Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

  

La Race( suite)

 

Ce grand défi est de comparer sur la toile le sort réservé en France  à deux sœurs jumelles, Race etReligion...dont l’une, La Race a été placée au banc des accusés comme responsable des « coup de sang raciaux «  périodiques que connait ce pays depuis quelques années

 

Oui mais s’agissant de la mouvance musulmane, on ne peut exclure la politique française  partisane, au Moyen orient, les coups bas de l’Etat hébreu au regard de la Palestine en devenir, la destruction de la Libye en 2011 dont la France était en pôle position, une ingérence manifeste depuis 2012 en Syrie dont on voit mal la fin de ce conflit.

 

Bref, dans toute manifestation violente au sein de  la Société il  faut  établir les causes consécutives à une diplomatie de la petite semaine  et dénoncer avec force les vrais responsables.

 

Cela  dit pourquoi la problématique raciale a pris une telle proportion en France alors qu’en Europe les pays à démocratie comparable bénéficient d’une paix sociale apaisée.

 

Et nous sommes en ce jour historique du 7 Janvier 2015 …

 

…un attentat est un acte de guerre à carctère politique, conduit par des militants cultivés, motivés.

 

… l’opération est préparée longtemps à l’avance, et au jour convenu les choses se passent sans bavure, et les hommes  disparaissent ne laissant aucune trace de leur mission.

 

Or en ce 7 Janvier avec l’attaque de l’imprimerie « Charly Bebdo » nous avons eu affaire à une petite bande de  dégénénés, choisis au hasard  pour un mauvais coup, sans doute drogués, qui restent dans les parages proches, pour être « logés » rapidement et tués par les forces de police…

 

….qu’un jour l’Histoire nous révelera les commanditaires.

 

 Car ces hommes n’avaiet pas le profil de soldat, d’homme de guerre, mais manipulés pour tuer.

 

Et du reste les politiciens au Pouvoir sont tombés dans le piège par naïveté ou imcompétence pour hurler au Monde entier que « la France était victime d’un   odieux attentat »…

 

…invitant tous « les grands de la Planète »  à une marche à Paris le 11 Janvier 2015, pour la défense de la «  liberté d’expression »,un abus  de la vision des réalités, car seuls quelques rares médias non affidés usesnt avec parcimonie de ce privilège.

 

Par contre l’ancien Président améridain a décliné cette invitation ne voulant sans doute pa s’acssocier à cette  mascarde.

 

Mais des dirigeants africains étaient bien présents en nombre une bonne quinzaine en tête du cortège, venus remercier «  buana » l’impérialiste de l'Occident pour son soutien à ces 3èmes mandats, ou à la modification permanente de leur constitution à des fins  de mauvaises gouvernance. ces crétins de négrillons…

 

…ah la bonne affaire qui politiquement ine finé , na pas payé.

 

Mais les premières personnes visées par ces évènements tragiques furent les communautés musulmanes, affublées de tous les péchés d’Israel.

 

En fait ce n’est pas le seul but recherché par ces despérados, car le mode opératoire par la suite, des citoyens agressés mortellement tout à fait anonymes, indique sans doute que certains veulent installer dans la pays un climat de peur et de terreur pour renversr les institutions de la République.

 

Sur cette dernière hypothèse on peut avancer que ces ennemis invisibles ont gagné, face à un peuple déjà plongé dans la peur qui a accepté sans résistance une décision illégales, autoritaire d'un long confinement sanitaire …

 

… et en sas d’une guerre civile ou un coup d’Etat  militaire je ne pense pas que les citoyens seraient traversés par un sentiment de révolte face à l’adversité …

 

…l’avenir nous le dira…

 

 

Et voila q’un groupe  du nom « des identitaires », jette le masque en faisant état de concepts, « racisme anti blanc  anti francais » et « privilège blanc »inconnus jusqu’alors dans les échanges de la société civile.

 

La suite prochainement

 

 Déja 10 ans Patrick est parti vers d'autres cieux...

https://www.youtube.com/watch?v=abw9sBMFBdM&list=RDabw9sBMFBdM&start_radio=1

 

Une meilleure gouvernance en Afrique

 

Barack Obama, Pour une meilleure gouvernance en Afrique

Spécialiste du développement international, René Lake est le PDG de LTL Stratégies, une firme de consultants qui a pignon sur rue à Washington.

Proche de l'administration Clinton après son installation aux Etats-Unis où il a épousé une afro américaine, Hillary Thomas-Lake, cet ancien journaliste sénégalais passé par la France et les Nations Unies, est fier d'avoir contribué à l'élection du premier président afro américain des Etats-Unis grâce à un engagement militant de base de la première heure.

Même s'il ne pense pas que la nouvelle administration va fondamentalement changer de politique à l'égard de l'Afrique, il compte sur le pragmatisme de son candidat pour trouver un juste milieu entre le tout sécuritaire, le renforcement des échanges commerciaux et l'aide au développement à l'Afrique.

Que représente pour vous, personnellement, la victoire de Barack Obama?

Depuis la libération de Nelson Mandela des geôles sud-africaines et son élection comme premier président africain dans le pays de l'apartheid, jamais un événement n'aura été autant fêté à travers le monde! L'élection de Barack Obama à la tête de la première puissance mondiale va radicalement changer l'image que lesafro américains, mais aussi les Africains, ont d'eux même.

De la vendeuse de cacahuète au Sénégal en passant par l'émigré africain en France, le regaeman jamaïcain ou le représentant de la diaspora nigériane en Amérique, tout le monde a communié dans la même émotion!

Qu'est ce qui vous a le plus marqué dans la manière dont Barack Obama a mené sa campagne?

Barack Obama s'est présenté d'emblée comme le candidat anti-guerre et a développé une stratégie électorale vis-à-vis de tous les Américains. Dans le même temps, il est arrivé à former une large coalition qui comprend aujourd'hui les jeunes et pratiquement toutes les minorités à l'échelle de l'Amérique.

Cette rupture par rapport à une approche partisane a très vite dénoté la carrure de l'homme politique qui, en plus de ses qualités d'orateur, n'a jamais utilisé l'argument racial.

Une utilisation très judicieuse de l'internet et l'élan populaire qu'il a suscité dans toutes les couches de la population, aussi bien en termes de contributions volontaires que par l'implication personnelle de ses supporters pour faire des chaînes téléphoniques jusqu'à la dernière minute, lui ont permis de creuser l'écart tout en s'affirmant authentiquement le représentant des sans-voix et des classes moyennes. 

Quelles politiques espérez-vous lui voir adopter en priorité?

Sur deux aspects, souvent négligés par les administrations démocrates, je souhaiterais qu'il fasse une différence. Il s'agit, d'abord, de la lutte contre la pauvreté aux Etats-Unis même qui devra se traduire par l'élaboration et la mise en place de véritables programmes à l'égard des populations concernées.

Et, de son corollaire, la promotion de la petite et moyenne entreprise qui est le principal moteur de croissance. Ce secteur représente 52% de l'économie américaine et, ces 10 dernières années, a participé à la création de 60 à 80% des nouveaux emplois aux Etats-Unis. On a donc là un extraordinaire vivier d'emplois et de création de richesse. 

Beaucoup d'analystes pensent que l'élection de Barack Obama ne changera pas grand-chose à la politique africaine des Etats-Unis. Êtes-vous de cet avis?

La plupart des discours idéologiques en Afrique, souvent relayés par les intellectuels en Europe, veule faire croire que la politique américaine en Afrique se réduit au "tout sécuritaire" et à une conquête effrénée pour l'accès aux matières premières. Je ne partage pas cet avis.

L'Amérique est toujours à la recherche d'opportunités pour étendre ses frontières économiques. Dans une telle perspective, son intérêt est d'assurer une certaine stabilité en Afrique et d'améliorer le climat des affaires.

L'aide humanitaire et les projets de santé et d'éducation seront poursuivis mais je pense que l'on va assister à un renforcement des projets économiques (agricoles en particulier) et des programmes de croissance économique. Il faut également s'attendre à ce que l'aide soit beaucoup plus liée aux performances en matière de bonne gouvernance.

Certes, mais l'Afrique peut-elle espérer une augmentation substantielle de l'aide au développement de la part de l'Amérique?

C'est l'éternel débat entre favoriser les échanges commerciaux ou bien avoir recours à l'aide. En tant que professionnel du développement, je pense qu'il faut jouer sur les deux tableaux.

L'essentiel étant que les pays africains, à l'instar de ce que le Rwanda est en train de réussir en ce moment, apprennent à mieux utiliser leur avantage comparatif dans le commerce mondial.

L'élection de Barack Obama c'est aussi un signal à l'Afrique ne pas relâcher son effort pour parvenir à une meilleure gouvernance et se doter d'un leadership qui en soit véritablement, un.

Informations supplémentaires

viagra bitcoin buy