MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun  

 

De l’état du Monde….Rétrospective

 

Avec un peu de retard, circonstance atténuante oblige, je reviens sur ce qui s’est dit, prédit, il y quelques semainesà Pittsburgh (Etats-Unis, à l’occasion de la réunion du désormais G 20…

 

…  Par définition je garde une grande méfiance au regard de ces institutions qui n’ont pas reçu de mandat explicite de  l’ ONU , mais s’arrogent le droit d’imposer leurs conclusions à toute la Planète…

 

… sous la futile prétention que certaines nations invitées seraient les  plus riches… pour les autres, circulez, il n’y a rien pour vous.

 

Pour la petite histoire, rappelons que ce forum ponctuel qui n’est pas d’initiative américaine et s’est tenu pour la première fois à Paris ( France) dans les années 1976, était composé de six nations…

 

… dont trois membres permanents du Conseil de Sécurité, détenteurs de l’arme atomique, quatre de l’ Alliance Atlantique,( OTAN) sauf le Japon , une simple observation donne une idée de leur puissance de feu…

 

Donc, de six chargés de se pencher sur l’état de l’économie mondiale, nous sommes  passés à 7 puis 8 à l’occasion desquels au repas des « grands » entre la poire et le formage…

 

… étaient invités des dirigeants africains, dont certains s’y pressaient, leur donnant l’illusion d’une certaine  importance. Mais le Continent na pas avancé d’un iota sur tous les plans

 

…Et depuis Septembre de cette année, la « crise » aidant ils se sont retrouvés à 20 à Pittsburg pour dialoguer entre autre sur la régulation du marché monétaire

 

…et la limitation des bonus dus aux traders, ces sorciers de la manipulation boursière, autant de sujets qui intéressent l’immense armée « d’hommes de la rue »

 

Mais la grande nouveauté de Pittburg fut l’entrée en lice de la nouvelle administration américaine avec son chef de file…

 

… dont certains «  ces va en guerre ces Max la menace »  se  berçaient déjà d’illusion sur son amateurisme, son manque d’expérience, bref par des arguties, on allait avaler tout cru l’ex Sénateur de l’Illinois.

 

 Mais catastrophe pour eux, ce fut du brio du brillant, une parfaite connaissance des dossiers, une certaine vision de l’avenir de notre Planète…

 

…que le jury d’Oslo ( Norvège) a sanctionné sans appel, par un prix Nobel de la Paix… je m’en dispense  de tout commentaire sur l’évènement.

 

A ce sujet et à propos de l’Iran au regard de l’arme atomique il est intéressant de remonter l’Histoire…

 

Nous sommes dans les années 1960, le locataire de l’Elysée qui a décidé de retirer son pays du commandement intégré de l’OTAN

 

… se lance dans l’aventure nucléaire sur la base du concept de la « dissuasion » c'est-à-dire qu’avec une ogive on peut mettre dans l’embarras tout adversaire  potentiel hautement nucléarisé…

 

Le Chef de l’Etat de l’époque en cause, n’a jamais eu l’intention d’utiliser cet arme redoutable, un remake des 6 et 8 Août 1945, mais il en connaissait parfaitement la force diplomatique dans le concert des Nations…

 

Plus de 40 ans après nous sommes  dans le même contexte, qui pourrait croire intellectuellement que l’Iran serait  disposé à porter le fer et le sang au Moyen Orient sur un ennemi potentiel…

 

… (disposant de son stock ) sachant qu’une bombe thermonucléaire de centaines de fois plus puissante que celle larguer sur le Japon en Août 1945…

 

…détruirait et contaminerait toute la région, y compris l’Iran qui serait victime «  d’un vent nucléaire qui n’a pas de frontière ».

 

 Mais alors de qui se moque-ton, quand on veut interdire à cette Nation ou tout autre pays...

 

...de se doter de moyens diplomatiques adéquats, sachant que cet Etat en cause est entouré de voisins puissamment armés..

 

L’Administration américaine qui a rapidement assimilé ces subtiles et hypocrites oppositions  diplomatiques…

 

… laisse désormais aux autres « Max la menace », le soin des gesticulations puériles et stériles...

Epilogue d'une campagne

 

 

L’autre jour une relation européenne me disait en substance… «  C’est fantastique et courageux ce que tu fais Léonce, face à un peuple sevré d’Histoire, de subtilités historiques, qui n’admet et entend que ce qu’on lui a appris c'est-à-dire le minimum...

 

J’en veux pour preuve, ton pavé soulignant les confusions entretenues  gauche-droite autour des 14 Juillet  il faut être solide pour révéler une telle incohérence publique, tu as crée une belle pagaille dans les chaumières… »

…J’imagine que la frustration a été au maximum, une telle vérité assénée par un étranger, et donc tu  déranges leurs suffisances, mais tel que je te connais c’est le cadet de tes soucis…

 …Mais là n’est pas le problème, donc toi et les associations amies, vous devrez bétonner, enfoncer le clou avec intelligence par le savoir et la connaissance pour gagner le combat de la respectabilité, c’est le prix à payer dans une société de plus en plus imprévisible;

 

Qui fait maintenant le procès du racisme anti-blanc alors même que la racisme est universel, mais là je ne t’apprends rien, tu sais autant que moi sur ce sujet… »...5/5 reçu

Faut-il préciser que l’honorable interlocuteur est avocat de profession, féru d’Histoire, spécialiste du parcours légendaire de Napoléon Bonaparte, depuis élève à l’Ecole militaire  de Brienne- Aube- (1779-1784) jusqu’au retour des cendres de cet empereur après Saint Hélène (Décembre 1840)

Et précisément j’en arrive à l‘épilogue de cette riche campagne de mobilisation autour de la journée nationale prochaine du 10 Mai 2013 une décision gouvernementale en date du 31 Janvier 2006 ...

 

Prise en application de la Loi du 10 Mai 2001, dite loi Taubira reconnaissant comme Crime contre l’Humanité, la Traite négrière transatlantique et l’Esclavage, un texte peu connu, très controversé, dénoncé en permanence dans les milieux conservateurs.

 Et comme le disait à juste titre par le Philosophe Elie Wiesel… « «  le bourreau tue deux fois, la deuxième fois en imposant le silence » »

 Effectivement le 26 Avril 1848 nos ancêtres africains n’avaient aucune existence, au matin du 28 Avril du même mois ils retrouvent avec une âme, la liberté juridique, mais toujours attachés à l’HABITATION.

 

Car ces nouveaux libres n’ont ni terre, ni moyens financiers pour concrétiser cette liberté, alors ils restent toujours à la disposition du maître négrier, ce béké qui a été indemnisé, ayant perdu son patrimoine humain, attaché à perpétuelle demeure.

 

Et voilà qui nous ramène à la Dette haïtienne souvenez vous, une rançon versée pendant trois quart de siècle par cette jeune Nation au profit de la puissance coloniale de l'époque.

 

Pour sauvegarder une indépendance arrachée les armes à la main, face à l'un des plus puissants corps expéditionnaires du XVIIIème siècle, et dont il est temps que le pouvoir  songe à rembourser cet indu avec intérêts.

Il est à préciser que l’habituation, domaine du colon, était le lieu de travail, de vie des esclaves, dans une véritable existence autarcique et donc pour fixer une image… attaché dit le loup vous ne courrez donc pas où vous voulez… (Extrait de la fable -Le loup et le chien- de Lafontaine)

Et donc ce concept d’habitation demeure toujours psychologiquement ancré dans les esprits de certains de mes compatriotes caribéens avec le comportement et les résultats politiques désastreux que l’on enregistre à l’occasion de certains scrutins, ( 7 Décembre 2003 Martinique Guadeloupe) ( 10 Janvier 2011 Martinique Guyane) mais là est un autre débat.

Oui, sitôt après cette abolition de 1848, le colonisateur s’est évertué à supprimer toute trace du passé des esclaves en leur enlevant personnalité, dignité.

 

Et nous atteignons le summum de l’ignominie avec  l’escroquerie intellectuelle qui a vulgarisé la pensée que ces personnes et leurs descendants avaient pour origine les Gaulois, mais la Gaule remonte à plusieurs siècles en amont et les ressortissants n’avaient la peau ni foncée ni bronzée à ce que je sache.

Mais cette bêtise est toujours ancrée chez beaucoup des nôtres qui ont  du mal à assimiler cette réalité intangible à savoir que l’Afrique est bien notre berceau.

 

Nonobstant tous les groupes humains apparus depuis par le jeu des croisements divers, désignés dans le langage populaire par le vocable métisse qui bien entendu ne constitue pas une nouvelle race ou une catégorie à part  à l'échelon de notre Humanité.

 

Et du reste cette exception à la...n'a cours ni dans les Amériques, ni dans les autres îles de la Caraïbe, des zones les plus peuplées d'Afrodescendants, ce qui ramène au cimetière des incongruités cette théorie fumeuse qui clame urbi et orbi que l' avenir de notre Monde reposerait sur le métissage. 

 Ce fut donc un silence presque parfait car l’Histoire était scrutée…

  Et voilà que se présenta 1998 avec le 150è anniversaire de l’Abolition de l’Esclavage, et cette journée mémorable du 23 Mai 1998 qui à Paris, de Bastille à Nation, avec une foule immense venue de partout, enfants femmes hommes, colorés, foncés, bronzés, fit tomber cette chappe de plomb sur notre HISTOIRE.

A cette occasion je complétai ainsi la pensée d’Elie Wiesel par cette phrase… « la troisième fois par sa capacité à récupérer l’Histoire à son profit… » 

Oui en Avril 1998, le pouvoir politique de l’époque, en s’arrogeant plus de 80% des subventions publiques affectées à l 'Evènement pour mettre en valeur son implication dans la liberté des esclaves, nous a volé notre Histoire…

Car du Prêcheur au Carbet , de Saint Pierre au Morne Rouge, partout, grondait la colère et ce besoin de liberté, les coutelas étaient prêts. 

 

Des têtes seraient tombées en nombre et l’Ile aurait été mise à feu et à sang, alors pris de panique le Gouverneur de l’époque à la Martinique s’engagea ce 22 Mai 1848 dans une abolition désespérée pour éviter le pire…

De tous ces faits de révolte, d’armes et de courage, il n’y eu pas un mot à l’occasion des discours officiels.

De même il n’y aurait jamais eu de 10 Mai sans 23 Mai…

Alors que chacune et chacun se rappelle, quelque soit son origine ou son rang social dans cette société, que la République ne fait confiance qu’à la vertu et la vérité qui engendrent le comportement républicain… 

 

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires