Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

  

La Race

 

En pleine déferlante mondiale sur la problématique raciale,  le contexte ne pouvait pas être meilleur pour évoquer le concept de Race  que la France seu lpays des 193 membres  de l’Organisation des Nations Unies (L’ONU) veut voir disparaitre dans les échanges au quotidien, mais le remplacer par quel  stratagème….

 

Car c’est une prétention outrancière, un acte politique, qui veut avoir des conséquences sur le mode de pensée des Africains et autres  Afro descendants, des populations naïves et fragiles écrasées par leur passé d’esclave et de colonisé.

 

Et pour bien cerner la mentalité des Français de l’Europe du 21è siècle il faut avoir en mémoire quelques figures de l’Histoire qui valent mieux qu’un long discours…

 

… nos sommes en 1814 avec le retour de la  Monarchie sensée avoir disparu depuis Janvier 1793 et Louis XVIII est acclamé par un vibrant…Vive le Roi…

 

…mai un an après, 1815 avec le come-back de Napoléon pour  son retour des 100 jours c’est ce même peuple qui le reçoit au cri délirant de  … Vive l’Empereur…

 

Dès cette époque, on relève donc    une population incohérente dans ses choix, versatile, imprévisible et donc faible.

 

Plus de deux siècles  se sont écoulés, on peut multiplier les contorsions les explications saugrenues venant de tout l’échiquier politique pour obsever que ce mode de pensée relevé en 1815 n’a pas changé d’un yotta…

 

Car comment expliquer qu’en, pleine déferlant raciale au 21è siècle on relève des propos hors sol que sont…

 

Racisme, Noir, Blanc, racisme anti blanc, privilège blanc.

Pour mémoire, le vocabulaire « racisme » scandé de nos jours dans toutes les suces est inapproprié, car aucune communauté humaine dans ce pays n’est menacée de destruction en raison de ses caractéristiques physiques ou religieuses.

 

Par contre ce slogan cache une réalité plus méprisable qui est la discrimination raciale, propre à toutes les couches de la société française (les souchistes) dont sont victimes principalement les Africains les Afro descendants et les populations du Maghreb résidant en France…

 

Et donc revisitons l’Histoire du Monde Nègre et sa descente dans l’enfer de l’humiliation.

 

Nous sommes à la fin du XVe siècle, c’est le début de la découverte de nouveaux territoires, Espagnols , Portugais,  Français,  Britanniques s’installent en pays conquis après avoir massacré les premiers occupants, les Indiens, peuples  indociles et rebelles  au travail de terre.

 

 

Et voilà ces Européens partis à la recherche de remplaçants trouvés dans les populations de la côte occidentale africaine, fragiles naïves inaptes à toute résistance armée, qui feront la traversée de l’Atlantique pour être vendus dans les marchés d’esclaves des Amériques et la Caraïbe.

 

Mais l’apparition du concept de Race verra le jour au XVIII è siècle par les écrits et la pensée de certains écrivains et philosophes français qui établiront un dispositif  tendant  à démontrer    la supériorité du monde occidental et la justification de la traite négrière concernant les Africaines de race Nègre et l’établissement de L’Esclave.

 

Espagnols, Portugais , Britanniques pratiquant une stricte surexploitation des territoires colonisés, les Français iront plus loin en se plaçant dans une domestication ( Code Noir )des esclaves afro descendants, par une politique d’assimilation, au résultat catastrophique pour les personnes tombées dans ce piège infernal du big bang cérébral dont les effets désastreux perdurent de nos jours…

 

… dont les  premiers résultats se présenteront en Mai 1802 avec le rétablissement de L’esclavage à la Guadeloupe, une absente totale de résistance de la population du territoire de 90000 âmes à l’époque, malgré les efforts désespérés d’un  certain Colonel Louis Delgres, d’origine martiniquaise pour s’opposer  au Corps. Expéditionnaire de Napoléon Bonaparte…

 

…Alors  qu’à Saint Domingue (devenu Haïti) les troupes armées sous la conduite d’un Toussaint Louverture et de Jean Jacques Dessalines, arrachaient la victoire et la création de l’Etat haïtien, permière Nation  Nègre à conquérir son indépendance les armes à la main, à compter du Premier Janvier 1804;

 

La suite prochainement.

 

https://www.youtube.com/watch?v=IMKe6QVjT84

Haïti et une Histoire de légende

 

De l'espoir, à la déception

 

Néanmoins à l'occasion de cet événement, nous étions en droit d'espérer que tous les dirigeants du Monde Nègre, en charge, notamment politique de nos peuples, se seraient donnés rendez-vous à Port au Prince...

L'Histoire dit-on, est un perpétuel recommencement, mais si cet adage n'a pas toujours été vérifié dans les faits, du moins, il est d'une cruelle réalité, s'agissant du rendez-vous que le Monde Nègre avait avec son Histoire, à l'occasion du 200è anniversaire de la création de la République de Haïti.

 Le peuple haïtien peut-il être retenu comme responsable de cet échec historique qui fera date, il est difficile d'apporter une réponse, dans un sens ou un autre... La diplomatie en sous-main, ayant toujours faits tant de dégâts dans les domaines où on l'attendait le moins, alors, seule l'Histoire nous apportera une lumière satisfaisante.

... Pour dire d'une façon haut et fort, que la tutelle de l'Occident était terminée, après tout, en toute chose, il faut considérer la fin.

Précisément, Haïti a en 1803, arraché son indépendance les armes à la main, contrairement à des libertés politiques octroyées astucieusement dans les années 1960, à des Etats africains...

...Et dont les dirigeants sont contraints aujourd'hui d'aller à Canossa, en raison d'accords bilatéraux passés avec la puissance colonialiste, en dépit de toute réflexion appropriée sur les dangers du néo-colonialisme.

Car en fait depuis 1804, date de la proclamation de sa république, tout a été mis en œuvre par les Occidentaux, pour apporter la preuve, à travers l'échec de la gestion autonome de Haïti, que les Nègres, étaient incapables à titre définitif, d'assumer leur destin.

Si donc notre planète pouvait nous délivrer un message, elle nous dirait la tragédie et la violence, dont Haïti a eu à affronter, depuis de longues années…

Son Histoire

Le territoire était occupé par des Indiens Arawak qui désignaient leur pays par le nom "Hayti", ou pays montagneux. Quand en décembre 1492, Christophe Colombe jeta l'ancre sur l' île , il la baptisa "Hispaniola", mais par la suite elle s'appela Saint-Domingue.

Portés entre autres par l'idéologie colonialiste, les espagnols se servirent des indigènes, les maltraitant, jusqu'à leur extermination.

La position géographique et la richesse de sa terre faisaient d’Haïti, un véritable trésor, attirant la convoitise des Anglais, de la France et des Espagnols. Mais, l'île devint une colonie française au milieu du dix-septième siècle.

Sous la domination française, durant laquelle les Indiens sont utilisés en qualité d'esclave, Haïti se développa, et les produits haïtiens étant très demandés sur le marché européen, l’île devint une colonie appréciée pour le cacao, le coton, la canne à sucre et le café.

Mais la demande croissante de ces produits exigeant une main d'œuvre peu coûteuse, comme les espagnols auparavant, les Français importèrent des esclaves venus de la côte Ouest de l'Afrique.

Dans les années 1780, Haïti est l'une des régions les plus riches au monde, et la France compte essentiellement sur le commerce des esclaves pour maintenir sa richesse économique mais ses pratiques à l'époque vont déterminer l'avenir d'Haïti.

En premier lieu, les esclaves avaient apporté avec eux les pratiques religieuses du vaudou qui ont représenté plus à leurs yeux, un mode de vie, qu'une religion. Par ailleurs, les français maltraitant les esclaves avec dureté, provoquèrent haine et ressentiment.

La première révolution, et Toussaint Louverture

Il s'en suivit, que les relations entre les propriétaires d’esclaves et les esclaves eux-mêmes firent naître une génération de mulâtres.

Un système de classe s'est donc instauré, comportant une minorité d'Haïtiens noirs, sophistiqués, catholiques et s'exprimant en français, qui s'opposaient à la majorité des autres Nègres, utilisant le créole et se référant au vaudou.

Notons enfin, que les Français utilisèrent le territoire d’Haïti comme camp d'entraînement afin de briser l'action des nègres marrons, étant entendu que lorsqu'un nombre important d'esclaves entrés en rébellion, se trouvant réunis en un même lieu, le risque de révolution s'accroissait, c'est ce cas de figure qui se présentera en 1791.

Ainsi donc en 1971, sous la conduite de Boukman un prête vaudou, une révolte éclata contre les Français. C’était un premier assaut qui provoqua une guerre civile entre les Nègres du Nord, et les Mulâtres, dominant le Sud.

A cette occasion, Toussaint Louverture, un esclave affranchi, et militaire de carrière devint en 1796 le chef des anciens esclaves du Nord et avec la participation du Général Dessalines, il rétablit l'ordre, mit fin aux massacres, et ramena la prospérité à Saint-Domingue.

 Toussaint a toujours éprouvé une certaine complaisance vis avis des Blancs de la colonie, car il y eut la "chance d'avoir un maître tolérant.

 Mais Dessalines, ancien esclave des champs présentait une opposition résolue, aux colons blancs, propriétaires d’esclaves.

Le temps de l'indépendance

Après avoir expulsé les Français du territoire haïtien, le 1e Janvier 1804 Jean Jacques Dessalines, redonna à Saint-Domingue son nom d'origine, Haïti, et se proclama empereur du nouvel Etat. Haïti devenait la première nation noire indépendante au monde.

Mais Dessalines se laissant corrompre par le pouvoir, et commettant trop d'abus, fut détesté par des mulâtres et tomba, victime d'un assassinat en 1806.

 Cette brutale disparition, provoqua une nouvelle guerre civile entre le Sud sous la conduite du général Pétion, un mulâtre et le Nord dirigé par Henry Christophe.

Henry Christophe, fut proclamé roi d’Haïti, en 1811 et fit construire la Citadelle ,un fort à Cap-Haïtien, ainsi qu'un palace de 365 portes. Cette construction coûta la vie de beaucoup d'Haïtiens, et Christophe se suicida en 1820

Le Général Boyer succédant au roi Christophe le 26 octobre 1820, mit fin
à la guerre civile. En 1822, le Nord et le Sud se réunifièrent, et Haïti devint alors une seule nation. Boyer acheta officiellement l'indépendance de l'île à la France, au prix de 150 millions de francs, était née la question de...

La dette

En effet, jusqu'en 1924 aucune nation n'avait reconnu l'indépendance pleine et entière de Saint Domingue, qui pourtant fut conquise par les armes, car ni Napoléon, ni les Bourbons ne se résolvaient à la perte de cette riche colonie

Une telle situation mettait dans l'embarras les gouvernants haïtiens, qui furent mis dans l'obligation de verser une forte indemnisation à la France pour prix de l'indépendance de Haïti

Ainsi donc depuis1838, Haïti inscrivait à son budget pour plus d'un million de gourdes par an pour le paiement de cette dette, ce qui représentait parfois le tiers des dépenses du jeune Etat

C'est ainsi que jusqu'en 1896, le gouvernement haïtien inscrivait toujours le remboursement de cette dette dans son budget, dont cinq régimes français d'idéologie différentes en ont exigé l'exécution.

Les années d’incertitude, et l'occupation américaine

En 1844 l'île sera divisée en deux républiques celle de Haïti, et la République Dominicaine. Le petit pays d'Haïti fut plogé dans l'anarchie et dans une très grande pauvreté. Aucun personnalité ne s'avèra capable de régner et de gouverner dans un esprit de responsabilité.

 Le système de classes fut maintenu, creusant un écart conséquent entre les riches et les pauvres.

Entre 1843 et 1915, Haïti aura vu se succéder plus de vingt deux chefs d'Etat, dont la plupart quittèrent le pouvoir dans la violence. Entre les indo-européens, les Mulâtres et les Nègres, les tensions persistaient.

En 1915, après l'assassinat de Guillaume Sam, alors qu'Haïti était sous la présidence de Woodrow Wilson, le gouvernement américain décida qu'il était trop dangereux de laisser une petite île, si proche des Etats-Unis, livrée à elle même.

Les Marines américaines débarquèrent, et tentèrent de diriger Haïti comme l'avaient fait les Français avant la révolte des esclaves.

Mais Haïti s'étant toujours élevé contre l'occupation des étrangers, qu'ils soient espagnols ou français les esclaves, qui étaient en Haïti, avaient décidé que leur devise serait La liberté ou la mort.

Dans ce cas, l'occupation américaine en Haïti aura duré 19 ans. Les Américains quittèrent le pays en 1934, le laissant dans un état de délabrement. Il y eut une lutte constante pour le pouvoir entre l'Eglise catholique et les disciples du Vaudou.

Par ailleurs, les entreprises de fruits appartenant aux Américains, installées sur la terre volée aux paysans haïtiens, contribuèrent aussi à la tension qui régnait dans le pays.

Beaucoup d'hommes politiques haïtiens se succédèrent au pouvoir, mais aucun ne donna une direction claire au pays pour contribuer à son développement.

Sur une trop longue période, et encore de nos jours, trop de corruption a dominé l'intérieur de la structure politique d'Haïti, chaque parti visant la lutte armée et la défaite de ses adversaires, l’avenir de Haïti n'ayant que peu, ou pas de place dans son programme.

...La période contemporaine

A la fin des années 1950, François Duvalier, médecin de formation, originaire de la Guadeloupe, se déclarant président à vie, marqua durablement l'histoire politique d'Haïti en instaurant un régime de terreur, aidé par une garde prétorienne bien particulière, désignée par le vocable les tontons macoutes.

Cette milice était utilisée comme armée personnelle du dictateur, pour écraser toute opposition à son régime. La plupart de ses membres étaient des haïtiens illettrés, endoctrinés par l'équipe aux ordres de Duvalier.

Avant d'être enrôlé, ils subissaient un véritable lavage de cerveau avec l'idée qu'ayant été opprimés par les mulâtres pendant des années, il était temps pour eux, les Nègres, de prendre le pouvoir.

 Duvalier bénéficia ainsi de toute leur confiance en les installant dans le peuple.

Sous le règne de Duvalier, pendant trente années, les tontons macoutes terrorisèrent la population haïtienne, principalement les pauvres. A la mort de Duvalier, son fils Jean Claude pris sa suite à la tête du pays, au pouvoir.

La vie avec ce nouveau dirigeant s'améliora sensiblement, mais ce fut cependant, une nouvelle période dominée par la corruption, les crimes, la répression, et un pillage des richesses du pays.

Jean Claude Duvalier fut contraint de s'exiler en Europe en 1986 .Après ce départ forcé, Haïti connut à nouveau des massacres en masse et des élections frauduleuses. Le pouvoir bascula d'un politicien à l'autre, sans aucun résultat significatif pour le bien être de la population.

En 1990, un prêtre, issu de ghetto de Port- du-Prince sera élu par 70% des électeurs. Jean Bertrand Aristide fut considéré comme le premier Président porté au pouvoir démocratiquement depuis 1804.

 Cependant l'emblème des "tontons macoutes" était remplacé par celui du coq, symbolisant la parti d'Aristide, un signe inquiétant pour l'avenir du pays.

Un coup d'état militaire dirigé par le Général Cedras- personnellement nommé par Aristide - mettait prématurément fin à sa présidence. Les partisans du coup d'état arrêtèrent Jean-Baptiste-Aristide, pourtant démocratiquement élu, en le contraignant à l'exil.

L'intéressé s'installa à Washington. Des organisations et diverses personnalités mettant la pression sur les Etats-Unis, pour qu'ils rétablissent le pouvoir du président Aristide, ils imposèrent alors un embargo contre Haïti.

L'économie du pays en souffrit durablement, des Haïtiens tentèrent de quitter le pays par bateau, mais beaucoup meururent ou se retrouvaient dans des camps d'internement à Guantanamo, Cuba.

Haïti lutte encore contre la pauvreté et l'instabilité, dont le retour du Président Aristide grâce à la bienveillance des Américains n'a pas arrangé les choses, et malgré de nombreuses tentatives et divers projets, la situation du pays, n'a pas changé pour le peuple haïtien.

 Les Haïtiens souffrent de la faim, l'eau courante et l'électricité font défaut, ainsi que les denrées de première nécessité.

Alors que l'on était rentré dans le processus de la commémoration du bicentenaire de l'indépendance d'Haïti, le pays se trouve en ruine.

Le puissant parti d'opposition, le Parti 184, a souhaité la destitution du président Aristide, ce que la pression populaire a obtenu en ce début de 2004

Haïti paie au prix fort, le combat qu'il a mené avec honneur courage, et détermination, pour se libérer de l'Esclavage, et de la domination sauvage des puissances occidentales.

 Lui a- t-on consenti les moyens et le temps pour concrétiser les légitimes ambitions nées à l'occasion des dures combats de 1802 et 1803, il ne semble pas que cela ait été le cas, car l'impérialisme ne veut rien céder.

En vérité, quand en ce début de 2004, les troupes toutes confondues, envahirent Port au Prince, pour assurer la sécurité de la population de Haïti, sous mandat du Conseil de Sécurité de l'ONU...

...On s'est dit que l'Histoire avait une bien curieuse façon de donner rendez-vous aux grands évènements historiques de notre planète

Cependant, chaque cochon a son samedi, alors, le Monde Nègre devra tôt ou tard , prendre un rendez-vous décisif avec son Histoire

Léonce Lebrun

Sommaire

Le lobbyng de Jean Aristide

Césaire Aimé et Haïti

Ce 12 Janvier 2012

Des commentaires

Les puissances étrangères et Haïti

Haïti et le commerce avec la France

Haïti et la dette

La mauvaise conscience de l'Occident

La proposition du Sénégal

La situation des Haïtiens en Guyane

Une trilogie sur l'Histoire d'Haïti

Informations supplémentaires

viagra bitcoin buy