MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun  

 

Race es  tu là …

 

Incroyable, sous la poussée de groupuscules frustrés, le Pouvoir a cédé en soustrayant de la Constitution française de 1958, le mot…RACE…une "bien "belle victoire sociétale"", qui fera disparaître toutes les expressions à connotation raciale….

Mais dans leur immense majorité, les citoyens de ce pays se moquent de ces réformes à zéro centime d’euro, ce qui n’empêchera  pas l’homme de la rue peu ou pas informé, de voir dans l’Africain ou l’Afro descendant qui passe…

 

 « Un  Noir », faisant partie des «  gens de couleur » , au journaliste sportif, de désigner dans son reportage, «  le Noir de l’équipe », « le Noir du barreau » chez les  avocats, cette belle « chanteuse Noire » dans le monde artistique  la ou le Ministre noir(e) au Gouvernement ,une présentation non exhaustive.

 

Bref, un besoin morbide de bien mettre en relief la différence entre l’Africain et l’Afro descendant, en lui « collant » une couleur de peau « imaginaire» marquant la différence et son infériorité supposée, par rapport à monsieur tout le monde de race indo européenne

 

…circulez, le compte est bon, il n’y a plus rien à voir…

 

… et moi je dis NON, à cet enfumage racial, une escroquerie intellectuelle de haut niveau…

 

… car en vertu de quel pouvoir, un pays peut modifier unilatéralement un marqueur de l’espèce humaine, remontant à la nuit des temps…

 

… en fait ce retrait de mot ,intéresse t-il l’Asiatique (jaune) et l’Amérindien (rouge)  qui font partie intégrante de notre Humanité mais dont l’appellation a disparu dans la mémoire commune, ne restent plus en lice que l’Indo européen et le  gre

 

 … c’est précisément à cette mouvance que s’adresse la réforme à deux balles, pour lui donner l’illusion de la fin des différences...

 

... que voici  venu le nouveau monde avec son partage de l’Egalité et la Fraternité

 

…oui, vraiment une drôle d'illusion…

 

…et pour un rappel utile de l’Histoire, la France en tant que Nation, a  fortement utilisé le concept de race pour justifier la Traite négrière et l’Esclavage, dans un contexte d’infériorité de l’Homme africain

 

...alors la fin du mot «  race » relève de la mystification pure et simple, dont Africains et afro descendants, devraient prendre garde, afin de ne pas sombrer dans la même naïveté que nos ancêtres....

 

...Que comme Césaire Aimé, nous pourrons dire avec  fièrté...

 

...Le Nègre vous emmerde...

La Conférence de Genève

 

 

Plus qu’un long discours, le transfert du message joint ci-dessous, vous donne une idée dans mon implication au titre de cette journée historique, réunissant sur un même plateau de conférence, en terre helvétique, la fille du Maître, et l’un de ses fervents disciples.

 

Néanmoins, je concède une courte synthèse à l’intention des absents(es) qui par définition dit-on, ont toujours tort…

 

Dans le train qui me ramène tardivement vers Lyon, par une nuit de -10°, comme dans un rêve, je fais rapidement un retour sur le passé pour me convaincre que tout est dit et fait, j’ai accompli ma part du job en contribuant pour partie à la rédaction du scénario virtuel, que le casting sera mis en place par les futures génération montantes, et que dès lors je pouvais prendre congé de cette belle planète qu’est la terre, avec un bilan pas trop négatif…

 

Mais rapidement je me ravise, en revoyant…/

-cette jeune étudiante africaine du Tanzanie, qui m’avoue tout le plaisir qu’elle a eu à m’écouter, en me promettant que dès la fin de son cycle universitaire, elle retournera en Afrique, pour être utile à son pays…

 

- cette Martiniquaise résidant à Genève, qui me dit tout l’honneur de m’avoir connu, et sa fierté, d’être martiniquaise en terre helvétique.

enfin cet homme africain d origine d’un certain âge, me déclarant que l’Afrique et le Monde Nègre ont besoin des personnes de ma trempe… etc. .

 

Face à cette avalanche de louange, il convient d’avoir la tête froide, de garder les pieds sur terre, car notre combat est dur et long, qu’un fait certain je ne verrai la fin du film, dommage.

 

Alors que s’est il passé à Genève pour que l’auditoire soit enthousiasmé…

Effectivement, durant le temps imparti, j’ai, d’une façon implacable, déroulé avec précision et conviction l’Histoire de notre belle Caraïbe, de la révolte de Saint Domingue (1791) au triomphe haïtien de 1804.sur le corps expéditionnaire napoléonien , du drame de 1802 à la Guadeloupe, sans oublier les pièges de 1848, avec cette pseudo abolition, la loi assimilationniste de 1946, et l’échec du vote populaire guyano -

martiniquais du 10 Janvier 2010…

 

Pour le Continent africain, un drame permanent passant par le partage de Berlin de 1885, qui a vu certaines nations de l’Europe se servir sans vergogne, la longue période de l’indigénat, la fausse décolonisation de 1960, couronné par un constat d’échec sans appel en 2010…

 

Débats, questions, pourquoi, comment, ont fini par convaincre les suisses venus nombreux pour la circonstance, de la dure réalité du Monde Nègre, toutes catégories confondues, en ce 21 è siècle…

 

L’assemblée nombreuse, en une parfaite communion avec les intervenants,a compris que je ne m’étais pas déplacé à Genève pour raconter FANON, mais pour faire vivre et pérenniser sa pensée.

 

 

Enfin, je n’ai pas manqué d’avouer aux genevois et autres, que ma performance en revient et est dédiée à ma grand-mère, cette belle et superbe négresse de neuf enfants, qui dans sa jeunesse a dû faire tourner plus d’une tête, n’avait pas fait "sciences po", mais douée d’un extraordinaire bon sens pour son époque, une nationaliste née. 

Grand-mère aurait 119 ans et me manque toujours terriblement.

Léonce Lebrun

Vidéo de la Conférence, clickez sur le lien...http://vimeo.com/63839557

Informations supplémentaires