MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun 

Un éminent homme poltique, disparu, pour qui j’avais beaucoup d’estime, tout en ne partageant pas certaines de ses options, déclarait, je cite…

 «  la France ne peut pas accuellir toute la misère du Monde » 

Expression  très controversée, dans laquelle je retiens  une part d'incohérene et d'arrogance, parce qu'à mon humble avis, la France n'est pas et

ne sera jamais en pôle position en matière d’humanisme, n’en déplaîsent à ces nombreux nationalistes indo- européens «  butés frustrés » nés  impérialo- colonialo-fascistes....

 

...qu'en même temps dans cette Monarchie républicaine, il faut s'attendre à toutes les dérives sociétales.

 

Et à mon tour de proclamer qu’un citoyen de cette même Nation, quoiqu’ « étranger toléré » comme aurait spécifié  l’illustre  et regretté  Aimée Aimé, avec son «  entièrement  à part » ne peut accepter toutes les élucubrations, sarcasmes et propos délirants de politiciens, fussent-ils déclarés « grands de ce Monde » car au royame des aveugles les borgnes sont  « Rois »

 

Et voici que nous sommes en Février 2018 aux jeux olympiques d’hiver, une manifestation sportive mondiale confiée à la  Corée du sud, qui entrevoit un rapprochement éventuel  avec les frères ennemis du Nord, en état de guerre virtuel depuis 1950, invités à ce rendez vous  de la neige du froid et de la glisse.

 

Mais voilà, la Maison Blanche (USA) soutien belliciste du Sud, fulmine, menace de boycott et ine fine brandit des sanctions contre cette petite Nation ( CDN) qui refuse avec éclat d’obtempérer à ce diktat de cesser la poursuite de ses travaux d’acquisition  de l’arme nucléaire…

 

…des menaces et propos soutenus subrepticement par certains membres de l’Alliance Atlantique.

 

Un outil destiné à se protéger contre ces prédateurs impérialo- colonialistes occidentaux… au même itre que l’Iran…

 

Mais en vertu de quel droit universel ,une Nation, peut interdire à une autre Nation, de posséder une arme de haute technologie, avec de forte probabilité qu’elle ne sera jamais utilisée en cas de conflit généralisé…

 

A travers ces péripéties en temps de paix qui forcément conduisent à  la «  guerre froide », retour vers la case départ d’avant  1990, on peut avancer sans risque de se tromper, que les Occidentaux jouent avec feu… cette arrogance les caractérisant, qui va en s’amplifiant.

 

Car comme dit le dicton martiniquais… gwen ven piti kout baton… « grande gueule mais résultat nul », face à la puissance de feu des forces russes et chinoises, et la qualité de leurs  hommes au combat -au sol- les armées de l’OTAN ( USA et Europe) seraient écrasées en un temps record, plongeant leurs peuples dans le plus grand désarroi comme en 1940…

 

A bon entendeur …

Conférence de Solidarité avec les Peuples d'Asie, d'Afrique et d'Amérique Latine,

 

Aussi appelée Conférence de Solidarité avec les Peuples d'Asie, d'Afrique et d'Amérique Latine elle eut lieu du 3 au 15 janvier 1966 à la Havane, à Cuba.

L'Organización de Solidaridad de los Pueblos de África, Asia y América -OSPAAAL,  y a été fondée à cette occasion le 12 janvier.

Il s'agit d'un mouvement Tiers mondiste aux nombreux objectifs /

-Relier tous les mouvements de luttes pour l'indépendance stimulé par la Conférence de Bandung et les partis communistes chinois et soviétiques, et stimuler la solidarité des pays du Tiers Monde

-établir une révolution mondiale

-lutter contre l'apartheid ,principalement en Afrique du Sud.

-lutter contre l'utilisation de technologies nucléaires

-lutter contre la globalisation, l'impérialisme, le colonialisme, le néocolonialisme et le néolibéralisme

82 pays du Tiers Monde y furent représentés. Malgré des tensions sino-soviétiques et sino-cubaines, la conférence établi de nombreuses décisions /

-Soutien à Cuba pendant le blocus

-Soutien au Viet Nam

-Désignation des États-Unis comme principal ennemi

-Dénonciation du pillage du Tiers Monde

Création de L'OSPAAAL ,  Organisation de Solidarité avec les Peuples d'Asie, d'Afrique et d'Amérique Latine, Organización de Solidaridad con los Pueblos de Asia, Africa y América Latina en espagnol ou OSPAAAL , et donc acceptation de l'Amérique Latine dans l'OSPAA , organisation de solidarité avec les peuples d'Asie et d'Afrique.

Création de l'Organisation Latino-Américaine de Solidarité , OLAS.

Mais l'absence de Ben Barka organisateur de cette conférence, enlevé peu avant à Paris, prétérita la portée de cette conférence, qui sombra vite dans l'oubli.

 La deuxième conférence prévue pour 1968 au Caire n'eut pas lieu, et l'OSPAAL déclina rapidement. L'assassinat politique de nombreux autre leaders tiers-mondistes dans les années qui suivirent affaiblit très fortement le Tiers Monde.

Informations supplémentaires