MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun  

 

De l’état du Monde….Rétrospective

 

Avec un peu de retard, circonstance atténuante oblige, je reviens sur ce qui s’est dit, prédit, il y quelques semainesà Pittsburgh (Etats-Unis, à l’occasion de la réunion du désormais G 20…

 

…  Par définition je garde une grande méfiance au regard de ces institutions qui n’ont pas reçu de mandat explicite de  l’ ONU , mais s’arrogent le droit d’imposer leurs conclusions à toute la Planète…

 

… sous la futile prétention que certaines nations invitées seraient les  plus riches… pour les autres, circulez, il n’y a rien pour vous.

 

Pour la petite histoire, rappelons que ce forum ponctuel qui n’est pas d’initiative américaine et s’est tenu pour la première fois à Paris ( France) dans les années 1976, était composé de six nations…

 

… dont trois membres permanents du Conseil de Sécurité, détenteurs de l’arme atomique, quatre de l’ Alliance Atlantique,( OTAN) sauf le Japon , une simple observation donne une idée de leur puissance de feu…

 

Donc, de six chargés de se pencher sur l’état de l’économie mondiale, nous sommes  passés à 7 puis 8 à l’occasion desquels au repas des « grands » entre la poire et le formage…

 

… étaient invités des dirigeants africains, dont certains s’y pressaient, leur donnant l’illusion d’une certaine  importance. Mais le Continent na pas avancé d’un iota sur tous les plans

 

…Et depuis Septembre de cette année, la « crise » aidant ils se sont retrouvés à 20 à Pittsburg pour dialoguer entre autre sur la régulation du marché monétaire

 

…et la limitation des bonus dus aux traders, ces sorciers de la manipulation boursière, autant de sujets qui intéressent l’immense armée « d’hommes de la rue »

 

Mais la grande nouveauté de Pittburg fut l’entrée en lice de la nouvelle administration américaine avec son chef de file…

 

… dont certains «  ces va en guerre ces Max la menace »  se  berçaient déjà d’illusion sur son amateurisme, son manque d’expérience, bref par des arguties, on allait avaler tout cru l’ex Sénateur de l’Illinois.

 

 Mais catastrophe pour eux, ce fut du brio du brillant, une parfaite connaissance des dossiers, une certaine vision de l’avenir de notre Planète…

 

…que le jury d’Oslo ( Norvège) a sanctionné sans appel, par un prix Nobel de la Paix… je m’en dispense  de tout commentaire sur l’évènement.

 

A ce sujet et à propos de l’Iran au regard de l’arme atomique il est intéressant de remonter l’Histoire…

 

Nous sommes dans les années 1960, le locataire de l’Elysée qui a décidé de retirer son pays du commandement intégré de l’OTAN

 

… se lance dans l’aventure nucléaire sur la base du concept de la « dissuasion » c'est-à-dire qu’avec une ogive on peut mettre dans l’embarras tout adversaire  potentiel hautement nucléarisé…

 

Le Chef de l’Etat de l’époque en cause, n’a jamais eu l’intention d’utiliser cet arme redoutable, un remake des 6 et 8 Août 1945, mais il en connaissait parfaitement la force diplomatique dans le concert des Nations…

 

Plus de 40 ans après nous sommes  dans le même contexte, qui pourrait croire intellectuellement que l’Iran serait  disposé à porter le fer et le sang au Moyen Orient sur un ennemi potentiel…

 

… (disposant de son stock ) sachant qu’une bombe thermonucléaire de centaines de fois plus puissante que celle larguer sur le Japon en Août 1945…

 

…détruirait et contaminerait toute la région, y compris l’Iran qui serait victime «  d’un vent nucléaire qui n’a pas de frontière ».

 

 Mais alors de qui se moque-ton, quand on veut interdire à cette Nation ou tout autre pays...

 

...de se doter de moyens diplomatiques adéquats, sachant que cet Etat en cause est entouré de voisins puissamment armés..

 

L’Administration américaine qui a rapidement assimilé ces subtiles et hypocrites oppositions  diplomatiques…

 

… laisse désormais aux autres « Max la menace », le soin des gesticulations puériles et stériles...

Retour sur les fluctuations des sondages

 

Obama – McCain / les sondages les font présidents à tour de rôle


Retour sur les fluctuations des sondages avant le débat télévisé de vendredi prochain

Etre insensible au tournis est une qualité indispensable à un candidat à la Maison Blanche. Les sondages leur sont favorables ou défavorables au gré de l’actualité internationale, de la conjoncture américaine ou des manifestations de leurs différents partis.

Les dernières enquêtes donnent le candidat démocrate Barack Obama victorieux, de quoi le doper avant le duel télévisé de vendredi prochain.

Dans les deux cas, il semble que ce ne soient que les crises qui fassent basculer les sondages en leur faveur. Le républicain John McCain semble profiter des conflits et de la crise internationale, le démocrate Barack Obama paraît être la meilleure option des Américains pour faire face à la crise financière, liée aux subprimes, qui met à genoux les ménages américains.

Selon le dernier sondage CNN/Opinion Research Corporation, publié lundi, Barack Obama est crédité de 51% des intentions de vote contre 46% pour John McCain. Pourquoi ? Cinquante pour cent des Américains estiment que la crise actuelle est le fait des républicains. Un sentiment que partage 47% des électeurs inscrits.

Le rapport de force n’était pas le même qu’il y a quelques semaines. Les intentions de vote étaient alors favorables à John McCain ou mettaient les deux candidats à égalité.

S’intéresser au quotidien des Américains et les protéger des soubresauts du monde

Fin juillet, lors de la tournée européenne de Barack Obama, John McCain profitait de l’absence de son rival, toujours légèrement en tête des sondages, pour gagner du terrain dans la course présidentielle. Une enquête NBC News/Wall Street Journal, publiée à cette période, indiquait que 55 % des électeurs américains estimaient que Barack Obama serait le choix « le plus risqué » pour la présidence des États-Unis, contre 35 % pour McCain.

Une campagne de proximité, où le républicain plaidait pour la reprise des forages pétroliers off-shore, a montré son efficacité au moment où les cours du pétrole flambent. Leur quotidien intéresse toujours plus les Américains que l’Irak ou une toute autre question internationale.

Mais ce n’est pas toujours vrai. Plus tard, au cours de la période estivale, à la mi-août, un nouveau conflit éclate en Géorgie. Encore une fois, Barack Obama est absent du territoire. Le sénateur de L’Illinois a pris quelques jours pour se reposer à Hawaï.

John McCain occupe largement le terrain d’autant que son adversaire ne réagit pas aussi fermement que lui sur le sort qui doit être réservé aux assaillants russes.

Le 20 août, un sondage donne pour la première fois l’avantage au sénateur de l’Arizona dans la course à la Maison Blanche. Le républicain est crédité de 46 % des intentions de vote contre 41 % pour son adversaire. Cependant, ces résultats sont nuancés par une autre enquête rendue publique à la même date.

D’après l’étude NBC News/Wall Street Journal, l’écart entre les deux candidats, qui correspond également à la marge d’erreur de cette enquête, n’est plus que de trois points : 45 pour Obama contre 42 pour McCain. Un mois plus tôt, le démocrate enregistrait 47% des intentions de votre contre 41% pour le républicain.

L’effet Palin se résorbe avant le grand duel télévisé

Au lendemain des conventions démocrate et républicaine, chacun des candidats a bénéficié d’une envolée positive dans les sondages. Avant leur démarrage, ils étaient à égalité parfaite selon un sondage CNN/Opinion Research : 47%.

Après son fameux discours à la convention démocrate le 28 août dernier, Barack Obama se voit créditer de 49% des intentions de vote, contre 47% pour son concurrent début septembre.

La convention républicaine, moins médiatisée à cause de la menace de l’ouragan Gustav sur la Nouvelle-Orléans, profite néanmoins à John McCain. La prestation de sa nouvelle colisitière Sarah Palin n’y est pas étrangère. Il jouit alors de "l’effet Palin".

L’enquête USA Today-Gallup, publiée le 7 septembre dernier, donne au sénateur de l’Arizona 48 points contre 45 pour son homologue de l’Illinois. L’effet s’est depuis résorbé si l’on s’en tient aux sondages parus la semaine dernière.

Selon l’une d’elle, l’étude New York Times/CBS News, cet effet n’a de l’incidence qu’au sein de l’électorat républicain et ferait même perdre du terrain à McCain auprès des femmes.

Avant les conventions, McCain récoltait 44% des intentions de vote auprès des femmes blanches contre 37% pour son adversaire. Barack Obama a depuis rattrapé son retard : elles sont aujourd’hui 47% contre 45% à vouloir voter pour lui.

Les Américaines, toutes races confondues, préfèrent d’ailleurs le démocrate (51% contre 38%). Les hommes, eux, sont plus sensibles au message du républicain John McCain (49% contre 41%).

Les sondages fluctuent au gré des préoccupations des Américains. Avant le couperet du 4 novembre prochain, les candidats à la Maison Blanche ont encore une chance de convaincre les sceptiques , le duel télévisé de vendredi prochain.


Informations supplémentaires