MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun  

 

De l’état du Monde….Rétrospective

 

Avec un peu de retard, circonstance atténuante oblige, je reviens sur ce qui s’est dit, prédit, il y quelques semainesà Pittsburgh (Etats-Unis, à l’occasion de la réunion du désormais G 20…

 

…  Par définition je garde une grande méfiance au regard de ces institutions qui n’ont pas reçu de mandat explicite de  l’ ONU , mais s’arrogent le droit d’imposer leurs conclusions à toute la Planète…

 

… sous la futile prétention que certaines nations invitées seraient les  plus riches… pour les autres, circulez, il n’y a rien pour vous.

 

Pour la petite histoire, rappelons que ce forum ponctuel qui n’est pas d’initiative américaine et s’est tenu pour la première fois à Paris ( France) dans les années 1976, était composé de six nations…

 

… dont trois membres permanents du Conseil de Sécurité, détenteurs de l’arme atomique, quatre de l’ Alliance Atlantique,( OTAN) sauf le Japon , une simple observation donne une idée de leur puissance de feu…

 

Donc, de six chargés de se pencher sur l’état de l’économie mondiale, nous sommes  passés à 7 puis 8 à l’occasion desquels au repas des « grands » entre la poire et le formage…

 

… étaient invités des dirigeants africains, dont certains s’y pressaient, leur donnant l’illusion d’une certaine  importance. Mais le Continent na pas avancé d’un iota sur tous les plans

 

…Et depuis Septembre de cette année, la « crise » aidant ils se sont retrouvés à 20 à Pittsburg pour dialoguer entre autre sur la régulation du marché monétaire

 

…et la limitation des bonus dus aux traders, ces sorciers de la manipulation boursière, autant de sujets qui intéressent l’immense armée « d’hommes de la rue »

 

Mais la grande nouveauté de Pittburg fut l’entrée en lice de la nouvelle administration américaine avec son chef de file…

 

… dont certains «  ces va en guerre ces Max la menace »  se  berçaient déjà d’illusion sur son amateurisme, son manque d’expérience, bref par des arguties, on allait avaler tout cru l’ex Sénateur de l’Illinois.

 

 Mais catastrophe pour eux, ce fut du brio du brillant, une parfaite connaissance des dossiers, une certaine vision de l’avenir de notre Planète…

 

…que le jury d’Oslo ( Norvège) a sanctionné sans appel, par un prix Nobel de la Paix… je m’en dispense  de tout commentaire sur l’évènement.

 

A ce sujet et à propos de l’Iran au regard de l’arme atomique il est intéressant de remonter l’Histoire…

 

Nous sommes dans les années 1960, le locataire de l’Elysée qui a décidé de retirer son pays du commandement intégré de l’OTAN

 

… se lance dans l’aventure nucléaire sur la base du concept de la « dissuasion » c'est-à-dire qu’avec une ogive on peut mettre dans l’embarras tout adversaire  potentiel hautement nucléarisé…

 

Le Chef de l’Etat de l’époque en cause, n’a jamais eu l’intention d’utiliser cet arme redoutable, un remake des 6 et 8 Août 1945, mais il en connaissait parfaitement la force diplomatique dans le concert des Nations…

 

Plus de 40 ans après nous sommes  dans le même contexte, qui pourrait croire intellectuellement que l’Iran serait  disposé à porter le fer et le sang au Moyen Orient sur un ennemi potentiel…

 

… (disposant de son stock ) sachant qu’une bombe thermonucléaire de centaines de fois plus puissante que celle larguer sur le Japon en Août 1945…

 

…détruirait et contaminerait toute la région, y compris l’Iran qui serait victime «  d’un vent nucléaire qui n’a pas de frontière ».

 

 Mais alors de qui se moque-ton, quand on veut interdire à cette Nation ou tout autre pays...

 

...de se doter de moyens diplomatiques adéquats, sachant que cet Etat en cause est entouré de voisins puissamment armés..

 

L’Administration américaine qui a rapidement assimilé ces subtiles et hypocrites oppositions  diplomatiques…

 

… laisse désormais aux autres « Max la menace », le soin des gesticulations puériles et stériles...

Les Non-alignés

 

L’impossible unité politique Les Non-alignés

Le quatorzième Sommet des pays Non-alignés se déroulera à La Havane à Cuba en 2006. Fidel Castro a d’ores et déjà déclaré que la prochaine réunion devra  démontrer que le mouvement est redevenu une force effective dans l’arène internationale .

Reconquérir une place ne sera pas facile. Le non-alignement désignait l’attitude politique indépendante face aux deux blocs qui s’affrontaient pendant la Guerre froide. Depuis la fin de celle-ci, le mouvement peut paraître désuet.

Mais si les tensions Est-Ouest ont disparu, les préoccupations qui se pensaient dans ce cadre, elles, ont plus que jamais survécu.

En effet, le monde  multilatéral où la paix, la liberté, le développement et le progrès peuvent régner pour tous , ce monde dont parle Fidel Castro dans son discours, n’existe toujours pas.

Les principes énoncés lors du sommet fondateur à Belgrade en 1961 et basés sur la Conférence de Bandung, sont encore d’actualité. Reste à savoir si tous les pays non-alignés peuvent les respecter.

Entre les membres, qui sont pieds et mains liés par le système économique mondial, ceux qui ont réussi à prospérer dans le néolibéralisme et les pays corrompus, occupés ou ruinés, les divergences sont énormes et les fameux principes soumis aux exigences de la réalité.

Le Neutralisme Actif

Le mouvement des pays Non-alignés naît à Belgrade en 1961. Tito, Nasser et Nehru, respectivement présidents de la Yougoslavie, de l’Egypte et de l’Inde, exposent le principe de  neutralisme positif  ,ou actif, c’est selon.

Le neutralisme rejette l’adhésion à l’un ou l’autre bloc en Guerre froide. Il s’agit de tirer parti de chaque « camp » au mieux de ses intérêts, voire de profiter de la rivalité entre les opposants.

Conscients de représenter un enjeu entre les Grands , les neutralistes entendent se faire courtiser. La Yougoslavie de Tito par exemple, bien que communiste, perçut des aides occidentales.

L’Afghanistan reçut des aides des deux camps. Le neutralisme rejetait aussi le néocolonialisme qui substitue la dépendance économique à la dépendance politique.

Ce qui peut paraître un peu contradictoire car comment rejeter la dépendance économique envers des pays dont on perçoit des aides . Surtout quand l’on sait que les aides internationales sont rarement gratuites.

Le neutralisme refuse également l’engagement militaire permanent. L’Inde de Nehru favorisait d’ailleurs délibérément les dépenses civiles pour faire décoller l’économie de son pays.


A chacun son non-alignement !

Le premier sommet des Non-alignés réunit vingt-cinq pays, parmi lesquels l’Arabie Saoudite, l’Ethiopie, l’Afghanistan, le Congo, le Liban, la Tunisie, la Birmanie, le Cambodge, le Soudan, l’Irak, le Maroc ou encore Cuba.

En 1961 déjà, le Monde Diplomatique écrivait . Il n’y a pas de non-alignement, il n’y a que des non-alignés . Les pays se classaient aisément en trois catégories : les neutralistes purs et durs, les pro-occidentaux et les pro-soviétiques.

  Non-alignés . On dirait plutôt non-embrigadés. Neutralisme . On peut tout au plus parler avec les théoriciens de la nouvelle diplomatie afro-asiatique de Belgrade, d’une position  hors blocs .

Depuis le premier sommet, les membres n’ont cessé d’augmenter. Aujourd’hui, le mouvement compte 116 pays, la quasi-totalité du Tiers-Monde.

Le nombre grandissant des Non-alignés , qui cultivent chacun leur différence par rapport à la doctrine de référence , rendra vite impossible le respect des règles posées à Belgrade .


La crise d’identité des années 70

Affaibli par des querelles internes et par l’influence de certains leaders communistes du Tiers Monde ,Fidel Castro, pour ne citer que lui, le mouvement traverse une crise. Soupçonné d’être plus proche du bloc soviétique, il perd aux yeux du monde occidental la neutralité qu’il revendiquait.

La crise éclate au grand jour lors de la quatrième conférence des non-alignés, à Alger en 73. Khadafi, le président libyen, s’oppose au leader communiste cubain, Fidel Castro. Afin de recoller les morceaux, le président algérien Boumediene tente de trouver un terrain d’entente.

Ce seront les problèmes économiques. Boumediene recentre les débats sur le droit au développement et propose de lutter pour un nouvel ordre économique international. Mais les divisions restent réelles.


Loin de l’esprit de Bandung

Le Tiers-Monde est resté à l’écart des progrès économiques. Les aides internationales ne suffirent pas et la crise de la dette à plongé la plupart des pays dans la pauvreté pour longtemps.

Face aux  dragons  d’Asie qui profitent de la mondialisation, l’Afrique, et de plus en plus, le Moyen-Orient, sont plongés dans la misère. De telles disparités rendent évidemment la tache du mouvement très difficile.

Ajoutées à cela la disparition ou la destitution de certains leaders charismatiques, tel Tito ou Nasser, le mouvement a perdu de son aura. De plus, le Tiers Monde est la principale zone de conflits armés depuis 1945.

Alors que la course à l’armement est totalement contraire au non-alignement, des pays n’hésitent à dépenser sans compter dans la défense. Sans oublier que certains pays n’ont de Non-aligné que le nom, comme l’Arabie Saoudite, une fidèle alliée des USA.

Bref, les objectifs de paix mondiale sont loin d’avoir été atteints. Le Tiers Monde, via le mouvement des pays non-alignés, n’est pas devenu une troisième force diplomatique.

Les grandes puissances ont toujours réagi en fonction de leurs intérêts. Et elles continuent de le faire aujourd'hui, vu leurs réticences à conclure des accords réellement égalitaires avec le Sud.

Informations supplémentaires