MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Péril noir, Paradis blanc, étrange…

 

Car dans ma naïveté et cette conception du réalisme, j’ai toujours considéré qu’il  y avait un PERIL et un PARADIS sans couleur et autre connotation raciale…

 Et pourtant, c’est  bien le fondement de ces concepts édités par des indoeuropéens 

qui  en même  temps réclament, vent debout, la suppression du mot RACE  dans la Constitution de 1958, une parfaite incohérence.

 

L’analyse est simple, dans la classification de races établit par le vainqueur …jaune, rouge, blanc, noir,  on observe que les appellations… jaune, rouge … ont disparu dans le langage courant, mais avec  la mise en orbite d’un petit nouveauu…le racisme anti -blanc

 

 

Et là encore dans ma conception étroite des réalités j’ai cru qu’il n’y avait qu’un Racisme dont les principales victimes historiques  et contemporaines, sont les Africains -sud,nord- et les Afro descendants dispersés sur l’ensemble de la Planète …

 

 

Ne restent plus en lice dans la hiérarchie des « couleurs humaines » que les indoeuropéens, qualifiés de « blanc » les Africains et descendants  présentés comme des «  noirs »...

 

... à tel point que les premiers désignés ont mille difficultés à prononcer le mot NEGRE qui signifie dans la tradition ancestrale…combat , conquérant etc…

 

 

Mais ce classement  « noir blanc » n’est pas innocent, d’aspect impérialo-colonialiste, avec le « blanc » synonyme de puissance d’arrogance et de domination, alors que le «  noir » est couvert du manteau de la soumission, de la pauvreté et la misère…

 

 Observez la gourmandise avec laquelle les médias de ce coté de l’Atlantique, utilisent l’épithète « noir ».cet homme noir, le paysan noir, l’avocat noir, le joueur  noir de l’équipe, l'artiste noir…etc

 

Mais, arrêtons ce besoin de supériorité raciale, cette soif d’humilier  l’autre en raison de son aspect physique, cette hypocrisie au pays des droits de l’homme, de l’égalité, liberté, et fraternité.

 

Il n’y  a pas plus de blanc que de noir ,mais des femmes et d’hommes qui poursuivent leur destin dans un Monde d’incertitude.

 

Quant à la problématique de race, je rappelle à toutes fins utiles que la France en tant que Nation a utilisé ce concept  pendant longtemps pour justifier la Traite négrière transatlantique et l’Esclavage des Africains déportés.

 

Alors c’est un peu tard pour déclarer urbi et orbi, que les races n’existent pas, sauf à saisir les 192 + 1...

 

...Membres de l’ONU, seule Instance mondiale,  appelés à  se prononcer par un vote unanime sur cette épineuse et dramatique mystère sociétal …

 

En nous rappelant dans nos analyses que la Grande ROME de valeurs et de civilisation aura sombré corps et bien dès le Vème siècle après J.C

Obama le magnifique 

 

Maintenant que les lampions sont éteints, que le rideau est tombé sur les « j’ai promis ce que l’autre a pu promettre, qui est une promesse irréalisable » bref la grande « promo démagogique » je sors de mon silence pour la grande joie de celles et ceux des internautes qui ont demandé la rediffusion du message DIVERSITE compte tenu des résultats que cette démarche de "zozo" a engendré…

Aux internautes qui regrettent que je ne prenne pas une part importe dans le débat politique au profit d’un parti, je leur réponds que nos communautés ne sont pas uniformes dans leur choix, se situant de part et d’autre de l’échiquier, et que dès lors, il m’appartient d’en observer une stricte neutralité, tout en étant engagé à titre personnel et chacun l’aura compris…de même qu’être sur une liste ne constitue ni de près ni de loin un exploit, au pire cette croisade met en lumière toute l’absurdité du Système en terre "des droits de l’homme", pour la suite, la lecture de Diversité (fichier joint) éclairera au mieux…

Mais revenons au sujet du jour,
Obama le magnifique…

Car en vérité cet Américain en campagne me fait penser étrangement à Maximus dans la remarquable fiction de Gladiator sous la direction de Ridley Scott et l’impressionante interprétation de Russell Crowe… un excellent film à voir ou revoir…

Rapidement, nous sommes en l’an 180 (avant JC) Marc Aurèle le philosophe, empereur romain de son état (121-180), termine la conquête des territoires du nord de l’Europe, avec à la tête de ses légions le Généralissime Maximus, dont les succès vont le conduire dans une descente aux enfers, épouvantable…

De brillant général, l’homme sera réduit à l’état d’esclave, puis de gladiateur dans les cirques de Palestine, puis Rome, avant de renverser le cours du destin à son profit, en terrassant son bourreau, grâce à une extraordinaire volonté dans l’adversité…

J’adore ces récits où des hommes venus de nulle part, sortent vainqueurs de situation impossible… Le comte de Montécristo (Alexandre Dumas) etc... la littérature regorge de récits de ce genre…

Et Obama dans tout ça, ce Sénateur de l’Illinois, le métis… l’afro American…mais pourquoi pas… l’euro américaine, sa rivale, je revendique l’appellation…fait l’objet depuis quelques semaines d’un incroyable lynchage médiatique de part et d’autre de l’Atlantique…"un couple de Nègre à la Maison Blanche, vous n’y pensez pas mon bon monsieur"…

En entrant dans ce combat, l’homme ne s’est pas posé de question du type… pour qui vont voter les indo européens ( 70% du corps électoral américain) et à l’allure où vont les choses il est probable que son parti va voler en éclat lors de la Convention de DENVERS en fin Août prochain, dommage, mais peu importe…

Car Obama fait preuve d’un courage extraordinaire, je dirais hors du commun, dont, dans ma peau de NEGRE je vis un bonheur intense, et son discours de Philadelphie la semaine dernière, que je mets en ligne avec plaisir établit sa grande intelligence de ne pas s’enfermer dans la problématique raciale comme ont cherché à le piéger désespérément ses adversaires de tous bords, depuis le début de ces primaires…

Pour l’Histoire il a déjà gagné…

Au fait, en lançant l’opération
MARCHEZ AVEC NOUS je ne me suis pas posé de question du genre… seront-ils présents au rendez, mes frères de race..., car s’il y a un seul Nègre à ce rendez vous du 29 Avril 2008 au matin, je serai bien ce Nègre là, n'ayant  jamais  ni mis ma race, ni mon Histoire dans ma poche, assumant pleinement et avec fierté le destin de mes ancêtres, en ma qualité d’arrière petit fils d’Esclave…

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires