Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

  

La Race, suite et fin

 

La France est la Nation championne de toute catégorie dans l’utilisation d’un vocabulaire qui jette le discrédit sur les communautés minoritaires de ce pays les éloignant du centre de gravité sociétale qu'est la SOLIDARITE des peuples

 

Aissi donc on relève les entrants..Communautarisme séparatisme qui attaquent de front le monde musulman les Africaine et autres afrodescendants, et le dernier arrivé… « Privilège blanc » qui ouvre la porte à toutes les exactions raciales perpétrées par les identitaires très nombreux en cette terre française.

 

Mais alors pourquoi vouloir supprimer le mot Race dans le langage populaire et les écrits alors que les expressions, Noir, Blanc font les beaux jours de la presse, marquant une différence très nette entre les individus, faisant la part belle à la race précisément indo européenne.

 

Car la France semble oublier que les troubles de nos jours sont la conséquence d’un passé peu glorieux…

 

…qu’on se rappelle qu’en 1945 elle fut sauvée de justesse de la domination allemande grâce à une mobilisation mondiale entraînant de millions de morts, qui eut dû entrainer de la modestie dans sa diplomatie… 

 

…Car dès la fin de la guerre elle se livrait à des luttes colonialistes contre des peuples qui revendiquaient leur liberté, entre autre l’Indochine et l’Algérie.

 

Par ailleurs, il ne faut pas perdre de vue que jus qu’à le moitié du 20ème siècle la France exerçait une tutelle sur plus de 110 millions non pas de citoyens mais des indigènes aux droits réduits…

 

…qu’après la période dite de décolonisation, elle a conservé les territoires dits outre mer qui lui vaut d’occuper deux tiers des océans, avec de revenus conséquents.

 

Alors il ne faut perdre de vue que toutes les mémoires ne sont pas courtes…

 

…que demain sur le sol français on sera confronté aux commandos libyens syriens et autres en guise de représailles dont le peuple en souffrira à cause du peu des discernement de ses dirigeants passés et présents.

 

Mais quoiqu’il en soit, il y aura toujours des Nègres des Asiatique les Latinos de indoeuropéens, qui font partie intégrante de la Race Humaine 

 

Hymne de CUBA, Ile de la CARAIBE

 

https://www.youtube.com/watch?v=IMKe6QVjT84

 

Un jour MémoriaL...10 Mai

 

Depuis ce 10 mai où la loi Taubira à été adoptée en France, reconnaissant l'esclavage des noirs comme crime contre le genre humain, Il semble nécessaire à l'artiste que je suis comme au citoyen de participer, avec ses moyens furent-ils modestes, au progrès de notre civilisation.

 

Aussi, dans cet esprit, je souhaite partager avec vous le texte qui suit. Partagez-le généreusement avec les êtres qui vous sont chers

 

Un jour MémoriaL

Et l’homme noir fut couché

Et l’homme noir de lui-même se dressa

Et la barbarie cisela ses jambes

Et son esprit libre d’entrave

Se dressa par-dessus les nuées

Et sa rebelle dignité habita le temps

Tonnerre grondant depuis le flot des millénaires.

Et je suis la sève montante de cette humanité-là

Pollen, fragment de toute l’humaine essence

Et nul ne me tiendra dans les chaînes

Que l’on dissèque mon corps

Qu’on le broie dans milles étaux

Qu’on le pile, qu’on le vanne,

Qu’on l’émiette qu’on le disperse

Pour nourrir les champs de toutes les barbaries

Mon âme s’échappe par les dents des rouages infâmes

Mon âme s’évade comme l’air entre les mains de mes bourreaux.

Je suis l’Afrique dispersée et libre qui proclame au monde

Le souvenir vivace des outrages passés

Je me souviens comme si c’était hier

De ces jours maudits de servitude

Que l’on veut hâtivement oublier

Je me souviens, oui je me souviens

Et ce n’est point habité par la haine

Que je fais de la Mémoire, une arme fulgurante,

C’est pour moi un instrument d’élévation, de célébration.

Je me souviens et répands mes souvenirs

Comme la semeuse de vie ensemence ses champs

Et nul ne me fera courber l’échine par peur

Ou par indigne complaisance.

Aujourd’hui, jour de souvenir

Je vais une rose blanche à la main

Honorer le sang rouge versé

Je vais une rose blanche à la main

Bénir la mémoire de mes ancêtres allongés

Dans la terre froide de l’oubli.

Et à qui dois-je mendier permission

Pour donner témoignage de ma dignité ?

A quelle autorité dois-je faire allégeance

Devant quel trône dois-je poser genoux à terre

Pour avoir droit d’honorer la mémoire de mes ancêtres ?

Que dois-je interpeller sinon l’humanité qui siège en moi ?

Je suis le temple même de ma propre légitimité

Je suis l’expression de ma souveraine liberté

Je suis cette part singulière de l’universelle humanité

Je suis la vie et le divin, je suis le choix

Tout pouvoir de me tenir debout m’appartient

Quand l’homme se couche dans la profanation de lui-même.

Aujourd’hui est pour moi un jour mémorial, un jour saint, un jour férié

Pour mon apaisement et mon honneur au nom de mes ancêtres.

10 MAI 2010

Informations supplémentaires

viagra bitcoin buy