MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Péril noir, Paradis blanc, étrange…

 

Car dans ma naïveté et cette conception du réalisme, j’ai toujours considéré qu’il  y avait un PERIL et un PARADIS sans couleur et autre connotation raciale…

 Et pourtant, c’est  bien le fondement de ces concepts édités par des indoeuropéens 

qui  en même  temps réclament, vent debout, la suppression du mot RACE  dans la Constitution de 1958, une parfaite incohérence.

 

L’analyse est simple, dans la classification de races établit par le vainqueur …jaune, rouge, blanc, noir,  on observe que les appellations… jaune, rouge … ont disparu dans le langage courant, mais avec  la mise en orbite d’un petit nouveauu…le racisme anti -blanc

 

 

Et là encore dans ma conception étroite des réalités j’ai cru qu’il n’y avait qu’un Racisme dont les principales victimes historiques  et contemporaines, sont les Africains -sud,nord- et les Afro descendants dispersés sur l’ensemble de la Planète …

 

 

Ne restent plus en lice dans la hiérarchie des « couleurs humaines » que les indoeuropéens, qualifiés de « blanc » les Africains et descendants  présentés comme des «  noirs »...

 

... à tel point que les premiers désignés ont mille difficultés à prononcer le mot NEGRE qui signifie dans la tradition ancestrale…combat , conquérant etc…

 

 

Mais ce classement  « noir blanc » n’est pas innocent, d’aspect impérialo-colonialiste, avec le « blanc » synonyme de puissance d’arrogance et de domination, alors que le «  noir » est couvert du manteau de la soumission, de la pauvreté et la misère…

 

 Observez la gourmandise avec laquelle les médias de ce coté de l’Atlantique, utilisent l’épithète « noir ».cet homme noir, le paysan noir, l’avocat noir, le joueur  noir de l’équipe, l'artiste noir…etc

 

Mais, arrêtons ce besoin de supériorité raciale, cette soif d’humilier  l’autre en raison de son aspect physique, cette hypocrisie au pays des droits de l’homme, de l’égalité, liberté, et fraternité.

 

Il n’y  a pas plus de blanc que de noir ,mais des femmes et d’hommes qui poursuivent leur destin dans un Monde d’incertitude.

 

Quant à la problématique de race, je rappelle à toutes fins utiles que la France en tant que Nation a utilisé ce concept  pendant longtemps pour justifier la Traite négrière transatlantique et l’Esclavage des Africains déportés.

 

Alors c’est un peu tard pour déclarer urbi et orbi, que les races n’existent pas, sauf à saisir les 192 + 1...

 

...Membres de l’ONU, seule Instance mondiale,  appelés à  se prononcer par un vote unanime sur cette épineuse et dramatique mystère sociétal …

 

En nous rappelant dans nos analyses que la Grande ROME de valeurs et de civilisation aura sombré corps et bien dès le Vème siècle après J.C

Le mouvement associatif et politique

 

1979 - Dans le petit monde caraïbéen de Lyon, rien ne va plus, l'A.G.T.C.G. a disparu sous les coups de boutoir de l'irresponsabilité...

Une nouvelle association est créée, le Regroupement des Travailleurs Caribéens, dont Lebrun, n'est ni membre fondateur, ni instigateur, mais les choses vont mal pour le R.T.C. Le mélange combat politique et vie associative ne passe plus...

En juillet, appelé à la rescousse par G.B, homme de grande convivialité, il prend la direction de l'Association, à la hussarde, mais démocratiquement, il y instaure la paix civile dans le mouvement, en assurant la présidence jusqu'en 1983.

1981 - C'est le retour de l'espoir...

Au Panthéon, le nouvel hôte de l'Elysée pose une rose sur quelques tombes choisies au préalable...

Devant son téléviseur, en ce jour du 21 mai Léonce pleure toutes les larmes de son corps, c'est un grand jour de sa vie de combat...

...Dans un pays où la tendance est de masquer l'Histoire qui gêne, il prend acte que ce geste évocateur fera son chemin dans les esprits...

Dans la foulée de la dissolution de l'Assemblée Nationale, il se porte candidat à la candidature -pour le principe- dans la bataille des législatives annoncées...

Panique dans la Fédération, c'est un acte politique, une candidature qui gêne à l'évidence, il a pris tout l'appareil de vitesse.

Car dans la section après trois tours de scrutin, aucun des trois candidats ne détient la majorité absolue...

Ses "amis" lui font comprendre que les gens, entendons les électeurs ne sont pas habitués... on perdrait une circonscription acquise...

...Vous avez dit intégration...

Peu importe,  l'homme ne se retire pas... Paris tranche... une bénéficiaire du quota féminin mènera la bataille, non implantée... mais, avec la vague rose, tout peut arriver...

De cet épisode Lebrun en analysera les causes et conséquences, il ne démissionnera pas, ce sont les aléas du combat politique, mais rien ne sera plus comme avant…

En juillet, de passage dans la Caraïbe, il rend visite au Docteur Henry Bangou homme politique d'une rare lucidité, Maire de la Ville de Pointe à Pitre -Guadeloupe-...

...Ayant une vision sur l'évolution à court et moyen terme du peuple caraïbéen, ce qui conforte Lebrun dans ses propres appréciations.

Dès le retour en France, Léonce adresse ses observations politiques à son camarade, directeur de cabinet du nouveau Secrétaire d'état à la tutelle des Territoires dits Outre-mer.

Les réformes pleuvent, en particulier une  -Assemblée unique- pour remplacer les structures obsolètes de nos pays, que sont le conseil régional et le conseil général.

Mais suivant une requête de l'opposition de droite au Parlement, le Conseil constitutionnel censure...

...Une décision politique que Lebrun juge inopportune et regrettable, qui compromet gravement l'évolution statutaire des territoires de la Guyane, la Martinique, la Réunion, la Guadeloupe, vers plus de responsabilité dans le contexte du droit des peuples...

1982 - Le cabinet de la rue Oudinot lui demande de préparer à Lyon, la semaine outre-mer, avec une équipe municipale, au titre de laquelle il ne partage pas  les orientations politiques.

Néanmoins, il dirige la manœuvre et l'affaire est rondement menée...

En cet automne pluvieux de Septembre, le discours d'inauguration de Léonce ne laisse aucune place à la fantaisie...

...Pas de langue de bois et de propos complaisants à propos de notre Histoire , de la situation politico-économique de nos  territoires ...

Au lendemain, la presse d'opposition fulmine , toutefois le Progrès de Lyon du mercredi 22/09... souligne que le discours du dirigeant caraïbéen, sans complaisance, a placé cet événement dans son vrai contexte.

Et voilà que la loi dite -Defferre- du - PLM - Paris , Lyon , Marseille créant un Conseil d’arrondissement pour chaque arrondissement des villes citées, va enter en application pour la première fois en 1983…

En prévision de cette nouvelle donne politique Léonce fait acte de candidature en vue d’être Conseiller municipal de Lyon...

...Et sollicite le soutien d’un Député du Rhône, membre du Parti socialiste, Conseiller municipal de son état, par courrier remis à un camarade élu de la Ville…

Mais outre que ce député n’a jamais donné suite à cette lettre remise en main propre, il aurait spécifié , je cite…

… "Je ne veux pas - d’étranger- au sein du Conseil municipal de Lyon , et surtout pas de -Nègre- au titre de la délégation de notre Parti…

Il n’y avait aucune raison que Lebrun doute des propos rapportés de ce camarade décédé, dont par la suite les faits ont confortés, mais relevaient selon  ses propres observations d'un conflit politque interne

Pour laver cet affront l'homme blessé a pensé lui envoyer ses témoins pour un duel en lui donnant le choix des armes, mais comme cette pratique est interdite, il a préféré y renoncer, adoptant pour l'avenir la stratégie ducaïman de l'écrevisse et du naja... le temps au temps, tôt ou tard...

Par la suite Lebrun a bien tenté de joindre l’élu pour avoir une explication franche et directe  en l’invitant même à son docile pour un déjeuner convivial...

Mais l’homme a toujours évité une telle confrontation, se comportant comme un politicien peu courageux…

C’était du reste l’opinion de beaucoup de responsables de la Fédération de ce Parti à l'époque, dont du reste avec qui, Léonce avait de bonnes relations…

Il pense en particulier à l’ancien Maire de la Viile de Villeurbanne, Ministre de la Défense, qui le recevant dans son grand bureau du premier étage de la mairie pour diverses affaires de la vie associative, lui disait toujours…

… « «  Et voici notre ami qui nous amène le soleil de l’outre-mer… » » et Léonce de répliquer…

… « «  Charles, le soleil oui, mais outre mer, non, ce n’est pas mon vocabulaire » » et le Ministre da rajouter…

« «  Cher camarade ne te formalises pas, on sait bien que tu veux être le premier Président de la République de Martinique » » Léonce de répliquer à son tour…

« «  C’est du n’importe quoi » »..

Charles Hernu est décédé brutalement en Janvier 1990, et tous les dix ans les successeurs à la Mairie invitent ses amis pour un hommage sur la tombe du Ministre au cimetière de Cusset (Rhône)

Léonce est toujours  présent à ce rendez-vous, car il pense avec beaucoup d’autres que si le disparu a été un bon Ministre de la Défense, il fut surtout un grand Maire, remarquable camarade, très aimé de ses administrées,  autres militants de sa mouvance politique, et bien au delà...

1983 - Le B.U.M.I.D.O.M, tombe, Lebrun est à Paris pour la naissance de l'A.N.T,  mais, lui qui a mené avec d'autres, une lutte sans merci contre les activités du négrier des temps modernes, juge dès cette époque, que le nouvel organisme ne sera pas plus adapté...

...Les faits lui donneront raison...

A Lyon, il propose la création d'une fédération des Associations de l'agglomération.

Un triomphe, les statuts sont adoptés à l'unanimité des présents ce 9 juin.

Invité à assumer les fonctions à la tête de la toute nouvelle fédération Lebrun décline l'offre en raison de son opposition politique résolue avec la ville.

La présidence échoit à un jeune étudiant caraïïbéen qui, sans expérience, conduit la fédération à l'échec  trois mois après sa création... 

...Amer, Léonce Lebrun regrettera pendant longtemps de n'avoir pas assumé ses responsabilités malgré les circonstances.

Septembre, G.B est muté, c'est le dernier compagnon loyal qui s'en va.

Pour Léonce cette époque fantastique, où des femmes et des hommes avaient uni leur force et leur conviction pour ne pas vivre une émigration idiote, était terminée.

L'homme se retire du monde associatif... pour un temps peut être.

Dans le même registre...

Les retombées post-1998

Un nouvel élan

Il n'ira pas à Canossa

Le temps de la réflexion

Informations supplémentaires