MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun  

 

De l’état du Monde….Rétrospective

 

Avec un peu de retard, circonstance atténuante oblige, je reviens sur ce qui s’est dit, prédit, il y quelques semainesà Pittsburgh (Etats-Unis, à l’occasion de la réunion du désormais G 20…

 

…  Par définition je garde une grande méfiance au regard de ces institutions qui n’ont pas reçu de mandat explicite de  l’ ONU , mais s’arrogent le droit d’imposer leurs conclusions à toute la Planète…

 

… sous la futile prétention que certaines nations invitées seraient les  plus riches… pour les autres, circulez, il n’y a rien pour vous.

 

Pour la petite histoire, rappelons que ce forum ponctuel qui n’est pas d’initiative américaine et s’est tenu pour la première fois à Paris ( France) dans les années 1976, était composé de six nations…

 

… dont trois membres permanents du Conseil de Sécurité, détenteurs de l’arme atomique, quatre de l’ Alliance Atlantique,( OTAN) sauf le Japon , une simple observation donne une idée de leur puissance de feu…

 

Donc, de six chargés de se pencher sur l’état de l’économie mondiale, nous sommes  passés à 7 puis 8 à l’occasion desquels au repas des « grands » entre la poire et le formage…

 

… étaient invités des dirigeants africains, dont certains s’y pressaient, leur donnant l’illusion d’une certaine  importance. Mais le Continent na pas avancé d’un iota sur tous les plans

 

…Et depuis Septembre de cette année, la « crise » aidant ils se sont retrouvés à 20 à Pittsburg pour dialoguer entre autre sur la régulation du marché monétaire

 

…et la limitation des bonus dus aux traders, ces sorciers de la manipulation boursière, autant de sujets qui intéressent l’immense armée « d’hommes de la rue »

 

Mais la grande nouveauté de Pittburg fut l’entrée en lice de la nouvelle administration américaine avec son chef de file…

 

… dont certains «  ces va en guerre ces Max la menace »  se  berçaient déjà d’illusion sur son amateurisme, son manque d’expérience, bref par des arguties, on allait avaler tout cru l’ex Sénateur de l’Illinois.

 

 Mais catastrophe pour eux, ce fut du brio du brillant, une parfaite connaissance des dossiers, une certaine vision de l’avenir de notre Planète…

 

…que le jury d’Oslo ( Norvège) a sanctionné sans appel, par un prix Nobel de la Paix… je m’en dispense  de tout commentaire sur l’évènement.

 

A ce sujet et à propos de l’Iran au regard de l’arme atomique il est intéressant de remonter l’Histoire…

 

Nous sommes dans les années 1960, le locataire de l’Elysée qui a décidé de retirer son pays du commandement intégré de l’OTAN

 

… se lance dans l’aventure nucléaire sur la base du concept de la « dissuasion » c'est-à-dire qu’avec une ogive on peut mettre dans l’embarras tout adversaire  potentiel hautement nucléarisé…

 

Le Chef de l’Etat de l’époque en cause, n’a jamais eu l’intention d’utiliser cet arme redoutable, un remake des 6 et 8 Août 1945, mais il en connaissait parfaitement la force diplomatique dans le concert des Nations…

 

Plus de 40 ans après nous sommes  dans le même contexte, qui pourrait croire intellectuellement que l’Iran serait  disposé à porter le fer et le sang au Moyen Orient sur un ennemi potentiel…

 

… (disposant de son stock ) sachant qu’une bombe thermonucléaire de centaines de fois plus puissante que celle larguer sur le Japon en Août 1945…

 

…détruirait et contaminerait toute la région, y compris l’Iran qui serait victime «  d’un vent nucléaire qui n’a pas de frontière ».

 

 Mais alors de qui se moque-ton, quand on veut interdire à cette Nation ou tout autre pays...

 

...de se doter de moyens diplomatiques adéquats, sachant que cet Etat en cause est entouré de voisins puissamment armés..

 

L’Administration américaine qui a rapidement assimilé ces subtiles et hypocrites oppositions  diplomatiques…

 

… laisse désormais aux autres « Max la menace », le soin des gesticulations puériles et stériles...

Cameroun

 

 

Géographie

 
Etat de l'ouest del'Afrique sur le golfe de Guinée, le Cameroun est d'une superficie de 475442 km². Sa capitale est Yaoundé Le Sud est occupé par une pénéplaine surface plane de faible amplitude,  découpée en collines et surmontée de chaînons. Les fleuves, comme le Sanaga, y ont creusé de larges bassins.

Au centre, le vaste plateau de l'Adamaoua se prolonge au Sud-Ouest par les hautes terres et des massifs volcaniques , le mont Cameroun culmine à 4070 m. Le Cameroun connaît un climat chaud en permanence, plus frais en altitude. Le Sud, proche de l'équateur, est la région la plus humide.

Le Cameroun est un pays du Golfe de Guinée, sur la façade occidentale de l'Afrique. Il possède 590 km de côtes très découpées le long de l'océan Atlantique.

 

Très étendu en latitude ,1 200 km du nord au sud, le pays a schématiquement la forme d'un triangle dont la base longe le 2e degré de latitude nord, tandis que le sommet, riverain du lac Tchad, atteint le 13e parallèle. Le Cameroun est entouré des pays et étendues d’eau suivante /

 

le Nigeria et l'océan Atlantique à l'ouest ,

 

la Guinée équatoriale, le Gabon et la République du Congo au sud ,

 

la République centrafricaine et le Tchad à l'est ,

 

le lac Tchad au nord.

 

Par sa superficie de 475 442 km2 et sa population d'environ 19 598 889 habitants en 2010, le Cameroun est un pays de taille moyenne en Afrique.

 

Le pays se situe entre la bordure méridionale du Sahara et la limite septentrionale de la forêt équatoriale du bassin du Congo au sud.

 

L'ouest du pays est dominé par les Hauts-Plateaux, et comprend le massif le plus haut de toute l'Afrique de l'Ouest , le mont Cameroun, qui culmine à 4 070 mètres , c'est le neuvième sommet du continent africain.

 

L'est du pays est recouvert dans sa très grande majorité d'une forêt équatoriale encore bien conservée. Le long de ses 590 km de côtes, on compte quelques cités balnéaires , Kribi, et Limbé près du mont Cameroun.

 

Frontières terrestres

 

1 690 km avec le Nigeria

 

1 094 km avec le Tchad

 

797 km avec la République centrafricaine

 

523 km avec la République du Congo

 

298 km avec le Gabon

 

189 km avec la Guinée équatoriale

 

Les basses terres , la cuvette de Mamfé ,Sud-Ouest, la cuvette de la Bénoué et la plaine du Nord

 

Les plateaux ,le Sud camerounais, avec une altitude moyenne de 650 m, et l'Adamaoua , le château d'eau du Cameroun , dont l'altitude moyenne est de 1 000 m mais qui s'élève jusqu'à 2 650 m.

 

Les hautes terres de l'Ouest , un bloc du socle soulevé et recouvert d'épanchements basaltiques, disposé en un arc de cercle appelé la dorsale camerounaise.

 

Les sommets vont de 1 500 à 4 000 m. Les massifs les plus connus sont les monts Mandara ,Extrême-Nord, Alantika ,Nord, et les volcans encore en activité d'Oku ,Nord-Ouest, et du mont Cameroun ,Sud-Ouest, qui est, à 4 095 m d'altitude, le point culminant de l'ouest de l'Afrique.

 

Le domaine équatorial, caractérisé par des précipitations abondantes, des températures élevées et stables et une végétation se dégradant au fur et à mesure qu'on s'éloigne de l'équateur.

 

On distingue les plateaux du Centre et du Sud avec quatre saisons bien tranchées ,saison de pluie ,de mars à juin, petite saison sèche ,juillet et août, saison de pluie ,de septembre à novembre, grande saison sèche ,décembre à février.

 

La zone occidentale ,Littoral, montagnes du Sud-Ouest et hauts plateaux de l'Ouest, avec ses pluies surabondantes qui tombent pendant 9 mois d'affilée de mars à novembre.

 

Le domaine tropical, avec des températures élevées et des pluies peu abondantes, de type soit soudanien ,une saison pluvieuse de mai à octobre, une saison sèche de novembre à avril, soit sahélien, marqué par des pluies très irrégulières, mais absentes de décembre à mars.

Les températures les plus basses sont de 17 à 18 degrés et les plus élevées de 30 à 32 degrés.

Population

 

La population se caractérise par sa très grande diversité. Le Sud est la région des Bantous et des Pygmées. Le Nord est principalement peuplé de Soudanais et de Peuls.

La religion dominante est l'animisme , 45 %,  les catholiques représentent 21 % de la population, les musulmans 20 %.

 Situées pour la plupart dans le sud, les villes rassemblent 40 % de la population. Douala, le port et poumon économique du pays, et Yaoundé, la capitale, centre administratif et commercial, sont les plus importantes.

La population du Cameroun est estimée en 2014 à 20 000 000 habitants. Lors de l'indépendance du pays, en 1960, le Cameroun comptait 2 600 000 habitants.

 

En 2001, 6 villes dépassaient le seuil des 200 000 habitants Douala ,la capitale économique, 1,5 million d'habitants en 2001, Yaoundé ,la capitale politique et siège des institutions, environ 1,25 million d'habitants en 2001.

 

Garoua ,environ 357 000 habitants en 2001, Bamenda ,environ 316 000 habitants en 2001, Maroua ,environ 272 000 habitants en 2001, et Bafoussam ,environ 242 000 habitants en 2001.

 

Cependant, les estimations démographiques varient selon les sources, faute de recensement ,le dernier datant de 1987.

 

Selon le quotidien gouvernemental Cameroon Tribune ,en se basant sur les dossiers spéciaux hebdomadaires dans une ville du pays au cours des années 2008 et 2009, les dix agglomérations les plus peuplées seraient...

 

...Douala ,2,2 millions d'habitants, Yaoundé ,1,7 million, Garoua ,600 000, Bafoussam ,400 000, Nkongsamba ,300 000, Bamenda ,280 000, Edea ,250 000, Kribi ,220 000, Maroua ,220 000, et N'Gaoundéré ,200 000.

 

Le Cameroun compterait au total une vingtaine de villes ayant au moins 50 000 habitants.

 

Selon les résultats du dernier recensement, le Cameroun compte toujours un peu plus de femmes ,50,6 %, que d’hommes ,49,4 %.

 

La moitié de la population a moins de 17,7 ans et le poids démographique des moins de 15 ans se situe à 43,6 %.

 

Les personnes âgées de plus de 60 ans ne représentent que 5,5 % de la population totale.

 

Malgré une démographie urbaine en constante croissance, une majorité ,de 55 % à 65 % selon les estimations de la population demeure en zone rurale.

 

Les provinces les plus densément peuplées ,plus de 100 habitants par km² sont les provinces de l'Ouest, du Littoral, de l'Extrême-Nord et du Nord-Ouest.

 

Par contre, les provinces de l'Adamoua, de l'Est et du Sud sont très faiblement peuplées ,moins de 15 habitants par km².

 

Le Pnud classe le Cameroun au 152e rang au niveau mondial sur 186 pays en 2012, avec un Indice de développement humain ,IDH, égal à 0,504 en 2013.

 

Ce dernier classement est établi sur les données socio-économiques telles que l'éducation, la santé ou encore le revenu par habitant. Il donne une estimation du niveau de vie général d'un pays.

 

Pour le Cameroun, il s'est amélioré entre 1980 et 2013, passant de 0,391 à 0,504.

 

Selon le Programme des Nations Unies pour le Développement , l'Indicateur de pauvreté humaine au Cameroun en l'an 2004 est de 35,6 % de la population totale.

 

La pauvreté est beaucoup plus présente dans les campagnes ,70 %, tandis que la pauvreté urbaine touche près de 2 millions de personnes, essentiellement à Yaoundé et à Douala.

 

La moitié des ménages n'est pas raccordée au réseau électrique et le tiers n'a pas accès à l'eau potable.

 

L'absence d'un système d'un vrai système collectif d'assainissement se traduit par le développement des maladies telles que la paludisme, les maladies intestinales et le choléra.

 

La société Hysacam, chargée de l'assainissement des villes a souvent montré ses limites, malgré une réelle volonté. On assiste en outre au développement de l'insécurité et de la délinquance des enfants de la rue.

 

Le taux de sous-emplois quant à lui dépasse le seuil des 35 % dans les grandes villes, ce qui pousse plusieurs personnes à se rabattre dans des petits boulots ou encore dans les métiers de la terre.

 

L'ensemble du pays compte environ 2,5 millions de postes de radio et 600 000 téléviseurs.

Un ménage urbain sur quatre possède un réfrigérateur, un sur dix un congélateur. 5 % des ménages ont une voiture, 7 % une moto et 17 % une bicyclette.

 

Trois ménages sur quatre utilisent le bois pour la cuisson des aliments.

 

Le système de santé camerounais se situe encore à des niveaux très bas au Cameroun. D'après l'OMS, il y aurait un médecin pour 10 400 habitants au Cameroun.

 

On remarque aussi une répartition inégale des services médicaux dans le pays, et ce sont les zones enclavées du Grand Nord et de l'Est du pays qui en pâtissent le plus.

 

En 2009, on estimait à 610 000 cas déclarés de VIH et de SIDA. On a pu constater environ 37 000 décès à la suite de ces maladies au Cameroun.

Histoire

 

C'est au XVI° siècle que les Européens commencent à explorer la bordure littorale du pays.

Le trafic négrier se met en place, auquel succède un commerce plus conventionnel, dominé par les Britanniques, puis les Allemands.

En 1884, le pays est intégré au domaine colonial allemand par la signature d'un traité de protectorat.

En 1919, le Cameroun est partagé entre la France et l'Angleterre, qui ont pris possession du pays dès 1916.

L'Angleterre conserve sous sa tutelle la région proche du Nigeria, tandis que la France gère la plus grande partie du territoire.

Le mouvement anticolonialiste prend racine dans le sud du pays. Le Cameroun français gagne son indépendance en 1960.
En 1959, le Cameroun britannique se divise , le Nord opte pour le Nigeria  le Sud demande à être rattaché au Cameroun français.

Une constitution fédérale est adoptée en 1961, introduisant un régime présidentiel.

L'indépendance de la zone française est proclamée le 1er janvier 1960 et la réunification a lieu l'année suivante avec la partie sud de la zone britannique.

Il s'ensuit une période de violente répression contre le mouvement de l'U.P.C., et l'ALNK, son  Armée de libération nationale Kamerounaise , par le nouveau gouvernement avec l'assistance de la France, qui durera jusqu'à la fin des années 1960.

Le 20 mai 1972, un référendum conduit à un État unitaire et met fin au fédéralisme.

Le Cameroun est une république de type présidentialiste. Le pouvoir exécutif est concentré autour du président et contrôlé par Paul Biya depuis 1982.

 

Le pouvoir législatif est en théorie exercé par deux chambres, une Assemblée nationale et un Sénat. Toutefois, le Sénat attend encore d'être mis en place.


 On désigne souvent le régime comme étant une démocrature  dans la mesure où le système politique du Cameroun s'apparente plus à une démocratie procédurale, sous les oripeaux d'institutions au fonctionnement à priori démocratique.

 

La réalité de l'exercice du pouvoir est celle d'une dictature qui ne permet pas qu'on remette en cause son autorité et réprime avec force toute velléité de contestation politique ou sociale

 

En outre, le pouvoir politique exacerbe les rivalités tribales et régionales pour apparaître comme le seul garant de la paix et consolider sa position.

 À titre d'exemple, la constitution adoptée par l'assemblée nationale en 1996 prend prétexte sur la nécessaire protection des minorités pour faire référence dans la loi fondamentale des concepts d' autochtone  et d' allogène  introduisant de fait une stratification des citoyens...

 

...En fonction de la région d'origine et de celle de résidence, la région d'origine étant entendue comme celle à laquelle se rattache le patronyme c'est-à-dire celle où vivaient les aïeux pendant la période précoloniale.

Le 10 avril 2008, l'Assemblée Nationale adopte le projet de loi sur la révision constitutionnelle avec 157 voix pour, 5 contre et 15 non votants.

 

Ce projet adopté est très critiqué par les partis politiques de l'opposition puisqu'il permet à Paul Biya de prétendre a un quatrième mandat à la fin de son mandat en 2011.

Le 9 octobre 2011, Paul Biya est réélu à travers des élections présidentielles au premier tour de scrutin et avec 77,99 % des voix. Le 9 décembre 2011, il y a un nouveau gouvernement avec à sa tête le premier ministre Philémon Yang, qui se succède à lui-même.

Sur tout le territoire, les chefs traditionnels ont conservé un réel pouvoir et sont consultés par les autorités centrales.

 

Outre les codes juridiques modernes émanant des législations internationales, la règlementation juridique s'appuie sur le droit coutumier qui permet aux Camerounais de maintenir leurs cultures originelles.

Il n'est pas rare que les fils des dynasties royales, des lamibé ou de sultans exercent des responsabilités ministérielles à Yaoundé.

http://www.jeuneafrique.com/mag/267954/societe/cameroun-pendant-et-apres-la- colonisation-une-amnesie-organisee/

Comores

Informations supplémentaires