MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun  

 

De l’état du Monde….Rétrospective

 

Avec un peu de retard, circonstance atténuante oblige, je reviens sur ce qui s’est dit, prédit, il y quelques semainesà Pittsburgh (Etats-Unis, à l’occasion de la réunion du désormais G 20…

 

…  Par définition je garde une grande méfiance au regard de ces institutions qui n’ont pas reçu de mandat explicite de  l’ ONU , mais s’arrogent le droit d’imposer leurs conclusions à toute la Planète…

 

… sous la futile prétention que certaines nations invitées seraient les  plus riches… pour les autres, circulez, il n’y a rien pour vous.

 

Pour la petite histoire, rappelons que ce forum ponctuel qui n’est pas d’initiative américaine et s’est tenu pour la première fois à Paris ( France) dans les années 1976, était composé de six nations…

 

… dont trois membres permanents du Conseil de Sécurité, détenteurs de l’arme atomique, quatre de l’ Alliance Atlantique,( OTAN) sauf le Japon , une simple observation donne une idée de leur puissance de feu…

 

Donc, de six chargés de se pencher sur l’état de l’économie mondiale, nous sommes  passés à 7 puis 8 à l’occasion desquels au repas des « grands » entre la poire et le formage…

 

… étaient invités des dirigeants africains, dont certains s’y pressaient, leur donnant l’illusion d’une certaine  importance. Mais le Continent na pas avancé d’un iota sur tous les plans

 

…Et depuis Septembre de cette année, la « crise » aidant ils se sont retrouvés à 20 à Pittsburg pour dialoguer entre autre sur la régulation du marché monétaire

 

…et la limitation des bonus dus aux traders, ces sorciers de la manipulation boursière, autant de sujets qui intéressent l’immense armée « d’hommes de la rue »

 

Mais la grande nouveauté de Pittburg fut l’entrée en lice de la nouvelle administration américaine avec son chef de file…

 

… dont certains «  ces va en guerre ces Max la menace »  se  berçaient déjà d’illusion sur son amateurisme, son manque d’expérience, bref par des arguties, on allait avaler tout cru l’ex Sénateur de l’Illinois.

 

 Mais catastrophe pour eux, ce fut du brio du brillant, une parfaite connaissance des dossiers, une certaine vision de l’avenir de notre Planète…

 

…que le jury d’Oslo ( Norvège) a sanctionné sans appel, par un prix Nobel de la Paix… je m’en dispense  de tout commentaire sur l’évènement.

 

A ce sujet et à propos de l’Iran au regard de l’arme atomique il est intéressant de remonter l’Histoire…

 

Nous sommes dans les années 1960, le locataire de l’Elysée qui a décidé de retirer son pays du commandement intégré de l’OTAN

 

… se lance dans l’aventure nucléaire sur la base du concept de la « dissuasion » c'est-à-dire qu’avec une ogive on peut mettre dans l’embarras tout adversaire  potentiel hautement nucléarisé…

 

Le Chef de l’Etat de l’époque en cause, n’a jamais eu l’intention d’utiliser cet arme redoutable, un remake des 6 et 8 Août 1945, mais il en connaissait parfaitement la force diplomatique dans le concert des Nations…

 

Plus de 40 ans après nous sommes  dans le même contexte, qui pourrait croire intellectuellement que l’Iran serait  disposé à porter le fer et le sang au Moyen Orient sur un ennemi potentiel…

 

… (disposant de son stock ) sachant qu’une bombe thermonucléaire de centaines de fois plus puissante que celle larguer sur le Japon en Août 1945…

 

…détruirait et contaminerait toute la région, y compris l’Iran qui serait victime «  d’un vent nucléaire qui n’a pas de frontière ».

 

 Mais alors de qui se moque-ton, quand on veut interdire à cette Nation ou tout autre pays...

 

...de se doter de moyens diplomatiques adéquats, sachant que cet Etat en cause est entouré de voisins puissamment armés..

 

L’Administration américaine qui a rapidement assimilé ces subtiles et hypocrites oppositions  diplomatiques…

 

… laisse désormais aux autres « Max la menace », le soin des gesticulations puériles et stériles...

Barack Obama- Lewis Hamilton

""Le destin nous dispense de secrets, que seul ce destin en connaît la substance"".L L

Ainsi en est- il de ce mois de Novembre 2008, où hasard du calendrier, la Planète a rendez vous avec son Histoire, une histoire sportive suivie d’une histoire politique.

Dimanche 2 Novembre 2008…
Mardi 4 Novembre 2008…

Mais où est le rapport me direz vous… bonne question… il se trouve qu’à l’occasion de ces deux échéances, la race des Nègres a rendez vous avec son destin dans deux disciplines au titre desquelles aucun observateur ne les avait attendus à ce niveau, en raison même du caractère très fermé de ces challenges.

J’ai bien stipulé race Nègre lire sur AFCAM Réhabilitation dans Chronique, et non black, noir, homme de couleur ou autre métis survivance d’un colonialisme et d’un impérialisme culturel et intellectuel que je voudrais croire en voie de disparition.

 Ce qui me permettra de développer une argumentation appropriée dans mon prochain éditorial et croisade, car en ce qui me concerne le qualificatif de Nègre demeure un titre de noblesse qui doit se mériter…ce n’est pas parce qu’on est un brave homme, qu’on devient un homme brave…

Ainsi donc le 2 Novembre prochain le Britannique
Lewis Hamilton tentera au Brésil de remporter le championnat du Monde, formule 1, de sport automobile, devenant à 23 ans le plein jeune titré de cette discipline ô combien fermée et sélective…

Alors que deux jours après, le 4 Novembre, le citoyen Américain Barack Obama, avocat de profession, Sénateur de l’Etat de l’Illinois, candidat du Parti démocrate devra vaincre dans un combat politique sans merci, son adversaire du Parti républicain…

Un scénario incroyable, un suspense étourdissant, avec la perspective d’un double succès historique, qui me donne la chaire de poule, mais attention à ne pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué… d’où le titre de ce message...

Car pour l’un, comme pour l’autre les embûches n’en manquent pas et pour s'en convaincre il convient dans ce combat, de comparer le cursus ou le parcours de l’un et l’autre, jalonné de coup bas.

Ces deux hommes qui dominent semble t-il la mêlée, seraient ni plus ni moins accusés de crime de lèse majesté, tant leur présence à ce niveau de la compétition n’était ni attendue ni souhaitée.

Le jeune
Hamilton talentueux, mais un peu fougueux sur la piste aurait dès l’an dernier remporté le titre, il suscite donc jalousie et j’ajouterais même, une pointe de discrimination raciale au regard des sanctions qu’il a encourues à l’occasion de tel ou tel accrochage, dans un championnat qui comporte dix huit grands prix.

Rien ne lui été épargné, aucun cadeau, mais l’homme est resté bien dans sa tête, décidé à démontrer à ses adversaires « ennemis » qui vivra verra en ce chaud soleil brésilien du 2 Novembre prochain…si...

Quent à
Barack Obama dont je suis le combat politique depuis plus de deux ans aux Etats-Unis, je n’ai rien de nouveau qui ne soit connu de celles et ceux qui voient plus loin que leur fourchette, à savoir des primaires ultra difficiles, d’où notre favori est sorti vainqueur.

Suivie d’une campagne présidentielle à haut risque, à l’occasion de laquelle, ultime argument dérisoire, ses concurrents ont voulu l’enfermer dans la problématique raciale y compris certains médias en Europe ,il s’en est admirablement sorti..

Mais peu importe le résultat, car aux termes de ce long parcours vous aurez déjà gagné,
Lewis et Obama associés dans cet étrange rendez vous, vous méritez bien pour l’Histoire le qualificatif de Nègre  dommage que ma grand mère ne soit présente pour assister à ce double triomphe annoncé…Bon vent..

Léonce Lebrun

 Le blog de Léonce Lebrun  

Au pays du "vivre ensemble" et d’absence de race on supporte difficilement la présence ou la supériorité d’un Nègre en pôle position.  C'est ainsi que  Barack Obama fut l’objet de tous les quolibets des médias français durant sa présidence aux USA  de 2008 à  2017 et voilà q'à l'occasion du Grand Prix de formule 1 (sport automobile) du Mexique, le dimanche 29/10)

Lewis Hamilton Britannique, ayant été déclaré champion du Monde pour la 4è fois de sa carrière, on eût doit à un  déchaînement de haine à caractère racial, sur les forums de la presse sportive de ce côté de l’Atlantque...

En vérité , Barck Obama et Lewis Hamiton, même combat pour le prestige de la Race NEGRE

Informations supplémentaires