MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun  

 

Race es  tu là …

 

Incroyable, sous la poussée de groupuscules frustrés, le Pouvoir a cédé en soustrayant de la Constitution française de 1958, le mot…RACE…une "bien "belle victoire sociétale"", qui fera disparaître toutes les expressions à connotation raciale….

Mais dans leur immense majorité, les citoyens de ce pays se moquent de ces réformes à zéro centime d’euro, ce qui n’empêchera  pas l’homme de la rue peu ou pas informé, de voir dans l’Africain ou l’Afro descendant qui passe…

 

 « Un  Noir », faisant partie des «  gens de couleur » , au journaliste sportif, de désigner dans son reportage, «  le Noir de l’équipe », « le Noir du barreau » chez les  avocats, cette belle « chanteuse Noire » dans le monde artistique  la ou le Ministre noir(e) au Gouvernement ,une présentation non exhaustive.

 

Bref, un besoin morbide de bien mettre en relief la différence entre l’Africain et l’Afro descendant, en lui « collant » une couleur de peau « imaginaire» marquant la différence et son infériorité supposée, par rapport à monsieur tout le monde de race indo européenne

 

…circulez, le compte est bon, il n’y a plus rien à voir…

 

… et moi je dis NON, à cet enfumage racial, une escroquerie intellectuelle de haut niveau…

 

… car en vertu de quel pouvoir, un pays peut modifier unilatéralement un marqueur de l’espèce humaine, remontant à la nuit des temps…

 

… en fait ce retrait de mot ,intéresse t-il l’Asiatique (jaune) et l’Amérindien (rouge)  qui font partie intégrante de notre Humanité mais dont l’appellation a disparu dans la mémoire commune, ne restent plus en lice que l’Indo européen et le  gre

 

 … c’est précisément à cette mouvance que s’adresse la réforme à deux balles, pour lui donner l’illusion de la fin des différences...

 

... que voici  venu le nouveau monde avec son partage de l’Egalité et la Fraternité

 

…oui, vraiment une drôle d'illusion…

 

…et pour un rappel utile de l’Histoire, la France en tant que Nation, a  fortement utilisé le concept de race pour justifier la Traite négrière et l’Esclavage, dans un contexte d’infériorité de l’Homme africain

 

...alors la fin du mot «  race » relève de la mystification pure et simple, dont Africains et afro descendants, devraient prendre garde, afin de ne pas sombrer dans la même naïveté que nos ancêtres....

 

...Que comme Césaire Aimé, nous pourrons dire avec  fièrté...

 

...Le Nègre vous emmerde...

Un boomerang historique

 

L’agenda étant ouvert comme dit l’autre, il ne sera pas refermé de sitôt , autrement dit il faut battre le fer pendant qu’il est chaud, mettre tout à plat, sans état d’âme, à cause d’une bavure législative, mais est ce vraiment le cas…

Car cette extraordinaire controverse née, à cause de l’arrogance du Système, a mis en lumière s’il en était besoin que la puissance coloniale n’a rien cédé de son passé de domination, et entend faire perdurer cette longue période d’humiliation, y compris en utilisant maladroitement ses propres institutions, ce qui nous permis de vérifier la justesse de notre analyse mainte fois réitérée, ici et dans diverses conférences et débats.

Ce pays est pris dans son propre piège, et offre un spectacle lamentable à l’opinion internationale, après avoir caché des pans entiers de son Histoire qui mettent en grande difficulté, son statut de patrie des droits de l’homme, donneur de leçons à l’Humanité toute entière.

Mais que l’on ne s’y trompe pas,le fait de retirer un texte contesté ne remet en cause le sentiment, et la philosophie qui ont poussé à l’adopté initialement,car les autochtones l’ont approuvé massivement de même qu’ils étaient en phase avec leurs dirigeants, et le vocabulaire outrancier utilisé par certains responsables politiques, à l’encontre de minorités ethniques lors des évènements de Novembre dernier.

Nos communautés sont donc placées dans un état d’esprit d’alerte permanent, et nous ne pouvant faire face aux aléas du quotidien, que grâce à notre vigilance, et notre aptitude à cultiver les vertus de la solidarité afro caribéenne, et maghrébine, cela va de soit.

J’ai observé à l’occasion de ces controverses sur l’Histoire, que le colonisateur d’hier et d’aujourd’hui, mise sur notre légendaire division pour imposer sa vision de l’existence, la raison pour laquelle, il fustige le communautarisme, par crainte de ses résultats sur le terrain, en terme de conquêtes politique notamment, à nous d’en tirer les conséquences…

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires