MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun  

 

De l’état du Monde….Rétrospective

 

Avec un peu de retard, circonstance atténuante oblige, je reviens sur ce qui s’est dit, prédit, il y quelques semainesà Pittsburgh (Etats-Unis, à l’occasion de la réunion du désormais G 20…

 

…  Par définition je garde une grande méfiance au regard de ces institutions qui n’ont pas reçu de mandat explicite de  l’ ONU , mais s’arrogent le droit d’imposer leurs conclusions à toute la Planète…

 

… sous la futile prétention que certaines nations invitées seraient les  plus riches… pour les autres, circulez, il n’y a rien pour vous.

 

Pour la petite histoire, rappelons que ce forum ponctuel qui n’est pas d’initiative américaine et s’est tenu pour la première fois à Paris ( France) dans les années 1976, était composé de six nations…

 

… dont trois membres permanents du Conseil de Sécurité, détenteurs de l’arme atomique, quatre de l’ Alliance Atlantique,( OTAN) sauf le Japon , une simple observation donne une idée de leur puissance de feu…

 

Donc, de six chargés de se pencher sur l’état de l’économie mondiale, nous sommes  passés à 7 puis 8 à l’occasion desquels au repas des « grands » entre la poire et le formage…

 

… étaient invités des dirigeants africains, dont certains s’y pressaient, leur donnant l’illusion d’une certaine  importance. Mais le Continent na pas avancé d’un iota sur tous les plans

 

…Et depuis Septembre de cette année, la « crise » aidant ils se sont retrouvés à 20 à Pittsburg pour dialoguer entre autre sur la régulation du marché monétaire

 

…et la limitation des bonus dus aux traders, ces sorciers de la manipulation boursière, autant de sujets qui intéressent l’immense armée « d’hommes de la rue »

 

Mais la grande nouveauté de Pittburg fut l’entrée en lice de la nouvelle administration américaine avec son chef de file…

 

… dont certains «  ces va en guerre ces Max la menace »  se  berçaient déjà d’illusion sur son amateurisme, son manque d’expérience, bref par des arguties, on allait avaler tout cru l’ex Sénateur de l’Illinois.

 

 Mais catastrophe pour eux, ce fut du brio du brillant, une parfaite connaissance des dossiers, une certaine vision de l’avenir de notre Planète…

 

…que le jury d’Oslo ( Norvège) a sanctionné sans appel, par un prix Nobel de la Paix… je m’en dispense  de tout commentaire sur l’évènement.

 

A ce sujet et à propos de l’Iran au regard de l’arme atomique il est intéressant de remonter l’Histoire…

 

Nous sommes dans les années 1960, le locataire de l’Elysée qui a décidé de retirer son pays du commandement intégré de l’OTAN

 

… se lance dans l’aventure nucléaire sur la base du concept de la « dissuasion » c'est-à-dire qu’avec une ogive on peut mettre dans l’embarras tout adversaire  potentiel hautement nucléarisé…

 

Le Chef de l’Etat de l’époque en cause, n’a jamais eu l’intention d’utiliser cet arme redoutable, un remake des 6 et 8 Août 1945, mais il en connaissait parfaitement la force diplomatique dans le concert des Nations…

 

Plus de 40 ans après nous sommes  dans le même contexte, qui pourrait croire intellectuellement que l’Iran serait  disposé à porter le fer et le sang au Moyen Orient sur un ennemi potentiel…

 

… (disposant de son stock ) sachant qu’une bombe thermonucléaire de centaines de fois plus puissante que celle larguer sur le Japon en Août 1945…

 

…détruirait et contaminerait toute la région, y compris l’Iran qui serait victime «  d’un vent nucléaire qui n’a pas de frontière ».

 

 Mais alors de qui se moque-ton, quand on veut interdire à cette Nation ou tout autre pays...

 

...de se doter de moyens diplomatiques adéquats, sachant que cet Etat en cause est entouré de voisins puissamment armés..

 

L’Administration américaine qui a rapidement assimilé ces subtiles et hypocrites oppositions  diplomatiques…

 

… laisse désormais aux autres « Max la menace », le soin des gesticulations puériles et stériles...

La conférence de Bandung

 

 

 

La conférence de Bandung s'est tenue du 18 au 24 avril 1955 à Bandung, en Indonésie, réunissant pour la première fois les représentants de vingt-neuf pays africains et asiatiques dont Gamal Abdel Nasser ,Égypte, Nehru , Inde, Sukarno , Indonésie,  et Zhou Enlai , Chine.

Cette conférence marquera l'entrée sur la scène internationale des pays du Tiers monde.

Contexte

Situation des colonies en 1945,

Au sortir de la dernière guerre, la décolonisation va s'opérer avec l'effacement des pays colonisateurs au profit des deux superpuissances de la Guerre froide en devenir, qui transfèreront leur opposition via leur influence ,sur ces nouveaux pays indépendants, nonobstant l'affirmation ultérieure d'un troisième bloc  des non-alignés

Dès les années 1930, on assiste au développement de mouvements nationalistes revendiquant l'indépendance de leur pays , ils se renforcent au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

 Au lendemain de la conférence de Genève qui, en 1954, met fin à la guerre d'Indochine, les nouvelles puissances asiatiques veulent accélérer le processus d'indépendance.

En 1955, une trentaine de pays asiatiques et africains ont acquis leur indépendance. Le monde est alors dans un contexte de Guerre froide opposant le bloc soviétique au bloc occidental.

Conscients de leur force, ces pays nouvellement indépendants décident alors de tout mettre en œuvre pour aider les autres colonies à acquérir elles aussi leur indépendance.

L'Asie a été le premier continent à voir se multiplier de nouveaux États ayant accédé à leur souveraineté aux dépens des puissances coloniales occidentales, ce qui explique la localisation de la conférence à Bandung.

 Les grands acteurs de cette rencontre sont l'Indien Nehru, l'Égyptien Gamal Abdel Nasser, et le Chinois Zhou Enlai.

Conférence de Bandung

Une Conférence des Nations Afro-Asiatiques convoquée par les gouvernements de Birmanie, de Ceylan, de l'Inde, d'Indonésie et du Pakistan s'est réunie à Bandoeng du 18 au 24 avril 1955.

Les cinq puissances invitantes de Bandung , avril 1955 - l'Inde, Ceylan ,l'actuel Sri Lanka, le Pakistan, la Birmanie et l'Indonésie - s'étaient réunies à Colombo, du 5 avril au 2 mai 1954, pour chercher les moyens d'accélérer la conclusion de la paix en Indochine

Les cinq prennent alors position contre les essais nucléaires, la politique des blocs et le colonialisme et se prononcent pour l'admission de la République populaire de Chine aux Nations unies.

Quelques mois plus tard, en décembre 1954, les cinq de Colombo se retrouvent à Bogor, localité proche de la capitale indonésienne, pour décider des derniers préparatifs de la conférence, et, notamment, pour établir la liste des pays à inviter à prendre part à la création d'une zone de paix fondée sur les principes de la coexistence pacifique.

 Vingt-cinq pays, dont la Chine et la République démocratique du Viêt Nam, sont invités, et, parmi eux, seule la Fédération d'Afrique centrale décline l'invitation.

Les Nations participantes

Vingt neuf pays se rendront à la conférence, 

 -quinze pays d'Asie ,

- Afghanistan, Birmanie, Cambodge, Ceylan, République populaire de Chine, Inde, Indonésie, Japon, Laos, Népal, Pakistan, Philippines, Siam , l'actuelle Thaïlande, République populaire du Vietnam, État du Vietnam,

- neuf du Moyen-Orient ,

Arabie saoudite, Égypte, Iran, Irak, Jordanie, Liban, Syrie, Turquie et Yémen et seulement

-cinq pays africains ,

Côte-de-l'Or , l'actuel Ghana, Éthiopie, Libéria Soudan et Libye ce qui reflète le fait que la plus grande partie de ce continent est encore colonisée.

Le Japon est le seul pays industrialisé à assister à la conférence. 

 

Les personnalités participants

Chou En- Lai

Gamal Abdel Nasser

Jawaharlal Nehru

Soekarno, Sukarno , né Kusno Sosrodihardjo

Le Yougoslave  Tito

Résolution finale

Le communiqué finalde la conférence de Bandung, inspiré par l'indien Nehru, est marqué par le neutralisme et les principes de la coexistence pacifique mais peine à déterminer une ligne commune face aux Grands.

 Aux non- engagés , Inde et Égypte, s'opposent /

- d'un côté, les pro-occidentaux, les pays du Pacte de Bagdad, de l'OTAN ou de l'OTASE , Irak, Iran, Japon, Pakistan, Philippines et Turquie, et

- de l'autre, les pays ayant adopté le régime communiste , la Chine communiste et République Populaire du Viêt Nam.

Outre le fait que la conférence de Bandung marque l'entrée du Tiers monde sur la scène internationale, la conférence a condamné la colonisation et l'impérialisme en général, et en particulier l'apartheid en Afrique du Sud, et la France qui est la première puissance coloniale en Afrique.

Les pays signataires appellent les pays encore colonisés à lutter pour leur indépendance mais la solution pacifique et la recherche de la négociation doivent être préférées.

 Ils rappellent également leur volonté de ne pas appartenir à l'un ou l'autre des deux blocs en pleine guerre froide opposant les États-Unis et le bloc soviétique.

Conséquences

La conférence a contribué à l'accélération du processus de décolonisation et à l'émergence d'un nouveau groupe de pays qui feront partie du Tiers-Monde entre le bloc communiste et le bloc occidental.

 Dans la continuité, la conférence de Belgrade qui réunira certains de ces pays en 1961, posera les bases du mouvement des non- alignés.

 Cependant la conférence a mis en lumière les divisions existantes entre les pays plutôt proches d'un des deux blocs ou préférant le non-alignement.

Chronologie de la Conférence de Bandung

28 avril 1954 , Conférence de Colombo, Sri-Lanka

28 décembre 1954 , Le groupe de Colombo se retrouve à Bogor, en Indonésie

18 au 24 avril 1955 , La Conférence dite de Bandung se tient dans la ville du même nom, en Indonésie

24 avril 1955 ,  Journée de clôture de la Conférence de Bandung

Lieux de mémoire, Lieux de savoirs

Musée de la Conférence afro-asiatique, Bandung, Indonésie, 1955.

Lieux de mémoire, Lieux de savoirs

Musée de la Conférence afro-asiatique, Bandung, Indonésie, 1955.

Epreuves d'examens

Bibliographie

1976 , Guitard Odette, Bandung et le réveil des peuples colonisés, PUF, coll. , Que sais-je ,Paris, 1976.

Webographie

2005 , Jean Lacouture.- Bandung ou la fin de l’ère coloniale.- Archives , Le Monde diplomatique , Édition imprimée, Avril 2005

Webgraphie

Laurence Buelens.- Le rendez-vous historique de Bandung. Tentatives d’organisation politique.

Histoire, Géographie et Arts pour tous. Blog d'histoire-géo et d'histoire de l'Art pour les élèves de lycée, le bac en particulier et pour les curieux d'Histoire-géo en général- Conférence de Bandung , avril 1955-

L'Internaute Histoire.- Dossier histoire de la Conférence de Bandung.

2005 ,  Hugo Ruiz Diaz et Mireille Mendès-France, L’actualité de Bandoeng quelles alternatives à l’ordre mondial libéral 

Informations supplémentaires