MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme

 

Pour qui sonne le glas, ce titre  de l’excellent roman de feu Ernest Emilegay,brillant écrivain  américano -cubain qui nous a projeté dans l’enfer de le guerre civile espagnole -1936-1939, gagnée par les nationaliste, que le 20ème siècle a connue depuis la guerre de cessession américaine de 1860 à1865 remportée par les yankee du Nord…

 

et si nous ne prenons pas garde  ,un tel scénario catastrophe n’est pas exclu à terme en terre française de l’Europe…

 

…car depuis quelque temps nous assistons à un déchainent de comportements  et de propos qui frisent l’intolérance, rapportés sans discernement par des média affidés au Pouvoir en place…

 

… des adversaires politiques sont traités comme des ennemis de la République…

 

… bref, silence dans les rangs, on ne veut voir qu’une seule tête, aucune opposition n’est tolérée…

 

…les races n’existent pas (version française) mais dans les médias on insiste particulièrement sur l’aspect physique de certaines personnes, l’écrivain « noir » l’avocat « noir » l’artiste « noir » pour sans doute marquer la différence, une supériorité supposée de l’indo européen …pitoyable…

 

…allons donc, que l’on cesse  de considérer  les Africains et autres afrodescendants comme des zombis …

 

… et voilà  qu’après avoir dénié aux masses le droit de contester la gouvernance de minorités privilégiées, en les refoulant dans une opposition insultante dite populiste…

 

… on ne reconnait pas  le droit à certaines minorités ethniques de se regrouper pour échapper dans ce pays, avec un climat d’arrogance et d’intolérance, en les cantonnant dans le concept de communautarisme

 

mais au fait de quoi s’agit-il….

 

 …immigration, communautarisme insécurité …

 

 …un triptyque  inconcevable et inacceptable dans une Société, une  Nation de civilisation...

 

wwwxxxwwwxxxwwwxxx la suite , prochainement 

 

 
Paris, le 15 janvier 2010,

Il n'est pas question de quémander une aide à la France.
Et il est hors de question de donner une quelconque légitimité morale à son président napoléoniste.

Nous devons exiger:

1- de la France qu'elle paye sa dette envers Haïti et lui rende la rançon de près de 150 millions de francs-or qu'elle a extorquée à Haïti pour accepter son accession à l'Indépendance en 1802.
Cela représente plus de 20 milliard de dollars actuels.
Haïti a mis plus d'un siècle pour payer cette rançon!
Non seulement c'est ignoble, mais en plus la France n'a jamais respecté l'indépendance d'Haïti.

2- du FMI et des institutions "internationales" qu'ils remboursent les sommes indûment ponctionnées au titre de "la dette extérieure" due justement aux effets de la rançon précédente.
Haïti verse chaque semaine à ces institutions environ 1 millions de dollars US.

3- des hommes politiques Français de premier plan, et de tout bord, qui "exploitent" le peuple au travers des entreprises multinationales qu'ils possèdent à Haïti qu'ils versent une part significative de leurs juteux bénéfices à Haïti pour la reconstruction des infrastructures.
Par exemple, les cimenteries, Electricité d'Haïti, Shell

4- que les puissances étrangères cessent d'agir contre les intérêts du peuple Haïtien: fin de l'interventionnisme et respect du choix des urnes

5- que les USA et ses alliées concurrents cessent d'empêcher aux gouvernements successifs d'Haïti d'exploiter les gisements de pétrole bien plus importants que ceux du Vénézuela, les USA considérant que ce pétrole est "une réserve stratégique américaine".

Si la France avait voulu aidé les Haïtiens, elle ne les aurait pas rançonnés et le président, français, du FMI aurait déjà engagé le remboursement des "fausses dettes"; elle n'aura pas attendu tant de temps.

Gilbert Léonard

Haïti et le commerce avec la France

Informations supplémentaires