Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Religion et Race

 

Elles sont presque jumelles sauf que l’une relève de la virtualité et l’autre de la réalité…

 

… deux rituelles qui remontent  dans la nuit des temps et ont causé tant de désagréments à l’espèce humaine suivant les époques…

 

mais au fait pourquoi avoir mené croisade pour la suppression du mot « race » dans le langage et sur certains documents officiels alors que celui « religion » a toujours droit  de citer ne faisant l’objet d’aucune attaque virtuelle…

 

Pour la petite histoire aucune nation  et d' institution internationale n’ont repris à leur compte ce schéma…

 

…IL y a certainement un flou qui cache le loup ;

 

Sans entrer dans les détails l’auteur va évoquer quelques faits qui marquent l’Histoire de la Religion et la Race…

 

de la Religion

 

Quand Pierre (Simon) l’un des apôtres préférés de l’Homme de Bethléem arrive à Rome, nous savons qu’il  est chargé d’une  mission apostolique…

 

…tu es pierre et c'est sur cette pierre que je bâtirai mon Eglise…

 

 Aissi est né le Christianisme qui allait se développer  en terre de paganisme, car n’oublions pas qu’à cette époque l’empire romain est placé sous la domination absolue des empereurs à qui tous se considèrent comme des dieux sur terre adorés par leurs sujets.

 

Dans ce cas, les Romains  qui  se sont convertis à cette doctrine nouvelle, vont payer de leur vie cet outrage à l’Empereur à l’occasion d’horribles persécutions, Saint  Pierre, premier pape de l’Eglise, ayant été lui même un martyr du système en 64, sous le règne de Néron,

 

 Cette macabre tragédie aura duré jusqu’au passage de l’Empereur Constantin (272-337) qui s’étant converti  au Christianisme mit fin au martyr de chrétiens.

 

Toutefois, cette religion aura connu par la suite bien des attaques et  des remous, dont au passage…

 

 L’arrivée de l’Islam généré en 624 par le prophète Mahomet divisé en  deux branches, chiites et sunnites;

 

 En 1517  l’autorité du Pape et les fondements de l’Eglise sont contestés en Allemagne par le pasteur Martin Luther, c’est le schisme avec la création de l’Eglise protestante

 

En 1543 le Roi Henri VIII se sépare de Rome en créant l’Eglise anglicane indépendante

 

Avec l’arrivée du Protestantisme en France le pays aura été traversé par une longue période  d’intolérance vis à vis des protestants (huguenots), dont l’Histoire aura retenu le massacre de la Saint Barthélemy qu’au cours de la nuit du 24 Aout 1572 et des jours suivants, plus de 30000 adeptes de cette doctrine  ont  été assassinés.

 

Et plus tard  en 1663 Louis XIV  instituait la Religion Catholique comme seule religion d’Etat en multipliant les embûches et les humiliations envers des sujets protestants, provoquant un exode massif de ceux-ci en direction de la Grande Bretagne notamment

 

De nos jours bien de conflits ont une connotation religieuse, c’était le cas de la crise de l’Irlande du Nord (1960 -2007) opposant catholiques et Protestants

 

Par ailleurs dans le conflit yougoslave ( 1991-2001) il est difficile de ne pas observer un soupçon de guerre de religion entre orthodoxes (Serbie) et musulmans (Bosnie Croisie)

 

D’autre part comment ne pas relever l'implication de certaines Nations de l’Occident dans la destuction de ce pays après la disparition de son emblématique dirigeant le Maréchal  Tito

 

Car ce territore que j’ai visité dans les années 1980, formant une Fédération de six régions, avait un avenir très prometteur qui n'a pas fait que des heureux.

 

L’Histoire nous le dira, la mer rejetant toujours ses cadavres.

 

Par contre en Palestine le conflit opposant le Hamas et l’Etat hébreu ne décèle à priori aucune connotation religieuse.

 

En conclusion la religion est une construction humaine qui avec le temps aura disparu

 

Prochainement…la Race..

 

https://www.youtube.com/watch?v=opP4PcZ7aN4&list=RDopP4PcZ7aN4&start_radio=1

 

 Un hommage à Patrice Lumumba

 

Par KongoTimes

48 ans après sa brutale disparition, Patrice Emery Lumumba est toujours vivant dans la vie des Congolais, en particulier, et des Africains en général. Certes, certains analystes ont dit de lui être « un indiscipliné politique ».

 Mais que pouvait-il dans une époque marquée par des « révolutions » ? Qu’à cela ne tienne ses discours, tant sur le plan politique, économique et social, demeurent d’actualité.

Le 17 janvier de chaque année marque l’anniversaire de la mort de Patrice Emery Lumumba, premier des Premiers ministres de la République démocratique du Congo.

 Son assassinat qui demeure un mystère jusqu’ à ce jour, n’a pas pour autant effacé la force de ses réflexions et de ses convictions sur les grandes questions nationales et internationales.

Nationaliste, il n’a cessé d’appeler à l’unité nationale, à la sauvegarde de l’intégrité territoriale et surtout à la vigilance pour faire face aux convoitises de tout genre.

 Parfois, sur un ton « impulsif », il ne badinait pas sur les attributs de l’indépendance, dénonçait avec virulence les compromissions. 48 ans après, le temps est en train de lui donner raison au regard de différentes péripéties.

Prenons le cas de la Banque centrale : « Il est admissible que nous n’ayons pas notre propre monnaie avec notre Banque d’émission.

En plus, pourquoi cette convention qui stipule que le Gérant de la Banque centrale devrait être nommé sur proposition du secrétaire général des Nations unies. C’est inconcevable ».

Par ailleurs, à cet avertissement du Roi Baudouin sur les intrigues et les convoitises de l’étranger, Lumumba interpellait en ses termes ces compatriotes : « La République du Congo a été proclamée et notre cher pays est maintenant entre les mains de ses propres enfants.

Ensemble, mes frères, mes sœurs, nous allons commencer une nouvelle lutte, une lutte sublime qui va mener notre pays à la paix, à la prospérité et à la grandeur. Nous allons bâtir ensemble la justice sociale et assurer que chacun reçoive la juste rémunération de son travail ».

Du respect des droits de l’homme, Lumumba n’avait pas attendu qu’on en fasse la condition sine qua none pour accéder aux facilités élargies.

 Il évoquait déjà cette question le 30 juin1960 : « Nous allons mettre fin à l’oppression de la pensée libre et faire en sorte que tous les citoyens jouissent pleinement des libertés fondamentales prévues dans la Déclaration des Droits de l’Homme ».

Et poursuivant dans le même élan, Patrice Emery Lumumba était conscient du rôle que la RDC devrait jouer en Afrique en insistant sur la paix, la sécurité et la stabilité des institutions nationales :

« Nous allons supprimer efficacement toute discrimination quelle qu’elle soit et donner à chacun la juste place que lui vaudra sa dignité humaine, son travail et son dévouement au pays. Nous allons faire régner non pas la paix des fusils et des baïonnettes, mais la paix des cœurs et des bonnes volontés.

Et pour cela, chers compatriotes soyez sûrs que nous pourrons compter non seulement sur nos forces énormes et richesses immenses, mais sur l’assistance de nombreux pays étrangers dont nous accepterons la collaboration chaque fois qu’elle sera loyale et ne cherchera pas à nous imposer une politique quelle qu’elle soit.

 Mais pour que nous arrivions sans retard à ce but, vous tous, législateurs et citoyens congolais, je vous demande de m’aider de toutes vos forces.

Je vous demande à tous d’oublier vos querelles tribales qui nous épuisent et risquent de nous faire mépriser à l’étranger...

 ...Mon gouvernement aura pour souci de maintenir d’amicales relations avec tous les pays étrangers, mais il ne succombera à la tentation de facilité de s’intégrer dans l’un ou l’autre des blocs qui se partagent actuellement le monde...

Mais aussi, il n’hésitera pas à prendre sur le plan international et plus spécialement en ce qui concerne l’Afrique, le parti d’une cause noble et juste ».

 Lumumba avait déjà saisi l’importance d’une coopération multilatérale et diversifiée tout en dénonçant le tribalisme et le régionalisme, sources des conflits actuels qui font le lit de la médiocrité

Informations supplémentaires

viagra bitcoin buy