MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme

 

Pour qui sonne le glas, ce titre  de l’excellent roman de feu Ernest Emilegay,brillant écrivain  américano -cubain qui nous a projeté dans l’enfer de le guerre civile espagnole -1936-1939, gagnée par les nationaliste, que le 20ème siècle a connue depuis la guerre de cessession américaine de 1860 à1865 remportée par les yankee du Nord…

 

et si nous ne prenons pas garde  ,un tel scénario catastrophe n’est pas exclu à terme en terre française de l’Europe…

 

…car depuis quelque temps nous assistons à un déchainent de comportements  et de propos qui frisent l’intolérance, rapportés sans discernement par des média affidés au Pouvoir en place…

 

… des adversaires politiques sont traités comme des ennemis de la République…

 

… bref, silence dans les rangs, on ne veut voir qu’une seule tête, aucune opposition n’est tolérée…

 

…les races n’existent pas (version française) mais dans les médias on insiste particulièrement sur l’aspect physique de certaines personnes, l’écrivain « noir » l’avocat « noir » l’artiste « noir » pour sans doute marquer la différence, une supériorité supposée de l’indo européen …pitoyable…

 

…allons donc, que l’on cesse  de considérer  les Africains et autres afrodescendants comme des zombis …

 

… et voilà  qu’après avoir dénié aux masses le droit de contester la gouvernance de minorités privilégiées, en les refoulant dans une opposition insultante dite populiste…

 

… on ne reconnait pas  le droit à certaines minorités ethniques de se regrouper pour échapper dans ce pays, avec un climat d’arrogance et d’intolérance, en les cantonnant dans le concept de communautarisme

 

mais au fait de quoi s’agit-il….

 

 …immigration, communautarisme insécurité …

 

 …un triptyque  inconcevable et inacceptable dans une Société, une  Nation de civilisation...

 

wwwxxxwwwxxxwwwxxx la suite , prochainement 

 

La résistance guadeloupéenne

 

Africains, Maghrébins, Musulmans, habitants des cités, la résistance des Guadeloupéens est la nôtre!

 
Nos frères et sœurs guadeloupéens sont mobilisés depuis un mois. La vague de protestation qui a commencé en Guyane, touche la Martinique et s’étend à la Réunion.
 
 
Quelle que soit l’évolution dans les jours et les semaines à venir, la force de la mobilisation actuelle en Guadeloupe aura des conséquences en profondeur.
Elle inaugure un nouveau cycle de luttes et de politisation dans l’ensemble de ces colonies appelées Dom Tom qui fait écho au renouveau des résistances de l’immigration et des quartiers populaires, marqué notamment par les puissantes révoltes dans les banlieues, les mobilisations de sans-papiers.
 
 
La lutte pour la mémoire historique de la déportation des africains en Amérique, le combat contre l’islamophobie, ou, plus récemment, l’immense mobilisation de solidarité avec Gaza qui a vu des centaines de milliers des nôtres descendre dans les rues de Paris, de Lyon, de Marseille mais aussi de Pointe à Pitre, de Fort de France ou de Saint-Denis de la Réunion.

 

Qu’on ne s’y trompe pas. Contrairement à ce qu’on peut entendre dans de nombreux partis et organisation de la gauche française, la grève en Guadeloupe n’est pas un simple prolongement des luttes syndicales au sein de l’Hexagone, suscité par l’aggravation des inégalités économiques.

 

Elle est également une protestation contre la permanence des inégalités raciales, produites par la colonisation. Comme les Nègres, les Arabes et les Musulmans qui vivent en  France , les populations opprimées dans ces colonies dites d’outre-mer se mobilisent contre un Pouvoir blanc toujours aussi arrogant.

 

Les originaires de cet outre-mer sont dits « français depuis 4 siècles » et, pourtant, dans leur écrasante majorité, ils continuent d’être traités comme des indigènes.

 

Et s’ils sont touchés de plein fouet par le libéralisme économique débridé, c’est parce qu’ils font également l’objet d’une politique coloniale au bénéfice conjoint de multinationales françaises et de la caste des européens et autres békés.

 

Non, le colonialisme n’appartient pas au passé ! L’entreprise coloniale se poursuit aujourd’hui, comme le montre l’exemple flagrant de l’occupation illégale de Mayotte, poursuivie depuis 1975 à l’encontre des résolutions de l’ONU, et que la France s’apprête à départementaliser.

 

Au sein même de l’Hexagone, la grande masse des populations originaires d’outre-mer est victime de discriminations raciales, reléguée dans les banlieues, cantonnée au bas de l’échelle de la fonction publique, dépourvue de représentation politique réelle, niée dans sa mémoire historique et ses identités culturelles.

 

Sur l’essentiel, leur statut est le même que celui de toute population issue de l’immigration d’origine coloniale. Parce que nous sommes noirs, arabes ou musulmans, nos droits sont bafoués, notre dignité est écrasée, nos cultures sont méprisées, notre citoyenneté est de pure forme.

 

En France comme dans les départements et territoires d’outre-mer, nous menons tous un même combat contre le colonialisme, contre l’enfermement dans des races sociales et son cortège d’inégalités et de discriminations.

 

Les autorités françaises saisissent le prétexte des violences de la nuit passée pour réprimer le mouvement de mobilisation en Guadeloupe. Déjà, un militant de la CGTG, membre du collectif LKP, a été tué par une balle. Déjà quatre escadrons supplémentaires de gendarmes mobiles débarquent.

 

Il est donc plus urgent que jamais que l’ensemble des mouvements, organisations et associations de l’immigration et des quartiers populaires se rassemblent pour manifester massivement leur solidarité avec les luttes de nos frères et sœurs de Guadeloupe et du LKP.

Honneur et respect, force et courage

Kembé rèd, pa moli

Informations supplémentaires