MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun  

 

Race es  tu là …

 

Incroyable, sous la poussée de groupuscules frustrés, le Pouvoir a cédé en soustrayant de la Constitution française de 1958, le mot…RACE…une "bien "belle victoire sociétale"", qui fera disparaître toutes les expressions à connotation raciale….

Mais dans leur immense majorité, les citoyens de ce pays se moquent de ces réformes à zéro centime d’euro, ce qui n’empêchera  pas l’homme de la rue peu ou pas informé, de voir dans l’Africain ou l’Afro descendant qui passe…

 

 « Un  Noir », faisant partie des «  gens de couleur » , au journaliste sportif, de désigner dans son reportage, «  le Noir de l’équipe », « le Noir du barreau » chez les  avocats, cette belle « chanteuse Noire » dans le monde artistique  la ou le Ministre noir(e) au Gouvernement ,une présentation non exhaustive.

 

Bref, un besoin morbide de bien mettre en relief la différence entre l’Africain et l’Afro descendant, en lui « collant » une couleur de peau « imaginaire» marquant la différence et son infériorité supposée, par rapport à monsieur tout le monde de race indo européenne

 

…circulez, le compte est bon, il n’y a plus rien à voir…

 

… et moi je dis NON, à cet enfumage racial, une escroquerie intellectuelle de haut niveau…

 

… car en vertu de quel pouvoir, un pays peut modifier unilatéralement un marqueur de l’espèce humaine, remontant à la nuit des temps…

 

… en fait ce retrait de mot ,intéresse t-il l’Asiatique (jaune) et l’Amérindien (rouge)  qui font partie intégrante de notre Humanité mais dont l’appellation a disparu dans la mémoire commune, ne restent plus en lice que l’Indo européen et le  gre

 

 … c’est précisément à cette mouvance que s’adresse la réforme à deux balles, pour lui donner l’illusion de la fin des différences...

 

... que voici  venu le nouveau monde avec son partage de l’Egalité et la Fraternité

 

…oui, vraiment une drôle d'illusion…

 

…et pour un rappel utile de l’Histoire, la France en tant que Nation, a  fortement utilisé le concept de race pour justifier la Traite négrière et l’Esclavage, dans un contexte d’infériorité de l’Homme africain

 

...alors la fin du mot «  race » relève de la mystification pure et simple, dont Africains et afro descendants, devraient prendre garde, afin de ne pas sombrer dans la même naïveté que nos ancêtres....

 

...Que comme Césaire Aimé, nous pourrons dire avec  fièrté...

 

...Le Nègre vous emmerde...

Conférence de Solidarité avec les Peuples d'Asie, d'Afrique et d'Amérique Latine,

 

Aussi appelée Conférence de Solidarité avec les Peuples d'Asie, d'Afrique et d'Amérique Latine elle eut lieu du 3 au 15 janvier 1966 à la Havane, à Cuba.

L'Organización de Solidaridad de los Pueblos de África, Asia y América -OSPAAAL,  y a été fondée à cette occasion le 12 janvier.

Il s'agit d'un mouvement Tiers mondiste aux nombreux objectifs /

-Relier tous les mouvements de luttes pour l'indépendance stimulé par la Conférence de Bandung et les partis communistes chinois et soviétiques, et stimuler la solidarité des pays du Tiers Monde

-établir une révolution mondiale

-lutter contre l'apartheid ,principalement en Afrique du Sud.

-lutter contre l'utilisation de technologies nucléaires

-lutter contre la globalisation, l'impérialisme, le colonialisme, le néocolonialisme et le néolibéralisme

82 pays du Tiers Monde y furent représentés. Malgré des tensions sino-soviétiques et sino-cubaines, la conférence établi de nombreuses décisions /

-Soutien à Cuba pendant le blocus

-Soutien au Viet Nam

-Désignation des États-Unis comme principal ennemi

-Dénonciation du pillage du Tiers Monde

Création de L'OSPAAAL ,  Organisation de Solidarité avec les Peuples d'Asie, d'Afrique et d'Amérique Latine, Organización de Solidaridad con los Pueblos de Asia, Africa y América Latina en espagnol ou OSPAAAL , et donc acceptation de l'Amérique Latine dans l'OSPAA , organisation de solidarité avec les peuples d'Asie et d'Afrique.

Création de l'Organisation Latino-Américaine de Solidarité , OLAS.

Mais l'absence de Ben Barka organisateur de cette conférence, enlevé peu avant à Paris, prétérita la portée de cette conférence, qui sombra vite dans l'oubli.

 La deuxième conférence prévue pour 1968 au Caire n'eut pas lieu, et l'OSPAAL déclina rapidement. L'assassinat politique de nombreux autre leaders tiers-mondistes dans les années qui suivirent affaiblit très fortement le Tiers Monde.

Informations supplémentaires