MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme

 

Pour qui sonne le glas, ce titre  de l’excellent roman de feu Ernest Emilegay,brillant écrivain  américano -cubain qui nous a projeté dans l’enfer de le guerre civile espagnole -1936-1939, gagnée par les nationaliste, que le 20ème siècle a connue depuis la guerre de cessession américaine de 1860 à1865 remportée par les yankee du Nord…

 

et si nous ne prenons pas garde  ,un tel scénario catastrophe n’est pas exclu à terme en terre française de l’Europe…

 

…car depuis quelque temps nous assistons à un déchainent de comportements  et de propos qui frisent l’intolérance, rapportés sans discernement par des média affidés au Pouvoir en place…

 

… des adversaires politiques sont traités comme des ennemis de la République…

 

… bref, silence dans les rangs, on ne veut voir qu’une seule tête, aucune opposition n’est tolérée…

 

…les races n’existent pas (version française) mais dans les médias on insiste particulièrement sur l’aspect physique de certaines personnes, l’écrivain « noir » l’avocat « noir » l’artiste « noir » pour sans doute marquer la différence, une supériorité supposée de l’indo européen …pitoyable…

 

…allons donc, que l’on cesse  de considérer  les Africains et autres afrodescendants comme des zombis …

 

… et voilà  qu’après avoir dénié aux masses le droit de contester la gouvernance de minorités privilégiées, en les refoulant dans une opposition insultante dite populiste…

 

… on ne reconnait pas  le droit à certaines minorités ethniques de se regrouper pour échapper dans ce pays, avec un climat d’arrogance et d’intolérance, en les cantonnant dans le concept de communautarisme

 

mais au fait de quoi s’agit-il….

 

 …immigration, communautarisme insécurité …

 

 …un triptyque  inconcevable et inacceptable dans une Société, une  Nation de civilisation...

 

wwwxxxwwwxxxwwwxxx la suite , prochainement 

 

La force des propos

 

En prélude à la diffusion sur AFCAM de mon prochain message intitulé…Le vivre ensemble, l’actualité me donnant l’occasion, il m’a paru utile de vous livrer quelques réflexions…

 

Le poids des mots, comme je le dis à des amis, la langue française, est un mode d’expression scientifique, non, je ne tombe pas dans la mouvance de la francophonie, ce n’est pas mon, genre, simplement il faut être objectif dans son discours…

 

Ainsi, à l’occasion de la ème fois sur les réseaux sociaux que Madame la Ministre de la Justice, Garde des sceaux, originaire de la Guyane fait l’objet de dénigrements intolérables, je lis dans une presse que l’interessée est victime de ce climat de Racisme, d’Antisémitisme,  d’islamophobie tout est faux et c’est du n’importe quoi pour faire plaisir à l’homme de la rue..

 

En effet et jusqu’à preuve du contraire, on a pas attenté à la vie de notre compatriote guyanaise, à ce que je sache, elle n’est ni de confession judaïque et n’est pas musulmane…

 

Mais alors pourquoi l’utilisation de tous ces mots, qui n’ont pas leur place dans ce débat..

 

En fait, il faut noyer le poisson dan un verbiage, et éloigner l’opinion de la vraie problématique, qui est belle et bien la discrimination raciale dont est victime Madame la Ministre encause…

 

Ne cultivons pas l’hypocrisie à l’extrême, et pas d’insulte à l’intelligence, la discrimination raciale courant dans ce pays, n’a strictement rien à voir avoir cette bizarrerie   sociétale intitulée antisémitisme dont personne n’a précisé le contenu scientifique…

 

En réalité, il est reproché à Madame Taubira, personne très cultivée, qui a du répondant et ne se laisse pas compter ,d’être de Race Nègre, et donc d’avoir usurpé sa responsabilité gouvernementale en qualité de Ministre. 

Les personnes qui suivent le championnat automobile de formule1 qui a débuté ce week-end à Melbourne (Australie) savent que le Britannique Lewis Hamilton de Race Nègre,double champion du Monde de cette discipline, l'un des meilleurs pilotes actuels du paddock, (parti en pole possition, Hamilton vient de gagner le premier grand prix de la saison  d'Australie, merci pour lui) est victime de ce même comportement nauséabond sur les  forums de sites internet, il est reproché à l’intéressé de ne pas être à sa place dans un sport qui serait croit-on   réservé aux seuls Indo-européens…

 )

Et au cours des semaines écoulées, quand on a entendu venant du plus Haut sommet de l’Exécutif des absurdités telles que/

 

 - 2015 grande cause nationale contre l’antisémitisme...ah bon

 - La shoah, le plus grand crime contre l’Humanité de tous les   temps... qui a donné lieu à une polémique passionnée et instructive au sein de la communauté "caraïbe", guadeloupéenne martiniquaise de Paris, et pour le meilleur...

  -Les citoyens de « souche », que j’ai transformé pour l'avenir en « eurosouche » et  nonsouche ... le vivre ensemble a du plomb dans l'aile... 

 

Cette expression qui traduit une réalité biologique historique politique, ne pouvait pas plus male tombée pour son auteur, dont à ce niveau de responsabilité on ne se trompe pas de mot, au titre d' un contexte d’exaltation des valeurs républicaines, de la République une et indivisible, de refus d’existence des races, de refus des statistiques ethniques et blablabla et blablaba… autant d’incohérences qui ne peuvent être classées à perte et profit…

 

Dans tout ce fracas je me réjouis d’avoir été probablement le seul sur la toile, à contester avec force l’utilisation de couleur…jaune rouge noir blanc, pour désigner les races humaines, car moi ,de race Nègre n’est pas plus noir qu’un   Indo européen  ou eurosouche est blanc…de même que la condamnation sans réserve de l'expression...gens de couleur...à l'adresse des seuls afrocaraïbéens.

 

Que tombent ces conventions colonialistes impérialistes humiliantes pour l’espèce humaine ...

 

Et  j'ai en tête une anecdote qui met en lumière le poids de la ponctuation…

 

Nous sommes dans les années 1930, en terre martiniquaise, le collaborateur du Gouverneur de l’Ile doit transmettre à une prison, le télégramme ci après…

 

   Grâce, pas pendre mais le préposé à la réception, note...

   Grâce pas,  pendre…

     Une virgule mal placée, a conduit le condamné à une exécution le jour même..

 

     Et toujours en sol martiniquais, mon séjour terminé je m'adresse à des amis par ces mots...je rentre en « Métropole » stupeur, ce n’est pas mon vocabulaire, les personnes connaissent votre mode de fonctionnement, votre pensée politique , devise , idéal, et donc ils pensent à juste titre que vous avez perdu la raison, ou que la fin de vie est proche…

 

Le poids des mots, « souche » n’est pas anodin…

 

   Léonce Lebrun

Informations supplémentaires