MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme (suite)

 

Ces éternelles questions qui sont posées à la classe politique toutes tendances confondues…

…qu’est ce que le communautarisme…

… en quoi ce mode de rencontre notamment culturel et fraternel peut-il mettre en danger les fondements de cette République version monarchique…

 

…quelles sont ces minorités ethniques qui sont l’objet de cet acharnement politico- médiatique que je subodore être les Africains les Caraïbéens les Maghrébins et autres musulmans(nes) …

 

…ces empêcheurs de tourner-en-rond…

 

…ces descendants du commerce triangulaire, de l’Esclavage et la Colonisation, dont la présence sur le territoire européen français, rappelle à son peuple, des heures sombres peu glorieuses…

 

…mais n’est pas visée la communauté hébraïque, de race indoeuropéenne, hyper organisée de grande solidarité, financièrement solvable et disposant d’énorme influence politique héritéeS des conséquences de la Guerre 1939-1940, malgré le nombre réduit de membres…

 

…à un moindre degré, la colonie arménienne que je connais bien…

 

…les békés de la Martinique, d'origine européenne, descendants des négriers d’antan, quoi que peu nombreux monopolisent toute l’économie du territoire, et vivent en état autarcique…

 

…les expatriées Français installés dans l’ouest du Continent africain, véritables missi dominici, servant de relais au système impérialo-néocoloniailme, ne se mélangent pas avec les autochtones africains.

 

Pour bien cerner cette problématique je vais exposer une affaire qui a concerné deux couples  ,l’une d’origine caraïbéenne et l’autre européenne –souchiste-…

 

Propos d’un membre du couple caraïbéen…

 

… « tu te rends compte Léonce, nous faisons tout pour être agréables et conviviales à nos voisins européens, invitations, offres, de nos spécialités culinaires…

 

… mis voilà depuis des années nous ne connaissons même pas la couleur de la moquette de leur salon… »

 

… « seulement si nous arrêtons ce mode de voisinage ce sont nos enfants qui en souffrirons par mesure de représailles »…

 

En fait c’est une affaire sociétale, dont connaissent des milliers de nos compatriotes, que je lui ai recommandé de s’en sortir de ce guêpier « servito-colonialiste »…

 

… et se rapprocher davantage de nos communautés caraïbéennes qu’il s trouverons de la solidarité, une vraie fraternité une, réelle convivialité…

 

…ai-je fait du communautarisme au sens politique du contexte actuel…

 

…oui, et je l’assume totalement

 

Car dans une société où ça craque de partout, identitaire par là, racisme anti blanc par ci ,la confiance vis-à-vis de nos hôtes européens est mise à rude épreuve…

 

… et ce n’est pas la charge brutale gouvernementale en direction de ses collaborateurs nationaux qui modifiera l’ordre des choses au regard d’une Nature têtue et vindicative….

 

…qu’avec le temps qui passe, les incohérences politiques des uns et la bêtise des autres, le Communautarisme est devenu une doctrine comme le Communisme et le Capitalisme…

 

…que les uns et les autres soutenus par des médias hyper affidés ne pourront pas éradiquer….

 

…vous avez dit listes communautaristes…ah bon …pour la suite.

https://www.youtube.com/watch?v=FGqMMpMkKXs&t=19s

 

Hommage Frantz FANON

 

 

 

« Chaque génération doit dans une relative opacité découvrir sa mission, la remplir ou la trahir » Les damnés de la terre Frantz FANON,

  

                                                    Hommage à Frantz FANON

  

 Le 6 Décembre 1961, disparaissait à New-York  des suite d’une longue maladie, Frantz Fanon, l’un des hommes les plus brillants que le 20 siècle ait connu, pour la dimension de sa pensée politico-philosophique, au service de la dignité du Monde Nègre, contre toutes les formes d’humiliation, de colonialisme, et d’impérialisme que nos peuples ont connu, au profit des seuls intérêts de l’Occident.

En cette période du 50è anniversaire de la mort de FANON, je retiens de cet homme la logique de la pensée, et la logique de l’action.

Pour le 6 Décembre 2011 FANON ne bénéficiera pas de discours officiels, de dépôt de gerbes, autres tralala et flonflon, considéré comme un traitre, un renégat  dans certains milieux bien pensant, dont pour la petite histoire je rappelle qu’il a combattu sur les fronts aux cotés  des alliés occidentaux, lors du conflit 1939-1945.

Il est à noter ,que même le gouvernement algérien n’aura pas suivi ma démarche d’internationaliser cette commémoration, mais si mes informations sont crédibles, la diplomatie souterraine a joué son rôle destructeur , une problématique qu’il conviendra d’analyser en d’autres circonstances.  

Peu importe, ce n’est pas ce que pensent les autres, mais ce que nous les Nègres nous pensons, sachant que l’Histoire est souvent porteuse de subjectivité, rédigée par les vainqueurs du moment.

Alors si certains contemporains l’ont déjà banni, dans un contexte sectaire et partisan, que retiendra l’Histoire, celle objective, de Frantz  Fanon /

       le médecin psychiatre de formation, avec ses méthodes révolutionnaires de traitement des patients à Blida ( Algérie)

l’écrivain à succès qui dans "Peau Noire et masques blancs" à mis en évidence l’incohérence comportementale, et la dépersonnalisation des membres de nos communautés victimes de la pensée assimilationniste du système colonial

le militant politique indépendantiste, engagé auprès des combattants algériens en lutte armée pour la reconnaissance de la  souveraineté de leur pays…

Les internautes qui connaissent ma pensée politique depuis fort longtemps savent à l’évidence que je ne suis pas tombé dans le paragraphe 2.

Autrement je passerais du bon temps sur nos plages de la Martinique, entrepreneur zélé, placé sous la tutelle financière des békés de l’Ile ou, fonctionnaire affidé, avec  40% de vie chère et tous les avantages colonialistes exorbitants... pour le maintien d’un drapeau…

...Un drapeau qui coûte cher aux contribuables pour me bloquer dans le système, un bien triste parcours, un destin de misère…

Oui mais un autre destin qui me permet ce jour de faire connaître à toute la planète grâce à internet , ce héros, notre héros…Frantz Fanon…

Précisément en évoquant le destin je redis que l’homme ne naît pas…

     Nationaliste

     Indépendantiste

     Révolutionnaire

      Panafricaniste

     Anarchiste…

J’ajoute en reprenant la pensée d’un éminent homme politique disparu, que "la culture est ce qui reste quand on a tout oublié", en la complétant par… "sauf l’essentiel".

Effectivement, l’appropriation, et l’installation dans l’un de ces concepts rappelés ci-dessus, quelle qu’en soit la nature, est le résultat de longues observations, de recherches, d’études pointues ,qui autorise à toute personne avertie, de prendre position en se déterminant en toute connaissance de cause.

Ainsi donc pour conforter cette analyse, le parcours de FANON est exemplaire, au regard duquel faut-il le rappeler, l’homme a terminé le conflit 1939-1945, blessé, dans le camp des alliés occidentaux, il ne peut donc être taxé ni de déserteur, de collaboration avec l’ennemi nazi, il est originaire de la Caraïbe, et n’a pas chanté…"Maréchal nous voilà", dont beaucoup d’autochtones de l’époque considérée ne peuvent revendiquer ce loyalisme…

 

A ce stade de sa vie FANON a observé, pris des notes, relevé les incohérences du système, pour plus tard le combattre.

Par la suite, après de brillantes études suivies à la Faculté de médecine de Lyon, l’une des meilleures d’Europe, il devient médecin psychiatre, une spécialité ô combien difficile et recherchée.

C’est donc pour FANON, la voie royale, et la promesse d’une existence de rêve, sous le soleil de son beau pays, la Martinique…

Il est incontestable, que l’homme avait tout le profil pour diriger le Centre de psychiatrie de… l’unique sur le territoire, que les Martiniquais connaissent bien, et finir sa carrière professionnelle en qualité de Directeur Général dans un ministère, au service de l’Etat.

Oui mais, qu’a retenu FANON à l’occasion de ses observations/

    Des  Africains acheminés en Europe au titre de la deuxième guerre mondiale pour se battre au nom de la liberté, alors qu’ils sont des indigènes colonisés, privés de Liberté…

    Des caribéens et autres ressortissants de territoires dits outre mer, écrasés mentalement par l’assimilation, incapables d’assumer leur destin dans le cadre de pays souverains...

Bref, un Monde Noir mis sous tutelle… et de vous à moi, je subodore que si FANON, présent sur le territoire martiniquais avait tenté de mettre en pratique ses idées indépendantistes, il eût connu sans nul doute  le même sort tragique que le brillant et charismatique afro américain, MALCOM Xou avant lui le courageux journaliste martiniquais ALIKER abattus par des négrillons de service pour un plat de lentilles…

 Alors  suivant le destin ,toujours lui, FANON a suivi sa logique politique en se mettant au service de la rébellion algérienne, un fantastique exemple de courage et d'abnégation...

Et bien ,dans un contexte virtuel, je me suis souvent fait fusiller sur la toile pour haute trahison dans mes fictions, un mode de pensée, digne réincarnation de la glorieuse civilisation romaine, au regard de laquelle je dis que si ROME fut grand, ROME sombra… chaque cochon a son Samedi…

Pour clore cet hommage je vais terminer par des propos prémonitoires , que FANON aurait pu tenir  ou avoir du plaisir à entendre…en ma qualité de chef suprême fictif de la rébellion victorieuse…

               …  Soldats…

                … Hommes de troupe, sous- officiers, officiers, officiers supérieurs, officiers généraux…

                  Je vais devoir vous quitter, en remettant le Pouvoir , aux autorités civiles incarnées par le Gouvernement provisoire de la république martiniquaise, en exil à Kyston (Jamaïque )

 Ce gouvernement m’avait confié la lourde mission de créer les conditions d’un soulèvement populaire politiquement et militairement encadré, qui devait conduire vers une guerre pour l’indépendance de ce pays, c’est chose faite…

  J’ai donc achevé  avec vous ce combat, auréolé de panache et n’ayant pas une conscience de dictateur, je fais déposer les armes et  remets ce commandement qui m’a donné tant de joie au service de cette jeune nation.

 Nous laissons une Martinique, debout, indépendante, souveraine,  espérant que  ses dirigeants de demain, garderont pour nos enfants, le cap du progrès, et de la responsabilité, dans l’exercice de leurs  fonctions politiques…

                    Adieu mes amis, que le ciel vous protège...

                    Vive la Caraïbe…

                    Vive la République de la Martinique…

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires