MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme (suite)

 

Ces éternelles questions qui sont posées à la classe politique toutes tendances confondues…

…qu’est ce que le communautarisme…

… en quoi ce mode de rencontre notamment culturel et fraternel peut-il mettre en danger les fondements de cette République version monarchique…

 

…quelles sont ces minorités ethniques qui sont l’objet de cet acharnement politico- médiatique que je subodore être les Africains les Caraïbéens les Maghrébins et autres musulmans(nes) …

 

…ces empêcheurs de tourner-en-rond…

 

…ces descendants du commerce triangulaire, de l’Esclavage et la Colonisation, dont la présence sur le territoire européen français, rappelle à son peuple, des heures sombres peu glorieuses…

 

…mais n’est pas visée la communauté hébraïque, de race indoeuropéenne, hyper organisée de grande solidarité, financièrement solvable et disposant d’énorme influence politique héritéeS des conséquences de la Guerre 1939-1940, malgré le nombre réduit de membres…

 

…à un moindre degré, la colonie arménienne que je connais bien…

 

…les békés de la Martinique, d'origine européenne, descendants des négriers d’antan, quoi que peu nombreux monopolisent toute l’économie du territoire, et vivent en état autarcique…

 

…les expatriées Français installés dans l’ouest du Continent africain, véritables missi dominici, servant de relais au système impérialo-néocoloniailme, ne se mélangent pas avec les autochtones africains.

 

Pour bien cerner cette problématique je vais exposer une affaire qui a concerné deux couples  ,l’une d’origine caraïbéenne et l’autre européenne –souchiste-…

 

Propos d’un membre du couple caraïbéen…

 

… « tu te rends compte Léonce, nous faisons tout pour être agréables et conviviales à nos voisins européens, invitations, offres, de nos spécialités culinaires…

 

… mis voilà depuis des années nous ne connaissons même pas la couleur de la moquette de leur salon… »

 

… « seulement si nous arrêtons ce mode de voisinage ce sont nos enfants qui en souffrirons par mesure de représailles »…

 

En fait c’est une affaire sociétale, dont connaissent des milliers de nos compatriotes, que je lui ai recommandé de s’en sortir de ce guêpier « servito-colonialiste »…

 

… et se rapprocher davantage de nos communautés caraïbéennes qu’il s trouverons de la solidarité, une vraie fraternité une, réelle convivialité…

 

…ai-je fait du communautarisme au sens politique du contexte actuel…

 

…oui, et je l’assume totalement

 

Car dans une société où ça craque de partout, identitaire par là, racisme anti blanc par ci ,la confiance vis-à-vis de nos hôtes européens est mise à rude épreuve…

 

… et ce n’est pas la charge brutale gouvernementale en direction de ses collaborateurs nationaux qui modifiera l’ordre des choses au regard d’une Nature têtue et vindicative….

 

…qu’avec le temps qui passe, les incohérences politiques des uns et la bêtise des autres, le Communautarisme est devenu une doctrine comme le Communisme et le Capitalisme…

 

…que les uns et les autres soutenus par des médias hyper affidés ne pourront pas éradiquer….

 

…vous avez dit listes communautaristes…ah bon …pour la suite.

https://www.youtube.com/watch?v=FGqMMpMkKXs&t=19s

 

Le temps des inconsients, et de l'incohérence...

 

Comme dit l’autre je ne lache rien, dès qu’il s’agit de faire passer un message, qui cntribuera à l évolution des concsiences et autres mentalités à travers des faits et expériences vécus…

Et vous ayant quitté au terme de cette saga sur le plan de finanacement de la Baillargentaise, je fais un bref résumé du passé, pour bien remettre les esprits en place…

Nous sommes en 1976, de passage à la Guadeloupe, au titre d’une mission humanitaire consécutive aux soubressauts du Volcan de la Soufrière, je découvre cette magnifique région dénommée« La Côte-sous le Vent »,couvrant plusieurs communes de ce versant de l’Ile, dont au passage Bouillante, Vieux Habitant, Pointe Noire, Deshaies… caractérisée par un certain sous développement économique...

...une partie de la zone géographique intitulée la Basse- Terre, par opposition à l'autre partie dénommée La Grande Terre, très fréquentée par les touristes occidenaux, qui "n'empruntent" guère le Pont de la Gabarre, point stratégique du territoire, se vantant de connaitre la Guadeloupe de retour en Europe...yo pa konet en patat...ils ne connaissent rien...

La Côte sous Venthttp://planetantilles.com/index.php5?IdPage=1105792134

Dès mon retour en Europe, je réfléchis sur les options qui pourraient contribuer à relancer la machine des activités, et mon choix s’est porté sur la pêche maritime, une filière que j’ignorais totalement, peu importe, seule comptait la volonté de se lancer dans l’inconnu, pour réusssir un challenge.

Dans la vie« chance et opportunité »sont liées, et elles vont se présenter avec le changement de Pouvoir à Paris en ce 10 Mai 1981…

Dès Setembre de la même année, je fonce dans la Caraïbe pour comprendre de vote de nos compatriotes, suivi d’une note rédigée à l’intention du Ministère concerné, vous connaissez la suite…

Et saisissant l’occasion de ce déplaceement, je fais un crochet à la Guadeloupe, pour vérifier le bien fondé de mon choix, en remontant la Côte sous le Vent, et m’arretant sur le sIte de Baillargent, rattaché à la commune de Pointe Noire, magnifique sortie sur la mer, qui deviendra le centre de mon intérêt pour l’avenir éconiqmique de la Guadeloupe par la pêhe maritime…

Dès lors, les choses iront très vite, je mets en mouvement mes « amis politques » au sein des minitères concernés (c’est l’opportunité) en tenant informés les responsables de l’Exécutif parisien au plus haut niveau de l’Etat, le Conseil Général de la Guadeloupe, et les intervenants dans ce dossier en plce sur l’Ile.

Ma stratégie est simple et rigoureuse, il faut frapper vite et fort pour dominer le temps qui n’attend pas, en assurant la crédibilité d’un concepteur inconnu du monde de la pêche maritime, la fiabilité et la faisabilité de son projet.

Et au terme de ce temps de préparation qui ira jusqu’en 1986, j’étais devenu presque un expert de la profession, suivant l’appréciation de mes interlocuteurs de part et d’autre de l’Océan Atlantique

A lire la saga de la Baillargentaise en clickant sue le lien en bas de page.

Mais les choses ne sont pas si simples et entre en jeu le facteur« chance »car j’avais crée une société en ignrant totalement le potentiel des associés de la Guadeloupe inconnus, qui recevaient en temps réel le contenu de mes travaux et ma démarche…

…que les objectifs étaient clairement exposés, l’entreprise de Baillargent comprenant /

- Le port et les accessoires pris en charge par les poupoirs publiques...

-Le matériel de pêche et autres installations étant du ressort financier de la SARL…

…qu’à partir de ce dernier point devait s’établir un plan de finnacementsur la base…

… du concours de l’Etat et des collectivités territoriales sous forme de bubventions et prêts remboursables à long terme.

… d’avances de banques et autres etablissements financiers sur un taux négocié en faisant jouer la concurrence.

… de l’autofinancement, c'est-à-dire l’apport des associés dans le capital soumis à l’emrunt, à hauteur de 15%...

Cette quote-part d’autofinancement devait obligatoirement être consolidée,par un certificat de la banque choisie, versé au dossier, constatant l’exitence de la somme exigée.

Et c’est là que naît la difficulté, car en réunion de finalisation, les associés guadeloupéens ont pensé à tort ou à raison que la totalité des dépenses de la Baillargentaise devait être prise en charge par l’Etat, ou l’autofinancement mis sur le compte du fondateur de la société…

D’autant plus que les associés devenaient solidaires des dettes engagées par la Baillargentaise pour son fonctionnement.

Et donc ces hommes n’ont pas voulu assumer, pensant qu’ils bénéfieraient des retombées des investissements engagés« sans bourse déliée »

Etrange conception qui appelle de ma part des apprécitions négatives qui seront exposées en son temps…d’où le titre…Le temps des inconsients, et de l'incohérence...

Des bruits ont circulé, difficilement vérifiables… tels que trop d’entreprises en Guadeloupe dirigées par des Martiniquais…on ne veut pas être commandé par un Nègre…

Peu importe, je pouvais contraindre des associés par voie judiciaire, mais je demaure avant tout un militant politique, avec la féflexion et le recul nécessaire…

Pour la petite histoire, (les nouvelles vont vite) à noter qu’une banque d’affaires de la Guadeloupe pariant sur le succès futur de l’entreprise…

… m’avancait sans demande préalable, un fonds de roulement de 15 millions (anciens francs) remboursable dans deux ans sans intérêt…

… alors qu’une souscription privée rapportait une promesse de participation de 10 millions…

La saga de la BILLARGENTAISEhttp://www.afcam.org/index.php/fr/?%20%20%20%20option=com_content&view=article&id=2880

...ou la retrouvez dans Léonce Lebrun...Portrait Parcours..Le temps de le réflexion...Un projet...

Prochainement, avec notamment/

--La fin de la BAILLARGENTAISE

--Le point de vue de Marcel Esdras, décédé ancien Maire de Pointe Noire et Député de la Gudeloupe

---La vie politique mouvementée à la Guadeloupe avec l’ARC,(L'alliance Révolutionnaire de la Caraïbe)

E n’oubliant jamais mes racines je vous enmène dans la Caraïbe avec un NU LOOK de sens de sensation et de passion…

Nu Look... https://www.youtube.com/watch?v=hfy5I0zoKIs

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires