Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce  Lebrun

 

Le" privilège blanc".

 

Comme je l’ai rappelé précédemment, la France  est championne toutes catégories du vocabulaire conduisant à des tensions touchant les minorités ethniques résidant dans ce pays

 

Il y a eu d’abord le Communautarisme, dont on attend toujours  les explications approfondies des Pouvoirs publiques portant   sur les communautés visées, et la dangérosité de se rassembler pour défendre leurs intérêts en application des règles définies par la loi du Premier juillet 1901 sur les Associations.

 

Puis a fait son apparition le Séparatisme faisant l’objet d’une loi débattue au sein des assemblées institutionnelles, qui s’adresse maladroitement au monde musulman...

 

...responsable du déficit de tranquillité, dont le Pouvoir s’arroge le droit de s’immiscer dans la fonctionnement des règles du Coran...

 

...malgré le mécontentement des fidèles de cette Religion, contrairement à la séparation de l’Etat et des Eglises dans un strict respect de la laïcité.

 

Oui mais le « nouveau monde » s’autorise un comportement anticonstitutionnel sous prétexte de « liberté d’expression » et de défense des fondamentaux de la République.

 

Mais de qui se moque t-on pour installer l’idée qu’à peine 5 à 10% d’une population est capable de renverser un régime par la force ou la voie des urnes.

 

Avant des poursuivre nous touchons le cœur du débat avec un régime bourgeois et monarchique menacé de perdre ses privilèges par quel que groupe organisé, maghrébin, africain ou afro descendant

 

Et nous voilà plongés dans un univers inconnu avec la consécration officielle du concept « privilège blanc »...

 

...rejoignant l’expression américaine de « suprématie de la race blanche » un exercice périlleux dans sa formulation...

 

...mais non dénoncé par aucun homme politique de quel que bord.

 

Alors l’Exécutif peut brandir la menace d’une violence ascendante dans la population de la France de nos jours...

 

...mais ça ne peut être que des déclarations électoralistes, car il a tout fait pour mettre la pression sur les minorités par son concept anxiogène de « privilège blanc » ...

 

...qui en tout état de cause est adressé au bénéfice de la population indo- européenne majoritaire dans ce pays.

 

Car avec le temps passe « les chiens de font pas des chats » et pour comprendre le jeu du groupe français désigné « Génération identitaire » et son fondement, revisitons l’Histoire... 

 

...nous sommes en 1791à Haïti (ex Saint Domingue) colonie française dans la Caraïbe...

 

 

...la colère des esclaves monte en puissance, la panique est installée dans le camp des colons français...

 

...la Convention met un terme à l’Esclavage en 1794  ce qui pousse tous ces possesseurs d’esclaves (Saint Domingue, Guadeloupe, Martinique) à un exode massif en direction des Etas Unis d'Amérique

 

Ils s’installent dans le sud de ce pays et seront  les fervents  soutiens, partisans engagés à côté des Confédérés...

 

...en conflit avec le Gouvernement fédéral, farouchement opposés contre l’abolition de l’Esclavage touchant les Africains.

 

Mais avec la fin de la guerre civile en 1865 et l’écrasement des confédérés par les troupes de L’Union fédérale...

 

...ces sudistes n’ont pas abandonné leur conviction de suprématie blanche ...

 

...en créant un clan dénommé KU KLUX KLAN, féroce et hyper raciste.

 

Et ramenons ce débat en France nous observons que le groupe dénommé » Génération identitaire » est ni plus ni moins que...

 

... les mutants du KU KLUX KLAN avec la même conception raciale vis-à-vis des étrangers non indo européens.

 

Ils ne sont pas nombreux certes,  mais bien organisés,très agressifs et appelés à se développer....

 

...avec l’apport de cette doctrine gouvernementale qu’est « le privilège blanc »

 

Dans ce cas, le communautarisme a un long avenir dans ce pays...

 

...car avec ces hommes dont la stratégie de l’écrevisse  conseillée par Grand -mère ...

 

...doit être remplacée par la charge du rhinocéros avec intelligence mais  sans faiblesse.

 

https://www.youtube.com/watch?v=c13q2wYZr_0

Le Congrès des Etats Unis d'Amérique

 

Le Congres américain retire des amendements sur les ventes agricoles et la liberté de se rendre à cuba

. Rick Crawford, représentant républicain de l'Arkansas, a retiré jeudi matin un amendement qui aurait permis les ventes de produits agricoles des Etats-Unis à Cuba, selon des sources du Congrès états-unien.

Mark Sanford, républicain de Caroline du Sud a fait la même chose avec l'amendement qui proposait de lever les restrictions sur les voyages des Etats-uniens à Cuba, soumis à de lourdes sanctions par le gouvernement de leur pays s'ils se rendent sur l'Ile en tant que touristes ou en dehors des licences autorisées par l'Exécutif.

Sur la page Youtube de Crawford, on eut voir le discours que le législateur a fait à la Chambre des Représentants dans lequel il déclare qu'il a pris la décision de retirer son amendement après la promesse des congressistes du sud de la Floride de « chercher une solution à long terme qui permette d'ouvrir de façon permanente le commerce agricole » aux producteurs états-uniens.

Les efforts pour stimuler l'action du Congrès en faveur de certaines mesures en faveur des relations avec Cuba avaient obtenu une victoire partielle le 21 juin dernier quand la Commission des Allocations du Sénat a inclus ces 2 propositions, la meilleure possibilité jusqu'à présent pour adoucir même timidement le lourd fardeau du blocus états-unien contre l'Ile dont la structure de base reste presque intacte.

De tels amendements avaient aussi été approuvés par le Comité des Règles pour son débat en session plénière de la Chambre des Représentants dans la version de ce même projet de la Chambre Basse.

Mais une « protestation » démocrate au Capitole pour exiger un meilleur contrôle sur les armes a obligé à reporter à la fin juin le vote sur les amendements et sur le texte de la loi qui comprend aussi des mesures contraires aux relations avec Cuba. 3 autres propositions, déposées par la droite républicaine et comprises dans le texte de ce projet de loi tentent de réduire les catégories de voyages autorisées sur l'Ile, d'interdire le « trafic » avec les propriétés confisquées par le gouvernement cubain à des ressortissants états-uniens ainsi que les transactions qui impliquent des entreprises soi-disant contrôlées par les militaires cubains.

Hier enfin, a débuté à la Chambre des Représentants le débat sur le projet de loi du budget pour la prochaine année fiscale pour le Département du Trésor, le Bureau Exécutif du Président, la Cour Suprême, le District de Columbia et d'autres agences indépendantes.

Pour qu'un projet de loi devienne effectif, il faut qu'il soit ratifié indépendamment par les 2 chambres et ensuite, après que le Président l'ait signé, il peut être considéré comme une Loi.

L'amendement présenté par Rick Crawford en octobre 2015 proposait de bloquer les fonds pour mettre en place les restrictions qui pèsent sur l'exportation de produits agricoles à Cuba, ce qui dans la pratique, aurait permis aux compagnies cubaines d'obtenir un crédit pour l'achat de ces produits aux Etats-Unis.

Alors, le représentant Mark Sanford s'était prononcé en faveur de la levée des interdictions des voyages des Etats-uniens sur l'Ile à des fins touristiques avec une procédure similaire à celle de Crawford: bloquer les fonds destinés aux restrictions des visites des Etats-uniens dans notre pays.

Bien que certains rapports aient indiqué que les 2 amendements auraient un large soutien dans les 2 partis, au dernier moment, Crawford a décidé de ne pas présenter sa proposition, étant parvenu à un accord préalable avec Mario Díaz-Balart – membre du Comité des Allocations - Ileana Ros-Lehtinen et Carlos Curbelo.

Crawford a ajouté dans son intervention à la Chambre qu'au lieu de proposer son amendement qui s'appliquait seulement à cette année fiscale, il suivrait une autre voie : « aujourd'hui, il semble ne pas y avoir de voie pour un accord mais j'ai obtenu des engagements (de la direction républicaine) et de mes amis de Floride qu'il y aurait une voie appropriée pour travailler.»

Le représentant de l'Arkansas a annoncé que cette voie doit conduire à une solution à long terme qui permette de vendre des produits agricoles à Cuba en éliminant les restrictions contenues dans la loi comme le paiement comptant et d'avance.

Cependant, Díaz-Balart a annoncé un engagement « avec mon ami (Crawford) pour m'asseoir avec lui, avec mes collègues Ros-Lehtinen et (Carlos) Curbelo pour sortir avec une solution qui satisfasse les besoins de nos agriculteurs... mais qui ne mette pas en danger notre sécurité nationale ou ne soutienne pas le régime de Castro, son appareil militaire ou ses services de renseignement. »

Selon des sources du Capitole, Díaz Balart a proposé à Crawford de chercher des alternatives pour vendre les produits agricoles à n'importe quel pays qui ne soit pas Cuba.

Ce soir, on attendait le vote sur l'amendement de Sanford, le numéro 47 dans l'ordre de discussion avec un bloc des 2 partis de 6 congressistes en tant que sponsors. Cependant, suite à l'engagement avec les républicains de Floride, il n'y aura pas non plus de vote sur l'amendement pour lever l'interdiction de voyager, a assuré un communiqué de l'organisation Engage Cuba.

Informations supplémentaires

viagra bitcoin buy