MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun  

 

Race es  tu là …

 

Incroyable, sous la poussée de groupuscules frustrés, le Pouvoir a cédé en soustrayant de la Constitution française de 1958, le mot…RACE…une "bien "belle victoire sociétale"", qui fera disparaître toutes les expressions à connotation raciale….

Mais dans leur immense majorité, les citoyens de ce pays se moquent de ces réformes à zéro centime d’euro, ce qui n’empêchera  pas l’homme de la rue peu ou pas informé, de voir dans l’Africain ou l’Afro descendant qui passe…

 

 « Un  Noir », faisant partie des «  gens de couleur » , au journaliste sportif, de désigner dans son reportage, «  le Noir de l’équipe », «  le Noir du barreau » chez les  avocats, cette belle « chanteuse Noire » dans le monde artistique  la ou le Ministre noir(e) au Gouvernement ,une présentation non exhaustive.

 

Bref, un besoin morbide de bien mettre en relief la différence entre l’Africain et l’Afro descendant, en lui « collant » une couleur de peau « imaginaire » marquant la différence et son infériorité supposée, par rapport à monsieur tout le monde de race indo européenne

 

…circulez, le compte est bon, il n’y a plus rien à voir…

 

… et moi je dis NON, à cet enfumage racial, une escroquerie intellectuelle de haut niveau…

 

… car en vertu de quel pouvoir, un pays peut modifier unilatéralement un marqueur de l’espèce humaine, remontant à la nuit des temps…

 

… en fait ce retrait de mot ,intéresse t-il l’Asiatique (jaune) et l’Amérindien (rouge)  qui font partie intégrante de notre Humanité mais dont l’appellation a disparu dans la mémoire commune, ne restent plus en lice que l’Indo européen et le  gre

 

 … c’est précisément à cette mouvance que s’adresse la réforme à deux balles, pour lui donner l’illusion de la fin des différences...

 

... que voici  venu le nouveau monde avec son partage de l’Egalité et la Fraternité

 

…oui, vraiment une drôle d'illusion…

 

…et pour un rappel utile de l’Histoire, la France en tant que Nation, a  fortement utilisé le concept de race pour justifier la Traite négrière et l’Esclavage, dans un contexte d’infériorité de l’Homme africain

 

...alors la fin du mot «  race » relève de la mystification pure et simple, dont Africains et afro descendants, devraient prendre garde, afin de ne pas sombrer dans la même naïveté que nos ancêtres....

 

...Que comme Césaire Aimé, nous pourrons dire avec  fièrté...

 

...Le Nègre vous emmerde...

Le temps ou le rendez-vous des naïfs

 

 

 

Ce que j’ai entre autre retenu de cette extraordinaire civilisation romaine, la formidable organisation des légions, et le courage exceptionnel des hommes au combat avec force et honneur…

Et donc par définition, j’ai un grand respect pour les soldats tombés au front quelle soit leur nationalité, sachant que les causes qu’ils sont supposés défendre, et soit disant la liberté, découlent de la bêtise de politiciens en charge de la direction de peuples.

Ainsi, dans un de mes derniers messages, citant le 1è Septembre 1939, comme  conclusion pour la Paix sur notre Planète, si l’OTAN, bras armé de l’Occident, devrait perdurer en l’état, des internautes peu avertis, m’ont posé la question…Que s’est il passé à cette date…

Et bien le 1è Septembre 1939, les armées du IIIe Reich allemand entraient en Pologne, pour une aventure meurtrière, plongeant le Monde pendant 4 années dans une incertitude absolue, après qu à Munich (Allemagne) en 1938, le Chancelier de l’époque ait roulé dans la farine, la diplomatie franco-britannique à l’occasion d’une conférence devenue célèbre.

A ce sujet la légende rapporte que le ministre, chef de la délégation française à cette Conférence, acclamé par une foule en délire à sa descente d’avion, aurait lancé « ah ces imbéciles s’ils savaient »

S’ils savaient que les politiciens ont été incapable d’imposer une paix durable aux voisins allemands, et que demain ce seront les paysans les ouvriers les employés qui serviront de chair à canon face à de pandsers surpuissants, contraints de monter au front de force, sous peine d’être fusillés, pour désertion ou haute trahison. en temps de guerre.

Et nous savons de part les coulisses de l’Histoire, que ce conflit des années 1940, a sa source avec le contenu du Traité d’amnistie de Novembre 1919, à l’occasion duquel certaines nations du camp des vainqueurs, par le jeu des alliances, avaient cru bon de charger la barque des réparations et autres dommages de guerre surévalués, à la charge du peuple allemand, conduisant à cette réflexion  amère du grand économiste britannique, Keynes, «  l’Histoire nous fera payer très cher notre inconséquence » à cause d’un prince, assassiné quelque part en Europe

Je ne m’attarde pas sur ce climat d’excitation à la guerre ayant saisi les jeunesses de Berlin et Paris, chaque camp étant persuadé d’une victoire éclaire sur l’ennemi , sans compter la chasse aux pacifistes, qui aura conduit à  l’assassinat de Jean Jaurès.

Et vous avez dit, la liberté en péril d’une Nation, ah le beau discours tenu à l’intention des colonisés africains et caribéens d’hier et aujourd’hui  et surtout mes frères africains caractérisés par leur extraordinaire naïveté pensant que l’Occident y pourvoirait à tous leurs besoins sans contre partie.

Je leur rappelle à toutes fins utiles,  que nos ancêtres après avoir été des esclaves, ont légué à leurs descendants, les turpitudes de la colonisation vivant avec le  statut d’indigène.

Dés lors, ne disposant pas de leur propre liberté, comment peut-on comprendre qu’ils volent à la défense de la liberté des autres

Et alors après l’armistice de 1945 a-t-on déjà passé sous silence les massacres en terre sénégalaise et algérienne, des femmes et des hommes qui auraient l’imprudence de réclamer un supplément de liberté.

J’en aurai tant à dire pour démasquer le système et je me contenterai d’un vœu… Honorez toute l’année ces hommes qui sont tombés pour une cause qui n’était  pas la leur, mais sans tambour ni trompette, ni drapeau ni hymne, car inconsciemment à tort ou à raison vous donnez  de l’élan au concept de la  colonisation positive.

Et pour finir, une histoire…

 Mon grand-père a connu l’enfer de Verdun (France ) en 1916 , son dernier fils eut rendez vous avec les affres du débarquement de 1944 en Normandie ( France) parti en dissidence, via Sainte Lucie (Caraïbe) et Londres (Europe)

Tous deux sont sortis vivants de cette lointaine aventure, mais ma grand-mère leur a toute sa vie, tenu une rancune tenace,  avoir mis leur vie en danger pour une cause qui n’était  pas la leur.

Louise n’avait pas fait sciences po, mais douée d’un sens politique remarquable pour son époque

Oui dans mes jeunes années j’étais à une très bonne école de formation, qui peut en dire autant, et il ne semble pas que j’attende une quelconque leçon de patriotisme venant d’un hôte européen.

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires