MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun  

 

De l’état du Monde….Rétrospective

 

Avec un peu de retard, circonstance atténuante oblige, je reviens sur ce qui s’est dit, prédit, il y quelques semainesà Pittsburgh (Etats-Unis, à l’occasion de la réunion du désormais G 20…

 

…  Par définition je garde une grande méfiance au regard de ces institutions qui n’ont pas reçu de mandat explicite de  l’ ONU , mais s’arrogent le droit d’imposer leurs conclusions à toute la Planète…

 

… sous la futile prétention que certaines nations invitées seraient les  plus riches… pour les autres, circulez, il n’y a rien pour vous.

 

Pour la petite histoire, rappelons que ce forum ponctuel qui n’est pas d’initiative américaine et s’est tenu pour la première fois à Paris ( France) dans les années 1976, était composé de six nations…

 

… dont trois membres permanents du Conseil de Sécurité, détenteurs de l’arme atomique, quatre de l’ Alliance Atlantique,( OTAN) sauf le Japon , une simple observation donne une idée de leur puissance de feu…

 

Donc, de six chargés de se pencher sur l’état de l’économie mondiale, nous sommes  passés à 7 puis 8 à l’occasion desquels au repas des « grands » entre la poire et le formage…

 

… étaient invités des dirigeants africains, dont certains s’y pressaient, leur donnant l’illusion d’une certaine  importance. Mais le Continent na pas avancé d’un iota sur tous les plans

 

…Et depuis Septembre de cette année, la « crise » aidant ils se sont retrouvés à 20 à Pittsburg pour dialoguer entre autre sur la régulation du marché monétaire

 

…et la limitation des bonus dus aux traders, ces sorciers de la manipulation boursière, autant de sujets qui intéressent l’immense armée « d’hommes de la rue »

 

Mais la grande nouveauté de Pittburg fut l’entrée en lice de la nouvelle administration américaine avec son chef de file…

 

… dont certains «  ces va en guerre ces Max la menace »  se  berçaient déjà d’illusion sur son amateurisme, son manque d’expérience, bref par des arguties, on allait avaler tout cru l’ex Sénateur de l’Illinois.

 

 Mais catastrophe pour eux, ce fut du brio du brillant, une parfaite connaissance des dossiers, une certaine vision de l’avenir de notre Planète…

 

…que le jury d’Oslo ( Norvège) a sanctionné sans appel, par un prix Nobel de la Paix… je m’en dispense  de tout commentaire sur l’évènement.

 

A ce sujet et à propos de l’Iran au regard de l’arme atomique il est intéressant de remonter l’Histoire…

 

Nous sommes dans les années 1960, le locataire de l’Elysée qui a décidé de retirer son pays du commandement intégré de l’OTAN

 

… se lance dans l’aventure nucléaire sur la base du concept de la « dissuasion » c'est-à-dire qu’avec une ogive on peut mettre dans l’embarras tout adversaire  potentiel hautement nucléarisé…

 

Le Chef de l’Etat de l’époque en cause, n’a jamais eu l’intention d’utiliser cet arme redoutable, un remake des 6 et 8 Août 1945, mais il en connaissait parfaitement la force diplomatique dans le concert des Nations…

 

Plus de 40 ans après nous sommes  dans le même contexte, qui pourrait croire intellectuellement que l’Iran serait  disposé à porter le fer et le sang au Moyen Orient sur un ennemi potentiel…

 

… (disposant de son stock ) sachant qu’une bombe thermonucléaire de centaines de fois plus puissante que celle larguer sur le Japon en Août 1945…

 

…détruirait et contaminerait toute la région, y compris l’Iran qui serait victime «  d’un vent nucléaire qui n’a pas de frontière ».

 

 Mais alors de qui se moque-ton, quand on veut interdire à cette Nation ou tout autre pays...

 

...de se doter de moyens diplomatiques adéquats, sachant que cet Etat en cause est entouré de voisins puissamment armés..

 

L’Administration américaine qui a rapidement assimilé ces subtiles et hypocrites oppositions  diplomatiques…

 

… laisse désormais aux autres « Max la menace », le soin des gesticulations puériles et stériles...

Avant-propos d'une vidéo

 

Qui se rappelle de James H Meredith, ce jeune et brillant étudiant afro américain, escorté par un bataillon de la Garde Nationale à la demande expresse du Président Kennedy, pour son entrée et inscription à  l’Université d’Etat du Mississipi, c’était in certain 30 Septembre 1961…

Précisément ce président américain avait un excellent contact avec les communautés afro américaines…

Et ce 22  Novembre, qu’on pourrait intitulé… Il était un jour à Dallas…

Dallas , ville de tous les phantasmes, pétrole, fortune, richesses faciles, pot de vin, fraudes fiscales, manipulations en tous genres, mais aussi et surtout la ville où a été perpétré un assassinat d’Etat presque parfait en ce 22  Novembre 1963, 12h 30, qui voyait tombé le 35è président américain, en campagne pour sa réélection probable à l 'horizon 1964.

Beaucoup de versions ont apparu depuis pour expliquer les comment et pourquoi…mafia, russes, cubains, KKK raciste,  extra terrestres, mais très peu ou pas ont fait mention du puissant lobby militaro-industriel, et pourtant c’est à ce niveau que devrait émerger la vérité, mais voilà c’est la raison d’Etat, du top secret, de l’ultra confidentiel.

Alors en attendant, la livraison du contenu des archives de la Central Intelligence Agence, la CIA prévue pour Octobre 2017, en ma qualité de citoyen du Monde, j’avance une intime conviction, en écartant les conclusions controversées de la Commission Warren, dont aucun américain n’a accordé le moindre crédit à ce jour.

Donc, les faits connus, Lee Harvey Oswald, l’assassin présumé certes un ancien du Corps des marines, est un piètre tireur d'après  les officiers de sa hiérarchie, il n’a donc pas pu atteindre une cible en mouvement avec une telle précision, et ce personnage ne disposait pas de moyens personnels pour mettre en place cette logistique meurtrière.

L’assassin de L H O, Jack Ruby, tenancier, un truand avéré de Dallas, atteint d’un cancer généralisé, décédera 6 mois après son forfait, et après c’est le brouillard le plus total.

Mais une certitude non explorée, à savoir que les conjurés de Dallas étaient au cœur de la Maison Blanche avec comme chef, le Vice- Président et des membres que dis-je, des soldats perdus de la CIA.

 Ce Vice-président battu aux primaires démocrates de 1959 n’a jamais été le choix de JFK, qui n’en voulait plus comme colistier pour 1964

S’agissant de la CIA, en  raison de ses renseignements erronés, l’Agence a  conduit le Président  Kennedy au fiasco de la Baie des Cochons (Cuba) en Avril 1961, avec comme résultat, le limogeage du directeur général américain des renseignements, et la mise au placard des principaux cadres de cette organisation.

Tout ce beau monde avait mille raisons de ne pas désirer une réélection éventuelle de JFK, et donc regroupé dans un complot bien ficelé, au regard duquel j’exclus le Bureau Fédéral of Investigation, le FBI, dont ce n’est pas la culture, et qui aurait fait échouer cette opération.

Sitôt sa prise de fonction, le Nouveau Président s’est empressé d’annuler toutes les dispositions arrêtées par le président assassiné, concernant l’arrêt de la course aux armements, et surtout le retrait du Viet Nam au plus vite.

 Des décisions qui ont donné pleine satisfaction au lobby militaro-industriel, mais revers de la médaille devaient conduire à la plus catastrophique défaite de l’Armée américaine, de cette grande Nation des Etats-Unis d’Amérique, en ce mois d’Avril 1975, dont on eu cru que c’était la fin de l’impérialisme de l’Occident.

De tout ce scénario on en a jamais fait état dans les médias, alors rendez-vous en Octobre 2017, et en attendant, revenons à l’actualité et en Europe…

En Europe précisément où certains ont avancé tout haut ce qui est pensé tout bas, dont à l’occasion d’un propos, plus d’un milliard d’êtres ont été ramenés au niveau de l’espèce animale.

 Oui ne soyons pas naïfs, ce n’est pas une personne qui a été visée par cette incongruité, mais tous les Nègres, quel que soit leur lieu de résidence.

Car en vérité je n’ai jamais cru que l’indo-européen avait renoncé à sa prétendue supériorité sur les autres Races de notre Planète, malgré le défi des asiatiques.

Des amis me demandent de riposter  à mon  niveau, mais ce n’est pas mon mode de fonctionnement de donner suite à une liberté d’expression.

Après des années d’observation et de combat, j’ai appris à être tenace et patient comme un crocodile, avec une mémoire d’éléphant, et pratiqué le concept chinois…ami ne pense pas toujours, mais n’oublie jamais.

Car l’Occident qui s’est installée pour un temps j’espère, dans la suprématie économique et militaire, a ouvert la brèche de la bataille culturelle, alors il faut répondre avec une intelligence froide et déterminée, une connaissance avérée du matériel historique, tel que par exemple, l’incohérence des 14 Juillet alors que pour moi cette République est née le 20 Juin 1789 avec le serment dit  du Jeu de paume, mais dans un système  monarco-républicain, toutes catégories confondues, difficile de faire bouger les lignes.

Qu’en 1919 à Versailles, un des alliés à la Conférence a plus que charger la barque des dédommagements pesant sur le peuple allemand, au grand désespoir de l’économiste britannique Keynes, ce qui a conduit fatalement en 1933 à l’arrivée du national socialisme et au débâcle de 1939.

Que la leçon n’a pas été retenue, car à Genève on remet le couvercle face à l’Iran, toutefois au profit d’un tiers absent, dont les initiés de la géopolitique auront compris, mais je dis que c’est un jeu dangereux pour la paix sur notre Planète, car il ne faudrait pas trop compter sur la passivité sino-russe.

Et enfin j’en arrive au top de la malhonnêteté intellectuelle, portée par le concept de communautarisme, défendu de droite à gauche.

Mais au fait qu’est ce que le communautarisme, quels sont ces méfaits concrets et avérés, et surtout, quelles sont les communautés expressément visées.

Ainsi donc ce sera le prochain sujet de la vidéo d’AFCAMLe communautarisme dont ce message était un avant propos

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires