés étaient confrontées à de graves problèmes d’identité, de dispersion, qui à terme peuvent nous conduire à l’immobilisme et la marginalisation.

Or, à l’évidence nous sommes suffisamment nombreux dans ce pays, pour peser sur les évènements et les pouvoirs publics en notre faveur, au titre du fonctionnement d’un Organisme représentant l’Emigration dans sa globalité.

Dans cet esprit, le Comité a proposé une modification des statuts du Haut Comité de l’Emigration, en particulier l’Article 6-1 qui arrête la composition de Conseil d’Administration.

Il s’en suit que tous les groupements ou Fédérations d’Associations Outre- mer constitués avant les Assises, seront représentées au Haut Comité par deux délégués, dont un suppléant.

En ce qui concerne les Fédérations issues des Assises, leurs statuts ont été largement publiés discutés et adoptés par les assemblées d’associations durant les mois de Mars à Mai 1993, l’application ne pose pas de problèmes particuliers, à l’exception de la F.A.O.M de Paris Ile de France.

Dans toute ville, toute région, deux associations outre-mer peuvent créer une Fédération et demander son adhésion au Haut Comité de l’Emigration.

Nous Caribéens, Guyanais, Réunionnais, Polynésiens, Mélanésiens, démontrons que nous avons cette aptitude, cette capacité à nous rassembler pour peser et gagner dans un environnement de plus en plus incertain au titre de tous les domaines.

Rendez –vous en Mars 1996 prochain.

Je vous prie de croire mes chers(es) compatriotes en l’expression de mes sentiments dévoués et fraternels

            Lyon le 11 Juin 1994

     Le Président du CIRPAN

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires