MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun  

 

Race es  tu là …

 

Incroyable, sous la poussée de groupuscules frustrés, le Pouvoir a cédé en soustrayant de la Constitution française de 1958, le mot…RACE…une "bien "belle victoire sociétale"", qui fera disparaître toutes les expressions à connotation raciale….

Mais dans leur immense majorité, les citoyens de ce pays se moquent de ces réformes à zéro centime d’euro, ce qui n’empêchera  pas l’homme de la rue peu ou pas informé, de voir dans l’Africain ou l’Afro descendant qui passe…

 

 « Un  Noir », faisant partie des «  gens de couleur » , au journaliste sportif, de désigner dans son reportage, «  le Noir de l’équipe », «  le Noir du barreau » chez les  avocats, cette belle « chanteuse Noire » dans le monde artistique  la ou le Ministre noir(e) au Gouvernement ,une présentation non exhaustive.

 

Bref, un besoin morbide de bien mettre en relief la différence entre l’Africain et l’Afro descendant, en lui « collant » une couleur de peau « imaginaire » marquant la différence et son infériorité supposée, par rapport à monsieur tout le monde de race indo européenne

 

…circulez, le compte est bon, il n’y a plus rien à voir…

 

… et moi je dis NON, à cet enfumage racial, une escroquerie intellectuelle de haut niveau…

 

… car en vertu de quel pouvoir, un pays peut modifier unilatéralement un marqueur de l’espèce humaine, remontant à la nuit des temps…

 

… en fait ce retrait de mot ,intéresse t-il l’Asiatique (jaune) et l’Amérindien (rouge)  qui font partie intégrante de notre Humanité mais dont l’appellation a disparu dans la mémoire commune, ne restent plus en lice que l’Indo européen et le  gre

 

 … c’est précisément à cette mouvance que s’adresse la réforme à deux balles, pour lui donner l’illusion de la fin des différences...

 

... que voici  venu le nouveau monde avec son partage de l’Egalité et la Fraternité

 

…oui, vraiment une drôle d'illusion…

 

…et pour un rappel utile de l’Histoire, la France en tant que Nation, a  fortement utilisé le concept de race pour justifier la Traite négrière et l’Esclavage, dans un contexte d’infériorité de l’Homme africain

 

...alors la fin du mot «  race » relève de la mystification pure et simple, dont Africains et afro descendants, devraient prendre garde, afin de ne pas sombrer dans la même naïveté que nos ancêtres....

 

...Que comme Césaire Aimé, nous pourrons dire avec  fièrté...

 

...Le Nègre vous emmerde...

Les objectifs du 10 Mai

 

Le collectif afro caraïbéen AFRICA 50 a lancé le processus de mobilisation dans la perspective de la journée de mémoire du 10 Mai prochain que je relaye…

A ce sujet il est important et opportun de rappeler que ce 10 Mai qui est apparu dans le paysage des commémorations depuis 2006, ne peut en aucun cas être considéré comme une fin en soit, mais un outil décrété par l’Etat en vertu de son pouvoir discrétionnaire.

Que ce 10 Mai n’est pas représentatif dans l’arsenal symbolique des luttes afrocaraïbéennes, car ce sont les femmes et les hommes qui font l’Histoire, et pour l’ère contemporaine, nous avons fait cette Histoire à Paris en cette journée mémorable du 23 Mai 1998..

Sans cette massive manifestation correspondant au 150è anniversaire de la libération juridique des Africains réduits à l’état d’esclave dans nos territoires de la Guyane, la Réunion, la Guadeloupe, la Martinique...

...chacun ayant sa date spécifique de Mémoire et de Souvenir, et le Sénégal...

...jamais notre drame n’aurait paru au devant de l’actualité, contrairement à d’autres mouvances, mais c’est un débat différent..

Et comme le rappelait à juste titre le regretté Cédric DA toute la période incriminée portant sur plusieurs siècles, nous a enlevé toute personnalité et la substance de notre Dignité.

Car comme le disait le philosophe, « « le bourreau tue deux fois, la deuxième fois par son silence » » et moi de rajouter « «sa capacité à récupérer l’Histoire à son profit » » à l’aide des récits malveillants de certains « historiens » affidés.

Et donc il nous appartient, observateurs avertis, de mettre tout en œuvre pour casser cette mécanique assimilationniste, pendant qu’il est encore temps...

...en ramenant le concept de « patrie des droits de l’homme » à sa juste mesure, sans langue de bois, de propos allant dans le sens du poil, enveloppés de complaisance...

C’est précisément l’intérêt du 10 Mai comme outil du rétablissement de la réalité et la vérité historique...

...sachons nous montrer à la hauteur de l’Evènement dont nous sommes toutes et tous concernés, quelle que soit la mouvance raciale et d’origine…

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires