Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

  

La Race

 

En pleine déferlante mondiale sur la problématique raciale,  le contexte ne pouvait pas être meilleur pour évoquer le concept de Race  que la France seul pays des 193 membres  de l’Organisation des Nations Unies (L’ONU) veut voir disparaitre dans les échanges au quotidien, mais le remplacer par quel  stratagème….

 

Car c’est une prétention outrancière, un acte politique, qui veut avoir des conséquences sur le mode de pensée des Africains et autres  Afro descendants, des populations naïves et fragiles écrasées par leur passé d’esclave et de colonisé.

 

Et pour bien cerner la mentalité des Français de l’Europe du 21è siècle il faut avoir en mémoire quelques figures de l’Histoire qui valent mieux qu’un long discours…

 

… nous sommes en 1814 avec le retour de la  Monarchie sensée avoir disparu depuis Janvier 1793 et Louis XVIII est acclamé par un vibrant…Vive le Roi…

 

…mais un an après, 1815 avec le come-back de Napoléon pour  son retour des 100 jours c’est ce même peuple qui le reçoit au cri délirant de  … Vive l’Empereur…

 

Dès cette époque, on relève donc    une population incohérente dans ses choix, versatile, imprévisible et donc faible.

 

Plus de deux siècles  se sont écoulés, on peut multiplier les contorsions les explications saugrenues venant de tout l’échiquier politique pour obsever que ce mode de pensée relevé en 1815 n’a pas changé d’un yotta…

 

Car comment expliquer qu’en, pleine déferlante raciale au 21è siècle on relève des propos hors sol que sont…

 

Racisme, Noir, Blanc, racisme anti blanc, privilège blanc.

Pour mémoire, le vocabulaire « racisme » scandé de nos jours dans toutes les suces est inapproprié, car aucune communauté humaine dans ce pays n’est menacée de destruction en raison de ses caractéristiques physiques ou religieuses.

 

Par contre ce slogan cache une réalité plus méprisable qui est la discrimination raciale, propre à toutes les couches de la société française (les souchistes) dont sont victimes principalement les Africains les Afro descendants et les populations du Maghreb résidant en France…

 

Et donc revisitons l’Histoire du Monde Nègre et sa descente dans l’enfer de l’humiliation.

 

Nous sommes à la fin du XVe siècle, c’est le début de la découverte de nouveaux territoires, Espagnols , Portugais,  Français,  Britanniques s’installent en pays conquis après avoir massacré les premiers occupants, les Indiens, peuples  indociles et rebelles  au travail de terre.

 

 

Et voilà ces Européens partis à la recherche de remplaçants trouvés dans les populations de la côte occidentale africaine, fragiles naïves inaptes à toute résistance armée, qui feront la traversée de l’Atlantique pour être vendus dans les marchés d’esclaves des Amériques et la Caraïbe.

 

Mais l’apparition du concept de Race verra le jour au XVIII è siècle par les écrits et la pensée de certains écrivains et philosophes français qui établiront un dispositif  tendant  à démontrer    la supériorité du monde occidental et la justification de la traite négrière concernant les Africaines de race Nègre et l’établissement de L’Esclave.

 

Espagnols, Portugais , Britanniques pratiquant une stricte surexploitation des territoires colonisés, les Français iront plus loin en se plaçant dans une domestication ( Code Noir )des esclaves afro descendants, par une politique d’assimilation, au résultat catastrophique pour les personnes tombées dans ce piège infernal du big bang cérébral dont les effets désastreux perdurent de nos jours…

 

… dont les  premiers résultats se présenteront en Mai 1802 avec le rétablissement de L’esclavage à la Guadeloupe, une absente totale de résistance de la population du territoire de 90000 âmes à l’époque, malgré les efforts désespérés d’un  certain Colonel Louis Delgres, d’origine martiniquaise pour s’opposer  au Corps. Expéditionnaire de Napoléon Bonaparte…

 

…Alors  qu’à Saint Domingue (devenu Haïti) les troupes armées sous la conduite d’un Toussaint Louverture et de Jean Jacques Dessalines, arrachaient la victoire et la création de l’Etat haïtien, permière Nation  Nègre à conquérir son indépendance les armes à la main, à compter du Premier Janvier 1804;

 

La suite prochainement.

 

https://www.youtube.com/watch?v=IMKe6QVjT84

Les Non-alignés

 

L’impossible unité politique Les Non-alignés

Le quatorzième Sommet des pays Non-alignés se déroulera à La Havane à Cuba en 2006. Fidel Castro a d’ores et déjà déclaré que la prochaine réunion devra  démontrer que le mouvement est redevenu une force effective dans l’arène internationale .

Reconquérir une place ne sera pas facile. Le non-alignement désignait l’attitude politique indépendante face aux deux blocs qui s’affrontaient pendant la Guerre froide. Depuis la fin de celle-ci, le mouvement peut paraître désuet.

Mais si les tensions Est-Ouest ont disparu, les préoccupations qui se pensaient dans ce cadre, elles, ont plus que jamais survécu.

En effet, le monde  multilatéral où la paix, la liberté, le développement et le progrès peuvent régner pour tous , ce monde dont parle Fidel Castro dans son discours, n’existe toujours pas.

Les principes énoncés lors du sommet fondateur à Belgrade en 1961 et basés sur la Conférence de Bandung, sont encore d’actualité. Reste à savoir si tous les pays non-alignés peuvent les respecter.

Entre les membres, qui sont pieds et mains liés par le système économique mondial, ceux qui ont réussi à prospérer dans le néolibéralisme et les pays corrompus, occupés ou ruinés, les divergences sont énormes et les fameux principes soumis aux exigences de la réalité.

Le Neutralisme Actif

Le mouvement des pays Non-alignés naît à Belgrade en 1961. Tito, Nasser et Nehru, respectivement présidents de la Yougoslavie, de l’Egypte et de l’Inde, exposent le principe de  neutralisme positif  ,ou actif, c’est selon.

Le neutralisme rejette l’adhésion à l’un ou l’autre bloc en Guerre froide. Il s’agit de tirer parti de chaque « camp » au mieux de ses intérêts, voire de profiter de la rivalité entre les opposants.

Conscients de représenter un enjeu entre les Grands , les neutralistes entendent se faire courtiser. La Yougoslavie de Tito par exemple, bien que communiste, perçut des aides occidentales.

L’Afghanistan reçut des aides des deux camps. Le neutralisme rejetait aussi le néocolonialisme qui substitue la dépendance économique à la dépendance politique.

Ce qui peut paraître un peu contradictoire car comment rejeter la dépendance économique envers des pays dont on perçoit des aides . Surtout quand l’on sait que les aides internationales sont rarement gratuites.

Le neutralisme refuse également l’engagement militaire permanent. L’Inde de Nehru favorisait d’ailleurs délibérément les dépenses civiles pour faire décoller l’économie de son pays.


A chacun son non-alignement !

Le premier sommet des Non-alignés réunit vingt-cinq pays, parmi lesquels l’Arabie Saoudite, l’Ethiopie, l’Afghanistan, le Congo, le Liban, la Tunisie, la Birmanie, le Cambodge, le Soudan, l’Irak, le Maroc ou encore Cuba.

En 1961 déjà, le Monde Diplomatique écrivait . Il n’y a pas de non-alignement, il n’y a que des non-alignés . Les pays se classaient aisément en trois catégories : les neutralistes purs et durs, les pro-occidentaux et les pro-soviétiques.

  Non-alignés . On dirait plutôt non-embrigadés. Neutralisme . On peut tout au plus parler avec les théoriciens de la nouvelle diplomatie afro-asiatique de Belgrade, d’une position  hors blocs .

Depuis le premier sommet, les membres n’ont cessé d’augmenter. Aujourd’hui, le mouvement compte 116 pays, la quasi-totalité du Tiers-Monde.

Le nombre grandissant des Non-alignés , qui cultivent chacun leur différence par rapport à la doctrine de référence , rendra vite impossible le respect des règles posées à Belgrade .


La crise d’identité des années 70

Affaibli par des querelles internes et par l’influence de certains leaders communistes du Tiers Monde ,Fidel Castro, pour ne citer que lui, le mouvement traverse une crise. Soupçonné d’être plus proche du bloc soviétique, il perd aux yeux du monde occidental la neutralité qu’il revendiquait.

La crise éclate au grand jour lors de la quatrième conférence des non-alignés, à Alger en 73. Khadafi, le président libyen, s’oppose au leader communiste cubain, Fidel Castro. Afin de recoller les morceaux, le président algérien Boumediene tente de trouver un terrain d’entente.

Ce seront les problèmes économiques. Boumediene recentre les débats sur le droit au développement et propose de lutter pour un nouvel ordre économique international. Mais les divisions restent réelles.


Loin de l’esprit de Bandung

Le Tiers-Monde est resté à l’écart des progrès économiques. Les aides internationales ne suffirent pas et la crise de la dette à plongé la plupart des pays dans la pauvreté pour longtemps.

Face aux  dragons  d’Asie qui profitent de la mondialisation, l’Afrique, et de plus en plus, le Moyen-Orient, sont plongés dans la misère. De telles disparités rendent évidemment la tache du mouvement très difficile.

Ajoutées à cela la disparition ou la destitution de certains leaders charismatiques, tel Tito ou Nasser, le mouvement a perdu de son aura. De plus, le Tiers Monde est la principale zone de conflits armés depuis 1945.

Alors que la course à l’armement est totalement contraire au non-alignement, des pays n’hésitent à dépenser sans compter dans la défense. Sans oublier que certains pays n’ont de Non-aligné que le nom, comme l’Arabie Saoudite, une fidèle alliée des USA.

Bref, les objectifs de paix mondiale sont loin d’avoir été atteints. Le Tiers Monde, via le mouvement des pays non-alignés, n’est pas devenu une troisième force diplomatique.

Les grandes puissances ont toujours réagi en fonction de leurs intérêts. Et elles continuent de le faire aujourd'hui, vu leurs réticences à conclure des accords réellement égalitaires avec le Sud.

Informations supplémentaires

viagra bitcoin buy