MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun  

 

Race es  tu là …

 

Incroyable, sous la poussée de groupuscules frustrés, le Pouvoir a cédé en soustrayant de la Constitution française de 1958, le mot…RACE…une "bien "belle victoire sociétale"", qui fera disparaître toutes les expressions à connotation raciale….

Mais dans leur immense majorité, les citoyens de ce pays se moquent de ces réformes à zéro centime d’euro, ce qui n’empêchera  pas l’homme de la rue peu ou pas informé, de voir dans l’Africain ou l’Afro descendant qui passe…

 

 « Un  Noir », faisant partie des «  gens de couleur » , au journaliste sportif, de désigner dans son reportage, «  le Noir de l’équipe », «  le Noir du barreau » chez les  avocats, cette belle « chanteuse Noire » dans le monde artistique  la ou le Ministre noir(e) au Gouvernement ,une présentation non exhaustive.

 

Bref, un besoin morbide de bien mettre en relief la différence entre l’Africain et l’Afro descendant, en lui « collant » une couleur de peau « imaginaire » marquant la différence et son infériorité supposée, par rapport à monsieur tout le monde de race indo européenne

 

…circulez, le compte est bon, il n’y a plus rien à voir…

 

… et moi je dis NON, à cet enfumage racial, une escroquerie intellectuelle de haut niveau…

 

… car en vertu de quel pouvoir, un pays peut modifier unilatéralement un marqueur de l’espèce humaine, remontant à la nuit des temps…

 

… en fait ce retrait de mot ,intéresse t-il l’Asiatique (jaune) et l’Amérindien (rouge)  qui font partie intégrante de notre Humanité mais dont l’appellation a disparu dans la mémoire commune, ne restent plus en lice que l’Indo européen et le  gre

 

 … c’est précisément à cette mouvance que s’adresse la réforme à deux balles, pour lui donner l’illusion de la fin des différences...

 

... que voici  venu le nouveau monde avec son partage de l’Egalité et la Fraternité

 

…oui, vraiment une drôle d'illusion…

 

…et pour un rappel utile de l’Histoire, la France en tant que Nation, a  fortement utilisé le concept de race pour justifier la Traite négrière et l’Esclavage, dans un contexte d’infériorité de l’Homme africain

 

...alors la fin du mot «  race » relève de la mystification pure et simple, dont Africains et afro descendants, devraient prendre garde, afin de ne pas sombrer dans la même naïveté que nos ancêtres....

 

...Que comme Césaire Aimé, nous pourrons dire avec  fièrté...

 

...Le Nègre vous emmerde...

Vous avez dit le G 20

 

Un salut particulier aux nombreux internautes qui découvrent AFCAM, ils ne seront pas déçus du voyage, car votre serviteur n’a pas acquis  pour réputation de verser dans la lâcheté, l’hypocrisie, et la malhonnêteté intellectuelle, des  qualités  bien connues dans le monde politique, vous serez vite fixés avec le sujet qui suit… 

En effet, vous recevez ce jour, le point de vue d’AFCAM qui remplace le message de son forum, désormais suspendu.

 Avec un peu de retard, circonstance atténuante oblige, je reviens sur ce qui s’est dit, prédit, il y quelques semaines à Pittsburgh, Etats-Unis, à l’occasion de la réunion du désormais G 20 .

 Par définition je garde une grande méfiance au regard de ces institutions qui n’ont pas reçu de mandat explicite de  l’ONU mais s’arrogent le droit d’imposer leurs conclusions à toute la Planète, sous la futile prétention que certaines nations invitées seraient les  plus riches… pour les autres, circulez, il n’y a rien pour vous.

Pour la petite histoire, rappelons que ce forum ponctuel qui n’est pas d’initiative américaine et s’est tenu pour la première fois à Paris, France dans les années 1976, était composé de six nations.

 Dont trois membres permanents du Conseil de Sécurité, détenteurs de l’arme atomique, quatre de l’Alliance Atlantique, OTAN sauf le Japon et la France, une simple observation donne une idée de leur puissance de feu…

Donc de six chargés de se pencher sur l’état de l’économie mondiale, nous sommes  passés à 7 puis 8 à l’occasion desquels au repas des  grands  entre la poire et le fromage, étaient invités des dirigeants africains, dont certains s’y pressaient, leur donnant l’illusion d’une certaine  importance.

 Mais le Continent n'a pas avancé d’un iota sur tous les plans…

Et depuis Septembre de cette année, la  crise aidant ils se sont retrouvés à 20 à Pittsburg pour dialoguer entre autres sur la régulation du marché monétaire, et la limitation des bonus dus aux traders, ces sorciers de la manipulation boursière, autant de sujets qui intéressent l’immense armée  d’hommes de la rue...

Cependant  la grande nouveauté de Pittsburg fut l’entrée en lice de la nouvelle administration américaine avec son chef de file, dont certains ces va en guerre ces Max la menace  se  berçaient déjà d’illusion sur son amateurisme, son manque d’expérience, bref par des arguties on allait avaler tout cru l’ex Sénateur de l’Illinois.

 Mais catastrophe pour eux, ce fut du brio du brillant, une parfaite connaissance des dossiers en cours, une certaine vision de l’avenir de notre Planète, que le jury d’Oslo , Norvège a sanctionné sans appel, par un prix Nobel de la Paix… je m’en dispense  de tout commentaire sur l’évènement.

A ce sujet et à propos de l’Iran au regard de l’arme atomique, il est intéressant de remonter l’Histoire…

Nous sommes dans les années 1960, le locataire de l’Elysée qui a décidé de retirer son pays du commandement intégré de l’OTAN se lance dans l’aventure nucléaire sur la base du concept de la  dissuasionc'est-à-dire qu’avec une ogive on peut mettre dans l’embarras tout adversaire  potentiel hautement nucléarisé militairement…

Le Chef de l’Etat de l’époque en cause n’a jamais eu l’intention d’utiliser cet arme redoutable, un remake des 6 et 8 Août 1945, mais il en connaissait parfaitement la force diplomatique dans le concert des Nations…

Plus de 40 ans après nous sommes  dans le même contexte, qui pourrait croire intellectuellement que l’Iran serait  disposé à porter le fer et le sang au Moyen Orient sur un ennemi potentiel, disposant de son stock...

 Sachant qu’une bombe thermonucléaire de centaines de fois plus puissante que celle larguée sur le Japon en Août 1945, détruirait et contaminerait toute la région, y compris l’Iran qui serait victime d’un vent nucléaire qui n’a pas de frontière.

 Mais alors, de qui se moque-ton, quand on veut interdire à cette Nation ou tout autre pays, de se doter de moyens diplomatiques adéquats, sachant que cet Etat en cause est entouré de voisins puissamment armés...

L’Administration américaine qui a rapidement assimilé ces subtiles et hypocrites oppositions  diplomatiques, laisse désormais aux autres Max la menace  le soin des gesticulations puériles et stériles...

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires