MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun  

 

De l’état du Monde….Rétrospective

 

Avec un peu de retard, circonstance atténuante oblige, je reviens sur ce qui s’est dit, prédit, il y quelques semainesà Pittsburgh (Etats-Unis, à l’occasion de la réunion du désormais G 20…

 

…  Par définition je garde une grande méfiance au regard de ces institutions qui n’ont pas reçu de mandat explicite de  l’ ONU , mais s’arrogent le droit d’imposer leurs conclusions à toute la Planète…

 

… sous la futile prétention que certaines nations invitées seraient les  plus riches… pour les autres, circulez, il n’y a rien pour vous.

 

Pour la petite histoire, rappelons que ce forum ponctuel qui n’est pas d’initiative américaine et s’est tenu pour la première fois à Paris ( France) dans les années 1976, était composé de six nations…

 

… dont trois membres permanents du Conseil de Sécurité, détenteurs de l’arme atomique, quatre de l’ Alliance Atlantique,( OTAN) sauf le Japon , une simple observation donne une idée de leur puissance de feu…

 

Donc, de six chargés de se pencher sur l’état de l’économie mondiale, nous sommes  passés à 7 puis 8 à l’occasion desquels au repas des « grands » entre la poire et le formage…

 

… étaient invités des dirigeants africains, dont certains s’y pressaient, leur donnant l’illusion d’une certaine  importance. Mais le Continent na pas avancé d’un iota sur tous les plans

 

…Et depuis Septembre de cette année, la « crise » aidant ils se sont retrouvés à 20 à Pittsburg pour dialoguer entre autre sur la régulation du marché monétaire

 

…et la limitation des bonus dus aux traders, ces sorciers de la manipulation boursière, autant de sujets qui intéressent l’immense armée « d’hommes de la rue »

 

Mais la grande nouveauté de Pittburg fut l’entrée en lice de la nouvelle administration américaine avec son chef de file…

 

… dont certains «  ces va en guerre ces Max la menace »  se  berçaient déjà d’illusion sur son amateurisme, son manque d’expérience, bref par des arguties, on allait avaler tout cru l’ex Sénateur de l’Illinois.

 

 Mais catastrophe pour eux, ce fut du brio du brillant, une parfaite connaissance des dossiers, une certaine vision de l’avenir de notre Planète…

 

…que le jury d’Oslo ( Norvège) a sanctionné sans appel, par un prix Nobel de la Paix… je m’en dispense  de tout commentaire sur l’évènement.

 

A ce sujet et à propos de l’Iran au regard de l’arme atomique il est intéressant de remonter l’Histoire…

 

Nous sommes dans les années 1960, le locataire de l’Elysée qui a décidé de retirer son pays du commandement intégré de l’OTAN

 

… se lance dans l’aventure nucléaire sur la base du concept de la « dissuasion » c'est-à-dire qu’avec une ogive on peut mettre dans l’embarras tout adversaire  potentiel hautement nucléarisé…

 

Le Chef de l’Etat de l’époque en cause, n’a jamais eu l’intention d’utiliser cet arme redoutable, un remake des 6 et 8 Août 1945, mais il en connaissait parfaitement la force diplomatique dans le concert des Nations…

 

Plus de 40 ans après nous sommes  dans le même contexte, qui pourrait croire intellectuellement que l’Iran serait  disposé à porter le fer et le sang au Moyen Orient sur un ennemi potentiel…

 

… (disposant de son stock ) sachant qu’une bombe thermonucléaire de centaines de fois plus puissante que celle larguer sur le Japon en Août 1945…

 

…détruirait et contaminerait toute la région, y compris l’Iran qui serait victime «  d’un vent nucléaire qui n’a pas de frontière ».

 

 Mais alors de qui se moque-ton, quand on veut interdire à cette Nation ou tout autre pays...

 

...de se doter de moyens diplomatiques adéquats, sachant que cet Etat en cause est entouré de voisins puissamment armés..

 

L’Administration américaine qui a rapidement assimilé ces subtiles et hypocrites oppositions  diplomatiques…

 

… laisse désormais aux autres « Max la menace », le soin des gesticulations puériles et stériles...

Guinée

 

 

 

Géographie

 
D’une superficie de 245857 km², la Guinée est le château d’eau de l’Afrique occidentale Sa capitale est Conakry La plaine littorale humide, à l’ouest du pays, s’adosse au vaste massif du Fouta-Djalon.

La partie orientale du pays est un plateau couvert de forêt claire et drainé par de nombreux cours d’eau, dont le Niger. Au Sud-Est, un plateau élevé point culminant du pays au mont Nimba, 1768 mest le domaine de la forêt dense.

Le climat tropical donne des étés chauds et humides, et des hivers chauds et secs. Un climat de type méditerranéen règne sur les régions côtières.

La Guinée se trouve sur la côte atlantique de l’Afrique de l'Ouest.

Elle est entourée de la Guinée-Bissau ,385 km de frontières, du Sénégal ,330 km, du Mali ,858 km, de la Côte d'Ivoire ,610 km, du Liberia ,563 km, de la Sierra Leone ,652 km, et de l'océan Atlantique.

 

On distingue quatre zones géographiques /

 

une zone côtière, la Basse-Guinée ou Guinée maritime,

 

une zone montagneuse, la Moyenne-Guinée, qui comprend le massif du Fouta Djalon,

 

une zone de savane au nord, la Haute-Guinée,

 

une zone de forêts au sud-est, la Guinée forestière.

 

Ces quatre zones, parfois appelées  régions naturelles , ne correspondent pas aux régions administratives.

 

De nombreux fleuves, tels le Niger, le Sénégal ,Bafing, la Gambie, ainsi que leurs principaux affluents trouvent leur source en Guinée, faisant de ce pays le  château d'eau de l’Afrique de l’Ouest.

 

Ces cours d'eau partent des massifs guinéens, la Gambie va vers le Sénégal au Nord. La source du Niger est à proximité de Kobikoro, il traverse Faranah, Kouroussa va vers le Mali au Nord-Est, les fleuves Tinkisso, Milo, Niandan sont ses affluents en Guinée.

 

De nombreux fleuves côtiers descendent des massifs guinéens vers l’ouest, comme le Konkouré ou vers le sud, comme le fleuve Mano.

 

De la Guinée-Bissau à Conakry, ces fleuves forment de profonds estuaires qui ont conservé les noms donnés par les explorateurs portugais au XVe siècle.

 

Ces estuaires constituent des voies de communications à travers la mangrove de Basse-Guinée, région qui s’appelait  Rivières du Sud  au début de la colonisation par les Français, au XIXe siècle.

 

Le massif du Fouta Djalon offre un potentiel de production électrique. Le fleuve Konkouré, proche des villes de Mamou, Kindia et Conakry fait l'objet d’un programme d’aménagement et un premier barrage a été inauguré en 1999.

 

La plaine côtière de Basse-Guinée est dominée à l'Est par le massif de Benna ,1 214 m, le mont Kakoulima ,1 011 m, et le mont Gangan ,1 117 m.

 

La Moyenne-Guinée entoure le massif du Fouta Djalon qui occupe environ 80 000 km2 et culmine au mont Loura ,1 532 m.

 

Il est constitué principalement de plateaux étagés à souvent plus de 1 000 m entaillés par des vallées dominant des plaines et dépressions jusqu'à environ 750 m.

 

Près de Dalaba, le Mont Kavendou est à 1421m. Le massif du Fouta Djalon est principalement constitué de grès siliceux et Schistes mais d'importantes surfaces sont recouvertes par des cuirasses ferrugineuse ou bauxitiques.

 

À l'Est du Fouta Djalon, la Haute-Guinée est un bassin schisteux avec quelques sommets isolés. La Guinée forestière juxtapose des massifs élevés aux versants abrupts, mont Simandou et mont Nimba, des bas-plateaux et des plaines, des bas-fonds et des vallées inondables.

 

Point culminant , le mont Nimba ,1752 m, proche du Liberia est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO.

 

La Guinée possède de nombreuses ressources. Cette abondance des ressources, notamment minières, lui vaut l'appellation de  scandale géologique .

 

La Guinée est le premier pays mondial pour ses réserves prouvées de bauxite, le deuxième derrière l’Australie pour la production.

 

Le très riche gisement de Sangarédi, à proximité de Boké, est exploité par la Compagnie des Bauxites de Guinée. Le pays dispose également d’or ,en Haute Guinée, de fer, de diamants, de pétrole et d’uranium.

 

La réserve inexploitée de fer de Simandou, à l'Est de Kissidougou, devrait être exploitée par le grand groupe minier anglo-américain Rio Tinto, les accords ont été signés avec le gouvernement guinéen en 2014.

 

Population

Les Peuls constituent l’ethnie dominante environ 40 % de la population. Les autres ethnies représentées sont les Malinkés, les Soussous et les kissis. 75 % des Guinéens sont musulmans, 20 % animistes et 5 % chrétiens.

La population croît rapidement 4,6 % par an. L’indice de fécondité est élevé 5,5 enfants par femme.

À peine 1/3 des Guinéens vivent dans les villes. Conakry, la capitale, est le seul véritable centre économique et industriel du pays.

C’est également un port actif, relié par voie ferrée à des villes-marchés situées dans l’arrière-pays, comme Kankan et Kindia.

Les populations guinéennes sont très affectés par la traite commencée au XVIe siècle et menée au-delà de 1850, via la conquête coloniale française et les travaux forcés qu'elle a apportés .

 

La deuxième guerre mondiale ,1939-1945, a fragilisé la France colonisatrice et poussé celle-ci à abolir finalement les travaux forcés en 1945. Avec cette date commence l'essor démographique, la population doublant tous les 20 ans.

 

À la suite de l’indépendance du 2 octobre 1958 et du départ des crédit et des cadres français qui faisaient fonctionner l'administration et l'économie guinéenne, la Guinée fut déstabilisée.

 

La période de dictature de Sékou Touré a ensuite poussé de nombreux guinéens, notamment des élites, à émigrer vers les pays développés.

 

En 2012, la Guinée compterait environ 10 884 958 habitants et pourrait dépasser les 11 millions au cours de 2013.

 

Selon le World Refugee Survey 2008 publié par le Comité américain pour les réfugiés et les immigrants, la Guinée abritait près de 29 300 réfugiés et demandeurs d'asile à la fin de 2007, provenant surtout du Libéria, de la Sierra Leone, et de la Côte d’Ivoire.

 

En décembre 2007, 11 900 réfugiés vivaient dans un des trois camps, Lainé, Kankan I et Kankan II, et au moins 9 300 réfugiés vivaient dans des zones urbaines.

 

Les Peuls représentent 40 % de la population de la Guinée, ensuite viennent les Malinkés et les Soussous.

 

En 2011, les estimations de populations réfugiées du Libéria et de Côte d'Ivoire sont respectivement de 5 400 et 6 552, soit pratiquement 12 000 personnes.

 

La population guinéenne est relativement jeune puisque 61,6 % des Guinéens auraient moins de 25 ans, tandis que la tranche 25-54 ans constituerait 30,4 % de la population.

 

Les 8 % restant étant constitués de guinéens âgés de plus de 54 ans, dont seulement 3,6 % âgés de plus de 65 ans.

 

Les principales religions en Guinée sont l'islam ,84 %, et le christianisme

 

Histoire 

Au XIe siècle, la Guinée fait partie de l’empire du Ghana puis, au XIIIe siècle, le nord du pays intègre l’empire du Mali.

 

Après la pénétration portugaise, au XVe siècle, démarre la pratique du commerce  épices, métaux précieux, mais aussi esclaves avec les Européens.

Aux XVIe et XVIIe siècles, les Peuls s’installent dans la région du Fouta-Djalon. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, les Français s’installent dans le pays et signent un traité de protectorat avec les Peuls en 1880.

 

Treize ans plus tard, la Guinée est colonie française, puis fait partie de l’AO , Afrique occidentale, en 1895.

Après la Seconde Guerre mondiale se manifeste une poussée anticolonialiste, à l’initiative de Sékou Touré L’indépendance de la Guinée est proclamée en 1958.
 
Sékou Touré est le premier président de la République du pays. Il instaure très rapidement un régime progressiste.

À sa mort, en 1984, un coup d’État militaire porte Lansana Conté, proche des puissances occidentales, au pouvoir. Il entreprend la libéralisation de l’économie de son pays.

Une tentative de coup d’État militaire en février 1996 a fortement ébranlé le pouvoir politique, et la transparence démocratique du régime

.Décembre 1998 , Lansana Conté est réélu avec 56 % des suffrages exprimés. Ces élections sont violemment contestées par l'opposition, et son représentant charismatique Alpha Condé RPG est mis en résidence surveillée.

 

Voisine de la Sierra Leone, la Guinée accueille de nombreux réfugiés de ce pays en proie à la guerre civile, et subit parfois les incursions des rebelles.

12 avril 2000 , Le procès d'Alpha Condé débute à Conakry.

Juin 2003, La France décore à titre posthume le tirailleur Hady Bah et une délégation de l'ambassade de France en Guinée se rend à Pelli Foulyabé , Prefecture de Pita pour saluer la famille du tirailleur.

 

Hady Bah est le fondateur d'un des premiers maquis vosgiens en 1940 et fut fusillé par les Allemand en 1943.

26 au 27 octobre 2006 , Symposium sur les mines de la République de Guinée à Dusseldorf en Allemagne

29 octobre 2006 , Révolte de femmes dans la préfecture de Kamsar pour protester contre la diminution des prestations sociales aux familles des travailleurs de l'usine de traitement de la bauxite de la Compagnie des Bauxites de Guinée.

30 octobre 2006 , Dans une interview à des journalistes français, Lansana Conté annonce qu'il compte rester au pouvoir jusqu'à la fin de son mandat qui est prévu pour 2010.

novembre 2006 ,  L'ONG Transparency International classe la Guinée comme le pays africain ayant la plus forte perception de corruption.

26 février 2007, le président Lansana Conté nomme Lansana Kouyaté premier ministre, avec des pouvoirs élargis.

20 mai 2008 , Lansana Kouyaté est limogé par le président Lansana Conté qui nomme Ahmed Tidiane Souaré au poste de Premier ministre.

22 décembre 2008 ,  Lansana Conté meurt des suites d'une longue maladie.

23 décembre 2008 , une junte se présentant sous le nom de Comité militaire de redressement national,  prend le pouvoir par un coup d'État, et le lendemain, Moussa Dadis Camara s'autoproclame président de la République.

30 décembre 2008 ,  Kabiné Komara devient Premier ministre.

 

La Constitution et l'Assemblée nationale ont été suspendues en décembre 2008 après le putsch du CNDD avec à sa tête le capitaine Moussa Dadis Camara.

 

La nouvelle constitution a été adoptée par le CNT le 19 avril 2010 et promulguée par le Général Sékouba Konaté par décret le 7 mai 2010.

Guinée Bissau 

Informations supplémentaires