MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme (suite)

 

Ces éternelles questions qui sont posées à la classe politique toutes tendances confondues…

…qu’est ce que le communautarisme…

… en quoi ce mode de rencontre notamment culturel et fraternel peut-il mettre en danger les fondements de cette République version monarchique…

 

…quelles sont ces minorités ethniques qui sont l’objet de cet acharnement politico- médiatique que je subodore être les Africains les Caraïbéens les Maghrébins et autres musulmans(nes) …

 

…ces empêcheurs de tourner-en-rond…

 

…ces descendants du commerce triangulaire, de l’Esclavage et la Colonisation, dont la présence sur le territoire européen français, rappelle à son peuple, des heures sombres peu glorieuses…

 

…mais n’est pas visée la communauté hébraïque, de race indoeuropéenne, hyper organisée de grande solidarité, financièrement solvable et disposant d’énorme influence politique héritéeS des conséquences de la Guerre 1939-1940, malgré le nombre réduit de membres…

 

…à un moindre degré, la colonie arménienne que je connais bien…

 

…les békés de la Martinique, d'origine européenne, descendants des négriers d’antan, quoi que peu nombreux monopolisent toute l’économie du territoire, et vivent en état autarcique…

 

…les expatriées Français installés dans l’ouest du Continent africain, véritables missi dominici, servant de relais au système impérialo-néocoloniailme, ne se mélangent pas avec les autochtones africains.

 

Pour bien cerner cette problématique je vais exposer une affaire qui a concerné deux couples  ,l’une d’origine caraïbéenne et l’autre européenne –souchiste-…

 

Propos d’un membre du couple caraïbéen…

 

… « tu te rends compte Léonce, nous faisons tout pour être agréables et conviviales à nos voisins européens, invitations, offres, de nos spécialités culinaires…

 

… mis voilà depuis des années nous ne connaissons même pas la couleur de la moquette de leur salon… »

 

… « seulement si nous arrêtons ce mode de voisinage ce sont nos enfants qui en souffrirons par mesure de représailles »…

 

En fait c’est une affaire sociétale, dont connaissent des milliers de nos compatriotes, que je lui ai recommandé de s’en sortir de ce guêpier « servito-colonialiste »…

 

… et se rapprocher davantage de nos communautés caraïbéennes qu’il s trouverons de la solidarité, une vraie fraternité une, réelle convivialité…

 

…ai-je fait du communautarisme au sens politique du contexte actuel…

 

…oui, et je l’assume totalement

 

Car dans une société où ça craque de partout, identitaire par là, racisme anti blanc par ci ,la confiance vis-à-vis de nos hôtes européens est mise à rude épreuve…

 

… et ce n’est pas la charge brutale gouvernementale en direction de ses collaborateurs nationaux qui modifiera l’ordre des choses au regard d’une Nature têtue et vindicative….

 

…qu’avec le temps qui passe, les incohérences politiques des uns et la bêtise des autres, le Communautarisme est devenu une doctrine comme le Communisme et le Capitalisme…

 

…que les uns et les autres soutenus par des médias hyper affidés ne pourront pas éradiquer….

 

…vous avez dit listes communautaristes…ah bon …pour la suite.

https://www.youtube.com/watch?v=FGqMMpMkKXs&t=19s

 

A ma grand mère

 

Il est de bon ton de prendre du recul, un temps qui permet de cerner et d’analyser les conséquences d’un fait individuel ou d’un évènement à caractère collectif, afin de tirer des enseignements pour son action future.

Mais ce temps de réflexion ne doit en aucun cas déboucher sur une forme de repli, où s’installe la désillusion, qui sera rapidement  remplacée par la soumission que guette la compromission, et nous voilà tombés rapidement dans le cercle de la trahison...

 ...Un parcours bien connu dans le combat politique notamment, ou les amis loyaux se comptent sur les doigts d’une main.

A propos, je ne peux pas me satisfaire de la très faible mobilisation qui a marqué le quarantième anniversaire du massacre de Pointe à Pitre -Guadeloupe--les 26 et 27 Mai 1967, un évènement de l’Histoire de ce territoire, qui concernait à juste titre un pan de la diaspora caribéenne.

A l’heure d’Internet tout est su, et la méconnaissance des faits n’est plus un argument recevable.

Alors je me dis précisément avec le recul, peut-on accepter le verdict de ce syndrome de Stockholm qui est la manifestation incontestable d’un formatage avancé, autrement dit, doit-on  abandonner ce combat des idées qui devra déboucher à terme sur d’autres horizons, à ce propos je vais vous faire une confidence…

...Quand le destin me frappa cruellement en m’enlevant trop tôt  mes chers parents, mon éducation échoit à ma grand-mère comme c’était de coutume dans nos sociétés, qui s’acquitta de cette noble mission avec un grand amour.

J’étais un enfant turbulent, ayant comme seul ennemi avéré le trigonocéphale  serpent très venimeux, qui a mérité les justes châtiments corporels en vigueur à l’époque dans notre pays...

... Ce qui ne m’a pas diminué, loin s’en faut, des châtiments  infligés par cette femme mince, de taille moyenne, toujours élégante qui a dû être un belle négresse dans sa jeunesse, malgré une nombreuse maternités, du genre kabrèce, ne cherchez pas ce mot il n’existe sur aucun dictionnaire, ni même utilisé en langue créole de nos jours.

Ma grande mère n’avait pas fait sciences po , Institut d’Etudes politiques à la limite de l’illettrisme, mais elle était douée d’un solide bon sens, une observation redoutable, et d’une mémoire remarquable...

...Qui la conduisait en sa qualité de petite fille d’esclave à me faire un récit précis de son passé, avec un ton plein d’inquiétude mêlé d’espoir, malgré les dénégations  peu convaincantes de mon grand père.

Fait remarquable, elle m’avait tôt, inculqué le sens de l’audace, le goût du travail bien fait, une capacité à se sublimer au service des autres, malgré les aléas de la vie, et bien d’autres valeurs qui de nos jours ont disparu.

Cette grand-mère m’a tant aimé, tout appris sur l’essentiel de ma future vie d’adulte dans cette société colonialiste appelé à perdurer, elle aurait cent dix sept ans, et me manque énormément.

Au grand départ de Andréa Louise, je lui promis qu’elle ne serait pas déçue outre tombe de son petit nègre de garçon et quelques années après devenu un NEGRE , je publiais en sa mémoire le texte ci après  Souvenir en 1993, à l’occasion du 145è anniversaire de la chute de L’Esclavage dans nos îles

Vous découvrez là, un mode de fonctionnement qui m’a été légué de bonne source.

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires